Rassurant

Par Anonyme - 08/08/2022 16:20

Aujourd'hui, enceinte et très anxieuse à cause de l'accouchement à fort risque hémorragique qui approche, je confie à mon mari ma peur de mourir. Il me répond : "T'inquiète, on s'en sortira !" VDM
Je valide, c'est une VDM 3 653
Tu l'as bien mérité 537

Dans la même collection

Top commentaires

Je pense que le « on  » t’incluait, sois donc rassurée.

ThéorieFumeuse 12

Je trouve sa façon de dédramatiser touchante. Si tu le vois s'inquiéter aussi, que va t il se passer ? Il joue le rocher, profites-en !

Commentaires

Je pense que le « on  » t’incluait, sois donc rassurée.

Courage, les obstétriciens sont habitués à gérer ce genre de chose. ;)

L'hémorragie du post-partum c'est 7% des accouchements mais seulement 1 décès sur 10 000 accouchements dans les pays développés contre 1 décès sur 100 accouchements dans les pays en voie de développement. Donc si, en France c'est une complication fréquente et relativement maîtrisée.

Ma femme est "partie" à cause de ça et de certaines autres complications. (Après, tu ne pouvais pas le savoir, hein..)

J'ai une belle-soeur qui a bien failli y rester pour les mêmes raisons, je compatis.

Tu m'en vois navré mais malgré les décès que l'on n'arrive malheureusement pas à empêcher, ça reste une complication avec un excellent pronostic. Et si jamais l'auteur de la VDM ou d'autres femmes confrontées (maintenant ou plus tard) à cette perspective nous lisent, elles ont sans doute plus besoin d'être rassurées en sachant que dans l'immense majorité des cas ça se passe bien, plutôt que d'être angoissées par les rares et malheureux décès.

Pour avoir failli y passer, c'est en 1 minute que tout se joue. La sage femme qui m'a sauvée en mettant sa main (son bras ?) en moi a eu un réflexe de dingue, et il y avait une autre sage femme qui observait, elle était figée. Donc bon, OK, ce genre de complications ça arrive "rarement", mais ça arrive. Et c'est particulièrement flippant.

"Si la France est la grande championne des grossesses en Europe avec 800 000 naissances environ par an, elle mérite un bonnet d'âne pour ses chiffres de mortalité maternelle. En effet, chaque année en France, 70 femmes meurent de leur grossesse ou des suites de leur accouchement. Le taux de mortalité maternelle est donc de 9,6 pour 100 000 naissances, un chiffre encore bien trop élevé." Je continue, si t'es pas convaincu : " Il apparaît également que dans la moitié des cas pourraient être évités avec une meilleure prise en charge de la patiente. La cause la plus fréquente de décès est l'hémorragie, au moment de la délivrance et, très souvent en sous-effectifs, le personnel hospitalier n'est pas toujours capable de faire face à ces situations d'urgence. Selon les conclusions de l'InVS, la majorité des hémorragies auraient pu être évitées si des soins appropriés avaient été prodigués en temps utile."

Il me semblait pourtant que la première cause était l'embolie amniotique devant l'hémorragie de la délivrance en France, enfin c'est ce qu'on m'avait dit après que j'ai survécu miraculeusement à l'embolie amniotique. À moins qu'ils englobent toutes les hémorragies et pas seulement celles de la délivrance.

La discussion tourne un peu en rond… C'est 7 femmes sur 100 concernée (donc 7%) par cette complication et un taux de décès de 1 pour 10 000 (0.01% ou 9.6 pour 100 000 comme tu l'as mentionné, c'est très proche). 99.99% de taux de survie, peut-on vraiment nier que c'est un excellent taux de survie ? Je ne dis pas qu'il ne pourrait pas être meilleur et si le point d'amélioration comme tu le cites c'est d'appliquer les soins appropriés en temps utile, je ne suis pas sûr que le levier ce soit la formation des professionnels (obstétriciens, sage-femmes, infirmiers en service d'obstétrique) qui gèrent ce genre de choses tous les jours mais plutôt le manque de moyens (humains notamment) ou encore la formation de certains acteurs de la chaîne des secours (secouristes par exemple) qui ne sont pas habitués à ces complications et qui réalisent néanmoins un certain nombre d'accouchements. Quoi qu'il en soit, dans la situation de l'auteure, la situation est identifiée à l'avance, l'accouchement sera réalisé avec toutes les précautions nécessaires, avec un personnel formé et tout le matériel à portée. Et surtout un taux de survie de 99.99%. Et pour répondre à la question plus bas, la cause la plus fréquente de l'hémorragie de post-partum, c'est l'atonie utérine (> 50%).

Ils ne sont pas toujours doués par contre pour rassurer une future maman anxieuse. Certains sont même tellement concentré sur la technique qu'ils oublient l'aspect humain quand tu as une grossesse à risque. Pour rappel si le risque d'hémorragie de la délivrance est un classique qui est souvent bien pris en charge, il y a d'autres situations comme le placenta praevia recouvrant qui est une vraie bombe à retardement car si tu entre en travail avant la date de la césarienne tu peux y rester avant d'arriver à l'hôpital. L'auteur est peut-être dans l'une de ces situations particulièrement à risque et c'est aussi le rôle des soignants de prendre en charge les angoisses engendrées.

