Par Anonyme

Garde barrière

Aujourd'hui, Atsem, je garde 5 enfants de soignants sur le temps de cantine. Ils m'assurent tous bien connaitre les gestes barrières. Sauf qu'à la récré, Marguerite, 6 ans, a mis sa main dans le bouche de Rose, même age, afin de compter le nombre de dents qu'elle a perdu depuis le confinement. VDM
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  brhd  |  46

Kinvald : la machine économique va de toutes façons se vautrer à nouveau. Les leçons de 2008 n'ont pas été retenues, et la spéculation a repris de plus belle.

Et de plus en plus d'économistes s'accordent à le dire.

Mais je comprends bien ce que tu veux dire, mais la seule solution à ta vision des choses, c'est de relancer... la consommation, encore et toujours.
Alors même que l'on commençait à constater les effets bénéfiques d'une chute de l'activité humaine (certes radicale).

Personnellement, je pense, enfin.. j'espérais que cette crise soit l'opportunité de basculer vers autre chose : moins de consommation, moins portés sur cette sacro sainte croissance infinie qui n'est qu'illusoire, réduction des pollutions, système plus localisé (quoique pour ça, ça a l'air parti pour...).

COMMENTS
Répondre
  brhd  |  46

"MAIS il faut absolument rouvrir les écoles le 11 mai même en maternelle 🙄 "
Je suis assez d'accord.

Mais dans les conditions telles qu'elles sont prévues, ça fait chier d'y mettre mon fils : pas de jouet/livre, rien en commun, pas de jeux dans la cour, pas d'interaction entre les gamins, ...
Autant dire qu'ils sont mieux à la maison :(

Et je plains fortement les instits d'avoir à gérer ça...

Répondre
  Kinvald  |  46

Ce n'est pas une attaque. Juste quelques questions.

Mais qu'est-ce que tu aurais proposé à la place ? Comment aurais-tu géré ça ? Comment faire face à une pandémie et un PIB qui s'effondre (-8% à l'heure actuelle ) ? Comment relancer la machine économique si les parents doivent garder leurs enfants ?

Répondre
  brhd  |  46

Kinvald : la machine économique va de toutes façons se vautrer à nouveau. Les leçons de 2008 n'ont pas été retenues, et la spéculation a repris de plus belle.

Et de plus en plus d'économistes s'accordent à le dire.

Mais je comprends bien ce que tu veux dire, mais la seule solution à ta vision des choses, c'est de relancer... la consommation, encore et toujours.
Alors même que l'on commençait à constater les effets bénéfiques d'une chute de l'activité humaine (certes radicale).

Personnellement, je pense, enfin.. j'espérais que cette crise soit l'opportunité de basculer vers autre chose : moins de consommation, moins portés sur cette sacro sainte croissance infinie qui n'est qu'illusoire, réduction des pollutions, système plus localisé (quoique pour ça, ça a l'air parti pour...).

Répondre
  Kinvald  |  46

@brhd

Je n'ai pas écrit que c'était ma vision des choses, ce sont des questions légitimes qu'il faut se poser car c'est la réalité du monde actuel dans lequel nous vivons.

Changer pour autre chose ? D'accord, mais pour quoi ? Comment organises-tu ça ?

Répondre
  mamiehuguette  |  43

Si je m’écoute, je ne remets pas. Maintenant j’ai des obligations professionnelles qui sont incompatibles avec la garde d’enfant.
Et j’hésite quand même : licenciement ? Retour à l’école ?
À côté de ça, ils ont aussi besoin de voir du monde...

On s’est mis au jardinage, on fuit les grandes surfaces pour les petits commerçants, on essaie de consommer moins... le changement t’appartient aussi

Répondre
  Kinvald  |  46

« Le changement t'appartient aussi ».

C'est juste mais utopiste et naïf. Combien sont-ils prêts à un bouleversement radical ? Comment changer ? Nous détruisons tout et nous remettons les compteurs à zéro ?
Est-ce que tu crois que les pays en voie de développement; qui arrivent à notre hauteur, seront prêts à renoncer à ce que nous avons eu pendant des décennies ?

