Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  Monsieur Connard  |  63

Bawé mais c'est son fric. Il en fait bien ce qu'il veut.
Et puis alors vu le nombre de mecs et de nanas qui se lancent dans des études (passionnantes pour certaines) mais carrément inutiles pour trouver du boulot alors que ce sont les filières les plus bouchées depuis 40 ans, c'est un petit beaucoup mérité. M'enfin si c'est bien cette hypothèse, hein.

COMMENTS
Par  doubleK  |  45

Ben si t'a fait un truc du style Beaux-Arts sous acide sans te soucier de l'avenir TLBM. Après si c'est juste que tu as refusé de faire médecine pour faire plaisir à l'ego de papa c'est une vraie VDM .

Répondre
  Flying Whales  |  50

Ce serait drôle du contraire. Genre l'auteur a fait des études de médecine, il a besoin d'aide, et le père ne veut pas car il aurait préféré que son fils fasse des études aux beaux-arts.

Répondre
  Anonyme444  |  18

ca me fait tjrs rire ce genre de discours quand je vois le nombre de personne se lançant dans des études qui ne leurs plaisent pas juste pour les débouchés et qui au final ne trouvent quand même pas de boulot.
Je conseillerais justement de faire les études qu'on aime pour n'avoir aucun regret !
J'ai fait une école d'art avec zéro débouché derrière , me suis reconverti par après et fait un taf vraiment bien payé.
Et j'ai pas de regret d'avoir tenté l'aventure.

Par  Monsieur Connard  |  63

Bawé mais c'est son fric. Il en fait bien ce qu'il veut.
Et puis alors vu le nombre de mecs et de nanas qui se lancent dans des études (passionnantes pour certaines) mais carrément inutiles pour trouver du boulot alors que ce sont les filières les plus bouchées depuis 40 ans, c'est un petit beaucoup mérité. M'enfin si c'est bien cette hypothèse, hein.

Répondre
  Bardrog  |  34

Donc ta vie c'est de te lancer tout de suite là ou ça embauche le plus, même si ça consiste à casser des cailloux sous un soleil de plomb jusqu'à tes 60 ans ?

Répondre
  maegovannen  |  20

Bardog, c'est bien beau de vouloir accorder une place importante à notre passion mais il y a un moment où il faut remplir le frigo. Ou alors, la vie pour toi, ça consiste à dépendre de papa et maman parce que c'est plus bien plus fun de ne faire que ce tu as envie.

Répondre
  lneer  |  20

Pour le coup je ne suis absolument pas d'accord ! En restant lucide sur soi-même, on peut tout à fait faire des études considérées ''inutiles'' (généralement dans les domaines artistiques, est ce vraiment inutile à la société ?) pour s'épanouir, se construire, et se redécouvrir. Il faut arrêter de tout miser sur des études théoriques et ennuyeuses si cela ne nous convient pas, et si l'on se sent capable de réussir dans un domaine bouché et inutile, on se doit de le tenter! Ne jamais prendre de risques est un frein à son développement personnel.

Répondre
  lysbleu  |  15

Article 371-2 du code civil : Chacun des parents contribue à l'entretien et à l'éducation des enfants à proportion de ses ressources, de celles de l'autre parent, ainsi que des besoins de l'enfant.

Cette obligation ne cesse de plein droit ni lorsque l'autorité parentale ou son exercice est retiré, ni lorsque l'enfant est majeur.

On peut donc se retourner contre ses parents s'ils ne veulent pas payer les études, en théorie.

Répondre
  LAlbert11  |  25

Bah y'a tout de même une différence entre avoir une passion et faire payer la communauté pour des années d'études (pendant lesquelles, souvent, on est improductif) qui ne servent pas à cette même communauté.

Attention, je ne dis pas que les études d'art, de psycho, de ceci ou de cela sont inutiles, qu'on a pas besoin d'artistes, de psychologues, de philosophes, etc. Je dis juste qu'on en a pas besoin d'autant que de personnes qui font ces études, souvent par défaut ou parce qu'ils aiment bien ces sujets.
Et ce alors que dans le même temps, on manque de tout un tas de personnes qualifiées dans des domaines très variés.

