Par cemoi - 25/06/2009 10:33

Aujourd'hui, je suis médecin et je reçois une patiente. Elle a retrouvé une vieille carte de groupe sanguin, elle est O+. Elle est venue me voir paniquée, pensant qu'elle est "zéro positive". VDM
Je valide, c'est une VDM 53 000
Tu l'as bien mérité 3 206

Dans la même collection

Top commentaires

reppy 0

Sida venture tu lui expliques pas, elle va pas niquer, effectivement...

Elle mérite un zéro en médecine, mais maintenant elle peut positiver.

Commentaires

Oupsoups 0

La faute à l'accent allemand, sans doute.

daewoo 0

avec ce pseudo, avoue que t'étais la patiente ;)

Attends, je suis médecin et j'ai du mal à croire à ton histoire, car elle est vraie depuis... l'arrivée du VIH. Sois tu nous fais un gros pipeau, sois t'es le dernier des ignares, désolé.

Je ne suis pas médecin mais je pensais que les cartes de groupes sanguin dataient d''avant l'arrivée du VIH... Et puis dans certains moments de panique on réfléchit pas trop ^^

C'est le médecin l'ignare dans l'histoire, pas le patient. Cette inquiétude était beaucoup plus répandue autrefois, quand le terme "séropositif" a débarqué dans les médias. Les médecins ne savaient déjà pas grand chose à l'époque, alors imaginez l'information des gens sur cette "mystérieuse maladie". Perso, je ne trouve pas ça drôle du tout. Pour ceux que ça fait rire, je crois qu'on ne se fout pas de la gueule des patients. Et puis est-ce qu'ils trouveraient ça drôle s'ils étaient séropositifs au VIH ?

Désolée mais j'arrive pas a comprendre ton raisonnement disant qu'il est ignare sachant que c'est pas lui qui s'est planté mais la patiente.... tu pourrait expliquer plus clairement?

OK, tu as raison, mes commentaires ne sont pas assez clairs. D'abord, je regrette d'avoir employé un terme péjoratif (ignare), qu'il s'agisse d'un confrère ou d'un patient n'étant pas la question. Je n'aurais pas dû m'emporter. Ensuite, je te donne d'autres exemples que je n'accepte pas. Quoique je pense qu'il y ait plutôt moins d'escrocs, et peut-être d'imbéciles (car on peut avoir fait des études et être très con, n'en avoir fait aucune et être très intelligent ; ou faire des études sur le tard - regarde par exemple la bio de Gaston Bachelard chez le wiki : il a franchi des étapes dans l'histoire des sciences, comme quoi...), ce qui supposerait qu'il y en ait davantage dans certaines professions (Cf. les idée reçues sur les garagistes, plombiers, électriciens, etc. ; forces de l'ordre et médecins aussi...), je crois qu'il est plus grave d'être malhonnête ou stupide quand on est médecin, policier, gendarme, militaire, juge, politique, etc. Question de conséquences. Donc, quoi qu'il en soit, il est impossible qu'une quelconque profession échappe par intervention divine aux escrocs ou aux idiots. Exemple n°1 : Alors que j'étais externe en chirurgie (ça fait un bail, mais bon), un chirurgien plasticien opère une femme. Dermolipectomie, c'est-à-dire qu'on retire la peau et la graisse d'une personne obèse dont les tissus "retombent". Je ne te fais pas le détail. Eh bien, parce qu'elle était sous anesthésie générale, le chirurgien s'est permis de la traiter de "grosse vache". Je t'assure que ces histoires sont minoritaires. Mais elles se produisent parfois. Je ne te ferai pas le catalogue de dont ce que j'ai été témoin. Mais, as-tu envie d'être à la place de la patiente ? Sachant cela, irais-tu consulter le chirurgien en question ? - Je ne stigmatise pas "les" chirurgiens, ni "les" anesthésistes, il faut simplement voir que l'anesthésie générale, ou le coma, "désinhibent" ceux portés sur la moquerie des patients. Les autres peuvent toujours rire sous cape. Exemple n°2 : Alors que j'étais interne en neurologie, je n'ai pas pu m'empêcher de rire, lors d'une "visite" (tu vois tous tes patients hospitalisés, ou tu suis si tu n'es pas le chef, pour apprendre, ou on y va à plusieurs, justement pour "être plus intelligent à plusieurs"), en entendant un patient atteint d'une pathologie pas drôle du tout pour lui (aphasie de Wernicke), et je suis sorti de la chambre pour rire. Mon chef m'a gentiment dit qu'il n'y avait pas de quoi rire. Il avait raison, j'étais un con. On est toujours le con de quelqu'un (expression populaire selon le wiki) ; Coluche a bien développé ça, facile à vérifier. Voilà, je suis un con, c'est entendu. Pas de problème. Je ne suis pas ironique. On peut tous être cons à certains moments, sur certains sujets, ou être pris pour tels. That's life! Ce qui n'autorise personne à "se lâcher", mais oblige ou incite à "progresser". Pour ma part, quand je vais consulter (eh oui, un médecin, ça peut être malade), je ne souhaite pas particulièrement m'adresser à un confrère incompétent, sadique, moqueur devant moi ou derrière mon dos. Normal, non ? - Ce n'est pas parce que la patiente n'a pas eu la connaissance médicale sur le sujet VIH et groupe sanguin qu'elle est idiote. La même histoire racontée par la patiente, je vote VDM. Par le médecin, TLBM. Enfin, pour Bergson, le rire est grégaire et méchant. Baudelaire avait déjà écrit (dans De l'Essence du Rire) : "... le comique est un des plus clairs signes sataniques de l’homme (...) Le rire vient de l’idée de sa propre supériorité. Idée satanique s’il en fut jamais ! Orgueil et aberration !" - Je crois qu'on peut rire aussi sans se foutre de la gueule de quelqu'un, ou quand c'est la personne elle-même qui raconte sa mésaventure pour nous faire rire. La personne qui raconte se débouble et se moque d'elle-même, celle qui rit se dédouble et se moque de soi auquel la mésaventure est arrivée ou aurait pu arriver. (Ce ne sont pas des idées personnelles et originales que je développe.) Le principe de VDM me semble être celui-là. C'est pour cela que VDM peut me faire hurler de rire. On se moque de soi, pas des autres. A ce compte-là, je n'ai pas été parfait. OK. Sorry. Et puis j'ai étalé ma "science". J'espère que j'ai été plus clair cette fois au moins. Et que tu m'as lu jusqu'ici sans trop de déplaisir. Bien à toi, Irti.

