Pensée magique

Par Chatmaille - 12/01/2022 18:01

Aujourd'hui, je suis porteuse d'un volumineux kyste cérébral, qui me provoque nausées, maux de tête, crises d'épilepsie, et amputation du champ visuel gauche. Exaspérée, ma mère m'a sermonnée : "Essaie d'aller mieux, bon sang !" VDM
Je valide, c'est une VDM 4 644
Tu l'as bien mérité 273

Dans la même collection

Top commentaires

Doudou070198 3

C'est plutôt triste de la part de la maman ...

Kinako 12

Ça sent la mère toxique à plein nez... Bon courage.

Commentaires

Doudou070198 3

C'est plutôt triste de la part de la maman ...

MirabellePrune 36

J'espère que vous ne subissez tous ces désagréments que dans l'attente de votre opération. Courage. (pour les mois à venir et d'avoir une mère aussi peu empathique)

Kinako 12

Ça sent la mère toxique à plein nez... Bon courage.

Effectivement. Elle est extrêmement ambivalente, ce qui en soit est très toxique parce-qu'on ne sait jamais à quoi s'attendre...

Y a une mère toxique qui s'est sentie visée

Mais bien sûr... en 1 phrase, on le voit tout de suite !

« Tout ça, c'est dans ta tête ! Oh wait... » Je me permets de compatir même si je ne connais pas ta situation ; j'ai lu foison de témoignages de gens ayant vu leurs troubles, particularités ou affections invalidantes être niées ou minimisées par leur entourage, qui ne peut pas/ne veut pas se mettre à leur place. Un peu comme dire « tu pourrais faire un effort » à une personne autiste, qui fait déjà tout son possible et prend énormément sur elle pour compenser sa différence, s'intégrer et paraître normale. Le sujet n'est pas comparable, mais la mécanique de pensée est la même : nombre de gens ne te prennent pas au sérieux s'ils ne vivent pas eux-mêmes la chose de l'intérieur pour se rendre compte que ces exigences sont irréalistes. Beaucoup ont des positions validistes vis-à-vis du handicap, enjoignant les concernés à « se dépasser » et surmonter leur condition, valorisant ceux qui ne laissent rien paraître de leurs difficultés/souffrances. C'est doublement néfaste, car d'une part c'est croire que la volonté suffit à sortir de cet état alors qu'on ne peut pas toujours contrôler les affections de son corps ; et d'autre part c'est une façon commode d'invisibiliser le problème pour ne pas avoir à écouter, reconnaître et prendre en compte les besoins de la personne, la laissant sans soutien. J'ose espérer qu'une intervention chirurgicale pourra soulager tes maux.

joneche 6

Vraiment irrespectueux. J'ai eu la meme chose que toi. Sans te connaître je suis sûre que c'est pas toi qui a réclamé d'avoir ce kyste ! Un peu voir meme tres evident. Garde la fierté et te tourne pas vers elle, si ça lenmerde autant Je t'envoie tout le courage 🤜🤛

Je me serais clairement passée de ce kyste, ça, c'est clair ! J'ignore ce qu'elle peut bien me dire, bien que parfois ça me heurte quand même. Je me dis que c'est sa façon à elle de réagir, que peut-être elle se rassure ainsi, en minimisant...

Kaeltha 17

Courage pour ton combat et pour supporter les paroles de ta mère. Je vis la même chose (autre pathologie), faut tenir bon 💪

Merci beaucoup ! Courage également, il faut bien s'entourer.

C'est vrai que dans un sens, on peut dire que c'est dans ma tête ! 😅

Pour vous en dire un peu plus, c'est une affection qui est généralement bénigne car ce genre de kyste n'est, dans la plupart des cas, pas très volumineux. Ça devient problématique lorsque, comme c'est le cas pour moi, il est de gros volume et continue de grossir au point de comprimer le cerveau. Le miens est en plus situé juste derrière mon oeil gauche. On commence doucement à parler d'opération. Quant à ma mère, elle a toujours été très ambivalente. Je ne sais jamais à quoi m'attendre à l'avance. Je me dis que c'est simplement sa façon de gérer les choses. Peut-être qu'inconsciemment, le fait de minimiser est une façon de se rassurer et de se protéger émotionnellement. Mais ça me pèse parfois d'avoir à me prendre ce genre de réflexion. 😕

bazou 30

C’est bien de se montrer diplomate comme vous le faites, surtout dans ce genre de situation. Bravo. Malgré tout, c’est incroyable d’avoir a le faire. Pour avoir des gens dans mon entourage avec des pathologies plus ou moins « handicapantes » (je prends des pincettes avec ce mot qui revêt trop souvent un aspect négatif au lieu d’un simple fait), j’ai pu constater que l’handicap n’en devient réellement un que par l’œil de celui qui nous reflète notre propre état (regards hautain, dédain, mépris, pitié...). Courage, fort heureusement, tout le monde n’est pas comme ça, et j’ose espérer qu’autour de vous, il y a des gens qui vous acceptent comme vous êtes, à l’instar de toute personne avec ses qualités, ses défauts, et ses particularités. Certains handicaps sont plus lourds que d’autres, mais aucun n’excuse un manque de considération ou de respect.

C'est le même principe que le fameux : Tu fais quoi? J'attends le bus / je suis dans la file du supermarché etc Ben dépêche toi! *Toi qui de dépêche d'attendre ou qui attend plus vite*