Par berserker404__ - 28/8/2021 18:01

Compassion

Aujourd’hui, mes règles sont particulièrement douloureuses. Je me plie de douleur, je pleure, je suis en boule dans mon lit. Tout ce que mon copain a trouvé à me dire : "T’es douillette quand même, je suis sûr que ça fait pas si mal." VDM
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  Capitaine AdBlock  |  65

Je ne comprends pas comment on peut juger et minimiser une douleur qu'on ne vit même pas. Puis que tu sois douillette ou non ne veut rien dire : si tu la ressens forte, c'est qu'elle est forte. À chaque corps sa sensibilité ; croire qu'il y aurait une valeur de référence pour la douleur et que ta perception et ta réaction en seraient exagérées est un non-sens, une bêtise.

COMMENTS
Répondre
  Jesuisnormale  |  37

comme il existe un appareil qui simule les contractions d'un accouchement, certains hommes devrait essayer... oui oui j'ai déjà entendu un homme dire que accoucher ce n'est pas si douloureux que ça (et non ce n'est pas mon homme qui a dit ça, vaut mieux pour lui)

Par  Capitaine AdBlock  |  65

Je ne comprends pas comment on peut juger et minimiser une douleur qu'on ne vit même pas. Puis que tu sois douillette ou non ne veut rien dire : si tu la ressens forte, c'est qu'elle est forte. À chaque corps sa sensibilité ; croire qu'il y aurait une valeur de référence pour la douleur et que ta perception et ta réaction en seraient exagérées est un non-sens, une bêtise.

Répondre

C'est un manque total d'empathie, je dirais.

Sachant que la douleur est culturelle en partie, éducative, et individuelle, personne ne peut juger de la douleur ressentie par autrui, effectivement tu as entirèmeent raison ! On utilise d'ailleurs des échelles de la douleur pour savoir si un patient a plus ou moins mal selon sa propre échelle (on compare la douleur actuelle à la pire douleur imaginable par le patient)

Il aurait dû lui proposer un câlin, un massage, un doliprane... enfin bref, un peu de soutein ! Zero ce copain !

Répondre

Y' aplein de ucltures où la douleur est utilisée dans les rituels de passage à l'âge adulte par exemple, du coup, les gens elevés dans ce s cultures là ont une attitude très différente des personnes élevées dans une cutlure où al douleur est vue comme forcément négative. C'est un exemple parmi d'autres, mais tu as des thèsse entières la dessus en anthropologie, médecine etc...

Répondre
  Negens  |  12

Pour les douleurs culturelles, en plus des traditions parfois violentes (bonjour les mayas... brrrr, ils étaient hardcore), il y a aussi la manière dont on se comporte devant la douleur qui est influencée par la culture. Ca ne change pas vraiment le ressenti, mais ça change le regard de l'autre sur notre ressenti. Si je fais un gros raccourci des familles pour donner un exemple : un homme dans un pays occidental a plus tendance à cacher le fait qu'il douille sa maman qu'une femme qui a plus "le droit" de se plaindre si elle a mal (on est d'accord qu'il y a un million de guillemets à mettre dans cette phrase ! Ca ne fonctionne même pas avec moi alors que je sors ce cliché XD). Pareil, si on grandit dans certaines cités, on aura tendance à minimiser davantage la douleur devant les autres (généralité là encore).

Répondre

Au-delà de ça, c'est surtout le fait de croire que la douleur est inférieure aux sensations qu'elle en a qui est débile, puisque la douleur EST une sensation. Il n'y a pas de « ça ne fait pas si mal » : elle a très mal, point.

Par  Le Concombre Masqué  |  15

Je me demande si c'est du même niveau d'intensité qu'un bon coup de genou dans les choses de la vie. Ça ne te donne pas envie d'essayer pour qu'il ait une petite idée ? Comme ça il saura de quoi il parle la prochaine fois...

Par  Haldu  |  40

En tant qu'homme, j'avoue que je n'ai aucune idée de ce qu'une femme peut ressentir durant ses règles, et encore moins si elles sont douloureuses.
Mais si jamais je voyais ma copine se rouler en boule de douleur, essayer de nier sa souffrance ne me viendrait même pas à l'esprit. Franchement, je ne comprends pas ceux qui font ça

Répondre
  doubleK  |  45

On a trop banalisé d'avoir mal pendant les règles. Parceque non c'est pas censé être douloureux et quand ça l'est ça mérite d'être pris au sérieux à commencer par certains médecins qui ne cherchent même pas à comprendre ce qui cloche (endométriose, kystes, fibromes, ...)

Répondre
  lauremel  |  13

Mais tellement !!!
L’endométriose est particulièrement douloureuse
1 femme sur 10 en est atteinte
Et le pb n’émerge que depuis bien - trop peu - de temps
Les médecins ne prenaient pas en considération les douleurs de règles. Parce que c’est normal
[Comme c’est normal d’avoir mal en accouchant (certes). Alors cela excuse la maltraitance gynécologique (un peu plus un peu moins mal, hein !). Recousues à vif, le point du mari et autres horreurs]
J’aimerais savoir depuis combien de temps le traitement existerait si 1 homme sur 10 souffrait 2-3 jours par mois à se rouler en boule ?
Franchement le coup de genou bien placé me semble une excellente idée (rhoooo, je suis sûr que ça fait pas si mal que ça … si ? Noooon !)

Répondre
  Neckara  |  13

"J’aimerai savoir depuis combien de temps le traitement existerait si 1 homme sur 10 souffrait 2-3 jours par mois à se rouler en boule ?"

Je n'aime pas ce que vous sous-entendez.

Pour rappel, les maladies qui touchent spécifiquement les femmes reçoivent plus d'attentions et de dons que celles touchant spécifiquement les hommes. Pour rappel aussi, depuis quelques décennies, on a des femmes médecins, des femmes chercheurs en médecine, etc. les femmes comptant plus de 50% de la population.

Il n'y a pas non-plus "un" traitement car il y a plusieurs raisons aux règles douloureuses. Le traitement générique est le paracétamol, pour les douleurs qui y résistent, il faut voir un médecin. En soit, on peut tracer un parallèle avec la migraine qui peut être très douloureuse, qui se soigne généralement avec du paracétamol, mais qui si persiste, doit faire l'objet d'une consultation, et derrière, on n'en comprend pas encore toutes les causes.

