Par Anonyme - 12/9/2021 07:30

La violence

Aujourd'hui, mon mari est malade, il est patraque et ne supporte pas cet état. Alors qu’il est couché depuis une heure, je le rejoins sur la pointe des pieds. En bougeant la couette je l’ai réveillé. Il n’a pas apprécié et m’a poussée. Je me suis cognée contre la table de nuit. Quatre points de suture. VDM
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
COMMENTS
Répondre
  M1lk  |  10

Le commentaire aurait pu être "renvoyez le chez ses parents", mais le raisonnement est juste. Le type n'est qu'un gros bébé pleurnicheurs trop pourri-gâté par ses parents

Répondre
  chapelle16  |  67

Charentaise, personne ne me blesse physiquement sans en subir les conséquences, faut réfléchir avant d'agir sinon tant pis pour toi. Et ma santé mentale va bien merci de t'en inquiéter.

Répondre
  lneer  |  24

Certaines personnes, quand elle sont en état de somnolence, ne sont plus elles-mêmes... Mon homme n'apprécie rien quand il vient de se réveiller, et tant qu'il n'est pas parfaitement lucide, il est capable d'être très méchant, donc oui il a put ne pas le faire exprès et, étant malade, il était dans tous les cas dans un état second. C'est pardonnable et c'était sûrement accidentel.

Répondre
  chapelle16  |  67

Ineer, tant mieux pour toi si tu tolères que ton conjoint te manque de respect, en ce qui me concerne rien ne le justifie. Tu peux ne pas être du matin et t'enfermer dans le mutisme, au pire être grognon, mais "très méchant" ? Et puis quoi encore.

Répondre

Je crois que là où Charentaise voulait en venir, c'est que le mec ne s'attendait pas à ce que dans son mouvement il la blesse ; et qu'il n'avait probablement pas de mauvaises intentions selon elle. MAIS ça n'excuse pas - selon moi - sa réaction, même sous couvert de maladie ou de somnolence, je vois mal comment on peut oser pousser quelqu'un du lit conjugal et ne pas avoir conscience de l'irrespect et la dangerosité du geste. Je ne sais pas si la riposte est justifiée en revanche ; je ne suis pas partisan de la violence et la loi du talion, mais c'est le genre de situation de la vie où j'ai du mal à faire la part de ce qui est bon ou mauvais.

Répondre
  Advance  |  53

Qui a dit qu'il l'avait poussée violemment ?
Il a pu pousser doucement ou juste un peu, et elle s'est cognée en glissant.
Le résultat est le même, mais l'intention non.
Arrêtons les conclusions hâtives.

Répondre
  Jack Fusili  |  23

Depuis toujours, je déteste devoir me lever le matin et je hais encore plus qu'on me tire du sommeil, pour quelque motif que ce soit. Je suis le genre à ne pas lâcher un mot au réveil, seulement des bruits ; je ne supporte rien, ni les bruits stridents, ni les questions en tout genre et, plus globalement, qu'on me parle. Et ce, jusqu'à ce que j'ai complétement émergé (débarbouillage, café, clope). Je me souviens d'ailleurs avoir envoyé chier un paquet de monde du fait de cette nature misanthrope matinale et j'aurais mérité un paquet de baffes rien que pour ça. Je ne suis pas devenu la personne la plus sociable au réveil mais j'me suis quand un peu arrangé. Avoir des gamins aide pas mal en ce sens, d'ailleurs... J'ai à peu près les mêmes symptômes antisociaux quand je suis malade. Pour autant, aucun état ne mérite de subir ce comportement. Si le mec est pas content, qu'il aille faire sa convalescence chez Maman !

Répondre
  Jack Fusili  |  23

PS : comme l'écrit l'auteure, elle connaît son état et les humeurs qui en découlent et elle a suffisamment de bienveillance à son égard pour faire gaffe à ne pas le déranger. Donc à moins d'une force involontaire de sa part, cela ne change en rien le geste et la maladie n'est pas une excuse..