27
Par Nicoline - / vendredi 18 mai 2018 18:00 / France - Bordeaux
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  Yhvh  |  15

et oui, à force de taper sur les fonctionnaires, et de supprimer des postes, les délais de traitement se rallongent.
pour connaître l'intérieur, je te souhaite bon courage, certains départements mettent jusqu'à 6 mois pour statuer sur les demandes d'aide médicale

Par  Kinvald  |  30

Ce n'est pas qu'un problème de postes supprimés. Le nombre de fonctionnaires en France est plus ou moins de 5,5 millions. Et il faut savoir que jusqu'à encore cette année, le nombre de fonctionnaires en France a augmenté. Nous sommes dans la moyenne des pays européens : 85 agents pour 1000 habitants.
Plus que le Royaume-Uni (41 agents pour 1000 habitants). Moins que l'Allemagne. Il faut savoir qu'en Allemagne, la "Santé", par exemple, n'est pas considéré comme de la fonction publique, d'où des chiffres plus petits annoncés par certains médias, mais en prenant les vrais chiffres de ceux qui travaillent donc pour le service public mais pas compté, on arrive à 125 agents pour 1000 habitants. Aux E.U.A. nous avons régulièrement l'idée de dire 350 millions d'américains pour 2 millions de fonctionnaires. Pareil que pour l'Allemagne. La santé, l'armée, la police ne sont pas compté.
Ceci dit le coût de fonctionnement est tout simplement astronomique pour un pays aussi endetté que le nôtre tout en sachant que la dépense publique représente 57% du PIB Français.
L'un des plus gros problèmes de l'administration est la répartition. Tout le monde est au courant qu'il manque des effectifs dans la Police, pour l'Emploi, la Santé ou la Justice; par exemple. Pourquoi continuer de recruter pour doubler des postes ou renouveler des postes qui peuvent être très bien fusionnés ? L'état n'emploie pas trop ou pas assez de fonctionnaires, mais trop de mauvais fonctionnaires (népotisme, cooptation, clientélisme etc.…), ce qu'il faut, c'est remettre le "service public" au service du public.

Commentaires
Répondre
  semeru  |  22

Cela dépend de l’état de la personne. Mon oncle qui est en fin de vie a dû ne compter que sur sa femme même s’il avait une infirmière à domicile.

Imaginez le poids de quelqu’un que vous devez ramasser qui tombe fréquemment par terre, du fait de devoir le changer car il n’arrive pas assez vite aux toilettes, devoir l’habiller, le laver, et effectuer pour lui beaucoup de gestes de la vie quotidienne dont on n’a pas idée. Les infirmières ne sont pas là pour ça.

Répondre
  lilypiii  |  28

Une infirmière ne peut pas faire le travail d'une auxiliaire de vie. La personne a peut-être déjà une infirmière, c'est pas pareil, les heures d'aide à la personne oui ça peut être long pour les obtenir...

Par  Yhvh  |  15

et oui, à force de taper sur les fonctionnaires, et de supprimer des postes, les délais de traitement se rallongent.
pour connaître l'intérieur, je te souhaite bon courage, certains départements mettent jusqu'à 6 mois pour statuer sur les demandes d'aide médicale

