Étrennes

Par Sans blague ? - 23/02/2023 14:20

Aujourd'hui, nous sommes en février, et les panneaux "stationnement interdit à compter du 7 octobre pour travaux" qui trônaient dans ma rue ont enfin disparu. Le chantier n'a jamais eu lieu, mais ça n'avait pas empêché la mairie de mettre ma voiture et celles de mes voisins en fourrière à la mi-octobre. VDM
Je valide, c'est une VDM 4 409
Tu l'as bien mérité 533

Dans la même collection

Top commentaires

la VDM est que les travaux prévus n'aient pas eu lieu. Mais pas que tu te sois fait enlevé ta voiture si le stationnement était interdit.

Pour un déménagement récent, deux emplacements dument réservés auprès de la marie, panneaux placés 3 jours avant validés par la police municipale, avec date de l'interdiction de stationnement. Le jour J, deux voitures garées. Coup de file à la PM, voitures levées direction fourrière dans la demi-heure. Et tant pis pour les deux ahuris qui ont débarqués plus tard "mais c'était juste pour faire une couuuuurse". Si c'est interdit, c'est interdit. Les arrêtés municipaux c'est pas pour les merles.

Commentaires

la VDM est que les travaux prévus n'aient pas eu lieu. Mais pas que tu te sois fait enlevé ta voiture si le stationnement était interdit.

Il y a des chances que si il n'y a pas de travaux, l'arrêté d'interdiction des stationnement n'est pas valide. Et les ammendes non plus, un tribunal administratif doit pouvoir casser ća. (Honnêtement, il n'y a pas lieu de faire l'arrêté avant de contracter l'entreprise de travaux public, et une fois que c'est signé, il y a peu de chance d'une annulation complète. ) C'est chiant, mais si personne ne fait rien, ils peuvent continuer de vous emmerder

Mi octobre ça faisait à peine une semaine après le début théorique des travaux, c'était un peu tôt pour décréter que les travaux n'auraient pas lieu, ils pouvaient juste avoir un peu de retard. Par contre la fourrière direct, ils ne sont pas très compatissants dans cette mairie oO...

Si le véhicule est stationné depuis plus de 7 jours, la mairie est dans son droit pour mettre le véhicule en fourrière, même sans travaux prévus.

Quand ils enlèvent une voiture, tu penses qu'elle va où ? Ils ne la ramène pas chez son propriétaire, ni ne la garent sur le parking du poste de police...

Ça aurait pu être une amende par exemple, surtout qu'ils n'avaient apparemment pas prévu de débuter les travaux. Mais il y aussi d'autres solutions : ma femme s'était garé sur un emplacement qui était prévu pour un stationnement d'engin de chantier (sauf que ce n'était pas signalé), la police municipale l'a appellée le matin pour lui demander de bouger sa voiture. Comme quoi c'est possible.

Oui, même en admettant que les travaux n'aient pas encore été officiellement reportés, l'enlèvement ne répondait pas à un besoin imminent de libérer la file, à moins qu'ils aient voulu lancer les travaux le jour même et se soient ravisés à la dernière minute...

est il possible que les travaux n'aient jamais commencé car des voitures étaient stationnées ... ? et que les ouvriers avaient d'autres chose de prévu après que les voitures aient été enlevées ?

Pour un déménagement récent, deux emplacements dument réservés auprès de la marie, panneaux placés 3 jours avant validés par la police municipale, avec date de l'interdiction de stationnement. Le jour J, deux voitures garées. Coup de file à la PM, voitures levées direction fourrière dans la demi-heure. Et tant pis pour les deux ahuris qui ont débarqués plus tard "mais c'était juste pour faire une couuuuurse". Si c'est interdit, c'est interdit. Les arrêtés municipaux c'est pas pour les merles.

Ils n'ont pas eu lieu parce que la mairie et l'entrepreneur n'ont pas réussi à s'entendre sur le montant des pots-de-vin, et donc c'est aux usagers de combler la note par les amendes.

Je suis l'auteur. En vérité, cette VDM est arrivée à mon père, à 2 rues de chez nous. Depuis quelques années, le nombre de places dans notre quartier a considérablement diminué. Des portions de rues entières ont été vidées de leurs parkings automobiles pour créer des pistes cyclables, des rues piétonnes, ou des emplacements réservés à d'autres véhicules. Alors qu'avant on pouvait se garer en bas de chez nous, maintenant il faut aller 2-3 rues plus loin, si tant est qu'il y ait des places libres. Cette rue sur laquelle ils annonçaient des travaux est une des rares de notre secteur à posséder encore des parkings. Alors quand les habitants ont vu qu'aucun chantier ne se profilait à l'horizon (pas un engin de travaux, pas un plot, pas une palissade, pas un ouvrier), ils ont commencé à réoccuper les 2 files de stationnement. Mon père s'est garé un dimanche, avec l'idée de reprendre sa voiture lundi matin. Ainsi, il pensait ne pas perturber les premiers travaux si d'aventure les ouvriers arrivaient ce jour-là. Mais en revenant le matin, sa voiture n'était plus là. D'autres habitants ont rapporté la même mésaventure. Et toujours aucun signe de chantier en préparation. Après l'enlèvement des voitures, d'autres automobilistes sont revenus stationner à leur place, donc la manœuvre n'a servi à rien (nous n'avons pas constaté de nouveaux enlèvements par la suite). D'habitude, pour neutraliser une file de stationnement, on installe au moins des cônes de signalisation devant les places libérées afin d'éviter qu'elles soient réoccupées avant le début des travaux. Là, il n'en a rien été. Peut-être était-ce un tort de la part de mon père d'avoir stationné dans cette rue ; pour autant j'estime que la mairie n'aurait pas dû enlever les voitures dès lors que les travaux ont été repoussés à une date inconnue. Comment être sûr que l'arrêté interdisant le stationnement court toujours si rien ne se passe, sans information supplémentaire. Ce n'est ni transparent ni honnête.

Telle que la VDM est rédigée, on pouvait penser que la voiture était restée garée du 7 octobre à son enlèvement mi-octobre.