Par mauvaisecopine - 23/3/2020 09:30

Ce n'est que le début…

Aujourd’hui, en voyant plusieurs articles disant que fumer pourrait être une porte d’ouverture pour le coronavirus, je demande à mon copain de ne pas fumer pendant quelques jours. Il préfère que je retourne chez mes parents. VDM
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Commentaires
Répondre
  Chloé Johnson  |  18

De mon avis, pendant cette période de confinement l'abstinence tabagique devrait mise en place.

Répondre

Un sevrage en alcool mal conduit peut être mortel, ce n'est pas le cas pour le tabac. Il y a une dépendance physique mais généralement c'est la dépendance psychologique et comportementale qui cause les rechutes (de mes lectures préparatoires en addictologie 😉)

Répondre
  Chloé Johnson  |  18

Bien sûr que je ne suis pas fumeuse.
C'est le bon moment d'arrêter !

Répondre
  MadameDodue  |  63

Chloé, si c'était aussi simple, tout le monde ou presque ne fumerait plus. Et tous ceux qui ont arrêté ou qui ont déjà essayé te diront que justement en ce moment ce n'est pas franchement le moment idéal. Déjà parce que le bon moment, c'est quand tu es motivé, pas quand les autres te disent ce que tu dois faire. Si le copain de l'auteure n'a pas la volonté pour arrêter, il ne faut pas chercher plus loin, ce n'est pas le moment pour qu'il arrête. Et d'autre part, selon pas mal d'études le meilleur moment serait en vacances quand tu es tout détendu, et surtout parce que tu peux te défouler en pratiquant des tas d'activités (promenades, tourisme, sport, bricolage, etc) au lieu de manger pour compenser. Là actuellement, le niveau de fun est plutôt négatif en terme d'activités, particulièrement pour ceux qui sont confinés dans un appartement.

Répondre
  Chloé Johnson  |  18

Tabac et maladies respiratoires ne font jamais bon ménage étant donné le risque de complications.
Dans la revue New England Journal of Medecine. Celle-ci montre un lien entre le statut tabagique et un risque deux fois plus important de présenter une « forme sévère » de Covid-19. Et une fois contracté, le risque de développer une « forme très sévère » de l'infection, nécessitant une ventilation artificielle voire un passage dans un service de réanimation et pouvant conduire au décès, serait même augmenté de 133% par rapport à celui d’un non-fumeur. Plus précisément, les données de l'étude indiquent que la forme sévère du Covid-19 se développerait chez 14% des non-fumeurs contre 21% des fumeurs atteints.
Et l'alcool tue.

Répondre
  chapelle16  |  64

Chloé Johnson, merci pour tes précisions, toutefois je m'interroge : est ce que, vraiment, ne plus fumer pendant ces quelques semaines va changer quoique ce soit si on fume depuis des années ? Les poumons sont déjà bien fragilisés ... Je n'y connais rien je n'ai jamais fumé.

Répondre
  Justoim  |  5

J'ai vu à la télé un médecin affirmer que jusqu'ici rien ne prouve que le tabac augmente les risques... Je ne dis pas que c'est vrai ou faux, mais en cette période anxiogène, il ne faut pas croire tout ce qui est écrit... En plein confinement, si j'étais encore fumeur, rien ne pourrait m'enlever ce plaisir de fumer.

Répondre
  Flying Whales  |  50

Les fameux médecins "bfm" et "plateaux de tv" qui passent plus de temps à se faire maquiller qu'a exercer.
Qu'est-ce qu'il disait Michel Cymes il y a quelques semaines ? « une simple petite petite grippe » ...

Répondre
  Justoim  |  5

Je ne regarde pas ces chaînes, et n'écoute pas ce "médecin". Mais j'essaie de me nourrir de toutes les sources et de faire le tri... malheureusement de toutes façons avec ce virus, on ne peut pas affirmer grand chose. L'idéal est de ne pas fumer, pour des raisons de santé tout court, mais y a des moments où c'est très compliqué. En ce moment, il faudrait arrêter par précaution, mais...

