33
Par Anonyme - / vendredi 28 juillet 2017 19:55 /
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Commentaires
Répondre
  salamalec  |  26

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Par  Mercedes India  |  12

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Par  LadyBooh  |  43

Je pense que j'aurais compris la même chose. Enfant, lorsque je faisait des caprices, je ne sais combien de fois ma grand-mère m'a calmée sous une douche froide ou avec le pot à eau. Les premières fois, ça surprends et ça calme... après, je dois avouer que je hurlais encore plus une fois trempée ! Mais ça va, je vous assure que je vais bien ! Ca m'a laissé quelques bons souvenirs... plus ou moins :)

Répondre
  LadyBooh  |  43

Pas vraiment, une bouteille est une bouteille. Un pot à eau ressemblerait plus à un pichet, un broc, une cruche ou une jarre... certains appellent ça aussi une carafe :)

Répondre
  Squall267  |  4

En vrai un enfant ne sait pas faire de caprice, il est juste pris par ses émotions sans pouvoir les calmer seul. Quand un adulte calme ça par la force, il le fait en traumatisant l'enfant. L'enfant totalement soumis aux parents va ensuite annoncer qu'il était mauvais, qu'il était méchant et voulait détruire et faire du mal et que seules les claques, la tête sous l'eau, les punitions, menaces, humiliations pouvaient calmer l'être diabolique qu'il était parfois/souvent/toujours. Alors qu'en fait, il aurait juste eu besoin d'un câlin ou au moins de compréhension pour les émotions qu'il exprime et qu'à la place il aurait été forcé de refouler au prix de sa santé même à l'âge adulte. C'est physiologique, l'enfant ne peut juste pas faire autrement que de faire des crises de temps à autre. Et quand on voit le nombre d'adultes incapables de rester calme pour des trucs de merde, si on ne peut pas comprendre qu'un gamin ne soit pas plus adulte que les adultes, avec un cerveau plus mature qu'eux, il y a un souci... Bref: violences= traumatisme= mémoire traumatique= conséquences sur les comportements actuels. Ps: non ce n'est pas parce que je ne tape pas, ne hurle pas, n'insulte pas, ne menace pas mon gosse que celui-ci devient un gros taré. Non la souffrance la douleur et l'irrespect n'élèvent pas l'individu. Tout est prouvé, le reste c'est de la croyance de personnes qui ont tellement souffert qu'elles n'osent pas regarder en face leurs propres souffrances, qu'elles relativisent et nient leurs souffrances et ne font même pas preuve du minimum de respect qu'elles auraient dû avoir en tant qu'enfant (sans même parler d'Amour, un vrai amour, basé sur la bienveillance et l'empathie, et non sur les chantages et les violences sur un être faible sur lequel on peut se défouler sans risques de s'en prendre une en retour).

Répondre
  LadyBooh  |  43

Je pense qu'à mon âge, je suis capable d'être pleinement consciente que je savais être une vraie princesse capricieuse quand on me disait non. La grand-mère en question était "de la vieille école". Née en 1913, institutrice et directrice d'école, chez les touts petits comme chez les plus grands, elle a toujours été d'une patience et d'une pédagogie à toute épreuve. Alors pour quelle perde patience avec moi, c'est que j'avais dû être sacrément pénible !! On est bien loin des nouvelles méthodes d'éducation, je vous l'accorde. Aussi, elle a élevé ma soeur qui travaille en crèche depuis des années et qui elle aussi est d'une douceur incomparable avec les enfants. Qu'on soit bien d'accord, je ne prône ABSOLUMENT PAS la violence, que ce soit envers les enfants, les animaux ou quelconque être vivant, mais je fais partie de ces gens qui pensent qu'une fessée n'a jamais tué personne. J'ai bien dit UNE fessée. Le débat pourrait être long, pénible et finalement stérile, mais puisque vous parlez de respect, je vous annonce sans crainte que je me respecte assez pour savoir qui je suis, ce que je vaux et vous dire que non, je ne suis pas traumatisée :)

Chargement…