51

Les crampes menstruelles sont aussi douloureuses qu’une attaque cardiaque, et ce sont des médecins qui le disent !

Par Anonyme / mardi 6 mars 2018 09:30
Une étude réalisée par des médecins affirme que les douleurs des règles ont le même impact sur le corps qu’une crise cardiaque ! Les filles, malgré votre VDM mensuelle, on est de tout coeur avec vous… VRAIMENT !


On le savait ! Et selon Bored Panda, c’est désormais officiel. C’est pas (que) les filles qui le disent, mais ce sont de vrais professionnels de la santé qui se sont penchés dessus : les douleurs des règles sont comparables à une attaque cardiaque. Certaines affirment même qu’avoir des règles, c’est comme des contractions d’accouchement qui ont lieu une fois par mois.

Vous avez déjà entendu une de vos copines vous dire : « laisse tomber, hier j’ai eu mes règles et c’est comme si j’avais accouché d’octuplés ! À ce rythme là, je vais repeupler la terre ! » Ou encore, « j’ai tellement mal au ventre que j’ai l’impression que mon utérus se déchire littéralement ». Glauque, n’est-ce pas ? C’est pourtant la triste vérité…

Le pire, c'est que beaucoup de médecins semblent sous-estimer ce mal en disant aux patientes souffrantes : "ce n'est rien, ça vous passera, c'est normal, puisque vous êtes une femme". Merci du soutien !

Eh oui messieurs, c’est donc le moment de vous excuser auprès de vos chéries, de ramper comme des larves et de leur dire que vous regrettez le jour où vous leur avez dit sans honte : « Roh, ça va, c’est juste des règles, c’est pas la fin du monde hein ».
Oui messieurs, honte à vous d'avoir OSÉ minimiser les douleurs menstruelles des femmes. À partir de maintenant, on vous conseille d’adopter profil bas. Et de vous racheter en vous transformant en esclaves. Voilà. C’est dit.

On veut bien te croire... 

Charmant... 

Plus sérieusement, on connait presque tous ou toutes une femme qui souffre réellement de ces douleurs insupportables que l’on appelle plus rarement des dysménorrhées. Le médecin John Guillebaud, professeur de santé reproductive à l’University College de Londres, a relancé le débat en affirmant que les règles sont aussi douloureuses qu'une crise caridiaque. Il s'est exprimé auprès du magazine Quartz en disant entre autres que ce problème n'a pas eu l'importance qu'il méritait. 

Une fois par mois, certaines femmes sont handicapées par ce mal qui a longtemps été un sujet tabou au sein de notre société. Crises de tétanie, évanouissements, vomissements et bien d’autres symptômes viennent s’ajouter à ce mal « naturel ». Alors certes, pourquoi ne pas prendre des antidouleurs ou même adopter des méthodes plus douces telles que le Reiki ou l’acupuncture pour soulager les douleurs ? On veut bien, nous ! Mais ça marche pas toujours ! La preuve, selon Dr. Guillebaud, les patientes décrivent leur agonie en la comparant à une crise cardiaque, et ce, malgré la prise de pillules !

Certaines femmes ont des douleurs tellement insoutenables qu’elles sont en effet victimes de ce que l’on appelle une endométriose, cette maladie chronique qui touche plus d’une femme sur dix et qui fait souffrir le martyr.


Selon l’association EndoFrance, « l’endomètre est le tissu qui tapisse l’utérus. Sous l’effet des hormones (oestrogènes), au cours du cycle, l’endomètre s’épaissit en vue d’une potentielle grossesse, et s’il n’y a pas fécondation, il se désagrège et saigne. Ce sont les règles. Chez la femme qui a de l’endométriose des cellules vont remonter et migrer via les trompes. Le tissu semblable au tissu endométrial qui se développe hors de l’utérus provoque alors des lésions, des adhérences et des kystes ovariens, (endométriomes) dans les organes colonisés. »

Ce sont donc ces facteurs qui provoquent des douleurs insoutenables qui obligent les femmes atteintes de cette maladie à rester clouées au lit, manquant le travail ou essayant d’organiser et de planifier leurs vies autour de la date fatidique de leurs règles.

