Ready or not ?

Par gyneco PMA - 05/07/2019 06:30

Aujourd’hui, je vois une patiente enceinte de 3 mois. Après 4 ans de traitements et une fausse couche, je lui dis que cette fois, elle ira au terme. Elle a fait une crise de panique parce qu’elle n’est pas sûre d’être prête à devenir maman. VDM
Je valide, c'est une VDM 6 461
Tu l'as bien mérité 465

Dans la même collection

Top commentaires

Harbard 30

Faux. Archi faux Tharkun. Ethique et déontologie, relation médecin-malade : « La relation médecin/malade reste d’un domaine très original et ne ressemble à aucun autre type de relation. Le médecin doit apprendre l’empathie c’est-à-dire la capacité à mettre en place une relation de soutien et de compassion vis-à-vis du patient, sans aller vers des sentiments plus conformes aux relations inter humaines habituelles c'est-à-dire de sympathie ou d’antipathie. Dans ce contexte le médecin doit être à l’écoute du patient, respecter ses désirs, être capable de discuter sans passion de la problématique que lui pose le patient, en respectant son avis, et sans exercer trop de pression pour faire valoir un point de vue ou une conduite à tenir refusée par le patient. Chaque patient a une personnalité différente à laquelle le médecin doit s’adapter dans la relation médicale qu’il établit à partir de la demande exprimée par le patient. »

En même temps cette pression que la PMA met sur les couples (et la femme en particulier)... Quand ça finit par marcher c'est merveilleux mais tous les échecs sont éprouvants. Certains y laissent même leur couple. Alors on comprend cette dame et courage à toi aussi pour rester patient et soutenant 😊

Commentaires

En même temps cette pression que la PMA met sur les couples (et la femme en particulier)... Quand ça finit par marcher c'est merveilleux mais tous les échecs sont éprouvants. Certains y laissent même leur couple. Alors on comprend cette dame et courage à toi aussi pour rester patient et soutenant 😊

La patiente, c'est elle, pas lui ! Et le rôle du médecin, ce n'est pas le soutien, c'est le suivi médical. Le soutien, c'est le rôle des proches.

TataGaga 11

J'espère que tu n'es pas médecin !!!

Harbard 30

Faux. Archi faux Tharkun. Ethique et déontologie, relation médecin-malade : « La relation médecin/malade reste d’un domaine très original et ne ressemble à aucun autre type de relation. Le médecin doit apprendre l’empathie c’est-à-dire la capacité à mettre en place une relation de soutien et de compassion vis-à-vis du patient, sans aller vers des sentiments plus conformes aux relations inter humaines habituelles c'est-à-dire de sympathie ou d’antipathie. Dans ce contexte le médecin doit être à l’écoute du patient, respecter ses désirs, être capable de discuter sans passion de la problématique que lui pose le patient, en respectant son avis, et sans exercer trop de pression pour faire valoir un point de vue ou une conduite à tenir refusée par le patient. Chaque patient a une personnalité différente à laquelle le médecin doit s’adapter dans la relation médicale qu’il établit à partir de la demande exprimée par le patient. »

Ah ? Comme ce cancérologue d'un grand CAC de la région parisienne, qui à la première consultation d'une patiente lui a dit : "Madame, vous arrivez bien tard..." On ne doit pas avoir la même notion de l'empathie...

On connaît tous des médecins froids, des profs dilettantes, des policiers corrompus... J'ose espérer que ça ne nous permet heureusement pas de généraliser à l'ensemble de la profession à chaque fois.

Tharkun, après il y a des cons partout.

Au pire , ça fera un repas . C’est très tendre un bébé de lait à la broche ...

Après 4 ans d'espoirs et d'échec, une future vie imaginée et idéalisée tout ce temps, ça peut être vertigineux quand ça devient réalité. Elle s'est protégée jusqu'ici en investissant pas ce bébé afin de ne pas être déçue une fois de plus, il faut lui laisser le temps d'atterrir.

C'est pour créer le buzz. La dernière qui l'a fait est toujours célèbre 2000 ans après...

ade60 36

Peut-on vraiment être prêt à être parent...?

Je trouve un peu limite le fait de lui dire qu’elle ira au terme, personne ne peut prévoir ce qu’il peut se passer les 6 mois restants. Lui dire qu’elle présente de bonnes conditions pour aller au terme ou encore les chances sont de son côté sont des formules plus appropriées à mon sens.

je la comprend j'ai eu 6 ans de PMA quand ca a enfiin fonctionné ba j'ai pas réalisée. Par peur je n'ai pas vécu ma grossesse heureuse mais renfermée. Maintenant mon ange à 3 mois je suis comblée. D'ailleurs j'ai tellement bloquée que jai du faire des séances d'hypnose pour atterrir. c'est une dinguerie.