Répondre
  Kinvald  |  30

Ce n'est pas qu'un problème de postes supprimés. Le nombre de fonctionnaires en France est plus ou moins de 5,5 millions. Et il faut savoir que jusqu'à encore cette année, le nombre de fonctionnaires en France a augmenté. Nous sommes dans la moyenne des pays européens : 85 agents pour 1000 habitants.
Plus que le Royaume-Uni (41 agents pour 1000 habitants). Moins que l'Allemagne. Il faut savoir qu'en Allemagne, la "Santé", par exemple, n'est pas considéré comme de la fonction publique, d'où des chiffres plus petits annoncés par certains médias, mais en prenant les vrais chiffres de ceux qui travaillent donc pour le service public mais pas compté, on arrive à 125 agents pour 1000 habitants. Aux E.U.A. nous avons régulièrement l'idée de dire 350 millions d'américains pour 2 millions de fonctionnaires. Pareil que pour l'Allemagne. La santé, l'armée, la police ne sont pas compté.
Ceci dit le coût de fonctionnement est tout simplement astronomique pour un pays aussi endetté que le nôtre tout en sachant que la dépense publique représente 57% du PIB Français.
L'un des plus gros problèmes de l'administration est la répartition. Tout le monde est au courant qu'il manque des effectifs dans la Police, pour l'Emploi, la Santé ou la Justice; par exemple. Pourquoi continuer de recruter pour doubler des postes ou renouveler des postes qui peuvent être très bien fusionnés ? L'état n'emploie pas trop ou pas assez de fonctionnaires, mais trop de mauvais fonctionnaires (népotisme, cooptation, clientélisme etc.…), ce qu'il faut, c'est remettre le "service public" au service du public.

Répondre
  Kinvald  |  30

Et bien entendu il y a l'informatique. Si les grandes entreprises privées modernes sont, informatiquement parlant, à la pointe du progrès, n’hésitant jamais à dégoter des idées géniales, à faire appel à du big data et à parfois claquer des millions en technologies avant-gardistes, en centres de calcul surpuissants et en méthodologies de développement agiles et souples, lorsqu’on parle d’informatique et de services de l’État, il est difficile de se débarrasser de cette idée d’un marécage boueux et collant de technologies disparates, dépassées, de tubulures complexes et fragiles et d’une immonde série de processus antédiluviens que personne n’ose remettre à plat tant les connaissances attachées à ces processus sont minables.

Répondre
  Nuget75  |  15

Il s'agit pas uniquement de suppression de postes ... voir même pas du tout ...
Ce sont les temps de traitement des données dans ces mêmes institutions qui mettent du temps, les dossiers à rallonge, les justificats à fournir, l'incompétence de certains, les logiciels informatique qui datent et même leurs utilisations qui ne sont sûrement pas bien maîtrisé de tous...
Demandez vous combien de fois les dossiers font des aller retour entre chaque service, il y a aussi un sujet primordial, la détermination des fonctionnaires car beaucoup font sûrement ce job pour la sécurité de l'emploi, si plus de fonctionnaire avaient plus d'humanité pour traiter ces dossiers ils iraient sûrement plus vite

Par  Sanmot Manceau  |  1

je travaille avec ces services en Saone et Loire et les délais sont malheureusement pareil... La vitesse de l'administration n'y est pour rien, c'est une politique de déterminer des délais. Délais... pour des prises en charge correspondant à des besoins immédiats, comme bien précisé dans la VDM
Donc je valide.. VDM

Par  Didoue1  |  36

il n'y a que moi que ça choque le "Vivante seule" ?

Par  Marynette74  |  21

idem, à 94 ans, suite à un AVC, ma grand mère s'est vue remettre une carte de priorité pour 20ans, en revanche, la demande de subvention pour l'aménagement de sa salle d'eau en vue d'un maintien à domicile n'a pas été acceptée parceque selon cette même administration, son état peut toujours s'arranger ( mais oui, bien sûr)

Par  ninouninou83  |  6

Pour parler sérieusement, en droit administratif pour accélérer les processus il existe une jurisprudence devenue une norme qui dit qu'au delà d'un certain délai de silence de l'administration, le silence vaut acceptation...

Répondre
  Ethso  |  16

Oui, le silence gardé durant deux mois vaut accord. Manque de chance, dans d'autres cas, le silence gardé vaut refus. Et dans d'autres cas, la période est différente. Et il existe encore des exceptions, sans temporalité définie. La Loi est très douée pour faire des exceptions.

Répondre
  Ethso  |  16

Et au passage (point de détail) ce n'est pas une jurisprudence, mais bien une norme. Code des relations publiques, de mémoire.

Similaires
Chargement…