Merci Maman pour le soutien

Par Cathy - 16/03/2023 08:20

Aujourd'hui, je suis enceinte de bientôt 7 mois et je souffre de beaucoup de symptômes. Racontant mes malheurs à ma mère, celle-ci me rétorque : "Je ne vais pas te plaindre, tu l'as voulue cette grossesse! " VDM
Je valide, c'est une VDM 3 758
Tu l'as bien mérité 1 359

Dans la même collection

Top commentaires

bon courage je comprends, certes on choisit une grossesse mais on ne choisit pas tous les maux qui peuvent y être associés et ça les gens font semblant de pas comprendre. ds le même genre il y a les remarques "tes enceinte tes pas malade", certes mais avec les mêmes symptômes en dehors de la grossesse là on comprend notre mal être...bref je vous souhaite une bonne fin de grossesse

@Tit choucas : tu sais, il y a un an, j'ai vu une VDM où de jeunes parents se plaignaient des contraintes d'un bébé (enfant désiré de longue date) et proposaient sans cesse à leurs amis de le prendre en babysitting chez eux depuis leur retour de la maternité. Ma première réaction a été de dire qu'ils s'étaient mal préparés, qu'ils ont déchanté en vivant les débuts de la parentalité pour de vrai, et qu'ils voulaient se défiler en conséquence. On m'a fait remarquer que je devrais éviter de les juger (je suis un jeune homme célibataire sans enfant, je ne sais pas ce que c'est qu'être parent) et qu'un minimum d'humilité et de compassion envers eux était préférable. On m'a également expliqué qu'un parent n'est jamais préparé à tout, même en ayant désiré un enfant de tout son être, et en ayant anticipé la plupart des contraintes qui viennent inévitablement avec. Ce qui est logique : on ne se rend pleinement compte des choses qu'à partir du moment où on les vit de l'intérieur ! Et un parent, comme tout le monde, a le droit de ressentir et d'exprimer un mal-être (même si ce dernier découle d'une situation qu'il a voulue et choisie) et d'espérer le soutien et la compassion de ses proches. Beaucoup de choix de vie amènent à des expériences éprouvantes (attendues ou non), et la personne aura beau savoir dans quoi elle s'engage, il arrivera des moments où elle va accuser le coup ; ça ne veut pas dire qu'elle n'assume pas les conséquences de sa décision. Par exemple, quand t'adoptes un chaton, tu sais qu'un jour il va mourir et que tu en seras très affecté(e). Personne ne te dira « Tu l'as voulu, alors ne pleure pas et assume ». [1/2]

Commentaires

bon courage je comprends, certes on choisit une grossesse mais on ne choisit pas tous les maux qui peuvent y être associés et ça les gens font semblant de pas comprendre. ds le même genre il y a les remarques "tes enceinte tes pas malade", certes mais avec les mêmes symptômes en dehors de la grossesse là on comprend notre mal être...bref je vous souhaite une bonne fin de grossesse

La différence entre la maladie et la grossesse, c'est que la grossesse est choisie. Donc je trouve assez irrespectueux de la mettre sur le même plan que la maladie ou le handicap.

qui te parle de handicap ! ce qui est irrespectueux c'est surtt ton manque d'empathie !

Je ne comprends pas pourquoi on devrait avoir de l'empathie pour quelqu'un qui choisit son état en connaissance de cause.

Ce que tu écris, c'est comme si tu pensais "Des migrants sont morts en traversant la manche ? Ils ont fait un choix, pas d'empathie pour eux". On est sur un gros niveau de baltringue.

En quoi c'est comparable ? Les migrants qui traversent la mer n'ont pas tellement le choix.

Ils font le choix de partir. Nombre d'entre eux ne savent pas nager. Ils connaissent les risques. Dans ta froide et inhumaine logique, il ne faut pas avoir d'empathie pour eux si ils meurent. "C'est un choix ".🤡

Sauf que dans ton exemple, les risques pris sont mis en balance avec d'autres dangers. Je ne vois pas comment tu peux comparer les deux situations. Dans le cas de la grossesse, tu choisis juste par envie, pas par nécessité.

Mon petit moineau, s'ils partent, c'est un choix. Le choix de vouloir fuir les persécutions, la guerre ou autres joyeusetés. Par conséquent, si nous suivons ton impitoyable logique, il faut avoir zéro empathie pour eux. Quoi qu'il en soit, j'espère que tu n'auras jamais la moindre maladie ou problèmes médicaux des suites de tes choix.

