Par Quartierdemerde - 14/8/2021 12:00

Le coup de flip

Aujourd'hui, afin de rassurer mes proches, mon covoitureur me ramène devant chez moi à 1h du mat', mon village craignant un peu de nuit. Une fois le covoit' parti, je me rends compte qu'un homme dormait au pied du portail, et il m'a suivie dans la résidence. VDM
Naoowza en dit plus :
Bonjour je suis l'auteure ! Merci de m'avoir publiée ! Je vais enfin pouvoir mettre un terme à votre débat (je ne me suis pas connectée pour poster désolée les admins...). Et merci d'avoir ajouté le "ouin-ouin#notallmen" ahahahah ❤️ j'aimerais tellement qu'un jour nous échangions nos corps les gars (et les filles sceptiques) et que vous réalisiez ce que c'est de flipper au moindre moment où vous êtes seuls quand ya plus personne dehors et plus de lumière... Je ne vis pas en banlieue, j'habite une petite ville de 15000 habitants-mea culpa pour le terme-, qui reste paumée en pleine campagne. Quand je suis arrivée, le mec avait une dégaine de sdf / mec bourré. Il m'a dit "bonsoir" d'une voix éteinte puis a pris la même direction que moi. J'ai eu très peur, j'invite les gens sceptiques à se mettre à ma place car effectivement comme dit plus haut on ne se pose pas de question sur le moment on prend pas le temps de voir si c'est un gentil un méchant ou autre : on court et on s'enferme chez soi. MAIS finalement tout le monde va être content : le lendemain à 19h en rentrant du travail, la même personne est venue à ma rencontre. Je confirme sa dégaine : il sentait l'alcool, il avait les yeux vitreux, sale, pas très bien habillé bref (je justifie tout puisqu'il me faut justifier mon coup de flip ! ). Et là il me dit "bonjour, je n'ai plus de forfait sur mon téléphone, j'ai perdu mes clefs, est-ce que vous pouvez me prêter votre téléphone pour que j'appelle mon tuteur ? ". Quand j'ai tapé le numéro je me suis trompée, il perdait patience et s'énervait. On a essayé d'appeler, il ne prenait pas le temps d'écouter la messagerie qui redirigeait vers un centre, il a commencé à monter dans les tours à me raconter sa vie, il était clairement déséquilibré. Ayant déjà travaillé avec des personnes de son genre je lui ai gentiment suggéré d'aller au commissariat en attendant (il a pas kiffé que je dise ça d'ailleurs) et j'ai laissé un msg à son centre de tutelle. DONC tout le monde avait raison. Voilà merci pour la publi et votre lecture et jai peur d'être trop crispée pour lire ceux qui encore diront que ce n'était pas si grave. Si jamais imaginez votre petite fille à ma place, comment auriez-vous réagi ? :)
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  Naoowza  |  41

Bonjour je suis l'auteure ! Merci de m'avoir publiée ! Je vais enfin pouvoir mettre un terme à votre débat (je ne me suis pas connectée pour poster désolée les admins...). Et merci d'avoir ajouté le "ouin-ouin#notallmen" ahahahah ❤️ j'aimerais tellement qu'un jour nous échangions nos corps les gars (et les filles sceptiques) et que vous réalisiez ce que c'est de flipper au moindre moment où vous êtes seuls quand ya plus personne dehors et plus de lumière...

Je ne vis pas en banlieue, j'habite une petite ville de 15000 habitants-mea culpa pour le terme-, qui reste paumée en pleine campagne. Quand je suis arrivée, le mec avait une dégaine de sdf / mec bourré. Il m'a dit "bonsoir" d'une voix éteinte puis a pris la même direction que moi. J'ai eu très peur, j'invite les gens sceptiques à se mettre à ma place car effectivement comme dit plus haut on ne se pose pas de question sur le moment on prend pas le temps de voir si c'est un gentil un méchant ou autre : on court et on s'enferme chez soi.
MAIS finalement tout le monde va être content : le lendemain à 19h en rentrant du travail, la même personne est venue à ma rencontre. Je confirme sa dégaine : il sentait l'alcool, il avait les yeux vitreux, sale, pas très bien habillé bref (je justifie tout puisqu'il me faut justifier mon coup de flip ! ). Et là il me dit "bonjour, je n'ai plus de forfait sur mon téléphone, j'ai perdu mes clefs, est-ce que vous pouvez me prêter votre téléphone pour que j'appelle mon tuteur ? ". Quand j'ai tapé le numéro je me suis trompée, il perdait patience et s'énervait. On a essayé d'appeler, il ne prenait pas le temps d'écouter la messagerie qui redirigeait vers un centre, il a commencé à monter dans les tours à me raconter sa vie, il était clairement déséquilibré. Ayant déjà travaillé avec des personnes de son genre je lui ai gentiment suggéré d'aller au commissariat en attendant (il a pas kiffé que je dise ça d'ailleurs) et j'ai laissé un msg à son centre de tutelle.
DONC tout le monde avait raison. Voilà merci pour la publi et votre lecture et jai peur d'être trop crispée pour lire ceux qui encore diront que ce n'était pas si grave. Si jamais imaginez votre petite fille à ma place, comment auriez-vous réagi ? :)

