Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  Docendo_Discitur  |  78

Votre petite sœur se trompe, au XIIe siècle, « la beauté idéale de l'époque était une femme élancée, à la taille mince, des cheveux blonds ondulés, un teint lys et rose, une petite bouche et vermeille, des dents blanches et régulières, de longs yeux, un front haut et dégagé, le nez droit. Pieds et mains fins et racés, les hanches étroites, les jambes fines mais galbées, de petits seins et une peau très blanche ». Sentir bon est aussi très important. Pour avoir l'haleine parfumée, les femmes mâchaient des graines de fenouil, de cardamome, des petits morceaux de certaines écorces. Telle est en tout cas la beauté aristocratique décrite dans la littérature de l'époque.

Si vous souhaitez approfondir le sujet :

. « La vie des femmes au Moyen Age », de Sophie Cassagnes-Brouquet
. « La civilisation de l'Occident médiéval », de mon cher Jacques Le Goff
. « Histoire de la littérature féminine en France », de Jean Larnac
. « Poésies de Marie de France, poète Anglo-normand du XIIIe Siècle ou recueil de Lais », de Roquefort B. De, Par
Edit : « Religious women in medieval France » ainsi qu'un article de 2003 dans l'express de Penelope Johnson

Par  bruceli  |  17

Merci pour ton commentaire bienveillant.
Mais tout de même je pense qu’on est en train de tomber dans l’extrême inverse en disant à tout va qu’il faut s’accepter comme on est, même si on est gros. L’obésité est une maladie. Et sans aller jusque là, tout le monde sait bien qu’être mince permet d’être en meilleure santé. Ce n’est pas qu’une question esthétique. Chacun a ses goûts, et beaucoup de gens aiment les rondeurs. Pas de souci. Mais je voulais bien dire “si tu es trop grosse” et pas “si tu te trouves trop grosse”, parce que pour moi c’est simplement médical. Si elle est trop grosse c’est qu’elle est malade, donc il faut se soigner. Et encore une fois, je ne parle pas de simple rondeurs.

Commentaires
Répondre
  bruceli  |  17

Merci pour ton commentaire bienveillant.
Mais tout de même je pense qu’on est en train de tomber dans l’extrême inverse en disant à tout va qu’il faut s’accepter comme on est, même si on est gros. L’obésité est une maladie. Et sans aller jusque là, tout le monde sait bien qu’être mince permet d’être en meilleure santé. Ce n’est pas qu’une question esthétique. Chacun a ses goûts, et beaucoup de gens aiment les rondeurs. Pas de souci. Mais je voulais bien dire “si tu es trop grosse” et pas “si tu te trouves trop grosse”, parce que pour moi c’est simplement médical. Si elle est trop grosse c’est qu’elle est malade, donc il faut se soigner. Et encore une fois, je ne parle pas de simple rondeurs.

Répondre
  xvdm  |  29

Étonnant, deux fois le même sujet en quelques vdm d'intervalles.
Je ne vais pas m'embêter à tout réécrire, donc :

Lors de mes études j'ai eu l'occasion de faire l'évaluation du profil psychologique de plusieurs patients obèses. Vous avez tous raison, l'obésité est une maladie complexe qui ne résume pas à : prisent d'aliments trop caloriques (même si c'est le cas). C'est avant un trouble psychologique. C'est une atteinte du fonctionnement alimentaire et psychique de l'individu.
Mais, si ce dernier veut se sortir de cette situation, il doit le vouloir. Il n'y a rien de magique dans la vie. Il ne faut pas oublier que dans la majorité des cas, l'obèse est dans une phase de déni de ses troubles de la conduite alimentaire.
Dès lors qu'on souhaite s'en sortir, il faut accepter les critiques et ouvrir les yeux sur sa triste réalité.

Répondre
  54651321  |  16

Tout à fait d'accord avec bruceli.
xvdm c'est très intéressant, l'ex compagnon de ma mère était obèse et ne se voyait pas gros.
Un jour il a voulu remettre un vieux pantalon à lui (une époque où il était mince), il a juste dit "oh j'ai grossi" et il est passé à autre chose.
Il nous faisait peur à manger comme il le faisait, mais lui ne s'en souciait jamais

Par  Docendo_Discitur  |  78

Votre petite sœur se trompe, au XIIe siècle, « la beauté idéale de l'époque était une femme élancée, à la taille mince, des cheveux blonds ondulés, un teint lys et rose, une petite bouche et vermeille, des dents blanches et régulières, de longs yeux, un front haut et dégagé, le nez droit. Pieds et mains fins et racés, les hanches étroites, les jambes fines mais galbées, de petits seins et une peau très blanche ». Sentir bon est aussi très important. Pour avoir l'haleine parfumée, les femmes mâchaient des graines de fenouil, de cardamome, des petits morceaux de certaines écorces. Telle est en tout cas la beauté aristocratique décrite dans la littérature de l'époque.

