Par Alias - 22/02/2016 10:39

Aujourd'hui, mon employée de maison a fait la connaissance des nouveaux voisins en rentrant des courses. Ils l'ont prise pour moi et l'ont invitée a dîner. Elle a accepté. VDM.
Je valide, c'est une VDM 46 034
Tu l'as bien mérité 7 602

Dans la même collection

Top commentaires

Morale implacable de cette histoire: les absents ont toujours tort!

Commentaires

Ozitou 15

Euh elle est où la vie de merde ? Au pire c'est une méprise, et tu peux expliquer la situation en les invitant chez toi ! Bref pas de quoi casser trois pattes à un canard, à moins que ça t'empêche de dormir d'être prise pour ta domestique...

Ce qui est dérangeant, c'est surtout que l'employée de maison s'est faite passer pour son employeur... Après, si cette employée à été honnête, mais ce n'est pas ce qui est sous-entendu dans l'anecdote.

Je suis l'auteur de la VDM, hourra moi ! J'ignore volontairement les remarques agressives et qui fleurent bon la détestation systématique des vils patrons tortionnaires de gentils employés. Pour ceux qui sont capables de nuance, voici quelques détails sur la petite histoire : Mon employée de maison (pour plus de praticité, baptisons-la Maria : ça en fera grogner certains) a croisé les nouveaux propriétaires de la maison voisine tandis que j’étais absente. Nous ne nous étions jamais croisés. A mon retour, Maria m'apprend leur arrivée et la fameuse invitation. Je tique un peu parce que la seule raison pour que des inconnus offrent spontanément à diner à d'autres inconnus du quartier, c'est afin de créer de bonnes relations de voisinage. J'en conclus naturellement qu'ils ont pris Maria pour l'habitante de la maison d'à coté et pars toquer chez eux dissiper le malentendu. Mr Dupont reconnait qu'effectivement il y a eu quiproquo et que l'invitation était adressée à mon mari et moi. Bien sur, le sieur Dupont n'avait pas prévu de parler aspirateur et détergeant autour d'une bonne bouteille de Bordeaux avec Maria. Je simplifie, mais l'air embarrassé de mon voisin est éloquent. Au final, j'ai expliqué avec tact et diplomatie à Maria qu'on avait beau être en 2016, la lutte des classes était toujours d'actualité et que les patrons ne s'asseyent toujours pas à la même table que les employés. Mais ne vous en faites pas, je lui ai offert un BigMac pour la dédommager.

Laissez faire les rageux, vous avez eu raison. Chacun à sa place, et les veloutés de homard seront bien gardés : on ne mange pas à la même table que la valetaille ! Vous imaginez la scène ? Votre boniche vanter des heures durant les vertus du dernier fer à repasser Calor à M. Dupont, à chanter les grâces de sa bouteille d'Ajax et toutes ces futilités qui font tout le délice de sa vie – pauvrette…, si seulement elle n'était pas employée de maison, elle aurait pu au moins avoir la possibilité d'avoir une vie intellectuelle, familiale, sentimentale, de parler des films ou des livres qu'elle aime, de ses passions, enfin bon, ça nous regarde pas… Délicate attention, le big mac ! Vous savez, les pauvres ont du mal à apprécier et parfois même à digérer une nourriture trop sophistiquée. Vous avez du illuminer sa soirée ! Heureusement qu'il y a des personnes capables de nuance comme vous sur terre, sinon il n'y aurait que mépris et rapports de domination malsains entre des êtres nés libres et égaux en droit. Bisous, *

Mais vous êtes ridicule bon sang à vous répondre à vous même en faisant du multi comptes ! Vous êtes à ce point désespéré dans votre vie pour n'avoir rien de plus constructif à faire ?

Peut-être qu'il se cherche une bonne lui aussi ?

"-Bonjour, je suis votre voisine ! -Non c'est faux, nous l'avons invité hier, menteuse !" ?

melanie77176 45

Comme dans une scène de Devious Maids, c'est une star!