De nombreuses personnalités se veulent aujourd'hui portes-parole des femmes. Laetitia Milot, Susan Sarandon, Dolly Parton, Julie Gayet ou même Imany. Toutes ces célébrités militent aujourd'hui pour la reconnaissance de ce mal comme étant une maladie à part entière.

L'actrice Whoppi Golderberg, elle même touchée par cette maladie, a voulu créer sa gamme de produits à base de cannabis afin d'aider les femmes à soulager leurs terribles douleurs. Si on parle de cannabis, c'est vraiment que la douleur va loin !

On comprend mieux pourquoi aujourd’hui, la science nous révèle qu’une douleur de règles est comparable à une attaque cardiaque ! Imaginez un peu : vous souffrez pendant plusieurs heures, vous vomissez, vous perdez une quantité de sang astronomique, vous avez des douleurs au bas du dos semblables à des lames de sabre vous transperçant le corps… Eh oui, tout ça fatigue le coeur ! Et à la fin, on n’en peut plus. Mais vraiment plus…


Donc certes, beaucoup de personnes ont été choquées de la comparaison faite par ces médecins. Pour eux, une crise cardiaque n’a rien à voir avec des douleurs menstruelles. C’est simplement par ignorance qu’elles l’affirment, car il faut l’avoir vécu pour se rendre compte que la comparaison est justifiée. D’autres femmes en revanche sont exaspérées de voir qu’il a fallu autant de temps à la science pour le rendre officiel.

Alors oui ! Réfléchissez à deux fois avant de dire à une fille « t’as tes règles ou quoi ? ». Parce qu’avoir des règles douloureuses est un vrai problème qui n’est pas pris en compte à sa juste valeur. Et aujourd’hui plus que jamais, vous avez le droit de vous plaindre à juste titre de votre sort, car la science s’est rangée de votre côté !

Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  Radikal  |  27

Quelle agressivité. Cette étude n'a pas pour but de remettre en cause le statut des hommes ni même d'insinuer qu'ils n'endurent aucune souffrance contrairement aux femmes mais seulement de montrer que nos précieuses amies du sexe opposé accusent mensuellement de grandes souffrances, et que c'est un sujet intemporel qui a amplement besoin d'être compris par la plupart.

Par  timathe  |  47

Chez la femme qui a de l’endométriose des cellules vont remonter et migrer via les trompes. Le tissu semblable au tissu endométrial qui se développe hors de l’utérus provoque alors des lésions, des adhérences et des kystes ovariens, (endométriomes) dans les organes colonisés. »

Il faut savoir aussi que ce tissus endométrial peut migrer dans les organes comme les poumons et le cerveau aussi. Et que comme ce sont des tissus « gérés » par les hormones, ils saignent à l’unisson avec l’utérus, où qu’ils soient. Toujours plaisant à savoir...

Commentaires
Répondre
  Radikal  |  27

Quelle agressivité. Cette étude n'a pas pour but de remettre en cause le statut des hommes ni même d'insinuer qu'ils n'endurent aucune souffrance contrairement aux femmes mais seulement de montrer que nos précieuses amies du sexe opposé accusent mensuellement de grandes souffrances, et que c'est un sujet intemporel qui a amplement besoin d'être compris par la plupart.

Répondre
  mcw  |  15

deja quand on se veux insultant on apprend à ecrire sans oublier des mots. deuxiemement tu as raison d employer le mot "c...." plutot que "tete" car tu n as pas l air d en avoir une

Répondre
  Kaa04  |  45

Il a pas l’air d’en avoir tout court. Y’aura toujours des mecs qui se sentent castrés dès qu’une femme prend la parole pour parler d’elle (ou d’elles). Faites pas attention, ça leur passe avec la vie en général...

Répondre
  MiSsASM69  |  22

Je n'ai jamais eu d'attaque cardiaque donc je ne peux pas comparer la douleur, en revanche quand j'étais ado j'avais des crises de spasmophilie quasiment chaque mois. J'étais pâle, tenant à peine sur les jambes, des bouffées de chaleur puis l'instant d'après des frissons, le ventre qui tiraillait dans tous les sens et qui me déclenchait de violentes nausées, vomissements, la seule position qui me calmait un peu c'était en position fœtale. Ma mère me donnait une serviette éponge chaude pour poser sur le ventre afin d'atténuer la douleur. En général ça durait une matinée et l'après midi ça allait mieux. Depuis que j'ai accouché de mon fils il y'a 10 ans ce n'est arrivé que 2 fois.

