Sa femme l'a tellement saoulé qu'il s'est réfugié pendant 10 ans dans la forêt sans donner de nouvelles

C’était trop. Il ne pouvait plus supporter ses sautes d'humeur un jour de plus. Malcolm n’était pas venu ici pour souffrir, c’est pourquoi, après trois ans de mariage avec madame, le sexagénaire s’est fait la malle dans la forêt, pour ne pas être retrouvé.

La vie de couple n’est pas un long fleuve tranquille. Et Malcolm Applegate, un britannique âgé de 62 ans, ne nous contredira pas. Ce jardinier retraité en a eu assez des remarques incessantes de sa femme, et s’est mis en tête qu’il devait absolument faire quelque chose pour y remédier. Et l’idée de partir n’était pas à exclure.

Lors d’une énième dispute, où la femme de Malcolm lui a, entre autres, reproché le temps conséquent passé au travail, l’homme en a eu assez. Il est donc parti sur un coup de tête afin de poursuivre sa retraite dans la forêt, loin du quotidien. Et la vie a suivi son cours pendant 10 longues années.


« Nous étions mariés pendant trois ans, et c’était manifestement trop long »
raconte Malcolm au Daily Mail. « Tout s’est très bien passé pendant ces trois années, jusqu’au moment où le jardinage lui semblait être de trop dans notre vie » déclare-t-il, avant d’ajouter que son épouse souhaitait « passer plus de temps avec lui ». Mais le jardinier ne souhaitait pas mettre de côté sa vie professionnelle, qui le comblait réellement. Excédé, Malcolm décide de partir et claque la porte, sans se retourner.

Sur son vélo, le mari agacé quitte sa maison de Birmingham pour se diriger vers Londres, soit un peu plus de 200 km. Mais, comble de la malchance, le sexagénaire se fait voler son vélo sur le chemin, et se voit obligé de marcher jusqu’à destination pendant trois semaines.

C’est dans les bois, non loin de Kingston, dans le sud-est de Londres, que l’homme trouve refuge et se rend utile en jardinant pour une maison de retraite du coin. Il en profite également pour faire des petits jobs et passe le reste de son temps à récolter des fonds pour les sans-abris.

Aujourd’hui, le jardinier est sorti de sa cachette et vit dans le centre pour sans-abris d'Emmaüs à Greenwich. Il est plus heureux que jamais et ne regrette pas sa vie d’avant : « sans dire un mot à qui que ce soit, pas même ma famille, j’ai pris mes affaires et je suis parti. Ils m’ont cherché pendant 10 ans ». Sympa pour la famille. 

L’homme a depuis contacté sa sœur, qui le croyait mort, depuis le temps, par le biais d’une lettre, afin de renouer contact. C’est pas trop tôt.

Par VDM / lundi 16 octobre 2017 16:25 /
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
COMMENTS