Si vous souhaitez approfondir le sujet :

. « La vie des femmes au Moyen Age », de Sophie Cassagnes-Brouquet
. « La civilisation de l'Occident médiéval », de mon cher Jacques Le Goff
. « Histoire de la littérature féminine en France », de Jean Larnac
. « Poésies de Marie de France, poète Anglo-normand du XIIIe Siècle ou recueil de Lais », de Roquefort B. De, Par
Edit : « Religious women in medieval France » ainsi qu'un article de 2003 dans l'express de Penelope Johnson

Répondre
  xvdm  |  29

Très intéressant, merci.
J'ai lu que les représentations de la Vierge Marie ont jouées un rôle très important dans la conception de la beauté à cette époque. C'est vrai ?

Répondre
  Severine38  |  13

"Mode Professeur VDM On" Du coup, ça serait vers quelle époque que les rondeurs étaient considérées comme attirantes ? Je pencherais plutôt pour le 18ème siècle, voire le 19ème, mais c'est juste mon humble avis. Pourrais tu éclairer notre lanterne ? Merci ! "Mode Professeur VDM Off"

Répondre

@xvdm

Vous avez tout à fait raison.
Marie est la femme idéale de l'époque. D'ailleurs, dès le XIIIe siècle, l'image de la femme idéale change car les représentations de Marie changent.

@ Severine38

En Occident, l'évolution de l'idéal de beauté féminine est lent. Pour votre question, l'idée qu'un corps féminin bien en chair soit « appétissant » et qu'il commence à s'encrer dans les esprits, il faut se pencher vers les artistes de la Renaissance, comme Rubens. Même si, il ne faut pas oublier qu'au tout début de cette merveilleuse époque, le corps féminin a été de nouveau idéalisé (« La Naissance de Vénus » de Botticelli est l'exemple le plus souvent cité).
Néanmoins, vous avez raison, au XIXe, la corpulence est le signe de beauté. Jean-Louis Beaucarnot a écrit que : « Sous le Second Empire, alors que la bourgeoisie porte aux nues la vertu et la féminité accomplie, la femme idéale est bien en chair et le corps laiteux, à l'image de « la Castiglione ». La maîtresse de Napoléon III, lourde et massive, est considérée comme l'une des plus belles femmes du temps. La corpulence est le signe d'une maternité satisfaite. »

Répondre
  Medhi Mwajamie  |  23

@Docendo, tu m'as devancé sur les explications.
Mais il faut pas oublier de dire que dans ces cas là, on parle plus des formes (censées souligner le caractère maternelle: les hanches et la poitrine marquées notamment) que du poids à proprement parler, avec toutefois une limite: avoir un minimum de chair permet de montrer que tu crèves pas la dalle, donc que tu es aisée (comme l'absence de bronzage, signe d'absence de travail en extérieur).

Et au final, ce qui compte est de renvoyer une image de bonne santé, donc si être potelé est signe de beauté, l'obésité reste mal vu car signe de relâchement et d'absence de contrôle/estime de soi, pour les hommes comme les femmes (et le terme d'obésité, si mes souvenirs sont corrects, est déjà utilisé en des termes peu élogieux par Balzac dans "La cousine Bette").
Seul exception à cet objectif de santé, il y a un canon de beauté du XIXe qui existe en parallèle de la bourgeoise maternelle, et qui consiste en la pauvresse façon Cosette: maigre et maladive, mais pas trop non plus (parce que la dysenterie et le typhus c'est pas trop sexy étonnamment)

Répondre

Je n'ai pas le temps d'aborder tout ce que je souhaite, mais oui, au XIXe il y a un second modèle de beauté en parallèle à la femme bourgeoise : « la femme maladive ».

Certes, Antoine François Prévost a vécu au XVIIIe, mais si vous avez le temps :

« Tombeaux du féminin, notes sur l'espace et le corps chez l'abbé Prévost » :

w w w.persee.fr/doc/litt_0047-4800_1996_num_103_3_2409

Répondre

De toute façon tout ça montre que suivant les époques et les lieux, les idéaux évoluent. Et qu'on a le droit de penser qu'une femme ronde ce n'est pas beau du tout ou que c'est beau, mais qu'on a surtout encore le droit de pouvoir critiquer avec notre vision d'Homme (Homme pas homme, hein) du XXIè. Faire le culte du « Fat Positivism » sans remettre en question tous les problèmes de santé qu'une obésité peut impliquer, c'est absurde.
Et ouais ouais, il y a une différence entre surpoids, obésité, etc, j'ai juste pris l'exemple le plus exagéré.

Répondre
  Chloé Johnson  |  19

Je tiens à dire que c'est un plaisir de voir que suivant les protagonistes le débat peut s'élever à un si beau niveau de connaissances, d'exemples-citations, d'échanges, de suggestions et avant tout de respect. Si quelques-uns pouvaient prendre exemple sur vous, vdm serait un petit coin de paradis.

