27
Par bothside - / lundi 25 septembre 2017 20:01 /
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Commentaires
Répondre
  misterseven  |  14

Je me pose la question... Quel second degré ? Non parce que clairement la mamie elle est homo/biphobe là. Deja en se montrant rabaissante et en plus pour penser qu'on devient bi comme aussi facilement qu'on se met à aimer un nouveau plat quoi.

Répondre
  Oulalala06  |  11

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  PrincesseMoi  |  43

Au dernières nouvelles on a pas plus le droit d'être raciste que d'être homophone. Et généralement ce genre de haine irrationnelle se traduit pas des insultes et des propos blessant (tu crois que l'auteure n'a pas été vexée par le commentaire de sa grand mère?)

Répondre
  axl_2baz  |  40

En effet, on ne peux pas empêcher qui que ce soit d'avoir des opinions stupides et basées sur du vent ou un peur irrationnelle de la différence. Mais les exprimer de manière insultante, injurieuse ou humiliante et un délit puni par la loi, et ca monte très haut (6 mois et 22500€ pour les injures, le double pour discrimination et provocation.

Répondre
  MadameDodue  |  45

"il ne viens pas vous emm*** parce que vous les appreciez" (oui j'en ai profité pour corriger) le truc en fait c'est pas d'apprécier telle ou telle catégorie de personne, genre j'adooooore les blacks et les homos (j'adooooore l'abstrait, ça marche aussi), c'est de ne pas classer les gens dans des catégories. C'est juste une question d'apprécier (ou pas) les gens en tant que personne. Tu peux être chinois, juif, gay, hippie ou roux, je te considererai de la même manière qu'un quadra mâle blanc non-handicapé chrétien et même pas roux. Elle aimait sa petite-fille avant de connaître son orientation sexuelle, jusqu'à preuve du contraire sa petite-fille n'a pas changé entre temps. Si c'est toujours la même personne, aucune raison de se mettre à la détester.

Répondre

Pas pour rien que j'ai mis "choix" entre guillemets............ Juste façon de dire. Et c'est bien beau de dire que "personne ne devrait aimer + ses principes que ses propres enfants/petits-enfants". C'est terriblement réducteur et ce n'est pas la réalité. On peut très bien en vouloir à ses propres parents/enfants, à un moment ou un autre, d'avoir fait/dit/d'être quelque chose, sans que ça remette pour autant en question son amour pour ceux-ci. Faut pas tout confondre, tout mélanger.

Répondre
  misterseven  |  14

@Karyo Je ne vois pas en quoi c'est réducteur, j'ai plutot l'impression que tu me fais dire ce que je n'ai pas dit. Bien sûr qu'on peut en vouloir à un membre de sa famille, SUR L'INSTANT. Mais sur la durée l'amour est inconditionnel et n'admet pas de hiérarchisation par rapport à des principes eux-aussi établis sur la durée, et surtout des principes intolérants et discriminatoires.

Répondre
  carbone14  |  36

C'est la foire tous ces commentaires... premièrement, il n'est pas interdit d'être homophobe dans ce pays, la seule chose qui est interdite ce sont les propos et actes homophobes. Le délit d'opinion n'existe pas en France. Ensuite, vous n'auriez pas forcément raison de taxer cette grand-mère d'homophobie. Selon le ton, sa phrase peut être entendue comme un trait d'humour et une façon d'encourager la sœur à manger tout en rebondissant sur l'actualité familiale récente, ou comme une remarque teintée d'homophobie sous-jacente. Pour ma part, je suis bon public, aussi y vois-je surtout un trait d'humour. Enfin, je pense qu'on est tous d'accord qu'on ne devient pas homosexuel ou bisexuel mais qu'on l'est par nature, mais d'un autre côté, la tournure langagière adoptée par la grand-mère part juste du postulat que, quelque part, l'acte confère la qualité. En somme, que cumuler un acte hétérosexuel et un acte homosexuel dans sa vie fait de vous une personne bisexuelle. C'est comme si par exemple une fois dans votre vie vous consommez du cannabis, au yeux de la loi vous êtes un délinquant (puisque vous commettez un délit), pourtant en votre for intérieur vous n'avez pas forcément une nature profonde de délinquant ou de fumeur, c'est en quelque sorte l'occasion qui fait le laron.

Pourquoi "avouer", déjà ? Tu as commis un crime que tu t'es enfin décidée à révéler à ta famille ? Et ensuite, pourquoi te sentir obligée de révéler ton orientation sexuelle à ta famille ? C'est quelque chose d'intime, ça ne les regarde en strictement rien. C'est un peu comme de dire : "Oui alors, je préfère la sodomie" ou "Dans la partie du corps de mon partenaire, je préfère les seins". Je suis moi-même bisexuelle mais ma famille n'en sait strictement rien. Ceci, parce que je ne ressens pas du tout le besoin de l'annoncer (encore une fois, ça ne les regarde en rien). Ce n'est pas pour autant que je leur cache quelque chose. C'est personnel, intime, et eux-mêmes doivent avoir des préférences sexuelles que j'ignore (et je préfère rester dans l'ignorance).