Il y a d'ailleurs de la recherche effectuée sur les règles douloureuses (et des pistes récentes ont été découvertes en 2016). Mais il faut bien comprendre que la recherche médicale sur les femmes est plus compliquée du fait de l'aspect cyclique et de tout le joyeux bordel niveau hormonal. Cela rend les études légèrement plus compliquées car ajoute plusieurs paramètres qu'il faut isoler.

Toutes les maladies ne sont pas non plus égales, certaines sont plus difficile à détecter, à comprendre, et à traiter/soigner. Par exemple, sur les cancers, on a fait d'énormes progrès, mais on est encore loin de tout soigner.

Répondre
  odeur15_  |  3

Mais arrêtez de faire semblant de pas comprendre qu’il y a un peu de sexisme dans chaque domaine. La pilule par exemple. Pilule pour hommes interdite car trop d’effets secondaires. Les effets secondaires ? Les mêmes que la pilule pour femme

Répondre
  Neckara  |  13

Arrêtez de voir du sexisme partout où il n'y en a pas pour combler votre ignorance sur les choses que vous ne comprenez pas, et ne cherchez pas à comprendre. À voir du sexisme partout, vous ne voyez même pas votre propre sexisme.

Il suffit de quelques secondes de recherches sur Google pour se renseigner sur la contraception masculine :
=> Préservatif : le plus simple.
=> Vasectomie : intervention chirurgicale, théoriquement réversible, mais en pratique, c'est plus compliqué.
=> Contraception thermique : sans effets secondaires, mais nécessite d'être utilisé en permanence et pendant un long moment 14h/j, 45 à 60 jours pour commencer à être efficace. Bref, méthode bien trop incertaine pour être considérée efficace.
=> L'injection hormonale : il faut des niveaux d'hormones bien supérieurs à ceux donnés à la femme et une injection (=piqûre) hebdomadaire. La prise par pilule n'était pas possible (a priori avant 2018) du fait de l'élimination trop rapide de la testostérone par le corps. Là aussi il semblerait qu'il faille attendre pour que cela fasse effet, et l'efficacité ne semble pas géniale (~80% contre ~99.7%). Les effets secondaires à long terme semblent aussi plus important qu'avec la pilule féminine. Bref, moins efficace, plus contraignant, et effets secondaires plus graves.

En effet, il est très facile de bloquer l'ovulation, mais bloquer correctement la spermatogenèse est bien plus compliquée. Derrière les femmes ont aussi le choix, en place de la pilule, elles peuvent utiliser e.g. le stérilet, le préservatif féminin, ligature des trompes, etc.


Sachant que se pose aussi la question de la confiance sur la méthode contraceptive du conjoint. Il y a des femmes qui mentent en disant prendre la pilule afin de tomber enceintes. Imaginez qu'un homme fasse de même. Il suffira de quelques cas suspicieux médiatisés pour que les femmes s'en méfient.

EDIT: Et les même qui criaient au sexisme de l'absence de pilule masculine sur le marché, crieront au sexisme de la pilule masculine qui donne à l'homme le contrôle sur le corps de la femme, en lui permettant de choisir seul, quand il prendra ou ne prendra pas la pilule...

On a depuis bien longtemps l'habitude de ce genre de discours, tout et son contraire est sexiste, on trouvera toujours une raison. Ce n'est plus pile je gagne, face tu perds, mais pile c'est sexiste, face c'est sexiste.

Répondre
  Neckara  |  13

@NPC ce n'est absolument pas la discussion actuelle...

Répondre

LOL : l'homme peut tout à fait contrôler grâce à la vasectomie. En France, la vasectomie est très peu pratiquée par rapport aaux autres pays.Beaucoup de mecs pourraient faire une vasectomie et ainsi libérer leurs femmes du fardeau de la contraception. Quand tu as eu les efnants que tu voulais, tu peux le faire, hein. C'est vite fait, sous anesthésie locale... et pourtant, il y a très peu de mecs qui le font. Etonnant non ? du coup ce sont lerus femmes qui se tapent uen contraception jusqu'à la ménopause...
Et que dire des mecs qui ne veulent pas d'enfant et qui viennet ensuite chouiner qu'une nana leur a fait un enfant dans le dos ? Séreisuement, si tu veux pas d'enfant tu te fais vasectomiser et voilà. En plus les hommes étant moins infantilisés que les femmes et l'opération était bien plus simple, on elur posera beaucoup moins d question qu'à une femme qui souhaite une ligature des trompes.

Répondre
  L'âne  |  15

Merci à Neckara pour tous ces développements très intéressant ! Je suis une femme et supposais moi aussi un certain sexisme dans la non élaboration d'une "pilule contraceptive" pour homme

Répondre
  Neckara  |  13

"Et que dire des mecs qui ne veulent pas d'enfant et qui viennet ensuite chouiner qu'une nana leur a fait un enfant dans le dos ?"
Ah le sexisme classique des misandres... Pour information, même avec la vasectomie, cela m'empêche pas la femme de faire un enfant qui sera reconnu comme le sien si marié (même si n'est pas le père biologique) ...

L'inverse existe aussi... des capotes volontairement percées, pour mettre enceinte la femme contre sa volonté. Mais là, comme ce n'est pas l'homme la "victime", mais la femme, ça change tout, hein.

"LOL : l'homme peut tout à fait contrôler grâce à la vasectomie. En France, la vasectomie est très peu pratiquée par rapport aaux autres pays. Beaucoup de mecs pourraient faire une vasectomie et ainsi libérer leurs femmes du fardeau de la contraception."
=> Cela est ridicule. La vasectomie se fait généralement après avoir eu des enfants... or le principal problème est l'inverse : ne pas avoir des enfants trop tôt, ou de manière trop rapprochée. Le temps d'avoir les enfants, de décider définitivement de ne plus en avoir d'autres, d'être bien sûr de ne pas changer d'avis plus tard, beaucoup de couples ne sont plus sexuellement actifs, ou la femme atteint les 45 ans où elle a très peu de chances de tomber enceinte.