Répondre
  brhd  |  46

"Changer pour autre chose ? D'accord, mais pour quoi ? Comment organises-tu ça ? "

Des aspects simples déjà : consommer ce qui peut être produit localement, déjà.
Comprendre que la viande est (et doit le rester) un produit cher, et donc en consommer moins, mais de meilleure qualité.
Remettre en place la logique de réparation des objets (ce qui est en cours de plus en plus d'ailleurs), inciter à cette réparation, punir l'obsolescence programmée, ....
Concevoir autrement le travail : développement du télétravail, redispacher les entreprises sur le territoire (et non plus centralisé dans les villes)
Arrêter les projets d'urbanisme à outrance, privilégier les terrains cultivables aux centres commerciaux, ...

Après, et au vu de la nature humaine qu'évoquait Scott, oui c'est peut être utopiste, je ne sais pas... Cependant, ce que je vois, c'est que les rayons bio (au delà de l'aspect marketing et paradoxal de certains produits dits bio) prennent de plus en plus de place dans les rayons depuis quelques années, que la culture du local empiètte petit à petit les esprits des consommateurs, que des gens se battent de plus en plus pour préserver des terrains (cf les ZAD, bien qu'elles ne soient encore considérées comme des zones de hippies marginaux, à tort...), ...

Mais pour cela, il faut que les citoyens se rendent compte qu'ils se mettent eux même dans leur propre merde qu'ils dénoncent...

Répondre
  brhd  |  46

Scott : le bio, de mon point de vue, c'est à la fois de la poudre aux yeux marketing et le mode de production logique pour notre avenir.

Poudre aux yeux, quand des industriels, ayant vu la bonne manne financière, estampillent des produits bio, mais produits je ne sais où, dans des pays qui n'ont pas les mêmes contraintes vis à vis du label bio.

Mode de production logique, parce que viable au niveau environnement.

Quant à tes questions, non les terrains bios ne sont pas vierges de pollution, et notamment de pesticides. Mais je pense que c'est poser la question dans le mauvais sens justement. C'est le fait que les terres soient polluées qui pose problème, et non le fait que le bio n'est peut être pas si bio que ça à cause de la pollution des terres.

Répondre
  MadameDodue  |  64

Brhd, bien sûr qu'il y a des gens qui essaient se faire des efforts, mais à côté de ça tu as des gens qui te tapent un scandale parce qu'il n'y a plus de Nutella et qu'ils ne vont quand même pas se rabaisser à goûter une autre marque, d'autres qui ne comprennent pas que s'il n'y a plus d'œufs en rayon c'est juste parce que les poules ne fourniront pas plus d'œufs même s'il y a plus de demande, d'autres qui estiment que les mc do pourraient tous ouvrir leurs drives parce que franchement un mois sans big mac c'est abusé... Bon après, j'avoue que la majorité de mes clients étaient compréhensifs face à la situation, ou au moins qui faisaient avec, mais alors certains... Tu vois le sketch des guignols avec M. Sylvestre et les con-sommateurs ? Voilà.

Répondre
  Kinvald  |  46

C'est beau. Mais encore une fois cela reste naïf.
Tu estimes que la viande doit être un produit de luxe (appelons un chat, un chat). Mais qu'en est-il de Yuan, vivant dans une contrée de la Chine occidentale ? Ou de Karine et Christophe, omnivores français vivant d'emplois précaires et qui ne pourront donc jamais se payer le moindre steak ? Qu'est-ce que tu vas leur dire ? Tant pis, c'est comme ça ?
« Consommer local », d'accord, je suis pour aussi, mais c'est pareil, est-ce qu'un couple avec 4 enfants et de faibles revenus pourra se permettre de moins nourrir ses enfants; car le local et bio à un coût supérieur ?

Plus de télétravail ? Tout dépend des métiers. Un maçon, par exemple, ne pourra jamais faire du télétravail. Cependant, plus de télétravail c'est aussi une hausse de la consommation d'énergie. Seras-tu prêt à payer plus pour ton électricité ? Surtout si nous devons, dans une optique de changement total, se tourner vers une énergie verte à 100%.

Avant de penser à tout ça; ne serait-il pas préférable de concevoir une autre vision de l'économie, des échanges, des biens et des services ?
Car, sans ça, tu auras toujours de grosses inégalités.

Mais moi je veux savoir comment arriverais-tu à faire accepter tout ça à tout le monde et à tous les pays du monde ? Car si des pays comme les États-Unis, la Chine, L'Inde et certains pays européens ne suivent pas, ne serait-ce pas finalement pisser contre le vent ?