Répondre
  EmilieT  |  15

Bonjour,

je ne pense pas que ca soit réellement comparable à une crise cardiaque pour la majorité des cas, mais beaucoup restantes vraiment de grosses douleur .
Personnellement depuis ma majorité (environ) je n'ai qu'une journée de règle. C'est extrêmement douleur le matin au réveil, mais notre corps s'habitue . Par contre l'article parle des douleurs (exagérées pour beaucoup) mais pas de tous les autre symptômes. Pendant 3 jours(avant pendant et le lendemain) je souffre de grosses migraines, je fais des crises d'hypoglymécie, j'ai des symptômes identiques à une intoxication alimentaire : vomissements, diarrhé, douleur au moment des repas, brûlure d'estomac..... Le pire pour moi est l'hypoglycémie et les vertiges qui en découlent.
La douleur est quelque chose auquel notre corps s'habitue et d'ailleurs beaucoup de chercheurs pose l'idée que nos douleurs mentruelles sont nécessaires pour préparer notre corps aux douleurs de l'accouchement. C'est comme désensibiliser son corps à une allergie .

Répondre
  Ravennae  |  19

Je suis un peu gênée par ton commentaire. Comment ça des douleurs exagérées ? J'ai la chance de ne pas faire partie des femmes atteintes d'endometriose et pourtant pendant deux jours la douleurs est telle que je ne peux pas me tenir droite même en prenant des antidouleurs. Alors je n'ose pas imaginer ce que ressentent les personnes atteintes mais je doute qu'on puisse parler de douleur exagérées

Répondre
  enjoy13  |  24

avant la pilule c'était 3 jours de douleur atroce. Même sous codéine c'était 3 jours quasi sans manger ni dormir, en position foetale assise, le regard fixe dans le vide. J'avais certainement d'autres symptômes bien chiant mais à côté de cette douleur tout disparaissait.
(C'est très compliqué de décrire un niveau de douleur sans comparaison car clairement j'avais littéralement jamais eu aussi mal de ma vie qu'avant les règles)

Répondre
  EmilieT  |  15

Quand je parle d'exagérées, je parle des hypocondriaques et de celles qui se plaigne pour un rien.
Je me suis fait écraser la jambe par un clarck (1t500) et bah je préfère avoir mes règles pendant 100 jours que je me refasse écraser ma jambe...
Les femmes sont commes les hommes beaucoup se plaignent pour un petit truc. le jour où elle ressentiront une douleur plus intense alors elles pourront vraiment comparer .
je pense également qu'une partie de la douleur est dans la tête, moins on y pense et plus on s'occupe moins on ressent de la douleur .
Je n'ai jamais pris de médicaments contre la douleur et je m'en sors pourtant au réveil j'ai l'impression que l'on m'enfonce des coups dans le ventres . Il faut aussi savoir contrôler ses douleurs, à trop prendre de médocs on habitue pas notre corps... c'est comme pour le système immunitaire plus on prend du chimique plus il est pourri. Après heureusement je n'ai pas d'endométriose car la je pense que je n'aurai d'autre choix que de me choutter aux médocs.

Répondre
  Kalhyra  |  36

Je trouve ça déplacé de votre part de parler de douleurs exagérées et de "tout ça c'est dans la tête" quand vous ne subissez pas vous même les douleurs.
Vous souffrez un peu, donc toutes les filles exagèrent ? Les types d'endométriose sont nombreux, on peut avoir juste une légère douleur à l'utérus, tout comme on peut avoir des douleurs partout et insupportables. On ne peux pas généraliser sur une maladie comme celle ci, car chaque cas est différents. Les atteintes sont différentes, tout le monde n'est pas touché aux même endroits. Vous avez déjà senti vos intestins saigner ? Ou avoir votre utérus collé à la vessie par de l'endomètre ? Les cas les plus graves ont une atteinte aux poumons. Là aussi c'est exagéré comme douleurs ...? Mais alors, qu'en est-il des douleurs en dehors des règles, pourtant liées à l'endométriose ? Quand vous ne pouvez pas avoir de vie sexuelle car les adhérences entre l'utérus et un autre organe ne supportent aucun contact, aucun mouvement sexuel, par exemple ?