Bref, la vasectomie a un usage bien différent de la contraception "usuelle".


"En plus les hommes étant moins infantilisés que les femmes et l'opération était bien plus simple, on elur posera beaucoup moins d question qu'à une femme qui souhaite une ligature des trompes."
=> Cela est faux. Si tu es jeune et demande une vasectomie, cela sera difficile de trouver un praticien qui acceptera.



De plus, si on veut être honnête, il faut comparer la vasectomie à la ligature des trompes (~1 pour 5), et surtout regarder le profil et les raisons de ces opérations, ainsi que la dynamique au sein du couple (si couple il y a). Notamment en cas de partenaires multiples.

Répondre
  NPC  |  6

"Arrêtez de voir du sexisme partout où il n'y en a pas pour combler votre ignorance sur les choses que vous ne comprenez pas"

(…)

"Ah le sexisme classique des misandres..."

Mais LOL, quoi.

Répondre
  Neckara  |  13

@NPC: Ce n'est pas parce que des personnes voient du sexisme partout qu'il n'existe pas de sexisme dans certains discours...


Tu sais le monde n'est pas binaire et est bien plus nuancé que cela...

Répondre

Oulaaaaaaaaaaa, je pense qu'on a trouvé le plus gros misogyne de VDM là...

Sa première remarque est que la femme va tromper son mari pour faire un enfant avec un autre dès qu'il se sera fait vasectomiser... C'est tellement peu crédible. Des arguments de gros fada.

Répondre
  lauremel  |  13

« Je n’aime pas ce que vous sous-entendez »
Un peu paternaliste, non ?

« Pour rappel les maladies qui touchent les femmes … »
Ah oui ? Selon quelle étude ? Et surtout depuis quand ? Et pourquoi ?
Un peu facile, non ?

Que dire de l’argument des femmes-chercheuses / Medecin ?
Elles font comme tt le monde : avec les crédits que l’on octroie, les aspects culturels. Elles ne font pas mieux
Un peu à côté de la plaque, non ?

Allezzzz un pt paracetamol et plus de bobo
« Et si ça persiste … »
Mais c’est de ça justement dont on parle !
Jamais lu les dizaines-centaines de témoignages de douleurs féminines niées ? Ridiculisées ? Pas assez interessantes (financièrement, médicalement, culturellement) ?
Et oui ! Par des femmes-médecin aussi ! Qui s’en cogne(ai)nt mais alors …
- des femmes-médecin sont également associées à des violences gynécologiques
- Et je fais, d’expérience, la différence avec les urgences vitales post-accouchement où les gestes violents et douloureux sont réalisés en t’expliquant, en te regardant ds les yeux, avec de la compassion : là bordel … il faut agir
La considération change tout

« Il y a d’ailleurs des études sur les règles douloureuses. Et des pistes récentes …»
Et bien voilà ! Rien qui ne choque ds cette phrase ? Tt est pourtant là
Encore une fois et je réaffirme (pas la peine de prendre la grosse voix paternaliste) : depuis la nuit des temps, 1 homme sur 10 souffrirait 3 jours par mois pendant 30 ans de sa vie …
est-ce qu’on en serait VRAIMENT, juste à des « pistes récentes » ?
Sérieux ?

Répondre
  siphyse  |  5

du paracétamol face à des règles douloureuses ? !! zéro effet... apparemment vous en êtes fan, mais le paracétamol ne soigne pas toutes les douleurs.Mal à cause des règles, c'est comme si on vous arrachait les tripes par la ch... alors du paracétamol... LOL

Répondre

Oui, c'est vrai que c'est faux : le traitment de référence c'est les anti inflammatoires. Tant mieux si certaines personnes le paracétamol suffit, mais c'est effectivement pas la majorité.

Son discours était tellement débile àt ous les niveaux que j'ai eu la flemme de tout relever. Mais effectivement, on est sur un cas qui me fait penser à Zemmour : quelqu'un qui ne connait iren au sujet tant en pratique qu'en théorie mais qui prend un ton supérieur avec des gens qui s'y connaissent bien mieux. Bref, sans aucun intérêt. Et c'est pas en écrivant des tartines qu'il va concaincre les gens qui ont encore un neurone vaide, y'a qu'un âne pour finir par gober de telles inepties. Mais bon, il tente le bourrage de crâne, ça a marché dans certaines dictatures !

Répondre
  Neckara  |  13

Bon... a priori certains ont des problèmes de lecture...

"Sa première remarque est que la femme va tromper son mari pour faire un enfant avec un autre dès qu'il se sera fait vasectomiser... C'est tellement peu crédible. Des arguments de gros fada."
=> Ce n'est pas ce que j'ai dit...

Répondre
  Neckara  |  13

"Un peu paternaliste, non ? "
=> ???


"Que dire de l’argument des femmes-chercheuses / Medecin ?
Elles font comme tt le monde : avec les crédits que l’on octroie, les aspects culturels. Elles ne font pas mieux"
=> Mais oui, mais oui... Renseignez-vous déjà sur les sources de financements de la recherche...

"Jamais lu les dizaines-centaines de témoignages de douleurs féminines niées ?"
=> Bah oui, d'une poignée de témoignage, on va le généraliser à l'ensemble de la population, sans jamais chercher à regarder plus loin...

"Et bien voilà ! Rien qui ne choque ds cette phrase ? Tt est pourtant là
Encore une fois et je réaffirme (pas la peine de prendre la grosse voix paternaliste) : depuis la nuit des temps, 1 homme sur 10 souffrirait 3 jours par mois pendant 30 ans de sa vie …
est-ce qu’on en serait VRAIMENT, juste à des « pistes récentes » ?
Sérieux ? "
=> Merci de réitérer ainsi votre remarque sexiste...
La médecine, ce n'est pas magique, il y a des choses qu'on étudie depuis des siècles, sans ne les avoir encore bien compris.
Les hommes souffrent de dépression, pourtant c'est loin d'être encore bien soigné. Les hommes souffrent de cancers, idem, tous ne sont pas bien soignés. etc.

Répondre
  Neckara  |  13

"du paracétamol face à des règles douloureuses ? !! zéro effet... apparemment vous en êtes fan, mais le paracétamol ne soigne pas toutes les douleurs."
=> Je vous conseillerais juste d'apprendre à lire... car c'est bien ce que j'ai dit, le paracétamol ne soignera pas toutes les règles douloureuses.