Répondre
  Ambrounette13  |  27

À tous ceux qui voit le côté mercantile de la reprise avant le reste je vous suggère de lire l’article du Café pédagogique paru ce matin, intitulé : « combien vaut la vie d’un enfant. »

Répondre
  Medhi Mwajamie  |  24

@ lol37: Je suis pas sûr qu'une économie basée sur une hausse permanente de la consommation de ressources (dont de nombreuses épuisables à court terme), qui vise l'exponentialité et qui s'appuie sur la délocalisation et l'exloitation de certaines populations puissent être qualifiée de "en bnne santé".
C'est le modèle qu'on a toujours connu, et il est difficile d'en imaginer un autre, mais il faut reconnaître qu'il est loin d'être juste et en pleine forme...

Répondre
  Ambrounette13  |  27

@scottducanada : exactement ! Entièrement d’accord avec toi... cette reprise n’a qu’un but économique et peu importe les dommages collatéraux. Favoriser la reprise économique au détriment du reste est un choix politique dans la continuité de ce mandat .

Répondre
  brhd  |  46

Kinvald : "C'est beau. Mais encore une fois cela reste naïf."

Naïf, ou optimiste ?

Ne penses tu pas que les grandes personnes de l'Histoire ont été considérées comme naïves ?
Qu'aux différents renversements de régimes, par exemple la monarchie, certains ne disaient pas que c'était naïf ?

"Mais qu'en est-il de Yuan, vivant dans une contrée de la Chine occidentale ? Ou de Karine et Christophe, omnivores français vivant d'emplois précaires et qui ne pourront donc jamais se payer le moindre steak ? Qu'est-ce que tu vas leur dire ? Tant pis, c'est comme ça ? "
Que veux tu que je leur dise d'autre ?
Que c'est normal de construire des fermes à 1000 vaches, lesquelles sont entassées et sont juste des produits économiques pour satisfaire leurs besoins carnivores ?
Qu'entasser des poules, qui piétinent leurs propres excréments ou les cadavres de leur congénères, c'est normal, parce qu'il faut bien qu'elles mangent, et qu'il faut donc produire en masse ?
Qu'aller à l'encontre du régime alimentaire des animaux pour des raisons de productivité, c'est normal ?
Qu'importer en masse du soja en provenance du Brésil notamment pour nourrir le bétail, il le faut ?

C'est pourtant tout l'impact d'un steack à 2euros. (prix totalement arbitraire, hein :))

A trop considérer que la viande devait être à bas prix, on a complètement marché sur le respect du vivant, considérant la vie animale comme une donnée économique et rien d'autre (l'être humain aussi accessoirement...)

Accessoirement, j'appuie pleinement le commentaire de Mehdi... L'économie n'est en forme que parce qu'à l'autre bout du monde, des êtres humains en paient le prix fort...

Répondre
  mamiehuguette  |  43

Élever pour manger de la viande pourquoi pas.
Le faire au détriment de ta terre, dans des conditions ignobles et au détriment de ta santé, c’est moyen.
Je suis convaincue que manger une bête malade ne peut pas être bon pour l’homme.
Moins de viande mais mieux est peut être un bon compromis...
allez je pars élever mes poulets et me nourrir des légumes du jardin !

Répondre
  brhd  |  46

"Oui, alors sur le marché du produit carné ça n'est pas dénué de sens. On fait de l’élevage pour la viande. "

Du point de vue de l'économie actuelle, considérant les marchés et le rendement comme seul objectif à tenir, ça a même tout son sens.
Et c'est bien là tout le problème de ce système... que l'on ne travaille plus, que l'on ne produise plus pour l'Homme, mais pour l'économie.

Répondre
  Medhi Mwajamie  |  24

@Scott: techniquement, vu la production laitière (ne serait-ce que française) et celle de veau qu'elle implique, c'est logique qu'on consomme avant tout de la vache laitière et du veaux "croisé". Perso, ce n'est pas tant cet aspect qui me gêne: ce serait idiot de gaspiller juste parce que ce n'est pas de la race à viande. Par contre, c'est plus l'échelle de production de la viande, qui s'appuie souvent sur des productions à l'autre bout de la planète, augmentant l'impact carbone et la rend plus fragile (coucou le Covid qui réduit les échanges commerciaux), et le sacrifice de la qualité sur la quantité qui m'embêtent.
Et encore, la France est loin d'être le pire exemple.

Après, même si je considère certaines mouvements au sein de l'agriculture, ou que le fastfood avec sa surcharge en barbaque et en gras comme une aberration, ça m'empêche pas de reconnaître que de nombreux d'éleveurs font preuve de bonne volonté pour avoir une production raisonnée et qui soit aussi plus valorisante pour eux.