Répondre
  TataMama  |  18

Je peux te répondre : si ça augmente le risque. C'est assez simple à comprendre parceque même si la structure du poumon est abîmée irréversiblement par un tabagisme chronique depuis longtemps... le fait de refumer une clope entraîne en + une inflammation active, avec relargage de cytokines en local etc... donc ça aggrave d'emblée toute nouvelle infection, quelle que soit l'infection d'ailleurs, coronavirus ou autre. Le fait d'arrêter de fumer diminuera progressivement l'inflammation dans les poumons. Et le risque sera moindre par rapport au meme poumon qui fumerait. Apres, effectivement sur un poumon dejà lésé malheureusement, tout est plus grave, mais bon, si on peut se laisser une petite chance de plus, il vaut mieux arrêter de fumer.

Répondre
  Amar-utuki  |  11

Trop difficile de faire un copier coller et de chercher ?
Cela va au delà de tes capacités ?
edit :5 secondes et j'ai trouvé un lien et un article sur sudouest.
Tu es vraiment limité.

Répondre
  Kaa04  |  49

Attend, Sud-Ouest ils nous ont quand même pondu un article comme quoi une voyante d’Agen (je crois) nous prédisait la sortie d’épidémie pour le 2 Mai.

Et non on ne doit pas empêcher les fumeurs de fumer. Même en période de confinement. Il suffit de sortir sur son pas de porte si on n’a pas de balcon. Voilà. Mais même si la clope doit pas arranger les choses niveau coronavirus, le stress dû au confinement va pas les alléger non plus. Déjà vendredi y’a un vieux par chez moi qui a flingué deux jeunes. Alors imaginez après 1 mois de confinement...

Répondre
  Rick_Roll  |  35

Trop difficile de faire un copier coller et de chercher ?
Cela va au delà de tes capacités ?
edit :5 secondes et j'ai trouvé un lien et un article sur sudouest.
Tu es vraiment limité.

Quand on veut donner des leçons on sors le bon lien et quand on avance des arguments on sors la source. ici il n'y a rien que du vent.

Répondre
  Chloé Johnson  |  18

Quel sale type grincheux et désagréable.

nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa2002032

santelog.com/actualites/tabagisme-et-covid-19-une-relation-toxique

Par  youyou lesindiens  |  21

En effet, si tu as déjà la bronchite chronique du fumeur, t'arrêter maintenant ne changera pas grand chose parce que les premiers bénéfices respiratoires réels (je parle pas de retrouver le goût et l'odorat hein) n'apparaissent qu'au bout de plusieurs mois. Après tenter un sevrage en période où on est déjà irritable c'est peut-être pas l'idéal de toute façon. Mais y a des patchs pour la dépendance physique (certes pas démesurée par rapport à la plupart des drogues) si vous êtes vraiment motivés, et la dépendance psychologique se combat chacun à sa façon selon sa personnalité.

Répondre

Pour avoir fréquenté pas mal de toxicomanes. Je pense que la dépendance aux substances présentes dans les cigarettes est aussi sévère que pour certaines drogues dures. Les fumeurs sous-estiment grandement leur dépendance et c’est une étape difficile à franchir je pense.

Répondre
  Kazer  |  21

Pour connaître des gens qui ne prennent pas que du tabac et de l’alcool, et l’avoir fait moi même, tabac, alcool et héroïne sont les pires des saloperies (parmi les drogues grand publique, je ne parle pas de crocodile ou de sel de bain).

Par  youyou lesindiens  |  21

Un sevrage en alcool mal conduit peut être mortel, ce n'est pas le cas pour le tabac. Il y a une dépendance physique mais généralement c'est la dépendance psychologique et comportementale qui cause les rechutes (de mes lectures préparatoires en addictologie 😉)

Par  ManVsLion  |  3

C’est pas en arrêtant de fumer maintenant qu’il aura moins de risques de quoi que ce soit, du moins à court terme... le mal est déjà fait. La seul solution aurait été de ne jamais commencer !

Répondre
  Alice4  |  11

à partir du moment où on arrête de fumer, les poumons et le cœur se réparent petit à petit. je ne connais pas les chiffres pour les poumons mais un ex fumeur à les même risques que les non-fumeurs d'avoir un infarctus après 2 ans d'arrêt, donc il n'est jamais trop tard.

Répondre
  ManVsLion  |  3

Oui évidemment, c’est pour ça que j’ai précisé « à court terme » car en l’occurrence, l’auteure pensait qu’en faisant arrêter son copain quelques jours, cela aurait un impact sur les chances d’avoir le corona virus et les complications potentielles. D’où mon commentaire.