Répondre
  Neckara  |  13

"quelqu'un qui ne connait iren au sujet tant en pratique qu'en théorie mais qui prend un ton supérieur avec des gens qui s'y connaissent bien"
=> En effet, je ne m'y connais que peu sur ce sujet. Mais quand il suffit de 20 secondes de recherche sur Google pour relever des bêtises... s'il n'y avait pas des erreurs aussi flagrantes, je ne serais pas ici en train de les relever. Moi je suis peut-être ignorant, mais vous (certains intervenants de cette discussion) êtes pire qu'ignorants... (et pour certains commentaires misandres et sexistes).

Je ne prendrais jamais un ton supérieur envers un vrai expert, qui a un discours pesé, nuancé, précis, et qui a une réelle méthode. Pas une personne qui laisse sa misandrie s'exprimer en ignorant les contraintes et difficultés médicales.


Quant à ce qui concerne les règles douloureuses, en effet, on pouvait aussi prendre des anti-inflammatoires. Cependant, avec le COVID19, on recommande de les éviter car sont suspectés d'aggraver les infections.

Bon cela reste des détails. Le fond de mon propos reste correct : "il a un traitement". Je n'aurais en effet pas dû dire "le traitement générique", mais "un traitement générique".

Répondre
  Abby0603  |  32

Neckara : Les autres ont très justement répondu aux parties de tes commentaires qui me faisaient tiquer, je ne reviendrai donc pas là dessus.

Je reprendrai juste une partie où tu dis "Pour rappel, les maladies qui touchent spécifiquement les femmes reçoivent plus d'attentions et de dons que celles touchant spécifiquement les hommes."

C'est totalement faux. Au contraire. La douleur des femmes, et leurs maladies spécifiques, tendent à être laaaargement sous-estimée, quand elle n'est tout simplement pas ignorée. Il n'y a qu'à voir comment les femmes sont considérées comme "douillettes" dans l'imaginaire collectif, (alors qu'on passe une grande partie de notre vie à souffrir). Il suffit de voir comment sont traitées les menstruations et les douleurs qui vont avec ("c'est normal d'avoir mal pendant ses règles", quelle femme ne l'a jamais entendu, ça?), l'endométriose, les accouchements et les maltraitances gynécologiques qu'on ne compte plus.

Et même en sortant du cadre de l'appareil reproducteur, les crises cardiaques chez les femmes notamment, sont très dures à détecter, car les symptômes ne sont pas les mêmes que chez un homme.
Par ailleurs, la plupart des médicaments ne sont pas efficaces à 100% sur les femmes, parce qu'ils sont en général testés sur les hommes, donc avec un taux d'hormones complètement différents.

Répondre
  EmiChafouine  |  28

On a surtout pas eu le choix... dès qu'on montre de la douleur on en prend plein la tronche, les règles c'est sale c'est tabou faut pas en parler faut pas faide recherches dessus si sur les règles douloureusements ni sur l'endométriose (même mon correcteur ne connaît pas ce mot c'est dire) ni sur le syndrome pré-mensuel ni sur rien. So ça touchait les hommes on aurait déjà pléthore de solutions pour minimiser la douleur et un traitement efficace contre le spm et l'endo!

Répondre
  lauremel  |  13

Totalement en phase avec toi Abby0603
Je te rejoins sur les 2 points que tu évoques
Malheureusement
- Non le spécifique féminin n’est pas « mieux » étudié. Évidemment. Tt le monde s’en cogne. Justement parce que, culturellement, c’est « normal » la souffrance des femmes. Et que le secteur n’est donc pas porteur financièrement. Et donc non-intéressant pour la recherche (ça m’a fait sourire qd, ds cette discussion, on m’a renvoyée sur les fonds de la recherche, justement)
- oui les protocoles médicaux basent les traitements et leurs dosages sur les mecs. Un pb connu qui peut avoir des conséquences sur les femmes globalement plus pts poids, hormonalement différentes, etc

Tellement en phase également avec toi EmiChafouine. Forcément
J’ajouterai même que les femmes ne sont pas forcément les plus tendres entres elles.
Il m’a fallu qq années avant de comprendre que non, les filles qui renonçaient au sport au collège n’étaient pas plus chochottes que moi.
Elles étaient juste différentes
J’étais également conditionnée par le message : tu sers les dents, tu souris et t’avance

Mais on a le droit de prendre du recul, d’analyser, de réfléchir. De repenser ce que l’on ns enseigne
D’écouter vraiment nos sœurs, mère, Gd-mères, amies, compagnes
- leurs histoires (on en a toutes, malheureusement)
Celles qu’on aime assez pour écouter et faire preuve d’empathie
Plutôt que 20 secondes sur internet …

Et si ces histoires de douleur récurrentes avec lesquelles on vit et que l’on planque ne sont pas très intéressantes (ce que je conçois tt a fait), il faut au moins savoir qu’elles existent. Et peut-être faire profil bas (Maintenant je sais / Jean Gabin)

Répondre
  Neckara  |  13

Tout ce que je vois ici est votre obsession de trouver le moyen de vous victimiser à partir de n'importe quelle situation, quitte à les tordre sans aucune vergogne, sans chercher à comprendre les tenants et aboutissants de ces situations.

La société est beaucoup plus disposée à écouter les douleurs des femmes que celle des hommes. Une femme qui pleure, on l'écoute, on la soutient, on la console, on la croie, un homme qui pleure, on se fout de sa gueule. Ah pardon, en fait c'est la société qui oppresse la femme en étant paternaliste avec elles, et on se moque de l'homme parce que pleurer est vu comme une chose de féminin, donc de mauvais...

Alors on s'invente des oppressions, on se plaint, pour s'attirer la sympathie, c'est tellement pratique. Les avantages, les privilèges, on les tord pour les transformer en oppression. Simuler pour manipuler la société naïve, qui se mettra à 4 pattes pour la consoler. Le problème, c'est qu'à force de crier au loup, le jour où des femmes ont des réelles douleurs (e.g. avec les règles), forcément, elles sont un peu moins crues. Et ainsi toutes les femmes payent pour le comportement de certaines.