Répondre
  Haythan  |  24

Parce qu'il faut impérativement être un activiste pur et dur pour avoir d'autres idées pour gérer la société? Quelle tristesse que macron ne l'ait pas su avant de se présenter, ça l'en aurait sûrement empêché.

Ensuite, de toute façon, nous n'aurons à terme pas tellement d'autres choix que de remettre en cause notre système de production et notre système politique. La crise écologique ne va probablement pas aller en s'arrangeant, entre les sécheresses qui vont probablement se faire plus courantes, les pandémies de même, la mauvaise qualité de l'air, la disparition de bestioles et tout cela. Aux problèmes environnementaux s'ajoute la crise sociale, avec des inégalités qui crèvent le plafond, n'en finissent pas de s'aggraver et le système capitaliste qui répond aux demandes populaires par la violence et la répression. Et pendant ce temps-là, les gouvernements et les transnationales restent dans leur logique productiviste totalement absurde.
Toutefois, je ne pense pas que c'est en consommant plus localement qu'on va changer la donne, pour la simple raison que l'offre entraîne la demande. Tant qu'on restera dans un système où la rentabilité est le moteur de tout, on aura des entreprises qui surexploitent, qui polluent sans se soucier des gens et des environnements, et des gens qui consommeront à l'extrême. Ce n'est pas une question de nature humaine, mais d'éducation et de système. Pour qu'un changement de nos habitudes fonctionne, il faut une refonte du système, une réappropriation des moyens de production et des méthodes de distribution. Ensuite, il y a en effet le soucis qu'il serait difficile de faire prendre un tel changement au niveau global, et le soucis des potentielles ingérences extérieures s'il survenait à l'échelle d'un état isolé.

Répondre
  brhd  |  46

"Sinon, à part changer le monde sur vdm, vous faites quoi de concret pour que nos sociétés changent ?"

Que tu le veuilles ou non, c'est déjà un énorme premier pas d'en discuter, d'échanger, de remettre en cause, et même ses propres convictions.
Si tu n'échanges pas, si tu es un activiste pur et dur, justement, tu vas droit dans le mur.
Et l'échange peut se faire sur VDM, sur un forum de news, sur des réseaux sociaux, dans un bar, ou peu importe.

Concernant la suite de ton commentaire, je n'ai pas envie de me défendre et de lister ce que je fais, j'ai ma propre conscience sur le sujet.
Je te dirais juste que j'agis à mon échelle, que je remet en question mes comportements, et que j'ai conscience de tout le travail que je dois encore effectuer.
Mais je préfère être libre dans ma réflexion, plutôt que suivre tel ou tel groupe ou association, qui ont tendance à te casser ton objectivité (notamment politiquement...).

Répondre

À vrai dire je suis assez d'accord avec ce vous dites, mais je suis surtout d'accord avec le fait que si chacun fait son petit truc de son côté et que finalement on veut changer le monde mais sans s'impliquer ou en restant dans son canapé, c'est un coup d'épée dans l'eau. Et je suis le premier à ne rien faire.

Répondre
  Kaa04  |  52

T’as raison MC, je vais me bouger un peu plus! Le prochain à qui je livre du gazon synthétique parce que "c’est chiant de tondre" je lui fous mon poing dans la gueule.

Répondre
  Pixy  |  36

Finalement ce qui en ressort c'est que l'on va dans le bon sens. Mais on fait des pas si petits que c'est presque imperceptible. Est-ce que ça veut dire que ça ne sert a rien ? Je ne pense pas.
(PS :Ambrounette j'ai cherché l'article dont tu parles mais il a disparu du site)

Par  Joliet Jake  |  51

Comme chacun ici a refait le monde, je vais juste faire remarquer que les gamines savent déjà compter à 6 ans. C'est prometteur ! Si elles survivent à l'épidémie bien sûr...

(Alerte second degré ! Alerte second degré !)

Par  earthwormjim357  |  28

J’ai vu des gamins au supermarché qui jouaient en se mettant le masque sur les yeux hier, donc je pense que le meilleur geste barrière pour les enfants, c’est des adultes responsables qui respectent eux mêmes les mesures afin de ne pas contaminer les enfants... 🦉

Par  Just Dewey  |  18

" Bon ben si tu me dis que tu as le permis de conduire alors que t'as que 6ans je vais te croire et te donner ma liste de courses. " parce que la vérité sort de la bouche des enfants...