Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  Noktambule65  |  22

Ce qui est rigolo, c'est que l' académie à décidé que covid serait feminin car la règle selon eux est que les acronymes "ont le genre du nom qui constitue le noyau du syntagme dont ils sont une abréviation"

Sauf qu'ils ne sont eux-même pas raccord avec leurs précédentes décision puiqu' a ce compte là il faudrait dire "une laser" ou "une radar".
Bref, encore une fois, au lieux de laisser faire l'usage il a fallut faire une règle arbitraire et même pas cohérente en plus.

Donc, si je veux dire LE covid, c'est pas les gâteux de l'académie qui m'en empêcheront.

Par  Harbard  |  28

"Covid est l’acronyme de corona virus disease, et les sigles et acronymes ont le genre du nom qui constitue le noyau du syntagme dont ils sont une abréviation. On dit ainsi la S.N.C.F. (Société nationale des chemins de fer français) parce que le noyau de ce groupe, société, est un nom féminin, mais le C.I.O. (Comité international olympique), parce que le noyau, comité, est un nom masculin. Quand ce syntagme est composé de mots étrangers, le même principe s’applique. On distingue ainsi le FBI, Federal Bureau of Investigation, « Bureau fédéral d’enquête », de la CIA, Central Intelligence Agency, « Agence centrale de renseignement », puisque dans un cas on traduit le mot noyau par un nom masculin, bureau, et dans l’autre, par un nom féminin, agence. Corona virus disease – notons que l’on aurait pu préférer au nom anglais disease le nom latin morbus, de même sens et plus universel – signifie « maladie provoquée par le corona virus (“virus en forme de couronne”) ». On devrait donc dire la covid 19, puisque le noyau est un équivalent du nom français féminin maladie. Pourquoi alors l’emploi si fréquent du masculin le covid 19 ? Parce que, avant que cet acronyme ne se répande, on a surtout parlé du corona virus, groupe qui doit son genre, en raison des principes exposés plus haut, au nom masculin virus. Ensuite, par métonymie, on a donné à la maladie le genre de l’agent pathogène qui la provoque. Il n’en reste pas moins que l’emploi du féminin serait préférable et qu’il n’est peut-être pas trop tard pour redonner à cet acronyme le genre qui devrait être le sien."

Source : les horribles vilains non chauffeurs de bus de l'académie française.

COMMENTS
Par  myam1myam  |  41

Si vous aviez tous le masque et que tu te désinfecte les mains avant de toucher ton visage tu n’es même pas un cas contact

Répondre
  Haldu  |  40

Alors, si tout le monde a les masques et respectent les gestes barrières, les chances d'attraper le covid-19 sont effectivement plus réduites. Je connais personnellement quelqu'un qui l'a eu (développé en forme grave mais il s'en est remis depuis), et comme là où il travaillait ils ont toujours respecté les gestes, il n'a contaminé aucune des personnes qu'il a croisé pendant la phase où il était asymptomatique.
CEPENDANT les risques sont réduits, pas nuls. Tant qu'elle n'a pas fait un test pour savoir si elle porte le coronavirus SARS-COV-2 ou non, elle peut et même doit se considérer comme un cas contact.

Répondre
  MadameDodue  |  64

Haldu non, si les règles ont été respectées (ou si ses collègues prétendent qu'ils les ont respectées) pour la sécu elle n'est pas cas contact donc si elle décide de s'isoler c'est à ses frais, quant au test ce sera à son bon vouloir. Je le sais, mon collègue qui ne respecte les consignes qu'en semaine B a mytho auprès de la sécu pour ne pas se faire gronder par sa môman. Le service d'hygiène et sécurité de mon boulot voulait fermer notre service quand ils ont su qu'il était positif, mais le boss a refusé vu qu'on n'a pas été mis à l'isolement. Résultat on a continué à bosser... en contact avec la clientèle.

Répondre
  SpringsTS  |  34

À un humble avis, le cœur du problème est là : --> SI <-- les règles ont été respectées.