On sort des contre-vérités sexistes et misandres, ce n'est pas grave, parce que c'est moi la victime. Quoi ? On m'explique qu'il y a des difficultés médicales du fait de processus biologiques complexes ? Lalallaala, je ne vais pas lire, et je vais continuer de dire les mêmes bêtises que les autres ont dites.

Les femmes sont des pauvres victimes dont la société se fout... c'est pour cela que les campagnes contre le cancer du sein sont parmi les plus financées (mais ça c'est encore un coup de la société patriarcale qui ne veut pas gâcher les seins qu'elle objectifie). Les médicaments ne sont testés que sur les hommes et ne sont pas adaptés aux femmes, oui, à chaque fois que je regarde un article scientifique je ne vois jamais de femmes dans les échantillons, jamais.

Votre comportement donne une si belle image de la femme...

Répondre
  lauremel  |  13

Et tu sais quoi ? J’ai plein d’autres sujets de victimisation de la femme 🤣
- salaire inférieur pour travail égal
- agressions sexuelles en tt genre menant à être sur ses gardes constamment / inconsciemment tt le temps
- taches ménagères pas encore à 50/50
- charge mentale
- …

Pour toi « donner une belle image de la femme » consiste à être dans l’acceptation
Serrer les dents et sourire
Et surtout, surtout !… fermer sa gueule !

Je ne sais pas si tu es aussi fermé d’esprit avec une culture sociale se résumant à 20 sec d’internet
Ou si tu es provoc

- Si c’est provoc, bravo. Champion !
- Sinon … ben je n’ai pas de mot. Juste une promesse. Un jour pt scarabée, une compagne ou ta/tes fille(s) te feront grandir
Ou pas 😅
Visiblement mère, sœurs, amies sont en échec. Ou elles la bouclent bien comilfo.
L’empathie et la compassion demandent de lever les yeux de son écran. Et de son nombril
Bonne chance à toi

Répondre

et allez, vlan encore une cuplabilisation dans vos tronches les filles allez !
Fermez la et avancez on vous a dit.


Et le type ose (c'est à aç qu'on les reconnaît) : "avec un sépcialiste je la ramènerais pas autant"... Oui mais avec une sépcialiste manifestement là faut qu'il la ramène !

Heureusement des énergumènes comme ça, y'en a pas tant que ça, mais il faut dire que sur les réseaux sociaux ils polluent en permanence les débats.

Moralité : Simone avait raison :

- Personne n'est plus arrogant envers les femmes, plus agressif ou méprisant, qu'un homme inquiet pour sa virilité.

C'est pathétique quand même ce genre de types. Je n'en ai jamais vu en vrai : juste à la télé ou sur les réseaux sociaux. Ils se cachent dans la vraie vie ou alors c'est moi qui ai la chance de ne jamais en croiser ?

Répondre
  Neckara  |  13

"- salaire inférieur pour travail égal"
=> Fake news détruite il y a de cela une bonne décennie. À travail égal la différence de salaire non-expliquée en France est <2.4%.

"- agressions sexuelles en tt genre menant à être sur ses gardes constamment / inconsciemment tt le temps"
=> Les hommes ont plus de chances de se faire agresser physiquement dans la rue...

"- taches ménagères pas encore à 50/50"
=> Parce que vous excluez les tâches non-ménagères, ainsi que le volume d'heure passé au travail.

"- charge mentale"
=> Bêtise reprise par les militants. Allez vous payer un travail de cadre à responsabilités à 70h/semaine, vous verrez ce que c'est une charge mentale...


Tiens vous en voulez d'autres ?
=> Le taux d'accidents au travail.
=> Le nombre d'heures sup' non rémunérées.
=> Le taux de SDF.
=> Le taux de suicides réussis.
=> etc. etc.

"Serrer les dents et sourire
Et surtout, surtout !… fermer sa gueule !"
=> Cela est exactement ce que vous demandez aux hommes. Mais les hommes, eux, ne demandent pas cela de vous. Il y a une différence entre se plaindre, et la victimisation à outrance en piétinant par la même occasion des vraies victimes...

"Je ne sais pas si tu es aussi fermé d’esprit avec une culture sociale se résumant à 20 sec d’internet"
=> Le problème est que 20sec d'Internet est déjà une culture sociale largement supérieure à la vôtre...

"L’empathie et la compassion demandent de lever les yeux de son écran. Et de son nombril"
=> Bien dit. Reste plus qu'à l'appliquer à vous-même...

Répondre
  Neckara  |  13

"Et le type ose (c'est à aç qu'on les reconnaît) : "avec un sépcialiste je la ramènerais pas autant"... Oui mais avec une sépcialiste manifestement là faut qu'il la ramène !"
=> Et aller, nouvelle remarque misandre et sexiste...

Vous n'êtes pas "une" spécialiste... vous en êtes complètement à l'opposé.


"Moralité : Simone avait raison :

- Personne n'est plus arrogant envers les femmes, plus agressif ou méprisant, qu'un homme inquiet pour sa virilité."
=> Bien évidemment, plutôt que de réfléchir et d'avoir une approche nuancée du monde, on va se contenter de répéter bêtement des slogans...
Ah c'est sûr que cela est une belle preuve d'intelligence...

Répondre

"Et le type ose (c'est à aç qu'on les reconnaît) : "avec un sépcialiste je la ramènerais pas autant"... Oui mais avec une sépcialiste manifestement là faut qu'il la ramène !"
=> Et aller, nouvelle remarque misandre et sexiste...


Expluqez alors en quoi c'est misandre et sexiste de constater que VOUS n'accordez aucun crédit à la parole des femmes ?

Répondre

Les études récentes ont prouvé qu’une femme met 15 minutes de plus qu’un homme à appeler le SAMU en cas d’infarctus. Et cela se double également d’une prise en charge moins rapide par rapport à un homme, car pour une grande majorité de soignant.es, l’infarctus est encore considéré comme une maladie masculine.