Personnellement, j'aurais tendance à dire que la communauté devrait financer les études en fonction de l'utilité estimée pour la communauté. Ceux qui veulent étudier par pure passion dans un secteur déjà surchargé, pas de soucis, mais alors ils financent leurs études.
Alors que celui qui veut faire des études dans un domaine en pénurie, on lui finance en totalité (ou presque).

Et rien n'empêche de choisir des études avec débouchés (que ce soit technique, social, intellectuel, etc.) tout en suivant, en auditeur libre, les cours qui nous intéressent, en suivant sa passion comme loisir. Le but premier des études supérieures, ça reste de rendre la personne productive/utile pour la société.

Répondre
  Mnêmosúnê  |  13

Tu mets un gosse au monde tu assumes, au-delà du fait que ce soit une obligation légale et morale de soutenir ses enfants durant leurs études, quelles qu'elles soient, tu as choisi de mettre au monde quelqu'un qui n'a rien demandé. Déjà que la vie n'est pas un cadeau, si tu fais des études qui te plaisent pas pour les débouchés t'as juste envie de crever. Les parents qui verront leurs enfants se suicider pour ça comprendront peut-être un jour leur méprise.

Par  mahiwenn  |  35

Perso, bac +5, concours de la fonction publique de catégorie A, et tout aussi fauchée que toi. Obligée de prendre un deuxième emploi pour boucler les fins de mois. Alors les études... Je me dis qu'un bon CAP m'aurait causé moins de soucis. Mes parents à moi sont en revanche plus compatissants que les tiens. Courage !

Répondre
  Humour_bizarre  |  37

Huguette, je suis désolée pour toi mais il faut faire la différence entre salaire médian et salaire moyen. Un catégorie A, par définition, est au-dessus du salaire médian qui est actuellement de 1789 €.
Donc tous ceux qui gagnent plus de 1789 € font partie des 50% les "mieux payés" en France.
Le salaire moyen est de 2400 € (brut).
Le salaire médian est de 1789 € (brut).
Le salaire net moyen d'un catégorie C est de 1744 € en 2014.
Le salaire d'un catégorie A territorial échelon 1 est de 1830 brut pour un bibliothécaire.
Pour un prof certifié (catégorie A) , qui démarre actuellement échelon 3 (grâce à la masterisation du concours) c'est 2100 € (brut).

Bref... Un fonctionnaire de catégorie A est BIEN payé. Mieux payé que 50% des français. En début de carrière.

Répondre
  Humour_bizarre  |  37

Ariana, c'est probable mais ça reste au-dessus de la médiane.

Et sincèrement, quand on devient fonctionnaire ce n'est pas pour le salaire, mais pour la mission. Si tu n'aimes pas ta mission de prof, vas faire autre chose. Tu étais au courant de ton salaire du début jusqu'à ta retraite avant de passer le concours...donc ne t'en plains pas.

Répondre
  Poupoupipidou  |  48

@Humour_bizarre : attention à ne pas confondre salaire (droit privé) et traitement (fonctionnaire).
Je n'ai pas de chiffre pour illustrer, mais certains collègues fonctionnaires touchent un traitement qui peut paraitre "faible" (et j'insiste sur les guillemets), et ils insistent lourdement là dessus. Sauf qu'ils oublient de dire qu'ils touchent de belles primes à côté. Et souvent, à poste et travail égal, traitement + prime > salaire. Et le coeff pour passer du brut au net est plus proche de 1 pour les fonctionnaires que pour les privés.
Pas pour rien que ça recrute en droit privé pour remplacer des fonctionnaires.

Répondre
  Humour_bizarre  |  37

Poupoupidou, je le sais très bien...puisque je n'ai pas de bulletin de paye mais des relevés de traitements. Et je ne parlais en effet uniquement que des traitements, auxquels s'ajoutent les primes.
Sachant par exemple qu'un prof certifié a 18 h de présence hebdomadaire, généralement 1 à 2 h sup. La première ne peut pas être refusée donc on touche 25% de plus pour la première HSA (heure sup année). Ensuite, pour 3 heures sup, on a un supplément. D'ailleurs on a (TOUS LES FONCTIONNAIRES ONT ) un supplément familial de traitement : en gros plus tu as d'enfants plus tu gagnes ta vie. Une base fixe + un certain pourcentage de ton traitement.

