55
evil_cat En dire plus :
Bonjour, ici l'auteure ! Merci pour la publication, ça me permets d'extérioriser un peu des conditions de travail assez difficiles à gérer moralement. Donc, pour plus de précisions : je suis stagiaire dans une grande administration et j'ai pu constater que même la photocopieuse est mieux considérée que moi et mes collègues (j'exagère à peine). Il se trouve que mes supérieures sont des personnes extrêmement caractérielles qui ne supportent aucune remarque, aussi fondée soit-elle. Au début c'était sourires, accolades saupoudrés de "faut pas nous considérer comme vos cheffes hein"... et ça a dégénéré petit à petit au cours du dernier mois. Désormais, je (et le seul collègue avec qui je m'entends) me fais surveiller par tout le service dès mon arrivée, je me fais reprimander quand j'ai le malheur de discuter avec quelqu'un, ma durée de pause est mystérieusement passée d'une demi-heure à 20 minutes autorisées. Rajoutez à ceci le service entier qui passe son temps à se plaindre de toi dans ton dos et qui, en face, te lâche des grands sourires, et vous aurez un petit aperçu de mes conditions de taf. Je n'ai pas encore parlé de la cheffe number one qui te crache à la figure "dans mon bureau à 9h !" alors qu'en fait tout les stagiaires sont convoqués pour une réunion d'information, ni du fait que j'ai même peur d'être malade en sachant ce qu'il se passera à mon retour. Bref, c'est assez difficile de travailler dans ces conditions. Pour en revenir à la VDM, j'ai été convoquée le mois dernier avec ce fameux collègue dont je parlais plus haut. On a eu droit à une magnifique engueulade tout en sous entendus, qui nous reprochait toutes les choses possibles et imaginables. Ça m'a étonnée étant donné que (même si c'est pas à moi de le dire) je suis selon moi irréprochable : je ne suis jamais en retard, je préviens et justifie mes absences, je prend des initiatives, je suis toujours disponible quand on me le demande et j'accomplis toutes les tâches exigées. J'ai donc demandé quels étaient mes torts et je me suis excusée pour mes potentielles erreurs. C'est à ce moment là qu'elle a bugué cinq secondes et qu'elle s'est remise à hurler : "ouais enfin c'est bien de s'excuser hein, mais faudrait pas être con non plus !" Et de repartir sur des histoires de contrat, d'image de l'entreprise, etc. Je vous avoue que j'en suis ressortie assez secouée, mais moins que le jour où un collègue s'est vu refuser une sortie exceptionnelle pour accompagner son père atteint d'un cancer à une prise de sang... Voilà, désolée pour ce long commentaire, je n'ai évidemment pas tout raconté car ça prendrait des heures mais si vous avez d'autres questions bah j'y répondrai ! Merci encore à vous !
Par evil_cat - / mercredi 2 août 2017 16:49 / France
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  evil_cat  |  27

Bonjour, ici l'auteure ! Merci pour la publication, ça me permets d'extérioriser un peu des conditions de travail assez difficiles à gérer moralement. Donc, pour plus de précisions : je suis stagiaire dans une grande administration et j'ai pu constater que même la photocopieuse est mieux considérée que moi et mes collègues (j'exagère à peine). Il se trouve que mes supérieures sont des personnes extrêmement caractérielles qui ne supportent aucune remarque, aussi fondée soit-elle. Au début c'était sourires, accolades saupoudrés de "faut pas nous considérer comme vos cheffes hein"... et ça a dégénéré petit à petit au cours du dernier mois. Désormais, je (et le seul collègue avec qui je m'entends) me fais surveiller par tout le service dès mon arrivée, je me fais reprimander quand j'ai le malheur de discuter avec quelqu'un, ma durée de pause est mystérieusement passée d'une demi-heure à 20 minutes autorisées. Rajoutez à ceci le service entier qui passe son temps à se plaindre de toi dans ton dos et qui, en face, te lâche des grands sourires, et vous aurez un petit aperçu de mes conditions de taf. Je n'ai pas encore parlé de la cheffe number one qui te crache à la figure "dans mon bureau à 9h !" alors qu'en fait tout les stagiaires sont convoqués pour une réunion d'information, ni du fait que j'ai même peur d'être malade en sachant ce qu'il se passera à mon retour. Bref, c'est assez difficile de travailler dans ces conditions. Pour en revenir à la VDM, j'ai été convoquée le mois dernier avec ce fameux collègue dont je parlais plus haut. On a eu droit à une magnifique engueulade tout en sous entendus, qui nous reprochait toutes les choses possibles et imaginables. Ça m'a étonnée étant donné que (même si c'est pas à moi de le dire) je suis selon moi irréprochable : je ne suis jamais en retard, je préviens et justifie mes absences, je prend des initiatives, je suis toujours disponible quand on me le demande et j'accomplis toutes les tâches exigées. J'ai donc demandé quels étaient mes torts et je me suis excusée pour mes potentielles erreurs. C'est à ce moment là qu'elle a bugué cinq secondes et qu'elle s'est remise à hurler : "ouais enfin c'est bien de s'excuser hein, mais faudrait pas être con non plus !" Et de repartir sur des histoires de contrat, d'image de l'entreprise, etc. Je vous avoue que j'en suis ressortie assez secouée, mais moins que le jour où un collègue s'est vu refuser une sortie exceptionnelle pour accompagner son père atteint d'un cancer à une prise de sang... Voilà, désolée pour ce long commentaire, je n'ai évidemment pas tout raconté car ça prendrait des heures mais si vous avez d'autres questions bah j'y répondrai ! Merci encore à vous !

