Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Commentaires
Répondre
  1known  |  29

Alors ce jour ayant que peu de chance d’arriver, j’espère que l’auteure aura sérieusement remis à sa place ce décérébré. L’humour à la française a bon dos!

Répondre
  1known  |  29

C’est tout comme.
Je doute que tu apprécierais qu’on te demander régulièrement si tu sais ce qu’est une douche, pourquoi tu n’as pas une baguette sous le bras, si tu as prévu de manger des grenouilles et j’en passe.

Répondre
  Grain de Poivre  |  19

L'assistanat banalisé ça m’énerve... !

Répondre
  Anna Vil  |  7

Tu dois être marrante dans la vie,ly_caon, à être toujours aussi tendue.

Répondre
  Batushka  |  11

Mais barre toi dans les montagnes avec une paire de chèvres. On t'achetera tes fromages, promis.

Répondre
  Sasi  |  7

Oui, le racisme passe mieux avec de l'humour, hein... Ca excuse tout, l'humour... En plus, c'est la victime de racisme qui est coincée du cul, on va dire....

Répondre
  brhd  |  44

Sasi : déjà, il serait bien, pertinent, intéressant, que vous cessiez d'accuser de raciste ceux qui font ce type d'humour.

Apprenez la portée de vos mots et de vos accusations.

Répondre

laisse wednesday. C'est des petits blancs et blanches qui se la jouent sjw, mais ils n'ont jamais été confrontés au vrai racisme. Ils ont vu black panther de marvel et ils regardent quotidien, ils savent mieux que nous comment réagir ou quoi en penser.

Répondre
  Kaa04  |  46

FAUX, on peut aimer jouer les SJW et aimer l’humour raciste et compagnie. Je veux bien m’encarter chez les SJW mais faut pas me foutre dans le même sac que ces pisses-froid.

Par  Karadoc De Vannes  |  34

Pas assez gras.

Par  Ordo Templi Orientis  |  48

« Si ce célèbre Ancien (Aristote ) qui riait de tout vivait de notre temps, il mourrait de rire, sans doute. Pour ma part, ces troubles ne m'incitent ni au rire, ni, non plus, aux larmes ; ils m'engagent plutôt à philosopher et à mieux observer ce qu'est la nature humaine. Car je n'estime pas avoir le droit de me moquer de la nature, et bien moins encore de m'en plaindre, quand je pense que les hommes, comme les autres êtres, ne sont qu'une partie de la nature, et que j'ignore comment chacune de ces parties s'accorde, avec le tout et lui est conforme, comment, par ailleurs, chaque partie se rattache aux autres ; ce n'est que par ce défaut de connaissance que certains êtres de la nature, dont je n'avais qu'une perception incomplète et mutilée, et qui n'étaient guère ainsi conformes à un esprit philosophe, m'ont paru jadis vains, désordonnés et absurdes. Mais, maintenant, je laisse à chacun la liberté de vivre selon son naturel; ceux qui le veulent, certes, peuvent mourir pour leur bien, pourvu qu'il me soit permis à moi de vivre pour la vérité. »
(Spinoza, Lettre XXX à Henry Oldenbourg, 17 novembre 1665)

Répondre
  Couscous  |  21

Tout le monde s'en fou des belges, ce n'est pas une minorité ou une autre ethnie, vois tu.
Et de toute façon, t'as rien à dire, tu es un homme, blanc, hétéro, bon boulot et tu as fait des études sup. Tu es le diable en personne.
On peut se moquer de toi ! C'est comme se moquer des chrétiens. Regarde, je peux dire : ON T'EN*ULE LE PAPE. Tout le monde s'en tape. Si j'osais dire ça sur Allah. Je serais raciste. Mais là ca passe parce que c'est juste sur les chrétiens.

Répondre

Je sais pas si on peut... J’aurais tellement peur de me faire hanter par les fantômes de Hergé et de Brel...
Tu n’imagines pas... s’entendre chanter « au suivant » si tu ramènes un homme chez toi, se réveiller au son claironnant de « Madame promène son cul sur les remparts de Varsovie », entendre Lio me rabâcher que les brunes ne comptent pas pour des prunes à chaque fois que je fais ma coloration, voir mes enfants possédés par les âmes de Dupont et Dupont...
Trop flippant. Je préfère me moquer des Français, ils râleront mais ça, on a l’habitude.

Par  Sejta  |  19

Selon Bergson, le rire sanctionne ce qui nous paraît inférieur à ce que nous devrions être. Alors, quand il sanctionne une couleur de peau, une appartenance ethnique, un genre ou une orientation sexuelle, il devient cette arme méprisante et méprisable qui permet de jouir de sa propre sociabilité dans l’étrangeté fantasmée de l’autre.
On aime tous rire. Moi-même, je ris beaucoup, mais je n'ai pas la même sensibilité à l'humour que vous.
Cependant, j'aime constater l'hypocrisie de certains : la plupart, ils ont arboré fièrement « je suis Charlie », et ce sont les premiers à ne pas ou ne plus rire et à être rongé de bien-pensance.

Répondre
  CaviaAperea  |  39

Pour la sensibilité à l'humour, y a t-il des catégories selon vous ? Comment classifiez-vous votre abord du rire/de l'humour ?
Il y a de grandes catégories à mes yeux et certaines personnes sont réceptives à plusieurs d'entre elles comme l'humour imaginatif, l'humour des mots (jeux de mots etc), l'humour sociétal et politique, l'humour culturel, l'humour primaire (portant sur des choses "de base" de l'être humain comme la nourriture, le sexe, etc etc), etc.
Bien sûr, certaines choses peuvent être transversales en embrassant plusieurs de ces catégories (par exemple l'humour des mots peut se fondre avec de l'humour culturel ou bien de l'humour sociétal et politique, et ainsi de suite).

Répondre

Alors par contre ce serait bien de se rappeler que « Je suis Charlie », c’était pour dire « on a le droit de faire des dessins offensants, déplacés ou à la limite du racisme sans pour autant se faire tuer pour ca », pas un passe-droit pour faire tout ce qu’on veut sans subir aucune critique dessus sous couvert de l’humour de la liberté d’expression.
Parce que sinon à ce compte-là on est tous hypocrite vu qu’on a tous des limites sur ce qu’on tolère ou pas sous couvert d’humour et de liberté d’expression. On sera par contre (quasi) tous d’accord pour dire qu’en aucun cas ça justifie de se faire tuer

Répondre
  brhd  |  44

Hmmm non, je suis charlie, c'était la défense de la liberté d'expression de manière générale.

Dont la liberté de pouvoir caricaturer.

Mais il semble que le troupeau de moutons qui ont suivi "Je suis charlie" (et j'en ai fait partie), semble s'être détourné du berger de la liberté d'expression.
Il semble que les mêmes qui prônaient la liberté d'expression hier sont les premiers à vouloir imposer leur rigidité sous le prétexte de la lutte contre le racisme, alors même qu'ils ne font que donner de l'eau au moulin des vrais racistes, sans même s'en rendre compte...
J'irais même plus loin en disant que les mêmes qui prônaient la liberté d'expression s'enfoncent dans une logique fascisante, alors même qu'ils pensent être anti facho.