Reboots, remakes et autres prequels : apologie d’un espoir

Il existe de bonnes raisons de croire en eux, même pour les pires bouses.

Dans deux jours, Mary Poppins sera de retour sur les écrans de cinéma du monde entier. Or, j’adore Mary Poppins. Tout comme j’adore Star Wars, Jurassic Park, Ghostbusters, le Roi Lion et bien d'autres films ayant récemment subi un lifting. Ce sont des oeuvres cinématographiques qui ont marqué mon enfance et ont fait de moi l’être humain que je suis aujourd’hui : râleur, sujet à l’emportement et souvent plus critique que de raison. Pourtant, à chaque annonce de reboot, de suite, de remake ou de prequel, je suis traversé par un sentiment très étrange : l’espoir. 

Ces oeuvres occupent une place tellement importante dans ma mythologie personnelle que la simple idée qu’elles vivent encore un peu suffit en effet à m’exciter. J’ai envie d’y croire, envie de rêver, envie de replonger dans ces univers qui m’ont tant apporté. C’est horrible mais je préfère voir un mauvais Star Wars que d’imaginer un monde où la saga est arrêtée pour de bon.

Hurlement des fanboys et des fangirls

Je sais que ceux parmi vous qui sont de vrais fans de l’une des oeuvres évoquées plus haut doivent être en train de hurler de colère et je les comprends. Pourtant, je ne désarmerai pas : les reboots et assimilés sont un facteur d’espoir, et pas uniquement pour moi ou pour notre génération. 

Ainsi, même si ce Mary Poppins me plaira certainement moins que celui avec lequel j’ai grandi, il aura le mérite d’exister dans l’univers cinématographique de mes enfants ou de ceux de mes amis. Et ça, c'est déjà pas mal. Car même si on est un hipster turbo-rétro-vintage, il n’y a rien de plus difficile que de faire mater un vieux film à l’image et aux codes dépassés à un gosse d’aujourd’hui.

L’argument du manque d’imagination

Parmi les arguments des anti-reboot et compagnie, il en est un qui revient systématiquement : c’est parce qu’Hollywood n’est plus capable d’inventer quoi que ce soit. Bref, c’est une énième version du “C’était mieux avant” appliquée à la production cinématographique. A cela, je vais répondre en deux temps. 

Premièrement, il vaut toujours mieux se replonger dans un vieil univers qu’on aime plutôt que dans une lamentable nouveauté. Qui a dit Transformers et Twilight ? Ah tiens, c’était peut-être moi. Ensuite, il est important de ne pas oublier que les univers que nous vénérons aujourd’hui ont bien souvent été malmenés par les critiques de leur temps. Nos prophètes étaient donc considérés comme des barbares, de la même manière que je viens de tailler des oeuvres certainement adorées par certains d’entre vous.

Un nouvel espoir

Bref, vous l’aurez compris, j’attends ce Mary Poppins avec impatience. Parce qu’il me rappellera mon enfance, parce qu’il construira celles d’autres enfants et parce que s’il est trop mauvais il laissera la place à une autre oeuvre plus grande encore. Trois bonnes raisons d’aller le voir, lui et les autres. Trois bonnes raisons d’avoir de l’espoir, nous n’avons rien à perdre dans tout ça.

Par Indyx / lundi 17 décembre 2018 17:31 /
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
COMMENTS
Par  radagast  |  24

il est des films que l'on voit avec les yeux d'un enfant, voir un "remachage" alors que l'on est adulte, cet autre film n'aura plus la même magie, même avec tous les effets spéciaux du monde. C'est voir un clair de lune empaillé.