Et en plus de la douleur, il y a le corps qui lâche. Le corps qui refuse de vous porter. Non, le corps ne s'habitue pas à la douleur. Ou alors allez dire ça aux filles qui ont attendu 10 ans dans la souffrance que leur endométriose soit reconnue, on verra bien comment vous serez reçu.

Allez faire un tour sur le groupe facebook « Ma vie avec l'endométriose » et vous aurez un aperçu des douleurs supportées par celles qui ont de l'endométriose. Je doute que vous reparliez ensuite de douleurs exagérées ou imaginées.

Répondre
  EmilieT  |  15

apprenez à lire, je n'ai pas dit que les femmes qui sont atteintes d'endométrioses exagérées leur douleur tout comme je n'ai pas dit que la douleur était uniquement dans la tête. vous lisez des mots sans lire les phrases.
et encore cela ce voit que vous ne lisez pas tout, car mes règles sont très douloureuses le matin ;) .
Avant de porter une critique sur un commentaire il serait bon de le lire en entier ;)

Répondre
  Sissy0107  |  3

Après 15 ans de règles mensuelles avec des douleurs à me faire me demander si je ne devrais pas tout faire enlever.. Mon corps n'a pas eu la note de service lui disant de s'habituer..

Tu as de la chance dans ton malheur, car tes symptômes pré menstruel ont beau ne pas être très sympas, tu n'as jamais fait de trous dans un oreiller à force de le mordre de douleur, tu n'as jamais dû choisir entre avoir l'impression de te faire arracher les organes en marchant si tu vas à la salle de bain et te vomir dessus.. Exagérées les douleurs dont on parle dans l'article ? Non, elles sont à la moitié de ce que certaines subissent.

Répondre
  Laura Genet  |  2

alors non la douleur n'es pas dans la tête quand tu te retrouve as 6 de tension avec le samu chez toi c'est pas dans la tête et se n'es pas juste des douleurs de règles, et non le corps ne s'habitue pas as la douleurs quand tu te retrouvera as l'hôpital avec un kyste éclaté que tu te vide de ton sang par voie génital et que les médecin ne savent pas comment arrêté ce "film d'horreur" on en reparlera
#1in10

Répondre
  pluchepluche  |  50

Chaque femme est différente et son corps réagit différemment. j'avais des copines de lycée qui s'évanouissaient sous la douleur, ou avaient le dos complètement bloqué pendant 2 jours.
Mes douleurs, en général, étaient supportables plus ou moins. Je ne comprenais pas toujours que mes copines puissent souffrir autant, je pensais qu'elles exagéraient sûrement. Et puis... un jour la douleur était tellement forte que je suis allée m'allonger un peu, ce qui marche le mieux dans ce cas-là. Mais.. tout à coup j'ai cru qu'on m'arr

Répondre
  pluchepluche  |  50

oups, mauvaise manip.
donc j'ai cru qu'on m’arrachait le ventre, je me sui évanouie à genou devant le lit. Mon beau-père est passé plus tard pour voir comment j'allai il a cru que je dormais dans une drôle de position. je me suis réveillée 1/2 heure plus tard, je ne me souvenais m^me pas d'être rentrée dans ma chambre...
Ma petite soeur (on a 16 ans de différence" a toujours beaucoup souffert dès ses premières règles et les médecins lui ont toujours dit que c'était normal, pas grave... en fait elle avait un infection des trompes qui se réactivaient à chaque période de règles avec vomissements, douleurs comme une appendicite... Il a fallu 6 ans avant que cela soit détecté.

Par  timathe  |  47

Chez la femme qui a de l’endométriose des cellules vont remonter et migrer via les trompes. Le tissu semblable au tissu endométrial qui se développe hors de l’utérus provoque alors des lésions, des adhérences et des kystes ovariens, (endométriomes) dans les organes colonisés. »

Il faut savoir aussi que ce tissus endométrial peut migrer dans les organes comme les poumons et le cerveau aussi. Et que comme ce sont des tissus « gérés » par les hormones, ils saignent à l’unisson avec l’utérus, où qu’ils soient. Toujours plaisant à savoir...

