Par Laboulette - 26/12/2019 16:00

Big Brother

Aujourd'hui, j'ai appris qu'en plus des caméras, mon patron a aussi fait poser des micros au travail. Comment l'ai-je découvert ? Parce qu’il est descendu me voir, furax, moins d'une minute après l'avoir traité de connard devant une collègue. VDM
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Commentaires
Répondre
  arialune  |  24

En effet c'est illégale ! L'employeur aurait dû au minimum prévenir ses employés et les syndicats. De plus il lui faut un motif légitime pour le faire. https://www.cnil.fr/fr/la-videosurveillance-videoprotection-au-travail (consernant les micros je n'ai rien trouvé mais ce doit être à peu près la même législation)

Par  Florian Christophe  |  14

Pour les caméras, ça doit être affiché a l'entrée de l'établissement. Pour les micros... strictement illégal !
Franchement, négocie une sacrée augmentation pour toi et tes collègues en plus du retrait de ce matériel. Le patron refuse ? dis que vous allez tous déposer une plainte!

Répondre

Ou comme moi : j'en ai rien à foutre.

Je ne vais pas commencer à tout arrêter et repartir vivre comme dans les années 90. Pas pour ça que je suis pour mais c'est comme ça. Mais tant qu'il n'y aura pas un mouvement massif pour arrêter les énormes entreprises d'espionner, il faut s'y faire. Et vu comment "on veut le changement sans changer ses habitudes" (moi le premier), ce n'est pas demain la vieille !

Répondre
  Djef Ray  |  23

Personnellement, ce n'est pas que j'en ai rien à faire, mais difficile de faire autrement sans devoir revenir à une vie un peu déconnectée de la réalité actuelle.

Après, pour ce qu'ils peuvent entendre chez moi, grand bien leur fasse, qu'il s'amusent à essayer de me coller des pubs ciblées, je n'ai rien de bien méchant à cacher, mais si un jour c'était le cas, je prendrais mes précautions, en déconnectant tout les appareils pouvant me trahir.

En revanche, ce qui se passe en chine me parait bien plus préoccupant, avec un fichage généralisé sans consentement et une attribution de points positifs et négatifs en fonction des agissements, qui donnent accès ou non à certains services publics ou avantages particuliers... Ça, ça me fout les jetons, et je crains que cela ne finisse par arriver chez nous un jour, sans qu'on nous le dise bien sûr !...