Par Anonyme - 20/10/2020 09:30 - Belgium - Manage

La routine, quoi

Aujourd'hui, après une semaine en quarantaine, un test Covid-19 perdu et une remise au travail rapide par mon médecin traitant qui considérait que j'étais en pleine forme, je reçois un appel en catastrophe de l'hôpital, m'annonçant que l'examen de routine que je venais de réaliser indiquait que j'avais une pneumonie. VDM
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  Harbard  |  27

Aux deux zigotos :

L'expression "mettre quelqu'un en quarantaine" signifie "isoler quelqu’un de force, le tenir à l’écart pendant une période donnée".
Elle trouve son origine dans la période d’isolement qui était réservée aux personnes ou aux marchandises provenant de pays en proie aux épidémies. Elle durait exactement 40 jours, d'où le terme "quarantaine".
Aujourd’hui, le sens s’est élargi au fait de maintenir quelqu’un dans un isolement forcé, sans qu’il y ait forcément une notion de durée.

Par  Humour_bizarre  |  35

Absolument pas. La mise en quarantaine est un isolement forcé de durée variable. A l’origine on plaçait en quarantaine pour 40 jours mais depuis les mises en quarantaine sont de durée variable. (Source : dictionnaire Larousse et culture générale)

COMMENTS
Répondre
  Humour_bizarre  |  35

Absolument pas. La mise en quarantaine est un isolement forcé de durée variable. A l’origine on plaçait en quarantaine pour 40 jours mais depuis les mises en quarantaine sont de durée variable. (Source : dictionnaire Larousse et culture générale)

Répondre
  Harbard  |  27

Aux deux zigotos :

L'expression "mettre quelqu'un en quarantaine" signifie "isoler quelqu’un de force, le tenir à l’écart pendant une période donnée".
Elle trouve son origine dans la période d’isolement qui était réservée aux personnes ou aux marchandises provenant de pays en proie aux épidémies. Elle durait exactement 40 jours, d'où le terme "quarantaine".
Aujourd’hui, le sens s’est élargi au fait de maintenir quelqu’un dans un isolement forcé, sans qu’il y ait forcément une notion de durée.

Répondre
  Humour_bizarre  |  35

Merci Harbard. Et j’ai les oreilles qui souffrent, mal à mon Français quand j’entends des gens parler de « quatorzaine ». Pourquoi vouloir inventer un mot alors qu’il y en a un qui existe déjà ???

Répondre
  Harbard  |  27

@Humour :
Car les gens sont cons, ignares et qu'ils se laissent bercer par la médiocrité des médias et le niveau piteux des réseaux sociaux. Ils se situent dans une zone hadopélagique de l'intelligence.


@Demon :
Quatorzaine est un terme juridique pour évoquer les différentes étapes d’une saisie judiciaire. C’est bien le mot "quarantaine" qui prime, même si cela ne se traduit pas obligatoirement par un isolement de 40 jours.

Répondre
  motardxxx  |  29

dans le domaine médical (au moins celui là) la quarantaine a perdu la notion de quarante jours. comme déjà dit ce mot représente la mise a l'écart forcée et non le temps de cet écart..... c'est l'académie française qui le dit ....donc si ce mot est correctement utilisé au mois sur le plan médical....

Répondre
  doubleK  |  45

nonante-huit ça rentre plus facilement sur un chèque ! Parce-que va écrire "quatre-vingt dix-neuf euros et quatre-vingt dix-neuf centimes" sur les 2 petites lignes sans que ce soit des pattes de mouche...

Par  Otsuki  |  31

Outre le débat linguistique concernant le mot "quarantaine", ce qui m'interpelle c'est que ton médecin traitant n'ait pas détecté la pneumonie (ce n'est pas rien comme maladie...)
Donc soit ton médecin est un incapable, et change vite avant de mourir d'une septicémie alors que tu es "en parfaite santé". Soit l'hôpital a commis une erreur sur ton analyse (contamination de l'échantillon, inversion de deux dossiers, les possibilités d'erreur sont multiples et la fatigue accumulée par le personnel n'aide pas).
Du coup, qu'en est-il? 😁

Répondre
  Harbard  |  27

La pneumonie typique est la pneumonie liée à une bactérie appelée pneumocoque (Streptococcus pneumoniae). Dans ce cas, l’apparition des symptômes est souvent brutale. Mais parfois, les symptômes de la pneumonie sont moins évocateurs, la fièvre peut être légère ou même remplacée par une hypothermie, et la toux peut être absente. Très difficile à diagnostiquer.
Si l'autrice a fait un examen de routine à l'hôpital; c'est à dire une radiographie thoracique, d'un, c'est que son médecin traitant lui a fait faire, et de deux, il faut savoir, cher donneur de leçon, que le cliché peut être normal, sans présenter la moindre opacité sur les poumons, et jusqu'au cours des premières quarante-huit heures.

Répondre
  Otsuki  |  31

Je te remercie pour les précisions médicales concernant la pneumonie.
Cependant, je suis au regret de devoir t'apprendre que tout les médecins ne sont pas parfait, et certains sont d'ailleurs de parfaits incapables. J'ai une fois eu une double otite, douleur absolument infernale: le médecin ne voyait strictement rien d'anormal (1er erreur). Sur l'insistance de ma mère (habituée à mes otites) il me prescrit de la cortisone (2e erreur, s'il estimait que je n'avait rien, il n'avait pas à prescrire quoi que ce soit). C'est plus d'une semaine après chez un autre médecin (pour une simple visite médicale pour certificat d'aptitude au sport, hors de question de retourner chez l'incapable) que celui-ci m'a dit, en auscultant mes oreilles "mais tu sors d'une double otite sévère!"
Donc oui, il faut parfois savoir remettre en question les compétences d'un médecin.

Répondre
  Xiarik  |  6

Complètement d'accord, personnellement des médecins à côté de leurs pompes j'en ai eu plusieurs. Entre celle qui signe et persiste à vouloir me soigner mon angine au miel et citron alors que je retourne plusieurs fois la voir avec les ganglions de plus en plus enflés (au point de ne plus pouvoir avaler), grâce à elle j'ai fini avec une piqûre dans la gorge chez un orl pour vérifier qu'il y avait pas de pus suite à l'infection (il l'a traitée de tous les noms), puis la gynéco qui me dit que mes problèmes de souffle et de coeur à 8 mois de grossesse c'est la chaleur sans même m'ausculter (il s'avèrera après coup que c'était de l'anémie, j'ai enfin eu le droit à une auscultation quand j'ai continué de déclarer les symptômes après accouchement) et enfin la pédiatre qui me rit au nez en disant que c'est normal que ma fille hurle la nuit parce que "coliques" sans même vérifier (en fait elle avait les intestins plein de gaz, ça paralysait tout le système vu qu'elle arrivait pas à évacuer)...

Bref, faire confiance à son médecin c'est bien, mais le remettre en question quand il y a un soucis c'est mieux.