Ceci est une Presque VDM. C’est une VDM, enfin, presque. Elle a reçu des votes positifs des utilisateurs, mais n’a pas été validée par notre équipe.
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Commentaires
Par  layman  |  20

I have potato blood in my veins. My life is potato, in your working life and in your living it's always potatoes. I dream of potatoes. When we are going to harvest in your mind and in your heart you feel that you are going to export the potato and you are not going to see it anymore. That hurt. The family thinks always from morning to evening about the potatoes.

Répondre
  Bardrog  |  34

Quand je pense à toi, je suis patate !
Quand je pense à moi, je suis patate !
Quand je pense à nous, je suis patate !
Quand je pense à vous, je suis une tomate.

Par  leaberen69  |  8

Trop abstrait comme question pour un enfant de 2 ans!Et quand on fait ce métier on cherche a développer leur éveil, mais pas un retour au niveau affectif!Chacun son rôle, les parents donnent et reçoivent l affection.

Répondre
  Leenn  |  24

Ah. Donc une assistante maternelle ne doit pas donner d'affection aux enfants qu'elle accueille ? J'espère que tu ne fais pas ce métier pour sortir une ânerie pareille.

Répondre
  Passepartouffe  |  34

Il/elle n’a pas dit ça, mais que l’assistante maternelle ne doit pas rechercher le retour affectif de l’enfant. Si l’enfant lui donne de l’affection, tant mieux ! Mais il n’est pas là pour “aimer sa nounou”. Ca peut paraître bizzare mais dans ces métiers de l’accompagnement il y a vraiment un effet délétère des attentes affectives de l’accompagnant. Pour aller dans l’extrême, si l’enfant avait juste répondu “non, je t’aime pas” la professionnelle aurait pu mal le prendre à un certain niveau, même inconsciemment, et, quelque part cela se serait fait sentir dans son accompagnement les minutes/heures suivantes. Ce n’est qu’une phrase anodine pour quelqu’un d’extérieur, c’est vrai, mais en fait ca peut potentiellement traduire des pratiques questionnantes, tournées vers “l’affectivité” et pas la réflexion :) bref, la minute “pratiques d’accompagnement en institution” est terminée désolée ^^

Par  Ryudjinn  |  49

En même temps, la question nulle... "est-ce que tu aimes nounou ?"... Tu avais neuf chances sur dix de t'entendre dire non, quoiqu'il arrive. Mais là au moins, tu sais pourquoi : tu n'es pas une patate. Et c'est un défaut. Grave.