Par sylvie - 06/08/2008 15:24

Aujourd'hui, je discutais avec une maman de l'école lors de notre tour de bénévolat au Secours populaire du quartier lorsqu'un homme, visiblement dans le besoin, est entré. Je confie discrètement à mon amie : "Quelle misère d'en être arrivé là !" Ce à quoi elle m'a répondu : "C'est mon mari." VDM
Je valide, c'est une VDM 49 646
Tu l'as bien mérité 8 580
Reddit

Ajouter un commentaire

Vous devez etre inscrit afin de commenter

Top commentaires

Deux ans pour apprendre à parler et tout une vie pour apprendre à se taire :p

Thick pillow : Je ne trouve pas son propos déplacé : n'oublions pas qu'elles étaient en train d'assurer une permanence au secours populaire. J'ai plutôt percu la remarque de Sylvie comme une marque de compassion et de tristesse face à une personne qui semblait en difficulté, pas du tout comme un jugement ou une raillerie (comment l'imaginer venant d'un bénévole?)

Commentaires

Deux ans pour apprendre à parler et tout une vie pour apprendre à se taire :p

et oui malheureusement on peut pas s'empecher de faire des gaffes

Et qu'est-ce qu'elle t'a répondu ? On veut la suite ! LA-SUITE, LA-SUITE !

Ouh là! Des comme ça, j'en ai à la pelle....sincères condoléances! VDM validée.

tes propos étaient très déplacés, TLBM. Mais un peu VDM quand même que ce soit tombé dans la mauvaise oreille ...

En quoi ses propos sont-ils déplacés ?! Je pense qu'on peut se permettre d'avoir un peu de compassion et d'empathie pour les personnes dans le besoin. Surtout qu'elle est bénévole, elle joint donc l'action à la parole (contrairement à bcp d'autres ...). Et c'est bien mieux que de faire semblant de ne pas les voir et de les ignorer !

RRhhoooo.... Combien de X sa langue dans la bouche?? ;-)))

7 pour être exact :)

C'est le genre de boulette dont tout le monde se crédite d'au moins une dans sa vie.

Thick pillow : Je ne trouve pas son propos déplacé : n'oublions pas qu'elles étaient en train d'assurer une permanence au secours populaire. J'ai plutôt percu la remarque de Sylvie comme une marque de compassion et de tristesse face à une personne qui semblait en difficulté, pas du tout comme un jugement ou une raillerie (comment l'imaginer venant d'un bénévole?)

Lucrèce, les bénévoles sont des être humains ... Et certainement pas moins moqueurs que les autres :)

Ça dépend comme cela a été dit. Il est évident qu'on n'aime jamais être source de pitié, mais lorsque c'est le système qui est en partie ou tout entier responsable de notre cause, cette remarque ne me parait pas déplacé. Et dans le contexte économique actuel nombreux sont ceux qui se retrouvent à nécessiter des aides sans l'avoir «mérité» (mais qui le mérite ?).