Commentaires
Par  RJV  |  36

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  toncha85  |  12

Heu je pense que par "larguée" pendant 10 minutes ça voulait pas dire qu'elle avait passé 10 minutes la tête dans les nuages mais bien qu'elle avait passé 10 minutes à écouter sa chef sans rien comprendre. Pour avoir eu un chef mâle qui était comme ça à gueuler pour tout et rien je pense plus tôt que c'était dans ce sens la. On verra si l'auteure nous dit la suite mais pas besoin de tacler d'office l'auteure parce que à moins d'avoir vraiment du mal je trouve la VDM plus tôt explicite. Après j'ai peut être tord hein . . M'enfin la je trouve quand même ça un tantinet présomptueux de prendre l'auteure pour une personne avec un déficit de l'attention juste parce que t'as sûrement mal compris la VDM. À aucun moment l'auteure n'a dit qu'elle avait passé 10 minutes à rêvasser pendant qu'elle se faisait engueuler. Non non elle dit bien qu'elle a pas compris SES tords. M'enfin comme dit plus tôt peut être que je me trompe aussi :) auquel cas c'est moi le présomptueux :)

Répondre
  salamalec  |  26

Effectivement toncha, Je crois que tu extrapoles sans comprendre l'humour du commentaire. ça ne remet pas en cause la vdm. C'est insupportable et irrespectueux ces supérieurs qui pensent qu'il suffit de gueuler pour régler un problème.

Répondre
  Tardian  |  71

C'est sûr que mon second degré était un poil plus subtil que celui de Duriel, mais j'aurais quand-même cru qu'il serait suffisamment évident pour ne pas me manger un procès d'intention dans la face. XD

Répondre
  Duriel  |  36

Si tu veux faire un concours de subtilité j'en suis. J'ai essayé de le faire un peu moins subtile que d'habitude parce que vu le tas d'imbéciles présents sur le site, j'aurais dû recevoir les flics pour harcèlement sexiste avec les amendes qui suivent. Donc bon, j'ai préféré ne pas faire subtile et préciser que c'était une blague, du coup ça casse tout l'humour forcément. Et c'est beaucoup moins drôle. Veuillez me pardonner. Perso j'avais compris que c'était de l'humour ta blague, si ça peut te rassurer, j'ai trouvé ça marrant.

Répondre
  Tardian  |  71

Ah oui, non mais si je t'ai cité, ce n'était pas pour te taper dessus, c'est parce que le contre-commentaire premier degré, je l'ai reçu de quelqu'un qui t'a par ailleurs défendu pour ton second degré. Je trouvais cela assez ironique, c'est pourquoi je me devais de le souligner. Les concours de celui qui a la plus grosse (blague vaseuse), ce n'est pas trop ma tasse de limonade. :D