Les femmes enceintes le font-elles pour fuir des persécutions ? Non ? La situation n'est donc pas comparable. De même, avoir une maladie à la suite de ses choix de vie ne veut pas dire qu'on a envie d'être malade. Alors que la grossesse (dans le cas où elle est désirée), on l'a parce qu'on en a envie.

Tu es à deux doigts d'avoir une épiphanie. Reste concentré l'ami. Reste concentré. Si tu estimes qu'on doit avoir de l'empathie pour , par exemple, quelqu'un qui aurait un cancer des poumons des suites d'un tabagisme poussé, car avoir un cancer malgré les risques, il n'en voulait pas, pourquoi devrait-on ne pas avoir d'empathie pour une femme enceinte qui aurait des effets secondaires ? Elle ne choisit pas d'en avoir.

"les migrants n'ont pas tellement le choix" pas tellement ça veut dire qu'ils l'ont quand même un peu. C'est déjà trop, pas d'empathie !

T'as raison, 0 empathie ! On arrête de laisser les places assises aux femmes enceintes ! Et même aux vieux. C'est un choix d'être vieux. Il y a le suicide ou l'euthanasie.. Non mais ! Et puis faut arrêter d'aider les pauvres, ffs de ffs ! Un rein ça vaut 250k€ sur le marché noir. Ils font le choix d'être pauvres ! Rah les enflures !

Contrairement à la grossesse, la vieillesse et la pauvreté ne sont pas des situations dans lesquelles on se retrouve juste par envie.

Bah si. Ils ont envie d'être vieux et pauvres. Sinon ils se suicident ou ils n'ont qu'à vendre un de leurs reins. Pas d'empathie ! Pas d'empathie ! Pas d'empathie !

Nan mais la surinterprétation. Ui parle de handicap ? Ce que dit Lhylia c'est qu'une personne pas enceinte qui te dit qu'elle a envie de vomir tu la plains, alors que une personne enceinte qui te dit qu'elle a envie de vomir tu lui dis qu'elle a choisi d'être enceinte. Idem avec les maux d'estomac, les baisses de tension, la fatigue etc.

Mais ça me paraît juste logique de plaindre ceux qui n'ont pas choisi ce qu'ils subissent 🤔

Ben du coup si quelqu'un vomit parce qu'il a une gastro, zéro empathie parce qu'il fallait bien laver ses mains et sa nourriture.

asxefv 8

Ce n'est pas une maladie à proprement parler mais la personne enceinte peut être malade du fait de sa grossesse (diarrhée, nausées, diabète, hypertension,etc...). Et si, la grossesse est un handicap (temporaire certes) d'après la définition du Larousse : "Limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société due à une altération des capacités sensorielles, physiques, mentales, cognitives ou psychiques."

Choisie? Dans le meilleur des scénarios, oui. Pas toujours le cas malheureusement (lois, etc.). Et comme disent les autres commentateurs, même si elle est choisie, vous acceptez les effets secondaires généraux (tout en espérant ne pas en avoir) et cela ne dit rien des grossesses les plus difficiles.

Je parle évidemment dans un contexte où l'on a accès à la contraception et à l'IVG. Et après il ne faut pas non plus avoir fait médecine pour savoir qu'une grossesse implique des désagréments, et potentiellement des risques et des complications lourdes. Quand on fait ce choix, on doit faire avec les conséquences qu'il implique.

Ah oui mais non, il y a des complications avec les IVG et pas mal de contraceptifs. La seule solution c'est de pas avoir de rapports sexuels.

@Tit choucas : tu sais, il y a un an, j'ai vu une VDM où de jeunes parents se plaignaient des contraintes d'un bébé (enfant désiré de longue date) et proposaient sans cesse à leurs amis de le prendre en babysitting chez eux depuis leur retour de la maternité. Ma première réaction a été de dire qu'ils s'étaient mal préparés, qu'ils ont déchanté en vivant les débuts de la parentalité pour de vrai, et qu'ils voulaient se défiler en conséquence. On m'a fait remarquer que je devrais éviter de les juger (je suis un jeune homme célibataire sans enfant, je ne sais pas ce que c'est qu'être parent) et qu'un minimum d'humilité et de compassion envers eux était préférable. On m'a également expliqué qu'un parent n'est jamais préparé à tout, même en ayant désiré un enfant de tout son être, et en ayant anticipé la plupart des contraintes qui viennent inévitablement avec. Ce qui est logique : on ne se rend pleinement compte des choses qu'à partir du moment où on les vit de l'intérieur ! Et un parent, comme tout le monde, a le droit de ressentir et d'exprimer un mal-être (même si ce dernier découle d'une situation qu'il a voulue et choisie) et d'espérer le soutien et la compassion de ses proches. Beaucoup de choix de vie amènent à des expériences éprouvantes (attendues ou non), et la personne aura beau savoir dans quoi elle s'engage, il arrivera des moments où elle va accuser le coup ; ça ne veut pas dire qu'elle n'assume pas les conséquences de sa décision. Par exemple, quand t'adoptes un chaton, tu sais qu'un jour il va mourir et que tu en seras très affecté(e). Personne ne te dira « Tu l'as voulu, alors ne pleure pas et assume ». [1/2]