Bon mais ce sale misogyne va revneir me dire que j'ai tort et qu'on soigne mieux les femmes que les hommes car ce sont des pleureuses

Répondre
  Neckara  |  13

"allez, les veiilles techniques à grosses ficelles : "à travail égal" : sauf que les femmes ne peuvent pas accèder à certains postes donc elles sont déjà bloquées sur la possibilité d'avoir travail égal !!! "
=> Faux, ce n'est qu'un argument ad hoc inventé après que l'argument de l'écart salarial à travail égal ai été démoli...

À noter que des études ont montré que lorsqu'on retire le sexe les profils féminin sont moins recrutés, i.e. les femmes sont en réalité avantagées. Cela s'observe de manière évidente avec l'ajout de quotas dans les recrutements/promotions.

Répondre
  Neckara  |  13

"Expluqez alors en quoi c'est misandre et sexiste de constater que VOUS n'accordez aucun crédit à la parole des femmes ? "
=> D'assumer que parce que je suis un homme qui a une opinion différente de la vôtre, je suis nécessairement sexiste.

Vous avez détruit vous-même votre propre crédibilité en écrivant des affirmations factuelles fausses que j'ai contredit aisément en quelques secondes de recherches. Voilà donc le niveau de votre propre parole.

Votre parole, n'est d'ailleurs pas celle "des" femmes, c'est celle "de plusieurs" femmes. N'insultez pas l'intelligence de toutes les femmes en les abaissants à votre niveau, car pour le coup, là ça serait misogyne...

La parole étant elle-même (homme ou femme), un niveau de preuve extrêmement faible. Cela montre bien votre inculture épistémologique.

Répondre
  Neckara  |  13

"Les études récentes ont prouvé qu’une femme met 15 minutes de plus qu’un homme à appeler le SAMU en cas d’infarctus."
=> Rien à voir avec de l'oppression ou du sexisme...
Les signes sont plus difficiles à détecter...

"Et cela se double également d’une prise en charge moins rapide par rapport à un homme, car pour une grande majorité de soignant.es, l’infarctus est encore considéré comme une maladie masculine. "
=> Faux. Vous êtes profondément insultante envers la compétence des soignants, tout cela à fin de justifier votre vision misandre et sexiste du monde.

Répondre

Insultante envers les soignants alors qu'eux même admettent qu'il y a un gros problème d'androcentrisme médical. Ok. MDR, et les sources c'est 20 secondes de recherches Google, il l'a dit lui-même.; Pour sa crédilbilité, c'est top franchement. C'est vrai que ça donne une vision profonde et globale des sujets. Bref...

Répondre
  Neckara  |  13

"Neckara, je connais trop mal les sujets abordés pour émettre un début d'opinion, mais pour quelqu'un qui prétend rétablir la vérité, tu balances énormément de certitudes sans citer de sources. "
=> Mauvaise habitude que j'ai prise en discutant sur des plateformes où les messages avec URL étaient automatiquement supprimés (sans notifications... il y a de quoi devenir dingue quand on perd un message très bien rédigé/structuré qu'on a mis plusieurs heures à écrire).

Franchement, pour le coup, ce sont des choses qu'on retrouve en quelques secondes sur Google. Tout cela parce que des personnes balancent des affirmations à la pelle, sans prendre 2 secondes pour les vérifier...

J'avais l'habitude de le faire dans une autre vie... et franchement cela n'avait pas d'impacts... ceux qui balancent des affirmations fausses à la pelle ne prennent pas le temps de regarder les sources... au mieux ils vont se contenter de remettre en question la légitimité de la source sous des prétextes foireux parce que le résultat/conclusion ne leur plaît pas. Par exemple "la recherche est sexiste", "c'est une source officielle, donc c'est forcément des mensonges", etc. etc. Derrière, on passe un temps fou pour trouver la bonne source, en tentant de remonter la source initiale (surtout quand les articles de presses ne citent pas leurs sources...), mais c'est une perte de temps dingue face à ce genre de public. Remonter à l'article scientifique, lire l'article scientifique... se payer la lecture d'un rapport de 900 pages... Visionner des vidéos de plusieurs heures... j'ai un peu saturé à une époque xD.

Surtout quand derrière, dès qu'on "gagne" un argument, on te sors 10 autres arguments ad hoc, en déplaçant le débat initial... Bref, certaines personnes ne méritent pas qu'on leur accorde autant de temps.


Après vous semblez être une personne posée, donc je veux bien vous donner quelques sources rapides (presse) sur les affirmations que vous souhaitez (dites-moi juste lesquelles).

Répondre
  Neckara  |  13

"Insultante envers les soignants alors qu'eux même admettent qu'il y a un gros problème d'androcentrisme médical."
=> Seulement une poigné de militants.

"Ok. MDR, et les sources c'est 20 secondes de recherches Google, il l'a dit lui-même.; Pour sa crédilbilité, c'est top franchement. C'est vrai que ça donne une vision profonde et globale des sujets."
=> J'ai une bonne culture sur certains sujets/débats, et y ai passé des heures.
Mais moi, avant de poster, je vais vérifier ce que je dit, contrairement à certaines...

Qui est crédible ? Celui qui vérifie, ou celle qui balance des affirmations fausses sans aucunes vérifications préalable ?

Qui a une vision globale et profonde des sujets ? Celui qui a une bonne culture, qui est curieux, qui a une méthode, ou celle qui se contente de répéter des rumeurs qui collent à sa vision pré-établie du monde ? Le tout bien évidemment en ignorant les explications qui lui sont fournies ?


"Je ne vois vriament pas à quel moment j'ai eu une vision sexiste et misandre du monde. Je ne pense pas que les hommes sont des gros cons, non juste vous en fait Nekara... C'est pas "le monde", vous hein."
=> Bah oui, une personne qui corrige les bêtises que vous proférez, c'est forcément un gros con... voilà toute votre démarche intellectuelle.

Au passage, accuser la médecine de sexisme/patriarcat oppressif parce que des traitements très différents sur les mécanismes sur lesquels ils interviennent ne sont pas "au même niveau". Est en soit une vision sexiste et misandre du monde.

Répondre
  Neckara  |  13

Peut-être un petit laïus sur la médecine.

Il faut se rappeler que la médecine moderne est très récente. La première des priorités était d'éviter que les gens crèvent, que ce soit de maladies, en couche pour les femmes (> 2% par naissance), de blessures, etc. Des priorités plus ponctuelles soit pour contribuer à l'effort de guerre (amputations, chirurgie, etc.), ou lutter contre des épidémies (e.g. COVID) ont été sources d'innovations médicales.

