Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
COMMENTS
Répondre
  2minubadiba  |  34

Il faut y aller avec moult précautions oratoires : "Mademoiselle ; d'ailleurs, dois-je vous appeler Mademoiselle ou Madame ? Toujours est-il que la proéminence de votre appendice viscéral est si apparent que l'on pourrait croire, à s'y méprendre, qu'une merveilleuse progéniture emplira de joie votre foyer dans les mois à venir. Est-ce le cas ? Si oui, je ne peux que vous conseiller un bon verre d'eau, afin de garantir la santé de votre descendance.
Veuillez agréer, très chère, l'expression de nos sincères salutations, et soyez assurée notre amicale et entière collaboration, bien à vous, pour toujours et à jamais, dans l'unique but servir l'espérance de votre satisfaction.
Cordialement."

Là, normalement, tu ne l'as pas vexée.

Répondre
  Carabosse  |  46

Je vais faire ma chieuse mais... Autant ça m'amuse que des gens puissent croire que je suis enceinte vu la taille de mon bide, autant le "madame ou mademoiselle?" me saoule... Ca ne regarde personne de savoir si je suis mariée ou pas, et ça ne devrait même pas changer mon titre de civilité...

Répondre
  2minubadiba  |  34

"Vous m'en voyez navré, loin de moi toute intention de connaitre votre situation maritale, qui ne vous regarde que vous et vous seule. Je respecte votre vie privée au plus haut point. Ma question n'avait nulle autre intention que de vous appeler selon votre convenance, et ainsi ne vous apporter que joie et satisfaction.
Veuillez agréer notre amour inconditionnel, et soyez assurée de notre entière dévotion à votre service, peu importe la température. Transmettez nos amitiés à votre famille. Que le bonheur submerge votre demeure, jusqu'à ce que les plafonniers fleurissent, avec les ballons, les bonbons, les confettis, les petites filles en robe rose avec une sucette, et tout le tralala."

Par  Akanehime  |  28

Quand bien même elle serait enceinte, comme le dit si bien Couscous : de quoi je me mêle ? Et à ceux qui diraient qu'il avait une responsabilité morale blablablah, si vous commencez à dire qu'il est légitime pour un parfait inconnu d'interdire des choses à une femme enceinte sous le seul prétexte qu'elle est enceinte (même boire), bah allons-y, c'est open bar pour la police des moeurs ! On commence par interdire un truc "légitime" (puisque c'est pour protéger le précieuuux bébé), ensuite on interdit aux femmes enceintes de sortir en talons (c'est déjà moins légit puisqu'elles ne bousillent que leur propre dos, mais bon puisqu'on est lancé), demain on les met en prison pour avoir fait les choses précédentes, après-demain on est dans The Handmaid's Tale !

Répondre

Perso je trouve qu’il faudrait éditer une première norme que toutes les femmes doivent respecter pour pouvoir être enceinte sinon interdiction , deuxièmement une autre norme lorsqu’elles sont enceintes , si elle ne la respecte pas on confisque le bébé et on le remet à l’Assistance Publique .

Répondre
  Robyn98  |  28

Sincèrement je suis en faveur d'une totale liberté individuelle, à un point assez extrême, et la majorité d'entre vous ne seraient pas d'accord avec moi. Mais là, il ne s'agit pas de liberté individuelle. Si elle boit, il y aura peut-être des conséquences pour elle (bonnes ou mauvaises, peu importe, que ce soit ivresse, gueule de bois, etc), et là en effet elle fait absolument ce qu'elle veut. Mais il y aura des conséquences sur son futur enfant, un foetus destiné à naître (donc un cas complètement différent de celui de l'avortement, je précise au cas où), un futur être humain. Le barman ne peut pas lui interdire de boire dans l'absolu, ce n'est de toute façon pas réalisable, il va pas la poursuivre toute sa grossesse si elle veut vraiment boire. Mais il a tout à fait le droit de refuser de lui en servir. Et ça n'a rien à voir avec des talons ou je sais pas quoi, arrêtez de faire des comparaisons avec des trucs complètement différents.
Je blâme pas la mère qui voudrait boire pendant sa grossesse, je connais pas toutes les mères dans ce cas-là, elles ont chacune leur vie et leurs raisons, elles font ce qu'elles veulent. Mais on ne peut pas blâmer une personne extérieure de ne pas vouloir être "complice" de ça, étant donné que dans l'absolu, en effet, il est largement préférable de ne pas boire pendant la grossesse.

Répondre
  Cy1915  |  34

Si on estime qu'il faut intervenir pour empêcher une femme enceinte de boire, il faut le faire aussi avec tous les hommes que vous voyez boire : peut-être qu'il va rentrer chez lui et concevoir un enfant, or l'alcoolisme du père peut aussi provoquer de graves malformations... Interdisons l'alcool ! Ou mieux, gardons l'alcool et interdisons la conception d'enfants !

Répondre

Ben vu que maintenant, en cas d'accident mortel avec consommation d'alcool, les barmans ou hôtes du coupable sont également poursuivis pour complicité ... Cela dit, ce processus rejoint le raisonnement de Robyn.

Répondre
  PatSom  |  35

Et les correcteurs automatiques

Par  Malo0orie  |  24

moi je te félicite pour ton professionnalisme, je te trouve responsable, ce qui n'est pas le cas de tout le monde apparemment. alors certes elle n'était pas enceinte, mais la prévention se fait à tous les niveaux !

Répondre
  J&T  |  13

Tu penses vraiment ce que tu viens d'écrire ?
On trouve pourtant des témoignages de mamans dont les enfants sont porteurs du SAF et qui n'ont pourtant pris "qu'une coupette à noël et pour les anniversaires"...
Et oui inversement, il arrive que des foetus suexposés à l'alcool durant la grossesse naissent en bonne santé...
La vie est injuste

(Syndrome d'Alcoolisme Foetal, ici "alcoolisme" = boire de l'alcool peu importe la quantité...)

Répondre
  montre3doigts  |  22

Attention c'est faux, même une quantité qui ne rend pas ivre peut être dangereuse pour l'enfant. L'alcool peut être particulièrement nuisible à l'enfant à certaines périodes de son développement in utero, qui sont encore mal identifiées. C'est pourquoi on recommande d'éviter l'alcool dès qu'il y a possibilité / suspicion de grossesse et jusqu'à l'accouchement / fin de l'allaitement.