Répondre

Je dirais que là, c'est à cause de la société qui, pour faire avancer les mentalités vis-à-vis de l'homosexualité, pousse certaines personnes (célébrités, citoyens lambdas) à ressentir le besoin de le déclarer publiquement. Dans une société saine où toutes les orientations sexuelles seraient communément admises, ben là, nul besoin de le crier sur tous les toits, tout le monde s'en battrait l’œil complet. En plus, là, c'est "bi", c'est encore différent... De plus, "orientation sexuelle" n'est pas synonyme de "préférence quant au genre du partenaire, niveau sentiments amoureux". Ici, dans le cas de l'auteur, je n'en sais rien (et je m'en fous, même XD ). Dans tous les cas, je trouve dommage de ressentir ce besoin, comme si on devait avouer la vérité sur soi-même... Pour moi, à partir du moment où on est honnête, au clair, avec soi-même, ben, c'est largement suffisant. Les autres n'ont rien à y faire.

Répondre
  doubleK  |  32

Tout dépend du contexte. Il se peut que l'auteure ait par le passé présenté à sa famille un ex petit copain et que la relation étant terminée elle se soit mise en couple avec une femme, qu'elle souhaite désormais leur présenter; auquel cas elle est bien obligée de l'annoncer.

Répondre

En effet ! C'est une option à laquelle je n'avais pas pensé. En ce cas, effectivement, mieux vaut préparer la famille. Là, je pensais que c'était juste le dire pour le dire. Et quand c'est le cas, je trouve ça dommage.

Par  sarensour  |  16

Une fois plus sur ce genre de nouvelles tous les biens pensants sont de sortis. Vous croyez que tout le monde qui se déclare non homo(bi, trans, xéno, ou ce que vous voulez)phobe aurait répondu "Super, tu nous les présentes que l'on fasse une partie à 4 ou 5 avec mon concubin(e)".". Et bien non désolé. Chez les autres ça passe, mais quand tu l'apprends ça fait un choc (même si il faut espérer que ça passera avec le temps). Vous pouvez vous dire ne pas être raciste, avoir des copains juifs, arabes, noirs, si un jour notre fille de 18 passe à la maison entièrement voilée et dit "Je viens faire mes valises. J'ai rencontré Mohamed. On part demain ensemble au pays." Et bien vous le prendrez mal également. Là je suppose que la grand mère n'avait rien dit lorsqu'elle a appris mais elle ne pouvait pas garder longtemps. Il fallait qu'elle sorte quelques choses à un moment. Bref c'est une pique pas agréable mais ça lui passera une fois l'émotion passée. Et sinon Mamie verra moins souvent ses petits enfants, mais tant pis. Et bien sur qu'elle n'était pas obligé de "l'avouer". Mais si elle a des relations durables avec quelqu'un, elle n'avait pas forcément envie de laisser son compagnon à l'écart de la famille. C'est donc mieux d'en parler avant plutôt que le présenter directement.

Répondre
  MadameDodue  |  45

Si c'est rapport à mon commentaire, celui ci était en réponse à celui de soya (je crois) qui s'imagine qu'être tolérant c'est aimer tout le monde. Pour moi la tolérance c'est de ne pas juger quelqu'un sans le connaître juste parce qu'il est bleu, vert ou à rayures. Après je suis d'accord qu'on n'est pas forcé d'approuver les choix de tout le monde (encore qu'être homo ou bi c'est pas trop un choix, l'auteur n'a probablement pas pesé le pour et le contre avant de se dire "hey, être bi c'est super pratique en fait, je vais faire ça" :D). Mais pour reprendre ton exemple c'est différent de la VDM, tu parles d'un changement radical. Dans le cas de la VDM l'auteure est ce qu'elle a toujours été, c'est juste que mamie n'était pas au courant. Après je suis d'accord avec toi, autre éducation, autre temps autres mœurs, tout ça, c'est concevable que ça ne passe pas bien tout de suite. Sauf que les commentaires auquel je répondais c'était un peu style "c' est son droit d'être homophobe, c'est son droit de ne plus t'aimer" (pour simplifier) sauf que c'est pas parce que tu mets les gens dans des cases que ça les rend meilleures ou moins bonnes.

Répondre
  misterseven  |  14

Ça ne choquerait personne si tout le monde faisait le simple effort de ne pas supposer une hétérosexualité et cisidendité par défaut chez les autres, et a fortiori si ces personnes là se mettent à faire des plans et des fantasmes sur la merveilleuse vie que va avoir son enfant avec une personne du sexe opposé... Donc non, il n'y a pas d'excuse à être choqué d'apprendre que son enfant est homo ou bi, surtout pour dire des horreurs blessantes comme l'a fait la mamie.

Chargement…