Me m'avoue vaincue... Je n'est pas eu le courage de lire ton roman !

Bien sûr, je ne veux pas être à l'origine d'un "troll", et que nous atteignions le point de Godwin. Pas de violence, ni physique ni verbale ni comportementale. Peace, my friend!

Tu vois, et ce n'est pas pour faire le coup du "c'était mieux avant", parce qu'au temps un peu loin (allez, pas tant que ça) de ma jeunesse, le monde était beaucoup plus discriminant (raciste, antisémite, misogyne, homophobe, nationaliste, régionaliste, anti-communiste "primaire", anti-syndicaliste, et j'en oublie...), bien que l'objectif ne soit pas atteint aujourd'hui, et de loin, mais je ne peux m'empêcher de regretter le temps (cet aspect de ce temps-là) des années 70 et début 80, où le trio de tête des comiques était : Coluche, Le Luron, Desproges. On pouvait rire des clichés sans censure (quoique...) ni auto-censure. Regarde les vidéos de Desproges sur YouTube, DailyMotion ou autres. Sur les juifs, par exemple. Et il n'y avait rien d'antisémite chez Desproges. Le Luron a "tapé" sur VGE (Giscard) quand VGE était au pouvoir, F. Mitterrand a été élu le 10 mai 81 ; le 11, Le Luron "tapait" sur Mitterrand. Tu vois la différence avec cet aspect de notre temps. Aujourd'hui, rien de ça ne passerait la barrière médiatique. Et sur le Net, ça donne des "hoaxes" et des opérations "false flag". Triste. Nos comiques sont timorés. Epoque du politiquement correct. Presque de quoi envier le "système" américain. Cf. le premier amendement (1791) de la Constitution des États-Unis. Je cite le wiki : "Il interdit au Congrès des États-Unis de faire des lois limitant la liberté de religion et d'expression, la liberté de la presse ou le droit à s'« assembler pacifiquement »... "Le texte traduit du premier amendement est le suivant : « Le Congrès ne fera aucune loi qui touche l'établissement ou interdise le libre exercice d'une religion, ni qui restreigne la liberté de la parole ou de la presse, ou le droit qu'a le peuple de s'assembler paisiblement et d'adresser des pétitions au gouvernement pour la réparation des torts dont il a à se plaindre. » - « Congress shall make no law respecting an establishment of religion, or prohibiting the free exercise thereof; or abridging the freedom of speech, or of the press; or the right of the people peaceably to assemble, and to petition the Government for a redress of grievances. » Je sais bien que je semble m'éloigner du sujet, mais il est toujours question du respect des autres (je n'ai pas écrit "tolérance", mais bien respect). Merci à toi, Kisss, Irti.