83
Par Frzcn - / lundi 4 mars 2019 09:30 /
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  terrater  |  15

Mais par où il est passé et vers quoi tu essayais d'éjaculer ? Et c'est quoi cette obsession ou plaisir d'éjaculation faciale ? Où est le plaisir pour l'homme et où est le respect de soit pour la femme ?

Commentaires
Par  terrater  |  15

Mais par où il est passé et vers quoi tu essayais d'éjaculer ? Et c'est quoi cette obsession ou plaisir d'éjaculation faciale ? Où est le plaisir pour l'homme et où est le respect de soit pour la femme ?

Répondre

Par Saint-Didier ! Tu as raison ! Le missionnaire est la seule position et la seule pratique sexuelle est la procréation ! LA PROCREATION !
À genoux et chante avec moi :

Le nom de Jésus est si doux !

De Dieu désarmant le courroux,

Il nous appelle au rendez-vous,

Précieux nom de Jésus !

Refrain : Jésus ! Bénis soit ton nom !

Jésus ! Oh ! merveilleux don !

Jésus ! Suprême rançon,

Sois adoré pour toujours.

Répondre
  brhd  |  44

Un concept de "soumission" de la femme, en tant que jeu sexuel.

Si si, il y a des femmes qui aiment l'aspect soumission, c'est ouf ! Et même qu'elles se respectent :)

Répondre
  Carabosse  |  45

En tout cas, l'auteur de la VDM et sa copine ont une vie sexuelle plus marrante que la tienne, tu dois être d'un chiant au pieu.

Répondre
  La belle fée  |  17

Qu'est-ce que le respect de la femme vient faire là-dedans ? L'éjaculation faciale n'est pas qu'une pratique d'hétéro.
Il existe une pratique d'éjaculation féminine sur son ou sa partenaire. C'est donc aussi un manque de respect ? Et chez les hommes homosexuels, ils ne respectent pas l'autre homme ?
Explique-moi, je serais curieuse de savoir en quoi un fantasme de domination est acceptable mais qu'un autre est un manque de respect envers la femme.

Répondre

La seule pratique tolérable est :

. être marié (c'est important)
. un homme et une femme
. dans le noir
. En missionnaire. Et seulement le missionnaire !
. et pour concevoir

Sinon le petit Jésus il va pleurer.

Répondre
  Jésus  |  11

Oui...
Mon petit coeur a bobo sinon :(

Répondre
  Emma75  |  29

« le respect de soit pour la femme ? »

L'important reste le plaisir. Cette pratique ne me dérange pas si je me sens bien avec l'homme avec qui je suis et qu'il souhaite la pratiquer.
Quand c'est un choix librement consenti, tu n'as pas à juger.
Et tu sais, quand le plaisir est partagé, procurer du plaisir à son paternaire est très excitant.

Répondre
  Carabosse  |  45

Ca aurait été choquant s'il l'avait fait exprès... Mais là il est clair que non. Ayant 3 chats, je sais bien aussi que les chats n'ont aucun respect de l'espace vital des humains et rappliquent tranquilles sur le lit lors des ébats.

Par  Yarajii  |  24

Désolé mais je voie pas la différence à éjaculer sur le visage dune femme à par la prendre pour une sous merde. Je trouve cette pratique irrespectueuse, cette débilité est véhiculé par le porno qui ce contente de traiter les femmes comme des objets.

Répondre
  Ludovic38  |  15

Si pour toi une femme n'a pas le droit d'être consentante pour une pratique sexuelle et que seul ton avis a une importance, c'est que la seule personne qui considère la femme comme un objet, c'est toi.

Répondre
  Maneskyggens  |  24

@Yarajii
Quand les deux partenaires sont d'accord et disposent de leur libre arbitre, le rapport dominé-dominant est choisi plutôt que subi.
Et l'éjaculation faciale n'existe pas que depuis le porno. Tu connais le Marquis de Sade, par exemple ? Cela t'évoque t-il qqchose ? Hum ???

Répondre
  Carabosse  |  45

Seulement le missionnaire dans le noir et juste pour procréer? Sinon, ce que les gens font au lit entre adultes consentants, ça ne regarde qu'eux, pas toi.

Répondre

Maneskyggens, tu m'as coupé l'herbe sous le pied, notamment le passage sur le Marquis de Sade.

Au cas où notre ami Yarajii aurait la flemme de chercher sur Google, dans La Philosophie dans le boudoir (1795) il écrit : « Il faut que le sein et le visage de votre ami soient inondés des preuves de la virilité de votre frère ».

L'éjac' faciale n'est pas une invention du cinéma pornographique, il a seulement contribué à médiatiser cette pratique et la rendre plus visible. Et tant que les deux partenaires sont consentants, ce n'est pas un manque de respect ; car oui, il y a des gens qui aiment recevoir une giclée de sperme en plein visage.

Répondre
  MadameDodue  |  60

Yaraji, il faut que tu répondes au commentaire de départ (le tien) pour que ton commentaire apparaisse. Là j'ai juste eu une notif contenant une bribe de commentaire. Mais de ce que j'ai compris, tu me demandes quel serait l'intérêt de cette vdm si ce n'était pas une question d'humiliation de la femme ? Ben parce que la en l'occurrence c'est un chat, et que le chat n'est très certainement pas concentant. A côté de ça, s'il couche avec une fille qui est OK pour se prendre la purée dans la face, c'est eux que ça regarde.

Répondre

Ah, je crois comprendre ce que Yarajii essaie de nous dire ! Il pense que cette pratique n'est admissible qu'entre adultes qu'ont cent ans. En-dessous de cet âge c'est le missionnaire obligatoire.