[2/2] Il n'y a rien d'hypocrite à solliciter la compassion d'autrui quand ton mal-être découle d'une décision que tu as prise. Ce n'est pas comme si l'autrice de cette VDM disait « C'est trop injuste ce qui m'arrive ! » Ce qu'elle espère plutôt, ce sont des mots ou des gestes de soutien pour l'aider à traverser ce moment difficile. N'oublie pas que la grossesse n'est que la première étape d'un long chemin de vie qui amènera encore bon nombre de joies et de peines. Faut-il pour autant taire toute forme de mal-être en lien avec le fait d'être parent ? C'est un sujet tabou dans la société, mais tout le monde peut souffrir un jour des conséquences directes ou indirectes de ses choix ; donc il est important que les parents puissent trouver une oreille attentive qui les écoutera au besoin, sans les juger ou les blâmer. Et tu affirmes que l'autrice choisit son état en connaissance de cause, mais bien malin qui peut dire à quel point une grossesse est douloureuse à vivre avant de l'avoir vécue... Dans la mesure où ni toi ni moi ne saurons jamais ce que ça fait, nous avons encore moins notre mot à dire. Par contre, il est évident que toutes les femmes ne sont pas égales face aux maux que peut amener une grossesse.

Tu as probablement raison. Pour être honnête, j'ai peu d'empathie par nature, et encore moins à l'égard des parents du fait que je suis antinataliste et childfree. J'ai trop souvent l'impression que les parents font des gosses pour ensuite se plaindre de ce que les enfants sont des enfants et changent leur vie (de même pour la grossesse). J'ai sans doute des réactions à contre-courant parce que je n'arrive pas à m'identifier ni à avoir de compassion pour ces personnes. Cela dit, ça ne me motive pas du tout à remettre les choses en question quand je vois qu'on s'amuse à comparer la grossesse à des situations aussi graves et inévitables que la maladie, la noyade de migrants, ou la pauvreté. Ça me paraît juste complètement surréaliste de lire ça.

Ammon+ 17

Ce que je trouve surréaliste c'est de penser que se comporter comme une petite merde envers les femmes enceintes est une bonne pensée car "elles décident d'avoir un enfant". Tu as bien raison d'être childfree. Merci de ne jamais en avoir. Ce serait dommage pour ta copine de faire un enfant avec quelqu'un qui est plus proche du robot que de l'humain.

Les insultes n'apportent rien à la discussion.

Ammon+ 17

Les émotions ne viennent pas sur commande, donc je ne te blâmerai pas de ne pas parvenir à éprouver de l'empathie pour les futures mères ; mais je pense que leurs maux méritent au moins l'attention, les paroles ou les gestes bienveillants de leurs parents. Qui plus est, la mère de l'autrice a traversé peu ou prou la même épreuve. Je sais que ça s'est passé il y a plusieurs décennies, et que les maux de l'autrice diffèrent peut-être par leur nature ou leur intensité ; mais le fait que cette réponse sèche et cassante émane de la sa propre mère, qui l'a portée pendant 9 mois, est encore plus inattendu, limite violent. S'il y a bien une personne qui devrait être en mesure de la comprendre et l'écouter, c'est elle... Pour en revenir à toi, je trouve un tantinet contradictoire d'avoir très peu d'empathie en général (pour tout le monde, quelle que soit l'origine de leurs peines) mais d'opérer tout de même une distinction très nette entre ceux « qui n'ont pas choisi ce qu'ils subissent » et les autres. Distinction qui au fond n'a pas vraiment de sens puisque si chaque femme qui veut devenir mère sait qu'elle va passer des moments difficiles, elle ne choisit pas les maux qui peuvent être associés à sa grossesse et qui sont, dans tous les cas, indépendants de sa volonté. Elle peut tout à fait se plaindre que l'assouvissement de ses désirs implique autant de souffrance. Même si tu ne t'identifies pas aux personnes qui deviennent parents, laisse-leur au moins ces droits...