Alexaandra406 19

les obstétriciens sont accompagnés de sage femmes, et je dirai même que ce sont les sage femmes qui sont accompagnés des obstétriciens si besoin, et qui écoutent et parlent davantage dans les situations urgentes

Je n'ai croisé qu'une seule sage femme correcte sur les 6 croisées. Quasiment toutes avaient la fâcheuse manie de juger, culpabiliser,...et ce qui est amusant c'est que si tu compares ce qu'elles disent, c'est à chaque fois un son de cloche différent d'une sage femme à l'autre. Sur les 3 obstétriciens croisés (mon habituel, et les 2 de garde lors des 2 derniers accouchements), les 3 disaient la même chose, et étaient rassurants et professionnels. Et je ne parle pas des puéricultrices...aucune n'avait le même protocole...pourtant c'était dans la même clinique...qui est très très réputée. Bref...les sages femmes ne sont pas toutes les plus compétentes du monde. Il faut surtout bien choisir son équipe (oui oui, on a le droit de refuser une personne dans sa salle d'accouchement).

ThéorieFumeuse 12

Je trouve sa façon de dédramatiser touchante. Si tu le vois s'inquiéter aussi, que va t il se passer ? Il joue le rocher, profites-en !

Karbonythe 17

Et ben reste en vie juste pour l'enquiquiner !

Je préfère savoir que mon mari a les épaules suffisamment larges pour pouvoir s'en sortir, s'occuper des 3 petits sans moi, plutôt qu'un pleurnichard qui viendrait me dire qu'il ne survivrait pas sans moi. Courage pour la fin de ta grossesse, et ton accouchement. Bizarrement c'est en rédigeant un testament d'une dizaine de pages que j'ai pu me débarrasser de cette idée que j'allais y passer...si ça peut t'aider...

Si tu peux essaye de trouver une sage-femme qui pratique l'hypnose ou à défaut la sophrologie, ça aide bien à gérer ce genre de situation angoissante.

Je suis pas gynéco, du coup je pose la question vraiment pour savoir, pourquoi en cas de risque connu comme cela, on ne programme pas une césarienne ? Cela ne rend pas le contrôle des risques hémorragiques plus simple d'avoir une vue sur l'utérus et d'être sûr qu'on peut enlever le placenta à la main ? C'est une vraie interrogation, pas taper. Je suis aussi enceinte, ma plus grosse peur est que ça se passe mal et de laisser mes enfants orphelins.

MirabellePrune 36

Si elle est un des rares cas de femme hémophile, une césarienne ne va pas aider. De même si l'hémorragie se déclenche avant la date prévue pour une raison x ou y. Par exemple.

C'est une question légitime, j'ai du mal à comprendre les moins. Dans certains cas (notamment placenta prævia), la césarienne en urgence est effectivement la seule solution. Maintenant, la césarienne même si c'est une opération de routine n'en reste pas moins une opération chirurgicale, parfois sous anesthésie générale, avec tout ce que cela suppose de risques immédiats ou différés, majoritairement pour la mère et notamment pour les grossesses suivantes (ce qui n'empêche pas qu'il y a une très longue liste de complications immédiates diverses et variées, comme pour toute opération chirurgicale). Le taux de mortalité d'un accouchement en France c'est 0.01% ce qui est très faible, la balance bénéfice-risque n'est donc pas en faveur de la césarienne dans la grande majorité des cas d'hémorragie du post-partum.

Parceque selon la complication la césarienne peut aussi être à fort risque hémorragique. Par exemple si tu a un placenta recouvrant le col de l'utérus et situé à l'avant du bébé (praevia antérieur) non seulement il est obligatoire d'accoucher par césarienne programmée, mais si tu entre en travail avant et que le bébé appuie sur le placenta tu risque de te vider de ton sang avant d'arriver à l'hôpital. Programmer avant c'est prendre le risque de la prématurité. Et même si la césarienne se fait à la date prévue, le chirurgien du fait de la position antérieure va tomber sur le placenta avant de tomber sur le bébé ce qui représente un fort risque d'hémorragie également. Si le risque hémorragique est lié à une hémophilie ou autre défaut de coagulation, une césarienne ne peut faire sous rachi anesthésie ou péridurale car sinon la patiente peut se retrouver paralysée à vie. Donc anesthésie générale, qui est à risque majeur pour le bébé puisqu'il se retrouve endormi avec la maman. Bref c'est pas toujours si simple.

Merci pour la réponse ! Je connaissais certains risques liés à la grossesse mais pas le placenta praevia antérieur, effectivement ça complique fortement l'accouchement. Et je n'avais pas pensé à l'hémophilie.

Il y a a tout un tas d'autres situations aussi merdiques bien que rares. Pour moi si l'auteur parle d'un accouchement à fort risque hémorragique c'est qu'elle est averti qu'elle est dans une de ces situations.