@MadameDodue : « une fille qui est OK pour se prendre la purée dans la face » merci pour le fou-rire, c'est très fin. 🤣

Répondre

Attendez, je vais décortiquer la réponse de Yarajii à mon commentaire, elle est trop drôle.

« Ah donc j'avais rien compris depuis le début ! la mode ne viens pas du porno mais de la philo ! Mon dieu si ont avais autant de philosophe le monde changerai »

Effectivement, par cette réponse saugrenue, tu montres encore une fois que tu es totalement à côté de la plaque. Tu penses vraiment que les fantasmes des gens ne sont rien d'autre qu'un effet de mode et non un désir personnel propre à chacun ?

Alors je ne sais pas dans quelle mesure la pornographie influence les pratiques sexuelles des populations ; mais au fond, qu'est-ce que ça change ? Je veux dire, en quoi le fait que l'éjaculation faciale vienne soi-disant des films X rendrait celle-ci plus avilissante que d'autres pratiques ? Tant que les deux partenaires y prennent du plaisir, qu'est-ce que ça peut te faire ?

Si je t'ai parlé de La Philosophie dans le boudoir, c'était seulement pour montrer que l'éjaculation faciale existait déjà bien avant le cinéma porno, mais qu'elle était juste tabou ; pas qu'elle est née d'un quelconque courant philosophique ou que sais-je encore.

Il vaut mieux se taire et passer pour un c*n plutôt que de parler et de ne laisser aucun doute sur le sujet.

Répondre

Perso c'est pas du tout mon délire non plus, vu la vision perso que j'ai de la pratique. Mais si des gens ont envie de le faire, on est qui pour juger d'une pratique librement consentie et partagée entre eux?

Répondre
  Seedz  |  26

ahem... @MisterRominade
recherche google "jugement cour européenne pratiques sexuelles sado masochistes contre dignité humaine"
genre... l'arrêt K. A. et A. D. c/ Royaume de Belgique
bonne lecture :'D

Répondre

Attends Seedz , tu veux faire comparer une pratique sexuelle avec deux personnes consentantes avec l'expérience d'une jeune femme, violée, battue et qui a hurlée plusieurs fois "non", même avoir plusieurs fois dit "pitié" (oui, puisque c'était filmé) avec la dignité humaine ?
"OK".

Répondre
  Seedz  |  26

C'est pas moi qui le classe comme ça, c'est la jurisprudence qui le classe dans les affaires autour de la "dignité humaine", en direct lien avec l'arrêt sur les deux homos anglais condamnés quelques années avant sur la même cause de dignité humaine pour des actes de sado masochisme consentis et sans présenter de séquelles... (aussi présent dans ce classement figure le célèbre arrêt du "lancer de nains", d'ailleurs)

Pour rappel, l'affaire des deux gays anglais (que je n'arrive plus à retrouver, la mémoire me fait défaut sur celle là), était un cas où deux gays SM, lors d'une visite de police, regardaient des vidéos de leurs ébats. La police décide de les arrêter.
Rapports parfaitement consentis, sans laisser de séquelles, respectant leurs règles établies, la justice anglaise les condamne pour non respect de la dignité humaine (à plus ou moins epsilon, ça peut dire morale).
Ce que validera ensuite la Cour Européenne.

Ce qui ressort de toute cette jurisprudence, c'est qu'en 95 / 96 la CE maintient la condamnation des deux gays SM anglais sur un fondement de "dignité humaine" très axé morale, là où quelques années plus tard, justement, elle maintien aussi la condamnation des deux connards, cette fois en s'étant penchée non pas sur le côté moral / immoral de la chose, mais sur les "règles du jeu" :
dans le "jeu", certains mots veulent dire "arrêt du jeu" > non respect de l'arrêt du jeu > condamnation
(en - très - résumé... ça fait partie des arrêts à connaitre pour des juristes axés droit public / droit constit.. moi je fais de l'IT :> )

>> et en très gros et très gras, ça veut dire que la CE elle-même est passée, du moins autour des rapports SM, sur un jugement type "c'est pas bien, c'est pas moral, c'est contraire au respect de la dignité humaine" à "tant que ça respecte les volontés de chacun et les règles établies par chacun, et que ça ne blesse personne, faites ce que vous voulez"

Je pensais qu'il y avait des gens avec des cerveaux, j'ai balancé une version super résumée avec un indice pour lancer le jeu de piste pour permettre à chacun de découvrir tout ça, je me suis trompé !
PS : la recherche google fait tomber sur un article intéressant, en plus, où on retrouve dans le tas ce fameux arrêt K. A. et A. D. c/ Royaume de Belgique

PS2 : dignité humaine en langage juridique, ça signifie beaucoup de choses... dont l'intégrité physique et morale.
dixit Wikipédia :
D'ailleurs, l'article premier de la Charte européenne des droits fondamentaux (2000) (intégrée dans le traité de Rome de 2004) est consacré à la dignité humaine. Certaines normes de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme (1948) s'inspirent aussi directement du principe de respect de la dignité humaine, notamment celles relatives au droit à la vie (art. 2), à l'intégrité de la personne (art. 3), à l'interdiction de la torture et des traitements dégradants ou inhumains (art. 4). Ce concept reste toutefois non défini dans ces divers textes, et peut être invoqué à des fins contraires7. Certains juristes s'y opposent ainsi résolument, le considérant comme un concept vide de sens, utilisé qui plus est à des fins qui ne leur conviennent guère[A].

Bordel.

Similaires
Chargement…