Parce que autant j'ai vu des boîtes où l'application des gestes barrières étaient très scrupuleuse, autant j'en ai vu où on est plus proche du "Top 100+ des choses à ne pas faire pour limiter la propagation du coronavirus".
Et ces dernières sont majoritaires...

Par  Noktambule65  |  22

Ce qui est rigolo, c'est que l' académie à décidé que covid serait feminin car la règle selon eux est que les acronymes "ont le genre du nom qui constitue le noyau du syntagme dont ils sont une abréviation"

Sauf qu'ils ne sont eux-même pas raccord avec leurs précédentes décision puiqu' a ce compte là il faudrait dire "une laser" ou "une radar".
Bref, encore une fois, au lieux de laisser faire l'usage il a fallut faire une règle arbitraire et même pas cohérente en plus.

Donc, si je veux dire LE covid, c'est pas les gâteux de l'académie qui m'en empêcheront.

Répondre
  Harbard  |  28

"Covid est l’acronyme de corona virus disease, et les sigles et acronymes ont le genre du nom qui constitue le noyau du syntagme dont ils sont une abréviation. On dit ainsi la S.N.C.F. (Société nationale des chemins de fer français) parce que le noyau de ce groupe, société, est un nom féminin, mais le C.I.O. (Comité international olympique), parce que le noyau, comité, est un nom masculin. Quand ce syntagme est composé de mots étrangers, le même principe s’applique. On distingue ainsi le FBI, Federal Bureau of Investigation, « Bureau fédéral d’enquête », de la CIA, Central Intelligence Agency, « Agence centrale de renseignement », puisque dans un cas on traduit le mot noyau par un nom masculin, bureau, et dans l’autre, par un nom féminin, agence. Corona virus disease – notons que l’on aurait pu préférer au nom anglais disease le nom latin morbus, de même sens et plus universel – signifie « maladie provoquée par le corona virus (“virus en forme de couronne”) ». On devrait donc dire la covid 19, puisque le noyau est un équivalent du nom français féminin maladie. Pourquoi alors l’emploi si fréquent du masculin le covid 19 ? Parce que, avant que cet acronyme ne se répande, on a surtout parlé du corona virus, groupe qui doit son genre, en raison des principes exposés plus haut, au nom masculin virus. Ensuite, par métonymie, on a donné à la maladie le genre de l’agent pathogène qui la provoque. Il n’en reste pas moins que l’emploi du féminin serait préférable et qu’il n’est peut-être pas trop tard pour redonner à cet acronyme le genre qui devrait être le sien."

Source : les horribles vilains non chauffeurs de bus de l'académie française.

Par  Llonewo  |  19

Je ne vois pas le rapport entre le début de la VDM et la suite... si ton boulot (ou une partie du moins) consiste à recueillir physiquement les documents apportés par les salariés... il est normal que tu sois présente physiquement.

Si à l'inverse une remise de main à main n'est pas obligatoire... il faut quand même quelqu'un present physiquement pour récupérer les documents et les traiter, mais rien ne t'empêche alors de mettre une bannette à l'entrée pour que les gens déposent les documents sans avoir du coup besoin de vous les donner de main à main.

Et comme déjà dis par beaucoup, si tout le monde porte un masque et que tu utilises du gel hydroalcolique juste après avoir manipulé les docs... le risque d'attraper le covid doit être de l'ordre de 0,xx1%

Par  MasterCapello  |  15

Fais jouer le "droit de retrait", qui permet de ne pas travailler si les conditions de santé ou de sécurité ne sont pas assurées. Dans ton cas, cela permet d'exiger le télétravail ou un congé (offert par l'entreprise) tant que les conditions ne sont pas satisfaisantes.

Répondre
  MadameDodue  |  64

C'est pas comme ça que ça marche. Là on va juste lui répondre que les mesures de sécurité mises en place c'est pas pour faire joli et que son droit de retrait n'a pas lieu d'être.