Par  julianepat  |  26

si les hommes pouvaient ne serait ce qu'une fois ressentir cette douleur ils ne critiquerais plus... marre d'entendre des phrases du style "oh c'est bon c'est juste des regles". et oui messieurs c'est très douloureux

Par  Seiri  |  11

Perso' j'ai un dérèglement hormonal donc les règles c'est complètement variable. Par contre la douleur est bien là, genre, je suis un traitement (qui a le même effet qu'une pilule) et pendant mes 8 jours de pause, j'ai des pics de douleurs comme si j'étais menstruée mais en fait non. Joie C:

Par  faizh33760  |  3

personnellement je prie chaque mois pour qu'elles tombent sur un jour de repos.. la douleur est si intense que je suis obligee de rester allongée le premier jour, malgré une bouillotte et des antidouleurs... alors oui ca peut etre extremement douloureux, au point de faire un malaise.

Par  FreeMind  |  24

Pardon mais la douleur des règles est très très TRÈS loin d'atteindre une douleur de contraction d'accouchement, si les contractions étaient si peu douloureuses ce serait un bonheur d'accoucher...
N'importe quoi on a tout entendu alors...
Ça m'est jamais arrivé de pleurer de douleur pendant mes règles contrairement à mon accouchement, les gens à moins de ne l'avoir vécu ne peuvent pas savoir ;) Personne ne peut imaginer une telle douleur à moins d'y être un jour confronté :) !

Répondre
  Kryogen  |  31

Ma femme a préférée accouché de notre bébé de 4.3 kg plutôt (alors qu'elle redoutait ce moment) que d'avoir ses règles à certains moments. Elle a accouché en quelques heures sans trop de problèmes, alors qu'elle s'est déjà évanouie pendant ses règles à cause de la douleur... Chacun voit midi à sa porte, mais ne dénigrez pas les propos des autres.

Répondre
  FreeMind  |  24

Je ne dénigre absolument pas les propos des autres, seulement alors ces femmes ne doivent pas être très nombreuses et je pense que la plus part doivent utiliser ce genre d'expression pour faire part d'une douleur qui ne doit pas en être autant. Quant au commentaire d'Amira, si tu relis bien ma phrase il se trouve écrit que j'ai déjà connu l'accouchement et ses douleurs donc je pense pouvoir poser un avis dessus :) tel qu'il soit.

Répondre
  timathe  |  47

« N’importe quoi on a tout entendu alors », si c’est pas dénigrer ça, c’est quoi?
Dans le même com’ tu dis que personne ne peux imaginer une telle douleur sans y avoir été confronté (en parlant de l’accouchement), en tant que nana qui souffre pendant ses règles et qui a déjà accouché, je te réponds exactement la même chose que toi: personne ne peux imaginer la douleur de quelqu’un d’autre. Réfléchis là dessus.

Répondre
  Kalhyra  |  36

Ne faites pas de votre cas une généralité. Vous ne souffrez pas pendant vos règles ? Mais honnêtement, c'est super pour vous ! Vraiment génial, sans aucune animosité. Mais ce n'est pas le cas d'autres. Avez-vous vraiment lu l'article ? Notamment le paragraphe sur l'endométriose ? Les douleurs pendant les règles sont bien réelles, et ça touche 1 femme sur 10, autrement c'est très répandu. Juste très mal dépisté.

Répondre
  FreeMind  |  24

Soit alors si vous insistez, mais je reste sur mon opinion qu'il faut pas venir comparer une douleur de règles et d'accouchement, ce sont deux douleurs qui sont complètement distinctes.

Par  catala  |  27

J'ai accouché, j'ai eu des coliques néphrétiques... ben, mes règles sont plus douloureuses, et c'est de pire en pire... sans parler de l'hémorragie.
Pour en rajouter, ayant des problèmes au rein, je ne peux même pas prendre d'anti-inflammatoire. Aucun médicament ne fonctionne.
Moi aussi je prie pour que ça tombe pendant le week-end !

Similaires
Chargement…