19

Kirghizistan : le président devra obligatoirement porter son chapeau traditionnel à l’étranger

Par VDM / mercredi 23 janvier 2019 10:00
Illustration - © iStock
Sinon, il prendra des amendes.

Loin de nous l’idée de remettre en cause les traditions et la culture d’un pays. Et encore moins celles du Kirghizstan puisqu’aucun de nous n’y est allé. Par contre, on a quand même été assez surpris par la proposition de loi qui devrait prochainement aboutir dans cet ancien pays soviétique d’Asie Centrale.

Soutenu par une commission parlementaire de dix députés et prochainement présenté devant le parlement, le texte prévoit d’obliger le président du pays à porter l’Ak-Kalpak, le chapeau traditionnel du pays, lors de ses visites diplomatiques à l’étranger. Et s’il ne s’y tient pas, il devra payer des amendes. Après tout, il s’agit d’un symbole national. 

Le plus étonnant dans tout ça, c’est que cette loi est la conséquence d’un défilé de centre commercial dans lequel un chien avait paradé avec le fameux chapeau de feutre. Cet évènement a viré au scandale national et a déclenché dans tout le pays une volonté de redorer l’image du couvre-chef. Et pour cause, à en croire le président d’une association pour la préservation du patrimoine interrogé par l’AFP, l’Ak-Kalpak symbolise “les pics des magnifiques montagnes kirghizes, toujours couverts de neiges éternelles”. Voilà voilà voilà.

Enfin, cette bien belle affaire nous donne l’occasion d’imaginer les plus grands sommets mondiaux si tous les pays passaient des lois similaires. Imaginez un G20 où Emmanuel Macron se pointerait en bonnet phrygien et saluerait Angela Merkel dans son magnifique Dirndl bavarois. Ensemble, ils iraient ensuite diner avec un Vladimir Poutine affublé d’une tenue cosaque et d’une Theresa May parée de l’uniforme des Welsh Guards.

L’ensemble aurait quand même une autre gueule que toutes ces foules de costumes et de tailleurs ultra stricts, non ? Qu’en dites-vous, on soulève la question des tenues traditionnelles pendant le Grand Débat national ? Nous, on est chauds. 

On sait bien que tu as encore 5 minutes !
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  Epitome  |  20

Tous les Kirghizes portent ce chapeau. l’Ak-Kalpak est plus qu'un symbole national, il est au même niveau que le drapeau et l'hymne national Kirghiz. C'est une fierté pour eux.
La disparition des tenues traditionelles dans nos pays occenditaux est directement lié à la disparition de la ruralité et de l'isolement des campagnes. Et nous les portons qu'à certaines rares occasions festives.
La tenue traditionnelle est chargée d'un puissant symbolisme et elle préserve une partie de l'histoire et du patrimoine.
Et si les représentants du peuple Kirghiz estiment que c'est important pour le Président de le porter, nous n'avons pas le droit de juger.

Commentaires
Répondre
  GrrendeL  |  27

Vu qu'ils sont ukrainiens un peu quand même. C'est comme écrire que les gardians sont pas français.
Il serait plus logique qu'il porte un costume de boyard avec une barbe qu'en tatar lapon ou cosaque il me semble.

Par  Epitome  |  20

Tous les Kirghizes portent ce chapeau. l’Ak-Kalpak est plus qu'un symbole national, il est au même niveau que le drapeau et l'hymne national Kirghiz. C'est une fierté pour eux.
La disparition des tenues traditionelles dans nos pays occenditaux est directement lié à la disparition de la ruralité et de l'isolement des campagnes. Et nous les portons qu'à certaines rares occasions festives.
La tenue traditionnelle est chargée d'un puissant symbolisme et elle préserve une partie de l'histoire et du patrimoine.
Et si les représentants du peuple Kirghiz estiment que c'est important pour le Président de le porter, nous n'avons pas le droit de juger.

Répondre
  chapelle16  |  62

C'est tout à fait vrai ceci dit personne ne juge, l'article dit simplement que ce qui est étonnant c'est d'avoir fait une loi qui oblige le président à le porter sous peine d'amende, fin c'est comme ça que je l'ai lu.

Répondre
  Vieuxmachin  |  15

Il vient plutôt d'une ignorance au départ.
Et puis après la découverte, l'étonnement disparaît et c'est là qu'apparaît, ou non, un jugement.
Faut pas être têtu, considérons que je n'ai rien écrit.
Je préfère ça que d'écrire deux fois la même chose de deux façons différentes.

Répondre
  Epitome  |  20

La notion d’étonnement implique l’existence d’un jugement préalable dans l’esprit de la personne étonnée. Pour être étonné, ne faut-il pas avoir une idée erronée de l’objet donné ? L’étonnement est donc un signe de jugement.

Répondre
  Kaa04  |  45

Je juge probablement mais si j’étais chef d’état je l’inviterais officiellement dans une ville où y’a beaucoup de vent juste pour se marrer à le voir courir après toutes les 5 minutes.
La belle amitié franco-khirghise de Montpellier ce serait fun.