Par  Noktambule65  |  22

Ah, ces gens qui ont l'outrecuidance de ne pas avoir de logement et qui dorment dans la rue... Aucun savoir vivre. Et à tous coups il t'a suivie pour pouvoir squatter le hall d'entrée et se mettre au chaud gratis ! Scandaleux !

(mais oui, je peux comprendre que ce ne soit pas rassurant)

COMMENTS
Par  Noktambule65  |  22

Ah, ces gens qui ont l'outrecuidance de ne pas avoir de logement et qui dorment dans la rue... Aucun savoir vivre. Et à tous coups il t'a suivie pour pouvoir squatter le hall d'entrée et se mettre au chaud gratis ! Scandaleux !

(mais oui, je peux comprendre que ce ne soit pas rassurant)

Répondre
  MadameDodue  |  65

Neckara, il y a tellement à dire... Qui te dit que le village en question n'est pas en proche banlieue d'une ville plus grande ? J'ai grandi dans une ville qui est assez petite mais qui a tellement de patelins autour que ça fait une grande agglomération et tu peux aller de bourg en bourg sans jamais voir un poil de campagne. Et oui, dans le lot certains villages craignent plus ou moins, et dans certains villages oui il y a des SDF. Et je ne pense pas que cette ville en question soit une exception, des villages absorbés par des villes il y en a partout. Et quand bien même le village serait assez isolé (bien que ça ne corresponde pas vraiment à un village "qui craint un peu de nuit"), je ne sais pas si tu es au courant, mais les SDF n'ont pas obligation de rester à un point fixe (genre un hall de supermarché 🙄). Ton idée du SDF est tellement cliché... Tu sais que certains travaillent ? Être SDF ne signifie pas faire la manche devant monop' pour se payer des 8.6. Et cela dit en passant, l'auteure n'a même pas fait mention d'un SDF. Qui te dis que ce n'est pas plutôt un cambrioleur, ou peut être un pervers, qui s'est dit que pour passer inaperçu il valait mieux faire semblant de dormir ? Franchement il se passe un truc, si quelqu'un t'a vu le premier truc qu'il dira au flic c'est "y avait un gars qui dormait dehors". Un mec qui aurait oublié sa clé ? Perso j'oublie la mienne, je connais le code pour rentrer chez moi... Et quand bien même il y aurait pas de code (ce qui serait assez étonnant dans une résidence où il y a un portail), "bonsoir, ah ah désolé j'ai oublié ma clé, j'ai cru que je ne rentrerais jamais, heureusement que vous êtes arrivée" c'est peut être pas du luxe.

Par  1known  |  29

Règle numéro 1 de raccompagner quelqu’un en voiture: on ne repart que lorsque la personne que l’on ramène est entrée dans son immeuble ou sa maison et que la porte s’est refermée.

Par  Naoowza  |  41

Bonjour je suis l'auteure ! Merci de m'avoir publiée ! Je vais enfin pouvoir mettre un terme à votre débat (je ne me suis pas connectée pour poster désolée les admins...). Et merci d'avoir ajouté le "ouin-ouin#notallmen" ahahahah ❤️ j'aimerais tellement qu'un jour nous échangions nos corps les gars (et les filles sceptiques) et que vous réalisiez ce que c'est de flipper au moindre moment où vous êtes seuls quand ya plus personne dehors et plus de lumière...