Bref...si t'es fonctionnaire de classe A, tu te fiches de la gueule du monde en disant que tu es mal payé. C'est juste que tu vis au-dessus de tes moyens.

Répondre
  Mnémo 2-5  |  19

Ben detrompe tpi, le monde de la recherche, c'est un truc de ouf, et même si c'est de la recherche historique ou en géographie, y'a tout un monde d'instituts de recherche qui recherchent des étudiants, des post-docs ou des chercheurs, et pour des salaires pas degueu en plus! C'est juste que c'est un monde dont on n'entend jamais parler, ni quand on fait nos etudes, ni dans la vie de tous les jours.... Non, on préfère nous parler du CAP maçon, menuisier ou coiffure! J'ai rien contre ces métiers, qui sont epanouissants pour certains, et surtout hyper utiles à tous, mais y'a peut-être des gamins qui rêvent d'autre chose dans la vie que les pauvres débouchés dont on nous parle depuis les années collège... Actuellement je bosse avec des chercheurs en neurosciences, et avant ça j'étais dans un institut du genre du MIT mais à plus petite échelle, et ça foisonne de monde et ça cherche CONSTAMMENT du monde ! 😄
#onnousauraitdoncmenti!?

Par  Llonewo  |  19

Ça dépend ce que tu as fais comme étude... mais quand je vois les choix de certains, il a peut-être juste raison ?

Il y a quantité de filières sans aucun débouché et les gens font juste ça parce que c'est sympa et après pleurent qu'ils ne trouvent pas de boulot.

J'avais un ami qui avait fait une maîtrise de philo parce qu'il aimait la philo, mais ne voulait pas écrire ni être prof ... bah une fois sur le marché du travail ça ou rien...

Répondre
  Haythan  |  24

Genre, les gens essaient d'étudier ce qui les intéresse plutôt que de rentrer dans une logique de rentabilité? Ah les salauds, inadmissible, j'te foutrai tout ça en camp moi, ils apprendraient les vraies valeurs, comme le travail! Le monde se porterait tellement mieux sans gens qui étudient n'importe quoi, d'ailleurs on devrait supprimer les études inutiles, tout ce dont les gens ont besoin c'est d'un boulot à 16 ans après tout... Non?

Répondre
  elo502  |  31

Étudier ce que l’on veut et s’assumer ça le fait. Vivre au crochet des autres, études ou pas études, ça ne le fait pas. La question n’est pas la rentabilité ou le capitalisme bla-bla-bla...c’est juste que tu fais ce que tu veux de ta vie tant que ce n’est pas avec le fruit du travail des autres.

Répondre
  latourkipenche  |  37

@ Haythan
T'as un compte à régler avec ton père ? Je pense, personnellement, que chacun doit assumer les moyens de ses ambitions. Quand tes études sont en adéquation avec tes capacités, il y a des bourses, publiques ou privées.

Par  Humour_bizarre  |  37

Ayant été prof principale, et ayant vu de bons élèves se fourvoyer et vouloir aller...en psycho, en médecine, en fac d'Histoire Géo... c'est terrible mais au bout d'un moment il faut savoir écouter ses profs et ses parents. J'en ai vu combien revenir 2 ou 3 ans plus tard et me dire "j'aurais dû vous écouter, et aller ailleurs".
Choisir des études totalement bouchées ne mène à rien, sauf si on est BRILLANT dans le domaine.

