Ajouter un commentaire

Vous devez etre inscrit afin de commenter

Top commentaires

Oui enfin comme dans toutes les collectivités ou presque, tout est géré par des gens qui n’y connaissent rien en cuisine ( un comble ). Ils négocieront des produits ultra bas de gamme pour le moins cher possible et réaliseront des fiches techniques foireuses pour leur menu degueulasse. Au bout de la chaîne on trouvera les pauvres cuisiniers obligés de réaliser ces abominations et endossant la responsabilité de l’ignominie des repas.

bah oui mais depuis que c'est plus lui c'est plus ce que c'était !

Commentaires

bah oui mais depuis que c'est plus lui c'est plus ce que c'était !

Oui enfin comme dans toutes les collectivités ou presque, tout est géré par des gens qui n’y connaissent rien en cuisine ( un comble ). Ils négocieront des produits ultra bas de gamme pour le moins cher possible et réaliseront des fiches techniques foireuses pour leur menu degueulasse. Au bout de la chaîne on trouvera les pauvres cuisiniers obligés de réaliser ces abominations et endossant la responsabilité de l’ignominie des repas.

Moi qui croyais une c'était une plaie nationale... Dans les films qui se passent à l'étranger, les malades hospitalisés semblent toujours contents du plateau qu'on leur amène

c'est assez globalement vrai mais il y a des exceptions... certes mon exemple ne porte pas sur une grosse structure comme un hôpital, mais j'ai déjà pu voir une différence ENORME entre un chef de restau d'entreprise classique qui "rechauffait" des plats tout faits en ajoutant juste quelques assaisonnements au mieux et un chef de restau d'entreprise qui achetait les ingrédients en cycle court local et préparait lui-même tout... a prix égal ça revenait à comparer du vomi avec un restau sympa servant des plats simples mais bons

@Lionewo... Les petites structures peuvent avoir une équipe qui achète local et produisent eux même, mais pour les grosses genre hôpitaux, EPHAD, armée etc.. c'est pas souvent possible pour des raisons de coût, de logistique et de coût du travail. Il faut savoir que pour les groupes de restauration collective qui gèrent les repas de ces structures, le nerf de la guerre c'est le prix des produits; C'est là qu'ils font leur marges. C'est donc du surgelé, du surgelé et pour finir un peu de surgelé. Seul certains fruits et légumes seront frais. Ce sont des singes commerciaux en chemisette qui négocient avec les fournisseurs et qui élaborent des fiches technique et des menus pour un domaine dans lequel ils ne sont pas du tout qualifiés. J'en ai vu certaines et croyez moi, c'est du grand art. Exemple: pour réaliser une sauce, il suffit de mélanger du jus de veau lié et de l'eau. En même temps, pour moins de 30 centime par couvert, j'imagine qu'il faut trouver des astuces🙄. Ceci dit, comme je l'ai indiqué, certaines structures moyennes font appel à ces mêmes groupes pour une qualité de service supérieure. Là on retrouvera un veritable travail de restauration comme on peut le voir dans le tradi.

Mais vous savez, même si les plats étaient dégueu, j'ai toujours adoré les Flamby en dessert !!

Ouais enfin je suis pas sur qu'un cuisinier d’hôpital s'attende à recevoir une étoile du guide Michelin, hein. Avec le peu de moyens dont tu disposes, tu ne deviens pas cuisinier d’hôpital pour exprimer ta créativité et recevoir des félicitations.

Les collectivités travaillent avec des entreprises ( Sodexo, Compass etc.. ) qui eux emploient les équipes de cuisine. Selon le contrat on peu avoir plus ou moins de liberté et réaliser de bonnes choses. Il y a quelques années j’ai brigué un poste dans une résidence de retraite ( non médicalisée ) et les conditions de travail étaient géniales. Libertés sur l’élaboration des menus, salaire motivant plus primes élevées si objectifs atteints, horaires avantageux et stages chez Alain Ducasse.. Pas mal du tout quoi, pour une résidence de retraite.

On est toujours puni par où l'on a péché... (Salomon)

C'est peut-être pour ça qu'il est malade, en fait..