Répondre
  Haythan  |  23

En parallèle, MC, il faut faire attention à ne pas tomber dans le « fat shaming » et le culte de la maigreur en voulant éviter le culte du « fat positivism », ce qui est hélas assez fréquent. Le « fat positivism », en réponse aux injonctions constantes à la maigreur, me paraît primordial pour se défaire des effets culpabilisateurs de ces dernières. Dire que chacun a le droit d'avoir son propre corps et que la société n'a pas à lui dicter comment être permet d'éviter un certain malêtre lié à ça, culpabilité, manque d'estime de soi, etc.
Ensuite, en effet, on peut soulever les effets néfastes des extrêmes, mais ça ne doit pas être culpabilisateur, sinon à trop vouloir éviter des problèmes de santé aux gens, on en rajoute par la pression sociale et les injonctions à avoir impérativement un corps sain.

Par  Miharu  |  29

Heu sinon les gens, y a quand même toute une échelle entre "mince" et "obèse", hein. Vous mettez sans cesse en opposition les deux comme si c'était les deux seuls états possibles. "Grosse" ça ne veut rien dire, c'est subjectif. Perso je suis, selon mon IMC, en léger surpoids, je taille du 42/44, je me considère ronde mais pas grosse. On ne sait pas à quoi elle ressemble donc inutile de juger son besoin ou non de faire un régime. Au pire qu'elle nous envoie une photo d'elle au sortir de la douche, pour clore le débat ! :)

Répondre
  Mitzy  |  10

Surtout qu'entre sœurs à cet âge là on s'envoie fréquemment des pics qui ne sont pas forcément le reflet de la réalité, juste pour taquiner, provoquer.

Par  Tharkun  |  40

♫ "Que jamais l'art abstrait, qui sévit maintenant
N'enlève à vos attraits ce volume étonnant
Au temps où les faux culs sont la majorité
Gloire à celui qui dit toute la vérité !" ♪

Par  Kazer  |  21

Dis lui qu’au moins, quand on te regarde, on ne voit pas le corps d’un gamin (oui, sans « e ») de 12 ans mais bien celui d’une femme.

Répondre
  miniyouyou  |  8

C'est cool de ne pas culpabiliser les personnes qui ont des formes, car c'est parfois du a un état de santé ou aux effets d'un traitement, et souvent c'est simplement la morphologie qui veut ça, sans que la personne ai pour autant une mauvaise hygiène de vie (car comme rappelé plus haut, obésité et rondeurs ça n'a rien à voir).
C'est cool aussi de ne pas culpabiliser les personnes qui sont fines de nature, parce que là aussi c'est leur morphologie, et on ne pas pas faire grand chose contre.
Donc le plus intelligent serait peut-être de voir la beauté dans un cas comme dans l'autre, non? Même si chacun a ses préférences c'est évident. Personnellement je trouve que les deux ont leur charme, et qu'étant très différentes elles ne sont pas comparables. Je trouve superbe une femme pulpeuse comme une femme filiforme. Mais ça n'engage que moi, bien sûr rien ne vous oblige a apprécier les silhouettes plus minces, mais dans ce cas merci de modérer votre avis. C'est comme pour la nourriture, on apprend aux enfants a dire 'je n'aime pas' plutôt que 'c'est pas bon'.
Parce que c'est vraiment pénible quand on vous répète a longueur de temps que vous n'êtes pas une 'vraie' femme parce que vous avez très peu voire pas de formes et qu'on utilise des tas de qualificatifs insultants sans que personne ne réagisse. Tout aussi pénible j'imagine que quand on vous répète que vous êtes 'grosse' et autres joyeusetées, mais là au moins tout le monde s'insurge... Alors un peu d'empathie et de bienveillance sont les bienvenues!

Par  cenlikin  |  10

C'est curieux que les commentaires focalisent sur le surpoids réelle ou imaginaire de cette jeune femme et pas sur la méchanceté gratuite de la sœur...
Vous avez une curieuse vision des priorités les gens...

Répondre
  Flying Whales  |  50

Qu'est-ce qui t'empêche de toi le faire et de provoquer le débat ? On a tous compris que c'était méchant et pourri comme réplique de la part de la sœur, mais si après il ne faut rien écrire parce qu'il y a "plus important" aux yeux de quelques uns, autant fermer les commentaires ou d'attendre que les élus autoproclamés décident sur quoi on a le droit de débattre.

Répondre
  Kaa04  |  49

Ah mais je vous arrête! En d’autres temps sur VDM le débat le plus houleux aurait eu lieu sur le fait qu’elle se balade à poil chez elle devant sa sœur puis ça aurait été l’escalade avec le fameux "mais moi je prends mon bain avec mes enfants qui ont 12 et 14 ans".
Donc battez-vous autant que vous voulez sur la méchanceté gratuite de la soeur ou le surpoids de l’auteure, vous n’arriverez jamais à la cheville d’une escalade rapide: ma sœur m’a vu à poil > c’est pas malsain? > pédophile!