Je n'ai jamais dit que les personnes concernées n'avaient pas le droit de se plaindre ou de trouver du réconfort auprès de leurs proches. Ce n'est juste pas une situation qui suscite l'empathie chez moi.

D'accord, merci d'avoir clarifié ce point. Je me demandais si tu remettais en cause l'idée même de soutenir une femme durant sa grossesse, ou si tu exprimais juste le fait que cela t'est personnellement impossible, sans parler pour les autres. Car tu trouves des arguments pour compatir à certaines situations et pas d'autres, tu ne vois pas pourquoi l'autrice recevrait la compassion de sa mère, tu sembles estimer que ses malheurs sont négligeables parce qu'ils sont une conséquence normale de sa décision, tu te dis antinataliste... De là à croire que tu t'opposes aux personnes qui veulent des enfants, ou que tu réprouves leurs espoirs d'être soutenues dans leur peine (par mépris ou indifférence), il n'y a qu'un pas.

Je me trompe peut-être, mais est-ce que les opinions de Tit Choucas ne découleraient pas en partie d'un ras-le-bol des gens et de la société qui poussent plus ou moins directement à "pondre des gosses", genre c'est normal, obligatoire, si t'as d'enfant à 35 ans t'as raté ta vie... Combien de fois ceux qui ont dit ne pas vouloir d'enfant se sont pris des commentaires dans la figure en mode "tu dis ça parce que t'es jeune", "tu vas voir ça va changer avec le temps", "mais ça ne va pas te manquer ?", "et tu feras comment quand tu seras vieux/vieille ?" etc. ? Avis personnel : parfois ça me donne l'impression que les parents jalousent ceux qui n'ont pas de petits à charge... Vous voulez que les antinatalistes compatissent à vos problèmes de (future) parentalité ? Commencez par respecter leur opinion et volonté sur la non-parentalité.

windmill je te remercie de dire tout ça ! c’est exactement ce que je pense. ce n’est pas parce que tu as fait un choix, que les conséquences de ce choix ne t’affrètent pas. et on a beau se préparer, quand c’est difficile, tu as besoin de soutien. plus ou moins selon les personnes ! comme tu dis ça n’enlève rien au fait d’assumer son choix.

Kinako 12

@Windmill Merci pour cette superbe réponse. Je rajouterai même que "taire toute forme de mal-être" en tant que parents (ou en général d'ailleurs) est totalement contreproductif et même une erreur monumentale (malheureusement les personnes présentes pour nous écouter n'ont pas toujours l'intelligence nécessaire pour comprendre). À part accumuler le négatif, tout garder pour soi ne sert à rien. De plus il faut apprendre à un enfant à exprimer ses émotions, qu'elles soient bonnes ou mauvaises, et que ça ne changera rien à l'amour qu'on lui porte, afin qu'il soit bien dans sa peau. Ça commence alors par le fait de le faire soi-même, savoir exprimer les choses qui ne vont pas, et, surtout, ne pas ressentir de honte. Et pour conclure une femme enceinte a le droit d'exprimer ce qu'elle ressent, tout comme quelqu'un qui fait un travail difficile a le droit d'exprimer sa fatigue ou ses maux, tout comme un enfant qui a choisi de jouer dans l'eau a le droit de dire qu'il a froid si il est mouillé. On a le droit d'exprimer ce qu'on ressent même si ça vient en conséquence de choses que l'on a choisies. En fait, on a le droit d'exprimer ce qu'on ressent, dans tous les cas de figure, ceux qui osent prétendre le contraire sont juste égoistes.

T'es au courant qu'un jeu de mot est censé avoir un sens?

Si encore la vdm tournait autour du fait qu'elle ait pris du poids à cause de sa grossesse.

@Sadim je crois qu'il s'en fout royalement 😂😂

T'inquiètes pas @unehistoire, je l'ai compris ton jeu de mot, maître Yoda ;-)

mayamr 4

c'est une maman pleine de sagesse et de compassion !!!!

Tu l’as voulue tu l’assumes. C’est de notoriété publique les soucis liés à ça

Heuristique 16

Pour ta mère : Madame, votre avortement est toujours vivant et raconte de la merde sur internet.

Ça n'a rien à voir avec le fait d'assumer ou non. Ce n'est pas parce que les symptômes de la grossesse sont une conséquence normale de son choix que ça lui interdit de se plaindre et d'espérer du réconfort si elle en souffre.

Parfaite remarque d’un ignorant.