Répondre
  toncha85  |  12

Pardon d'avoir dit deux fois que je me trompais peut être et de ne pas être devin car ta phrase est comme tout ce qui "écrit" soumis à confusion. On peut prendre du second degré pour du premier comme l'inverse. Et auquel cas je ne te faisais aucun "procès" j'ai juste vécu exactement la même situation que l'auteure. Je suis totalement capable de rire de tout. J'ai juste le cerveau qui fonctionne quand j'lui ai pas mis plein de saloperie dans la tronche. Le reste du temps je percute pas forcément et c'est d'ailleurs pour ça que je dis que "je peux me tromper" dans ce que j'avance. Bref c'est pour ça que je généralement je ne fais pas de compte sur les réseaux sociaux quels qu'ils soient parce que faudrait comprendre toutes les réactions et les émotions des gens derrière nos jolis ptits écrans sans même leurs avoir parlé une fois. M'enfin bref c'est assez stérile tout ce que je dis la. Ça changera ni ta vie ni la mienne et l'auteure a répondu à la question que je me posais. Et toi t'es content de ta blague (avec laquelle je n'ai aucun problème et ou j'ai juste confondu comme quelqu'un d'humain du second avec du premier degré.) alors tout le monde va pas devoir en parler avec sa psy la semaine prochaine çà ira je crois. :)

Par  coxa  |  14

Bon, j'espère pour toi qu'il y a un /une responsable du personnel dans ta boîte si elle est assez grande pour avoir le fin mot de l'histoire avant que ça parte en sucette. .. voire délégué du personnel.

Répondre
  ingenieurts  |  6

Le coup du dictaphone, je l'ai fait un jour, avec un chef qui avait décidé de me sanctionner pour une faute que je n'avais pas commise (le client avait signalé un problème, puis s'était excusé ensuite parce qu'il avait mal interprété, mais mon chef n'était pas un faux con). Chaque fois que je le poussais dans ses retranchements pour lui faire justifier sa position, il recommençait son engueulade à zéro, et toujours pour débiter des incohérences ! Toutes les personnes à qui j'ai fait écouter l'enregistrement m'ont confirmé qu'il n'était pas bien dans sa tête. :-)) Évidemment, enregistrement "pirate", donc non utilisable légalement. J'ai quand même réussi à me faire muter dans un autre service peu après. ;-) La seule différence avec la VDM, c'est que je savais ce qu'il me reprochait. ;-)

Par  surealiste  |  19

Et donc Nadine .bla bla bla ................. Moi c'est Françoise et qu'est ce que j'ai fait de mal ? ........................ Donc Françoise Bla bla bla bla ............. oui chef vous avez raison O-o

Répondre
  rashan1212  |  16

Sauf erreur de ma part le droit de retrait n'est valable qu'en cas de danger réel et imminent mais effectivement l'idée me semble très intéressante !

Par  evil_cat  |  27

Bonjour, ici l'auteure ! Merci pour la publication, ça me permets d'extérioriser un peu des conditions de travail assez difficiles à gérer moralement. Donc, pour plus de précisions : je suis stagiaire dans une grande administration et j'ai pu constater que même la photocopieuse est mieux considérée que moi et mes collègues (j'exagère à peine). Il se trouve que mes supérieures sont des personnes extrêmement caractérielles qui ne supportent aucune remarque, aussi fondée soit-elle. Au début c'était sourires, accolades saupoudrés de "faut pas nous considérer comme vos cheffes hein"... et ça a dégénéré petit à petit au cours du dernier mois. Désormais, je (et le seul collègue avec qui je m'entends) me fais surveiller par tout le service dès mon arrivée, je me fais reprimander quand j'ai le malheur de discuter avec quelqu'un, ma durée de pause est mystérieusement passée d'une demi-heure à 20 minutes autorisées. Rajoutez à ceci le service entier qui passe son temps à se plaindre de toi dans ton dos et qui, en face, te lâche des grands sourires, et vous aurez un petit aperçu de mes conditions de taf. Je n'ai pas encore parlé de la cheffe number one qui te crache à la figure "dans mon bureau à 9h !" alors qu'en fait tout les stagiaires sont convoqués pour une réunion d'information, ni du fait que j'ai même peur d'être malade en sachant ce qu'il se passera à mon retour. Bref, c'est assez difficile de travailler dans ces conditions. Pour en revenir à la VDM, j'ai été convoquée le mois dernier avec ce fameux collègue dont je parlais plus haut. On a eu droit à une magnifique engueulade tout en sous entendus, qui nous reprochait toutes les choses possibles et imaginables. Ça m'a étonnée étant donné que (même si c'est pas à moi de le dire) je suis selon moi irréprochable : je ne suis jamais en retard, je préviens et justifie mes absences, je prend des initiatives, je suis toujours disponible quand on me le demande et j'accomplis toutes les tâches exigées. J'ai donc demandé quels étaient mes torts et je me suis excusée pour mes potentielles erreurs. C'est à ce moment là qu'elle a bugué cinq secondes et qu'elle s'est remise à hurler : "ouais enfin c'est bien de s'excuser hein, mais faudrait pas être con non plus !" Et de repartir sur des histoires de contrat, d'image de l'entreprise, etc. Je vous avoue que j'en suis ressortie assez secouée, mais moins que le jour où un collègue s'est vu refuser une sortie exceptionnelle pour accompagner son père atteint d'un cancer à une prise de sang... Voilà, désolée pour ce long commentaire, je n'ai évidemment pas tout raconté car ça prendrait des heures mais si vous avez d'autres questions bah j'y répondrai ! Merci encore à vous !