Répondre
  kwalish  |  61

"La notion d’étonnement implique l’existence d’un jugement préalable dans l’esprit de la personne étonnée"
On peut aussi ne pas avoir d'idée préconçue sur le sujet et dans ce cas ça n'est pas un jugement mais un étonnement "enfantin", presqu’un émerveillement. On reconnaît la nature non habituelle de la chose sans forcement y attribuer un jugement de valeur.
En l’occurrence, je n'avais aucune idée de l'existence des Kirghizes et de leur attachement à leur chapeau traditionnel, j'en suis étonné, surpris, je le respecte mais je n'ai pas d'opinion tranchée à ce sujet non plus et porter un jugement c'est ça: donner une opinion par rapport à une référence, des valeurs.

Répondre
  chapelle16  |  62

Loin de moi l'idée de vouloir départager qui que ce soit, qui suis je pour ça, mais kwalish et toi avez tous deux raison : un jour j'ai vu un papillon de nuit avec des couleurs très vives et je m'en suis étonnée (Dans le sens de émerveillée ) car ce n'était pas habituel chez ce genre de bestiole. C'est une autre forme d'étonnement (pour le coup sans jugement ) que celle que tu évoques.

Répondre
  Epitome  |  20

Il y a l'étonnement et étonnement.
Y'a l'étonnement qui t'étonne : tu vois un truc qui t'étonne : et tu es étonnée. Et il y a l'étonnement : tu vois un truc qui t'étonne : et tu es étonnée. Mais pas de la même façon.
Après si ça acétone c'est que c'est trop chimique.
Pour être sérieux, oui, il existe plusieurs formes d'étonnement. L’étonnement est un effet de surprise caractérisé par l’inattendu, l’imprévu. Cette notion renvoie à la stupéfaction, Quand nous voyageons pour découvrir d’autres civilisations, nous sommes souvent surpris de constater que des hommes et femmes ne vivent pas selon nos représentations. Cet étonnement s’explique par le fait qu’on rapporte le monde à soi et qu'on réduit le monde à sa vision.
L’étonnement, dans ce cas précis, est une déficience de notre faculté de connaître et de comprendre.

Répondre
  kwalish  |  61

¨L’étonnement, dans ce cas précis, est une déficience de notre faculté de connaître et de comprendre.¨
Très intéressant, toutefois j'ai un peu de mal avec cette dernière phrase. Je passe sur le ´connaître´ car pour moi ça n'est pas une faculté mais un acquis, une somme d'expériences, par contre un défaut de compréhension?

Je vous renvoie aux définitions du littré, pour faire court: l’étonnement est un ébranlement au sens propre ou figuré (ébranlement moral), une ¨Sensation morale causée par quelque chose d'extraordinaire, de singulier, d'inattendu.¨ ou ¨Être ravi d'étonnement¨(admiration).

Une note très intéressante sur la différence surprise/étonnement que je vous copie ici:
¨ÉTONNEMENT, SURPRISE. La surprise est ce qui saisit à l'improviste ; l'étonnement est ce qui étourdit, cause un ébranlement moral. Par conséquent, la surprise est plus faible que l'étonnement ; on peut être surpris sans être étonné. La surprise est aussi autre chose que l'étonnement ; être surpris, c'est voir ce à quoi on ne s'attendait pas ; être étonné, c'est en recevoir un certain coup qui arrête et ébranle.¨

L’étonnement, si on écarte le sens propre, est donc seulement une sensation, et sa cause n'est pas forcement due à un manque de compréhension, au contraire, ça peut-être une illumination, une sorte de flash moral, mystique, en d'autres termes: un excès de compréhension ;)

Répondre
  Epitome  |  20

La surprise et l'étonnement sont deux notions bien différentes dans la réfléxion philosophique.
Au contraire de la surprise, et tu le montres, l'analyse sémantique dit, que l'étonnement renvoie à la notion de stupéfaction; qui empêche toute réaction. Or la stupéfaction est très proche de la stupeur. En latin, la stupeur se dit stupidus, ce qui signifie stupide. Est stupide quiconque est dépourvue d'intelligence. D'où le problème du jugement.

Répondre
  kwalish  |  61

C'est fou comme je tique sur la fin de tes commentaire à chaque fois, je me dis: "Ah voilà un commentaire bien écrit et qui résume bien ma pensée et paf, le détail qui tue!", mais ça reste un plaisir de te lire :)

Enfin bref, les points qui me font tiquer, pour être explicite:
A. association étonnement->jugement ("nous n'avons pas le droit de juger. ")
B. (lié à A) associer l’étonnement avec une absence de connaissance /intelligence(¨L’étonnement, dans ce cas précis, est une déficience de notre faculté de connaître et de comprendre.¨)

Et en fait je pense que pour les deux on a pas la même définition de "jugement", je retourne au littré pour jugement:
8. Approbation ou condamnation.
9.Faculté de l'entendement qui saisit les rapports entre les idées, qui apprécie sainement les choses.

Pour moi, quand tu parles de juger (A) tu fais référence a la définition 8, mais peut-être que tu parles de 9?
Et pour B, je pense que tu veux dire, corrige moi si me trompe, qu'on réagit par rapport à son expérience, son vécu, sa culture, son éducation et c'est ce qui conditionne notre étonnement (et je suis d'accord avec ça, juste que je ne vois pas le jugement ici).
Le dernier lien entre stupidus et intelligence est aussi un peu bizarre, rester stupide c'est rester stupéfait, paralysé (comme tu le dis) et ça fait plus appel au cerveau reptilien qu'à une faculté de raisonnement en principe.