Très important aussi pour la médecine est d'accompagner des handicaps ponctuels ou permanent sévères qui empêchaient de vivre, e.g. handicaps moteur, mental (très très mal gérés initialement...), douleurs extrêmes nécessitant l'utilisation de Morphine et plus tard une mise sous coma, etc.

À côté les soins/accompagnements psychologiques, les cancers (qui ont augmenté avec l'augmentation de l’espérance de vie), les migraines persistantes, sont des choses plus secondaires qui ont connues des évolutions significatives très très récemment, et qui ne sont pas encore pleinement résolues.


Les femmes n'ont absolument pas été mises à l'écart, bien au contraire, accouchement, avortement, contraceptions, lutte contre le cancer du sein, cancer du col de l'utérus, HPV, sont des choses qui nous paraissent normal aujourd'hui mais qui à l'époque ont été de véritables révolutions et a permis aux femmes de contrôler leur avenir (avortement, contraceptions).

À côté, les règles douloureuses n'étaient pas la plus grande des priorités. Les règles douloureuses ne tuaient pas des dizaines milliers (e.g. cancer du sein) à ~4% des femmes (morts en couches). Au même titre que d'autres maladies/douleurs non-létales, elles ont aussi connues des avancées très récemment. Le problème est que les mécanismes en jeu sont compliqués et qu'on ne comprend pas encore très bien. De la même manière qu'on ne comprend pas très bien les migraines persistantes ou les dépressions médicales/suicides qui portant touchent aussi les hommes.

Répondre
  Neckara  |  13

"Comment pouvez-vous savoir que toutes les personnes qui parlent ici ont une moins bonne culture, une moins bonne méthode que vous ?"
=> Via vos messages et les affirmations que vous faites dans cette discussion.

"Vous fantasmez beaucoup sur votre supériorité intellectuelle quand même."
=> C'est plutôt le contraire. Je ne me pense pas supérieur. Je pense juste être normal, et d'être à un niveau qu'on pourrait exiger d'un citoyen lambda, c'est à dire déjà (entre autres) de vérifier ses informations avant de les partager, etc.

Sur ce sujet, il y a énormément de personnes bien plus qualifiées que moi, qui ont bien plus de connaissances que moi, qui ont un discours pesé, nuancé, avec une méthode de travail. Malheureusement ces personnes ne sont pas les plus vocales.

Bien que je sois docteur ès Science, avec une bonne culture en épistémologie, une grande curiosité, et une expérience sur certains types de débats, je ne me considérerais pas supérieur à une personne de 13 ans qui aurait une démarche intellectuelle honnête. Parce que ce qui compte ultimement est la méthode. Tant qu'il y a cette base commune, il est tout à fait possible de parler d'égal à égal, et d'échanger cordialement, même si on peut avoir des avis divergents (et cela m'est déjà arrivé).

Le problème est que vous n'avez pas cette base, vous ne vérifiez pas votre information, et êtes ainsi en deçà de ce niveau d'exigence. Cela est au même niveau que des complotistes antivaxx (je suis en train de débattre contre depuis plusieurs jours) qui balancent des arguments pétés qu'on vérifie en 20 sec (e.g. l’aluminium dans les vaccins COVID le rend toxique - en réalité il n'y a pas d'aluminium dans Pfizer et Moderna...).

Ce qui ne m'a pas empêché de parler calmement et d'égal à égal avec un antivaxx qui avait des arguments plus poussés et ayant une véritable démarche intellectuelle.

J'ai peut-être aussi un peu une dent contre le type "militant" de part leur manières de faire et d'argumenter.

Répondre
  Neckara  |  13

Je vais aussi faire un laïus sur les violences gynécologiques.

J'en ai en effet entendu parlé, mais que par le biais de discours militants... donc 0 crédibilité.
Ce n'est pas une nouveau que les militants ont des arguments extrêmement malhonnêtes, vont déformer les chiffres et la réalité à leur sauces, introduire des demi-vérités, etc. Et cela peut importe la cause pour laquelle ils militent, qu'ils soient pour ou contre. Des militants anti-vaxx ont même été pris la main dans le sac à se concerter pour organiser des campagnes de désinformations sur Discord...

Je n'ai à ce jour pas entendu parlé de ce sujet via une source sérieuse, mais je n'ai pas cherché non plus.


On pourra être d'accord sur le fait qu'il y a très certainement des incompétents, comme dans toutes les professions, et que ces derniers ne se font pas suffisamment virer, comme dans toutes les professions.

Derrière, il faut s'assurer des faits, avant de se soucier des conséquences. Examiner cas par cas, pour en comprendre les tenants et aboutissants, qu'est-ce qui a été allégué ? Qu'en retourne-t-il réellement ? Quelles démarches ont été prises ? Quelles ont été les effets et les justifications précises qui ont été avancées ?

Est-ce une non-mise à jour dans ses pratiques ? Est-ce des mauvaises habitudes prises progressivement ? Est-ce des choses qui peuvent arriver ? Est-ce une erreur humaine ? Est-ce la fatigue (je ne sais pas pour les gynéco, mais en hôpital, certains médecins se payent des horaires plus que délirants...) ? Est-ce de la malveillance ? etc.

Mais aussi et surtout, quelles sont les proportions de ces témoignages vis à vis de la population totale ? Est-ce une poignée très minoritaires de gynécologues qui posent problèmes avec des témoignages qui circulent en boucle et qu'on monte en épingle ?

Et surtout qu'est-ce qu'on range derrière la catégorie de "violence gynécologiques"... quand on te met au même niveau des viols et des paroles... y'a un petit problème...

Répondre
  Neckara  |  13

[Suite]

"Et surtout qu'est-ce qu'on range derrière la catégorie de "violence gynécologiques"... quand on te met au même niveau des viols et des paroles... y'a un petit problème... "

C'est surtout parce que cela permet de gonfler artificiellement les chiffres. Mais fait perdre toute crédibilité à la revendication... Intégrer certains témoignages qui tiennent plus de l'indignation à outrance, avec de réel témoignages sérieux, dilue et décrédibilise ces témoignages.