Répondre
  OzoneGrif  |  22

Sale histoire mais un grand classique malheureusement. Tu as probablement fait, sans le vouloir, des choses que les gens n'ont pas appréciés. Les rumeurs vont vite dans une entreprise, et la moindre excuse, une chemise mal repassée, une phrase malheureuse, un passage sur Facebook (ou autre) peut te valoir les foudres "hypocrites" d'un collègue. Il faut aussi beaucoup se méfier de l'informatique, les courriels que tu envois, les fichiers que tu gardes sur ton ordinateur. Normalement ils n'ont pas le droit, mais certains responsables n'hésites pas à aller fouiller pour voir comment tu travailles. Il suffit qu'un courriel personnel un peu malheureux tombe dans leur main, et c'est parti pour l'enfer... en entreprise, il n'y a pas de secret, il faut toujours être pro et irréprochable. Tu dis que tu l'es, mais cherche bien, il y a forcément quelque chose que tu fais mal. Reste à trouver quoi. Bon courage !

Répondre
  Duriel  |  36

Si ça peut te rassurer, j'ai subi ça aussi. Au début c'était crème sucrée et miel du genre tu verras on va bien te traiter, et après une semaine, les femmes ont pris mes salut ça va/salut vous allez bien pour de l'insolence et de l'impertinence. Voyez bien l'ambiance, ajoutez à ça des collègues qui vous confirment que celle-là est une connasse et que tout le monde la déteste, et saupoudrez de collègues qui lui sourient pour ensuite la traiter de connasse dans son dos, et vous obtenez un cocktail relativement pourri. Et chaque repas avec des personnes différentes c'était pareil, on casse du sucre sur le dos de A puis le lendemain c'est sur le dos de B, et ainsi de suite, et quand on vient vous dire que ça va, vous travaillez pas si mal que ça, vous vous demandez qui a bien pu répandre des rumeurs pareilles que tout le monde s'empressera de croire sans même se demander si elles sont vraies. Et bien sûr chercher à discuter calmement pour régler des problèmes pacifiquement ne mène qu'à une surenchère de guerre froide. Le monde du travail, prépare-toi jeune demoiselle, tu viens à peine de commencer.

Répondre
  ysuna  |  23

Coucou et bon courage. J'ai vécu des faits similaires et je sais à quel point ça peut être difficile, n'hésite pas à t'entourer en dehors du travail et au travail si possible, de gens plus sains, qui te rappelleront que le fait d'être victime de ce genre de harcèlement n'est pas de ta faute. Personnellement j'avais aussi demandé l'aide d'un professionnel et j'avais cessé d'aller travailler jusqu'à ce que je sois mutée dans un endroit plus sain (bon cela dit j'ai tenu 4 ans et demi et survécu à la première chef harceleuse, c'est celle qui lui a succédé qui m'a fait craquer :D). J'ai culpabilisé un long moment, mais honnêtement cet arrêt maladie ça a été une des meilleures décisions de ma vie pour moi-même. Prends soin de toi, et pense à te faire aider par les syndicats, voire si ça se reproduit à porter plainte, je ne l'ai pas fait et je le regrette. (bon après ça dépend des gens et des situations, ce sont des conseils que tu peux ne pas suivre, je ne t'en voudrais pas ;))

Répondre
  Cee22  |  25

Salut ! Pour avoir des personnes de mon entourage qui bossent dans un cabinet d'avocats, rien que le passage de temps de pause de 30 à 20 min n'est pas légal, donc si tu arrives à le prouver tu as de quoi faire pression .. Et comme cela a pu être dit dans d'autres commentaires, à ce niveau là les prudhommes me paraissent la meilleure solution : il ne faut pas te laisser faire ! Bon courage en tout cas !