Je ne vis pas en banlieue, j'habite une petite ville de 15000 habitants-mea culpa pour le terme-, qui reste paumée en pleine campagne. Quand je suis arrivée, le mec avait une dégaine de sdf / mec bourré. Il m'a dit "bonsoir" d'une voix éteinte puis a pris la même direction que moi. J'ai eu très peur, j'invite les gens sceptiques à se mettre à ma place car effectivement comme dit plus haut on ne se pose pas de question sur le moment on prend pas le temps de voir si c'est un gentil un méchant ou autre : on court et on s'enferme chez soi.
MAIS finalement tout le monde va être content : le lendemain à 19h en rentrant du travail, la même personne est venue à ma rencontre. Je confirme sa dégaine : il sentait l'alcool, il avait les yeux vitreux, sale, pas très bien habillé bref (je justifie tout puisqu'il me faut justifier mon coup de flip ! ). Et là il me dit "bonjour, je n'ai plus de forfait sur mon téléphone, j'ai perdu mes clefs, est-ce que vous pouvez me prêter votre téléphone pour que j'appelle mon tuteur ? ". Quand j'ai tapé le numéro je me suis trompée, il perdait patience et s'énervait. On a essayé d'appeler, il ne prenait pas le temps d'écouter la messagerie qui redirigeait vers un centre, il a commencé à monter dans les tours à me raconter sa vie, il était clairement déséquilibré. Ayant déjà travaillé avec des personnes de son genre je lui ai gentiment suggéré d'aller au commissariat en attendant (il a pas kiffé que je dise ça d'ailleurs) et j'ai laissé un msg à son centre de tutelle.
DONC tout le monde avait raison. Voilà merci pour la publi et votre lecture et jai peur d'être trop crispée pour lire ceux qui encore diront que ce n'était pas si grave. Si jamais imaginez votre petite fille à ma place, comment auriez-vous réagi ? :)

Répondre
  KingRCT3  |  32

j'aimerais tellement qu'un jour nous échangions nos corps et que vous réalisiez que c'est exactement pareil pour nous. Et en plus on fait flipper les filles rien qu'à exister.

Répondre

« j'aimerais tellement qu'un jour nous échangions nos corps les gars (et les filles sceptiques) et que vous réalisiez ce que c'est de flipper au moindre moment où vous êtes seuls quand ya plus personne dehors et plus de lumière... »

En effet, en tant qu'homme qui ne se fait jamais aborder, je ne peux pas savoir ce que ça fait d'être une femme, de recevoir très régulièrement des avances de gens relous, d'être parfois suivie et de vivre dans la crainte d'un harcèlement ou d'une agression. Sur ce point la vie me semble particulièrement injuste pour vous.

@KingRCT3 : comment peux-tu savoir si c'est pareil alors que tu n'as pas vécu sa situation au quotidien ? Et qu'est-ce qui te permet de déduire que ton vécu est celui de tout le monde ? Que l'on redoute de tomber sur des gens malveillants dans un coin paumé où il n'y a aucun éclairage, c'est naturel et on peut tous s'identifier plus ou moins à ce sentiment ; mais en tant qu'hommes, statistiquement nous sommes bien moins exposés au risque de harcèlement, d'agressions sexuelles et autres violences du même ordre.

EDIT : Quant à « faire flipper les filles rien qu'à exister »... Si tu fais une tentative de drague et que la personne prend peur, c'est peut-être que tu as une mauvaise approche, un comportement pas rassurant, qu'elle a eu de mauvaises expériences précédentes, ou que tu interviens dans un contexte déjà anxiogène ou inopportun pour l'aborder.

Et si tu n'as rien à te reprocher ou que tu n'as même pas l'intention de draguer, ben... à quoi bon te soucier d'un sentiment d'insécurité qui ne vise même pas ta véritable personne, étant donné que tu ne représentes pas un danger réel ? Je ne suis pas le dernier à prêter attention à ce que pensent les autres, mais les inconnus dans la rue à qui je n'ai rien demandé...

Répondre
  Naoowza  |  41

Et donc c'est qui la personne la plus à plaindre, toi qui te fais traiter de harceleur à tort et qui aurais juste à dire avec les bons mots que tu n'en es pas un et éduquer tes collègues garçons ou moi qui me fais harceler pas moins d'une fois par semaine dans la rue sur mon physique, ma manière d'être et mes habits et qui ne peux rien dire sinon je passe pour une hystérique ou pire je me fais vraiment agresser parce que j'aurais touché les personnes concernées dans leur ego en les insultant ?

J'ai foi en notre société, les paroles se libèrent, les gens s'éduquent plus au dialogue et à l'ouverture d'esprit, ça va peu à peu dans le bon sens. Recadrons-nous et protégeons-nous les uns les autres, et tout ne peut que mieux aller.