13
Par Thyriphème - / mercredi 30 janvier 2019 07:30 / France
On sait bien que tu as encore 5 minutes !
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  Thyriphème  |  3

Bonjour à tous ! Je suis l'heureuse rédactrice de cette anecdote, qui date d'il y a déjà plusieurs années ! En effet, à l'époque, j'étais en troisième, et je faisais mon stage dans une école maternelle et primaire. Pour faire simple, disons que j'ai toujours été naturellement inhibée socialement, et pour compenser ce mal-être, je peux très souvent agir d'une manière que les autres considèrent comme "bizarre" (à savoir rester plantée sur place en fixant les gens, dire des choses totalement décalées ou faire des remarques décomplexées sur des sujets tabou - ce que personne ou presque n'oserait faire, et qui, généralement, choque les gens...). J'ai un souvenir assez net de la période de ma vie que je relate brièvement ici, où j'avais une fâcheuse tendance à observer les gens sans avoir nécessairement besoin de leur demander quoi que ce soit, ce qui, comme vous pouvez le supposer, les rendait franchement mal à l'aise ! Et le jour où cette petite est arrivée pour me poser la question fatidique, j'étais assise, comme souvent en train d'observer ce qui m'entourait, en silence. Sa question ne m'a donc qu'à moitié surprise, dans le sens où je conçois qu'avec une clairvoyance proprement enfantine, elle ait pu remarquer mon attitude pour le moins... inhabituelle, au moins sur le plan strictement physique, puisque j'étais assez mal à l'aise... Ce que je n'ai pas pu raconter en revanche, faute de place dans la VDM, c'est qu'après ma réponse, elle a eu l'air étonné... Je pense avoir bien malgré moi généré chez elle un trouble métaphysique, dévastateur pour un si jeune esprit haha. Aujourd'hui, je repense à cette anecdote en souriant avec indulgence, parce que bien sûr, les enfants (du moins les plus jeunes, ensuite, ça se gâte...) ne pensent pas à mal, et en plus, si à l'époque je vivais mal la "bizarrerie" dont on m'affublait, aujourd'hui, j'en fait une revendication identitaire, selon le principe éminemment butlerien de réappropriation de l'insulte. Désolée du pavé. :)

Commentaires
Par  GrrendeL  |  27

"Ohlala un enfant en maternelle est curieux et me pose des questions avec innocence sur des sujets qu'il n'est pas en âge de maîtriser viedemerde."
À se demander finalement quand est-ce arrivé finalement.

Répondre
  Amont  |  77

Finalement, il y a finalement également lieu, finalement, de se demander si, finalement, vous n'abuseriez pas finalement un peu de l'adverbe "finalement". Finalement.

Répondre
  Vieuxmachin  |  15

Faut arrêter de prendre les enfants en maternelle pour des demeurés qui ne comprennent rien à ce qui les entoure.
En général, ils réagissent à l'école sur des choses qu'ils rencontrent dans leur environnement immédiat, familial ou autre, comme lorsqu'ils entendent , à table lors des repas, des discussions de leurs parents.

Par  izou  |  24

Elle connait peut-être une personne handicapée dans sa famille, son entourage... et elle se demande si on peut en guérir. Question dérangeante, mais normale pour un enfant.
En maternelle, les enfants commencent à poser des questions sur la maladie, la vie et la mort...

Par  Thyriphème  |  3

Bonjour à tous ! Je suis l'heureuse rédactrice de cette anecdote, qui date d'il y a déjà plusieurs années ! En effet, à l'époque, j'étais en troisième, et je faisais mon stage dans une école maternelle et primaire. Pour faire simple, disons que j'ai toujours été naturellement inhibée socialement, et pour compenser ce mal-être, je peux très souvent agir d'une manière que les autres considèrent comme "bizarre" (à savoir rester plantée sur place en fixant les gens, dire des choses totalement décalées ou faire des remarques décomplexées sur des sujets tabou - ce que personne ou presque n'oserait faire, et qui, généralement, choque les gens...). J'ai un souvenir assez net de la période de ma vie que je relate brièvement ici, où j'avais une fâcheuse tendance à observer les gens sans avoir nécessairement besoin de leur demander quoi que ce soit, ce qui, comme vous pouvez le supposer, les rendait franchement mal à l'aise ! Et le jour où cette petite est arrivée pour me poser la question fatidique, j'étais assise, comme souvent en train d'observer ce qui m'entourait, en silence. Sa question ne m'a donc qu'à moitié surprise, dans le sens où je conçois qu'avec une clairvoyance proprement enfantine, elle ait pu remarquer mon attitude pour le moins... inhabituelle, au moins sur le plan strictement physique, puisque j'étais assez mal à l'aise... Ce que je n'ai pas pu raconter en revanche, faute de place dans la VDM, c'est qu'après ma réponse, elle a eu l'air étonné... Je pense avoir bien malgré moi généré chez elle un trouble métaphysique, dévastateur pour un si jeune esprit haha. Aujourd'hui, je repense à cette anecdote en souriant avec indulgence, parce que bien sûr, les enfants (du moins les plus jeunes, ensuite, ça se gâte...) ne pensent pas à mal, et en plus, si à l'époque je vivais mal la "bizarrerie" dont on m'affublait, aujourd'hui, j'en fait une revendication identitaire, selon le principe éminemment butlerien de réappropriation de l'insulte. Désolée du pavé. :)

Répondre
  Ryudjinn  |  49

Non mais ces gens qui se permettent d'être différents et de le vivre bien quoi ! Les magazines de mode et la télé-réalité ne t'ont-ils rien appris ? Tu dois te conformer au moule ou bien te cacher honteusement chez toi pendant que les enfants normaux jettent des œufs sur ta fenêtre ! En agissant si égoïstement c'est l'ordre moral et notre société toute entière que tu risques de faire basculer ! Si ça se trouve à cause de toi un jour un enfant ouvrira un livre plutôt que de regarder Cyril Hanouna ! Inconsciente !