Répondre
  gibsonlp76  |  30

J'ai vraiment eu de la chance personnellement en tant que stagiaire. J'étais chargé d'étude et était bien considéré, épaulé. Pour moi c'était une belle expérience. Et j'avais peur car j'avais déjà entendu des histoires comme celles-là de la part de proches et me connaissant je n'aurais pas eu les nerfs assez solides et la patiente nécessaire. C'est pour ça que personnellement j'ai toujours fuis les entreprises, trop de faux semblant, de mauvaises ambiances. J'ai travaillé en tant qu'intérimaire 2 semaines dans une entreprise et ça a confirmé ce que je pensais sur ce milieu de travail. Je déteste vraiment ce monde de concurrence et de productivité qui au lieu de tout améliorer financièrement, détériore les relations humaines à terme. Et à quoi bon être riche si au final on est pas heureux dans son entreprise. Personnellement me connaissant, soit je serai parti, soit j'aurai foutu un sacré bordel pour leur faire entendre raison. Mais bon c'est toujours peine perdu quand on est stagiaire.

Répondre
  laea_2  |  19

Wow... Je suis choquée. La VDM aurait été drôle si elle n'était pas si grave. As-tu déjà envisagé de chercher un emploi ailleurs et les planter ? L'environnement de travail est quelque chose de super important pour le bien-être, c'est là que tu passes la majeure partie de tes journées ! Comment fais-tu pour survivre ? En Belgique c'est obligatoire, je ne sais pas si c'est pareil en France, mais normalement il est censé exister une personne de contact externe à l'entreprise pour gérer justement les questions de harcèlement. Sinon, pour l'employé qui voulait accompagner son père, franchement à sa place j'y serais allé et c'est tout. Courage... J'espère que tu pourras trouver un meilleur emploi pour te sauver de là.

Répondre
  laea_2  |  19

Bon, j'ai été tellement omnibulée par le reste que j'ai zappé le mot "stagiaire". J'espère que l'issue du stage sera favorable malgré tout... ils doivent t'évaluer eux ???

Répondre

Je compatis, ma mère travaille dans des conditions similaires et c'est vraiment difficile, Sa supérieure super autoritaire et limite bipolaire a monté la moitié de ses collègues contre ma mère et son amie. Une autre de leurs collègues est partie en burn-out il y a plus d'un an et fait des crises d'angoisses rien qu'en repassant près de leur lieu de travail, et la meilleure amie de ma mère se gave d'antidépresseurs... La dernière en date, c'est quand elles ont demandé une pause à leur chef pour accompagner un collègue et ami au funérarium car il venait de perdre son compagnon. La boss a refusé en leur disant de se contenter des pauses réglementaires (ce qui les a été obligées à courir dans tous les sens pour être à l'heure) et s'est malgré tout permis de leur faire passer un message de condoléance pour le collègue endeuillé, sachant qu'elle s'est elle-même toujours comporté comme une truie avec lui. Bref, c'est caca, j'espère que tu pourras te sortir de cette situation. Je pense pas que je supporterais de travailler dans de telles conditions :/

Répondre
  semeru  |  22

J'ai une amie qui est en contrat de professionnalisation pour devenir huissier, et c'est à peu près ce qu'elle vit. Je lui dis tout le temps d'avoir du courage mais à ta place (et à la sienne) je serai déjà devant les tribunaux pour avoir collé mon poing dans la gueule du premier à m'avoir fait une crasse.

Par  Posidonios  |  5

Vu la situation, il est urgent d'en référer à une autorité supérieure ou une association ou les prud'hommes que sais-je. Sinon, les laisser dans la merde et partir. Ou dernier recours, discuter avec la " cheffe " en dehors du travail, là où elle n'a aucune autorité, quitte à lui faire peur.

Par  choukette267  |  9

enregistre une ou plusieurs situation, demande a ton collègue de témoigner et va porter plainte, ce que tu vis s'appel du harcèlement moral ! les pauses ne doivent pas être rassurer, c'est dans le contrat, les pauses sont obligatoires même pour un stagiaire ! !

Chargement…