Par Folyene - 23/10/2008 17:44

Aujourd'hui, étant prof de français, je me lance dans la correction des devoirs bilans de mes élèves de seconde, qui avaient pour sujet "la modalisation", que je me tue à expliquer et à travailler avec eux depuis plus d'un mois. Première copie, première réponse : "La modalisation, c'est quelque chose." OK. VDM
Je valide, c'est une VDM 49 747
Tu l'as bien mérité 6 424

Dans la même collection

Top commentaires

Remarque, il a pas tort l'élève concerné <_<

"Quand un prof se tue à expliquer quelque chose ... Laissez le mourir" C'est juste un élève très sadique ! =)

Commentaires

pas de VDM mais au contraire ! au moins un élève originale ! c'est toujours mieux qu'une copie blanche ;) donc je dis TLBM parce que t'es prof de français :)

#12 pas de mauvais élèves... Je crois qu'on pourrait quand même t'en montrer une quantité assez impressionnante qui n'en ont rien à foutre d'apprendre quoi que ce soit, et qui ne voient qu'une chose : "ici et maintenant"... Qui au final se croient les plus malins parce qu'ils se retrouvent auréolés d'un pseudo-prestige de chahuteur de la part de se congénères, et qui jouent les caïds parce que parfois c'est la seule attitude qui leur permet de se sentir un tant soi peu quelqu'un. Dieu merci ils sont pas majoritaires... Mais si, les mauvais élèves ça existe. Et ils s'en mordent souvent les doigts trop tard d'ailleurs :/

vivian 0

faut faire khâgne pour en parler...

Missiz_Na 0

J'aurais mis "ou pas" après sur ma copie. M'enfin bon. ça me rappelle cette histoire/légende: au bac de philo, sujet "qu'est-ce que le courage?" Réponse de l'élève qui a eu 17 un truc du genre "c'est ça."

C'était pas "qu'est ce que le culot ?"

il me semble qui l'histoire c'est plutot un truc dans ce genre là : qu'est ce que le courage ? et l'eleve a répondu : le courage serait peit etre de vous rendre une copie blanche, mais ne serais-ce pas plutot de la bêtise ?, et ensuite 4 pages comme ça

#16 je crois que c'est vrai. Le sujet était : "Qu'est ce qu'oser ?" je crois :p

Mia- 14

C'était, "qu'est ce que le risque". et ce n'est pas une légende, c'est un extrait de film (sais plus lequel, un contemporain de la Boum, ça ne nous rajeunit pas); ceci dit, un certain nombre d'élèves depuis ont refait le même coup à leur prof, dont deux dans ma classe lorsque j'étais en seconde (sur le thème: peut on imiter tout en restant original) à l'un des deux, la prof a dit qu'elle était déçue. A l'autre, que ça valait ce qu'il faisait d'habitude, en plus condensé. Sinon, par rapport au film: le professeur avait donné 18/20 à l'élève qui avait, au lieu de disserté, PRIS un risque, et 2 à l'habituel premier de la classe. Le lendemain, le père est venu faire un scandale. Quelques mois après, le prof gagne un grand prix littéraire, concours ou autre, et le père engueule son fils. #12: par rapport à la phrase "pas de mauvais élèves, que de mauvais profs"... pas d'accord. Si sur 30 élèves, 28 ont bien compris et 2 rament, c'est un bon prof. Si il y en a 10 qui rament, il est temps de se remettre en question. Si il n'y en a que 10 qui suivent, faut changer de job ou réévaluer le niveau du cours. Mais dans tous les cas, prof et élève, c'est une relation qui se fait à deux: chaque côté doit faire sa part de l'effort. (Google parle d'un film qui s'appellerait Le Pion. ça serait bien ça.)

#1 Bon point. xD #16 #17 #18 Il me semble plutôt que c'était "Qu'est-ce que le risque ?". =) MàJ : Ah bah je réponds comme #20 sans avoir lu son message. ^^

Chubchub94 1

vu le sujet, tu l'as cherché ... ^^

kulten 17

#20 : exact, je suis prof, et je peux dire que les ados se sentent immortels et ont un rapport au temps très différent des adultes... nous, on les voit d'avance à la fin du collège ou du lycée, on visualise aussi la progression des cours dans l'année, quand pour eux la fin de la semaine c'est déjà l'éternité ! alors leur expliquer qu'il faut bosser pour un truc qu'ils imagine à des années lumières de leurs préoccupations... et parfois ils ont d'autres soucis en tête que l'école. sinon le film : c'est "Le Pion" avec Henri Guybet et Claude Pieplu, il date de 1978, je l'aime bien.