Répondre
  Haythan  |  24

Eh beh, au vu des commentaires, la situation ne s'est pas améliorée depuis que j'ai quitté le lycée. Pour ma part, la logique du "il faut faire des études pour choisir ce que tu veux faire plus tard, en vue d'avoir un métier qui rapporte" m'a toujours bloqué. L'intérêt des études, l'intérêt d'apprendre, l'intérêt de l'école, ce n'est normalement pas de pouvoir gagner sa vie, d'être rentable. C'est sensé être une fin en soi.
Également, le fait d'insister sur le choix "décisif" que constitue le choix des études aussi tôt qu'au collège me semble contre-productif: ça met une pression pas possible sur les élèves, parce que s'ils ne trouvent pas ce qu'ils veulent faire à 15 ans leur vie semble ratée.
Touste le monde ne sait pas ce qu'iel voudra faire plus tard, et imposer un cursus par défaut, parce qu'il y a plus de débouché, c'est certes une vision pragmatique, mais ce sera loin de convenir dans tous les cas, et comme le dit rizlover, quelles conséquences ensuite?

Répondre
  Humour_bizarre  |  37

Je suis allée un peu vite dans mon commentaire. La médecine n'est pas un secteur bouché, par contre quand un élève me sort qu'il veut être cardiologue, ou neurologue alors que c'est une quiche en sciences...il va peut-être aller en 1ère année, mais jamais beaucoup plus loin.
Quand un élève sort qu'il veut absolument être vétérinaire parce qu'il adore les animaux mais que c'est aussi une quiche en sciences... Là aussi je rigole (jaune).
Quand je vois certaines me dire qu'elles passent le concours d'infirmière alors qu'elles ne savent pas ce qu'est 1 ml...j'avoue que maintenant je vérifie ce que font les infirmières que je croise.
Bref...la proportion d'élèves qui demandent médecine mais qui n'ont pas le niveau est absolument impressionnante. C'est pour cela que je dis que c'est bouché.

Par  Rizlover  |  11

J'entends l'idée de choisir ses études pour les débouchés. C'est ce que j'ai fait. Je souhaite aider mes parents et nous sortir de ces années de galère financière.

Mais le résultat est là : aggravation de ma dépression et mes résultats scolaires en chute libre (j'ai toujours été une "tête" jusqu'à intégrer mon école). Plus aucune motivation. Du mal à me lever le matin.

Et avec la conjoncture actuelle, les débouchés qu'on nous promettait sont plus qu'incertains. Actuellement je suis effrayé à l'idée de gâcher trois ans de ma vie pour rien.

Je ne dis pas qu'il faille choisir uniquement par passion, (à moins d'avoir les moyens), mais juste qu'il est facile de demander à quelqu'un de choisir la raison, sans considérer les conséquences derrière. Et que c'est une société bien triste si l'on ne peut récompenser que les matheux, ingénieurs et commerciaux en oubliant l'art, la littérature et les humanités.

Répondre
  Llonewo  |  19

Pas besoin de viser l'élite et une pression énorme pour avoir des débouchés et avoir de grandes chances de s'assurer une vie professionnelle...

Tu as sans doute visé l'extrême opposé de ceux qui prennent une voie sans débouché juste parce qu'ils aiment bien le domaine.

Entre ces deux extrêmes il y a des dizaines de voies possibles...



Répondre
  sassif93  |  13

Bah en même temps si on pouvait faire ce qu'on veut, être bien payé et trouver facilement un job, qui donc se ferait chier à se lancer dans de longues études pas forcément sexy ? C'est pas un hasard si ce qui est rare est bien payé.

Répondre
  Humour_bizarre  |  37

Il faut devenir plombier. Les plombiers ils ont tout le temps du boulot.
J'ai un pote chaudronnier, il gagne 2 fois plus que moi, c'est pas mal aussi chaudronnier.
Par contre, ne pas choisir les maths, ou l'histoire Géo, à moins qu'on veuille finir prof...

Par  mirkie  |  31

La VDM peut recouvrir tellement de situations... C'est juste pas possible de juger. Les études courtes (qui ne sont pas des vraies études, c'est bien connu) peuvent apporter infiniment plus de possibilités d'emploi que des études longues (CAP cuisine, plomberie, ect ) et correspondre bien plus à la personne, mais forcément, pour Papa, c'est pas polytechniques (ou même le doctorat en philo, suivant le Papa, c'est toujours des études longues). C'est moins flatteur.
Et en cas de coup dur, "si tu avait eu un métier qui gagne mieux, tu aurait eu des économies".