Quand tu as une femme qui a subit une erreur médicale (cela arrive, relativement rarement heureusement), et qu'on met son histoire à côté d'une autre qui se plaint que son médecin lui ai dit que le poids risque d'entraîner des complications médicales en cas d'accouchement... C'est juste insultant pour la première femme...


C'est pour cela que je déteste ce genre de militants, ils ont besoin de leur combat pour se sentir exister, quitte à piétiner et cracher à la gueule des victimes qu'ils prétendent défendre. Ils vivent pour leur combats, pour combattre, sans se soucier réellement de leur cause ou de l'honnêteté de leur démarche.


Après, il y a en grande partie critique de la médecine moderne qui n'est pas nouvelle... oui, les médecins n'ont pas le temps de passer du temps. Il y a trop peu de médecins pour trop de patients, donc il faut faire vite, aller vite. Et cela pour toutes les spécialités.

Répondre
  Abby0603  |  32

Tu m'as soulée Neckara. Parce que de toute façon, il est clair que nous, en tant que femmes, en donnant notre expérience personnelle dans les messages, quoi qu'on dise, on ne fait que "se victimiser". Donc on aura forcément tord. Et il est limpide que tu pars avec un point de vue biaisé, et que tu en veux aux femmes, d'où l'air supérieur que tu prends.

D'ailleurs, rien qu'avec ton "Votre comportement donne une si belle image de la femme...", tu t'es juste totalement décrédibilisé. Depuis quand une femme se doit d'être ambassadrice de "la fâââme" ...?? Comme si "la fâââme" n'était qu'une seule entité qui se devait d'être belle et de fermer sa gueule. T'es au courant qu'on est des milliards d'individus à pensée différentes, quand même? Ou bien personne ne te l'a jamais expliqué ? Et après, quand on se plaint de se faire agresser SEXUELLEMENT (ça visiblement ça t'a échappé, on parlait bien d'agressions sexuelles), et qu'on vit dans un climat d'insécurité, ça va pleurer "NoT aLl MeN". Du coup faudrait savoir.

Répondre
  Neckara  |  13

Commentaire modéré car il ne respecte pas la charte.. Voir le commentaire

Répondre
  Neckara  |  13

Commentaire modéré car il ne respecte pas la charte.. Voir le commentaire

Répondre
  Alan  |  54

Je ne dirais qu'une seule chose : ne nourrissez pas les trolls. Et si c'est pas un troll, alors… laissez-les dans leur misère.

Répondre
  lauremel  |  13

C’est amusant que tu emploies le terme « d’honnêteté intellectuelle »
Alors que tu démolis scrupuleusement chaque sujet avec un minimum d’info rapidement glanées et donc des conclusions hâtives et erronées, une analyse simpliste et incomplète

Avec une telle vision manichéenne du monde

Ça m’intrigue : est-ce que tu te comportes ainsi avec tes potes ? C’est possible de vivre en couple avec ce type de comportement ? Qui supporte ce manque d’écoute et d’empathie ? De violence ds les propos ? De tentative constante de rabaisser tes interlocuteurs ?
Tu as déjà interrogé tes copines sur ce qu’elles ont subit : exhibi., main au cul, propos salaces, ressenti qd elle doit entrer ds un parking de nuit, trouille ds les rues sombres, agressions physiques parfois, … ?
Délire de femme hystérique sans doute ? Nous le sommes toutes alors ?

Juste pour ne pas laisser de doute sur un sujet que, contrairement à toi, j’ai travaillé et étudié : la disparité de salaire H/F.
Fake selon toi et analyse erronée a l’emporte-pièce (comme les autres)

Il existe pourtant des « enveloppes » bien réelles de réévaluation annuelle. Des augmentations qui ne cachent même pas leur nom pour cause de disparité H/F : les DRH et le CSE travaillent sur ces sujets depuis qq années. C’est déjà bien. Mais les enveloppes annuelles sont trop faibles. Et aucune rétroactivité n’est proposée
Le sujet existe et est bien réel

Tu nies également les messages désormais annuels, relayés par l’ensemble des médias. Début novembre. Ils annoncent que les femmes travaillent gratuitement à partir de cette date
Les journalistes doivent pourtant vérifier mieux que toi leurs sources. Oui ? Non ?

Et puis d’autres réalités féminines qui sont autant de freins à une carrière, augmentation, promotion : les congés maternité, parentaux, les 4/5e essentiellement pris par des femmes pour des raisons culturelles et financières
Tout cela contribue à creuser les fossés

Sur cette dernière mise au point, faite pour d’autres, que tu cassera également (tant pis pour toi) je lache également cette discussion
Je te laisse à tes logorrhées
Me reste une gde interrogation sur des relations sociales avec une telle vision manichéenne du monde et un esprit tellement fermé … ?

Répondre
  lsdlv  |  4

Mon dieu comme c'est énervant. "Ya pas d'écart salarial c'est une legende" ben désolée mais le nombre de personnes en congés maternité qu'on a décourage de reprendre un travail (on a essayé avec ma mère elle l'a très mal pris), pour toutes mes amies a qui a l'entretien on a fait comprendre que "une femme jeune ça tombe enceinte c'est relou", pour la "poignée de témoignages " alors qu'en réalité 100% de mes copines ont eu des problèmes de contraception et "non ça peut pas être la pilule qui vous fait souffrir " ben si en fait. Pour toutes "ces fausses agressions" alors que 100% des filles de mon entourage se sont fait suivre dans la rue en pleine journée et c'est totalement ce dont se plaint tout le monde.. "une femme a le droit d'exprimer ses émotions " ha bon ben qui sont les "pleurnicheuses" ? Les hystériques qui en font trop? Celles qui se plaignent sans raison et se victimisent? Des hommes oui c'est sûr... j'espère quand même que c'est un troll 🤔

Par  Neckara  |  13

"Comment ça ça fait mal ?
T'exagères, moi je ne ressent rien." xD

Par  clairetetrel  |  1

Ce n'est pas normal d'avoir aussi mal pendant ces règles. C'est la 1ere fois que sa t'arrives ou c'est a chaque règles ? Tu ne souffre pas d'endometriose ?