PHOTOS - Elle perd ses cheveux à cause d’un shampoing piégé

Quelqu’un aurait ajouté de la crème dépilatoire dedans...

Quand Ashley s’est acheté une bouteille de Pantene Pro-V Sheer Volume au Walmart de New Richmond, dans le Wisconsin, elle espérait probablement embellir ses cheveux. Pas les perdre. C’est pourtant ce qui est arrivé à la jeune femme en utilisant le produit. Elle a ensuite été obligée de se raser la tête. 

Terrifiée par les touffes entières qui tombaient dans la baignoire, en pleurs, Ashley s’est retrouvée avec si peu de cheveux sur la tête qu’elle n’a pas vraiment eu d’autre choix. Evidemment, ça repousse. Mais on imagine facilement le traumatisme ressentie par la jeune fille.

Une fois passée la panique initiale, sa mère a immédiatement posté sur Facebook un message pour prévenir les autres clients potentiels du magasin. La famille d’Ashley considère en effet qu’une personne mal intentionnée a ajouté de la crème dépilatoire dans la bouteille de shampoing avant qu’elle soit achetée. 

Relayé plus de 70.000 fois, le post a probablement permis d’éviter des cas similaires en attendant que la police retrouve le coupable. Car s’il a bien opéré au sein du magasin, il n’a probablement pas échappé aux caméras de surveillance. Et non, les blagues cruelles ne paient pas. 

Contrairement à la perte de cheveux inopinée qui a déjà permis à la famille de recolter 1.390 dollars (à l'heure où sont écrites ces lignes) via la plateforme GoFundMe. De quoi offrir une perruque à Ashley.

Par / jeudi 1 août 2019 11:52 /
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  Hélène Romero  |  32

Ce n’est pas de la vanité.
Les cheveux sont dans toutes les cultures un symbole de féminité.
Qu’une femme décide de se couper les cheveux, de se tondre ou de se raser, par choix ou autre (métier, maladie...), c’est son choix, sa décision et elle est éminemment respectable.
Dans le cas présent, on parle d’une femme en parfaite santé, qui tient à sa chevelure et l’entretien. Pour diverses raisons: Ça lui plaît, c’est la mode, c’est l’expression de sa féminité... on s’en fout, tout ce qui compte c’est que c’est son choix.
Et, une personne malveillante envers les femmes (oui, c’est un shampoing féminin qui a été ciblé), a décidé de la « défigurer » en s’en prenant à ses cheveux: Comme les femmes adultères au moyen âge, comme les femmes qui avaient aimé des Allemands pendant la seconde guerre mondiale, les prisonnières de la guerre d’Espagne... Tondre une femme (a plus forte raison contre son gré) c’est la mettre au ban de la société, elle est une fille-perdue ou dans le meilleur des cas une malade (je sais très bien les conséquences d’une chimiothérapie sur les cheveux et les ongles).
Les cheveux et leur tonte, ce n’est pas une question de vanité. C’est une question de pouvoir sur la femme. Tu n’as jamais d’exemple d’homme tondu pour punition. C’est le sort des femmes pour avoir fait des choix différents de ce que la Société leur imposait.
Ta mère a fait le choix courageux de couper l’herbe sous le pied de la maladie (si tu m’autorises l’expression), mais on parle de choix. Pour quelques-unes qui ont ou ont eu ce courage, elles sont des centaines, des milliers à qui on a imposé ça comme le sceau de l’infamie. Des rois maudits (même avant... Voir la Bible, les Capitulaires de Charlemagne) à « Pour qui sonne le glas » d’Hemingway, tu verras que dans toutes les cultures on s’en prend aux cheveux des femmes pour les amoindrir (Y compris en Inde au XX siècle). Ce n’est pas une histoire de vanité mais de domination.

Commentaires
Répondre

Si certaines femmes arrêtaient d’être si vaniteuses, elles se rendraient compte que le monde entier se fiche complétement de savoir combien de poils elles ont sur le caillou. Lorsque ma mère est tombée malade, elle m'a demandé de lui tondre la tête. Elle n'a jamais eu besoin de porter une perruque et elle n'en était pas moins belle.

Répondre

Ce n’est pas de la vanité.
Les cheveux sont dans toutes les cultures un symbole de féminité.
Qu’une femme décide de se couper les cheveux, de se tondre ou de se raser, par choix ou autre (métier, maladie...), c’est son choix, sa décision et elle est éminemment respectable.
Dans le cas présent, on parle d’une femme en parfaite santé, qui tient à sa chevelure et l’entretien. Pour diverses raisons: Ça lui plaît, c’est la mode, c’est l’expression de sa féminité... on s’en fout, tout ce qui compte c’est que c’est son choix.
Et, une personne malveillante envers les femmes (oui, c’est un shampoing féminin qui a été ciblé), a décidé de la « défigurer » en s’en prenant à ses cheveux: Comme les femmes adultères au moyen âge, comme les femmes qui avaient aimé des Allemands pendant la seconde guerre mondiale, les prisonnières de la guerre d’Espagne... Tondre une femme (a plus forte raison contre son gré) c’est la mettre au ban de la société, elle est une fille-perdue ou dans le meilleur des cas une malade (je sais très bien les conséquences d’une chimiothérapie sur les cheveux et les ongles).
Les cheveux et leur tonte, ce n’est pas une question de vanité. C’est une question de pouvoir sur la femme. Tu n’as jamais d’exemple d’homme tondu pour punition. C’est le sort des femmes pour avoir fait des choix différents de ce que la Société leur imposait.
Ta mère a fait le choix courageux de couper l’herbe sous le pied de la maladie (si tu m’autorises l’expression), mais on parle de choix. Pour quelques-unes qui ont ou ont eu ce courage, elles sont des centaines, des milliers à qui on a imposé ça comme le sceau de l’infamie. Des rois maudits (même avant... Voir la Bible, les Capitulaires de Charlemagne) à « Pour qui sonne le glas » d’Hemingway, tu verras que dans toutes les cultures on s’en prend aux cheveux des femmes pour les amoindrir (Y compris en Inde au XX siècle). Ce n’est pas une histoire de vanité mais de domination.

Répondre

Parce que c’est évident des femmes fusillées, y en a pas eu à la Libération, Marguerite de Bourgogne n’est pas morte étranglée dans sa cellule à Château-Gaillard...
Pour les femmes s’était double peine, on te trimballait tondue avant de t’exécuter. Et tu avais de la chance si tu étais « juste tondue »

Répondre
  Pentagram  |  26

Merci Undercity, j'avais la flemme de répondre à cette ineptie grossière qu'est « Tu n’as jamais d’exemple d’homme tondu pour punition. »

Répondre
  Vindsval  |  55

Undercity a raison. La tonte et l'humiliation de couper les cheveux, les barbes et les poils n'a jamais été un punition réservée qu'aux femmes.

Edit ( de Wilton ) :

La modération commence à être ennuyeuse. Quel mot ou quels propos d'Undercity mérite une modération ?