Ils vont au musée… et découvrent des poulets brûlés vifs « au nom de l’art » : les défenseurs de la cause animale s’indignent

Celles et ceux qui étaient récemment de passage au musée d’art contemporain de Lyon ont assisté à un bien curieux spectacle. Un artiste a exposé une œuvre qui met en scène des poulets brûlés vifs. De quoi enrager les défenseurs des animaux.

Avez-vous déjà assisté à une exposition d’art contemporain ? Si oui, avez-vous déjà ressenti un léger flottement ? Une certaine incompréhension ? C’est sans doute normal. Mais dans le cas présent, le « spectacle » est non seulement énigmatique, mais il a de quoi interroger notre bon sens.

Adel Abdessemed, artiste plasticien contemporain, connu notamment pour être à l’origine de la statue du coup de tête de Zidane à Materazzi en finale de la Coupe du monde en 2006, a inauguré l’exposition Adel Abdessemed, L'antidote au Musée d’art contemporain (MAC) de Lyon le 8 mars dernier. L’une des œuvres vidéo de l’exposition en question, intitulée « Printemps », met en scène des poulets alignés contre un mur, pendus par les pattes, en train de brûler vifs. Une sorte d'allégorie de toutes les violences, notamment celles des animaux, qui soulève de nombreuses interrogations.

Peut-on tout se permettre au nom de l’art ?


Pourquoi des poulets brûlés vifs ? Pourquoi les représenter vivants ? Pourquoi user de cruauté pour dénoncer la cruauté ? Peut-on tout se permettre au nom de l’art ? Tant de questions se bousculent. Et forcément, vous l’aurez deviné, les associations de défense des animaux sont montées au créneau suite à une vidéo de l’œuvre postée sur Twitter jeudi dernier.

Attention, âmes sensibles, s’abstenir. 


Suite aux nombreux commentaires et à l’indignation générale, le musée a été sommé de s’expliquer sur ce choix curieux à travers un communiqué officiel où il prend très clairement la défense de l’artiste : « Cette œuvre vidéo a été réalisée avec une équipe de techniciens créateurs d'effets spéciaux, qui utilisent couramment ce produit pour créer des effets de flammes sans danger. […] les animaux n'ont été soumis à cet effet de flammes que pendant 3 secondes et sous le contrôle strict des techniciens et de l'artiste pour éviter toute souffrance. »


« Ceci n'est pas de l'art. C'est de la cruauté »


Toujours selon le communiqué, les procédés utilisés ont été tournés en boucle pour créer un effet « dramatique » et tout serait bien entendu faux, le but étant de faire réagir celles et ceux qui regardent l’œuvre.

Pourtant, l’association Peta campe sur ses positions : « Ceci n'est pas de l'art. C'est de la cruauté » déclare-t-elle sur Twitter. Au Parisien, l’association s’explique davantage : « Les poulets exploités dans la « performance » d’Adel Abdessemed ont été suspendus à l’envers par des crochets, exhibés à des spectateurs et confrontés à la présence de flammes sur leur corps – une expérience terrifiante et traumatisante pour ces êtres sensibles et intelligents. »

La Fondation Brigitte Bardot a elle aussi tenu à réagir à la polémique : « Des poulets brûlés vifs, est-ce de l'art ? Il est urgent d'arrêter d'accepter n'importe quoi et justifier la cruauté au nom de l'art, la tradition, la culture ou la religion... La barbarie doit être abolie sous toutes ses formes ! » déclare-t-elle sur Twitter.

Toujours selon le Parisien, le musée ne compte pas retirer l’œuvre pour le moment, qui doit être exposée jusqu’au 8 juillet prochain.

Par VDM / mardi 13 mars 2018 15:19 / France
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  pigwi  |  23

Euuuuh déjà comme tu le dis c'est une toile,et le peintre n'a pas massacré des gens pour avoir le modèle de sa peinture...
Et ici il y a effets spéciaux juste pour la durée de la vidéo, les poulets ont tout de même bien été brûlés

COMMENTS
Répondre
  dgpx  |  30

tu te fait pendre par les pieds et passer au chalumeau sans être prévenue et tu nous dira si c'est une expérience artistique interressante. parce que je doute fort qu'on ait expliqué aux poulets que c'était pour rire qu'on les pendait et cramait.

Par  souris67  |  35

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  pigwi  |  23

Euuuuh déjà comme tu le dis c'est une toile,et le peintre n'a pas massacré des gens pour avoir le modèle de sa peinture...
Et ici il y a effets spéciaux juste pour la durée de la vidéo, les poulets ont tout de même bien été brûlés

Par  Sterla  |  26

J’adore les commentaires de ceux qui cherchent une excuse à ce taré. En fait vous êtes comme lui. L’humanité est perdue.

Par  mcw  |  15

Au delà du fait que ce soit ignoble pour ces animaux (avec ou sans "effet speciaux"), ignoble à regarder, faut quand meme etre un grand taré pour avoir ei cette idée... et bien d autres tarés pour accepter d exposer ca. le monde va mal.

Par  MadameDodue  |  63

Je ne cautionne pas du tout la méthode (comme dit plus haut, même avec de fausses flammes ils ont eu le temps d'avoir eu peur, et ils étaient suspendus par les pattes de toutes façons). En revanche les gens s'insurgent de cette cruauté, mais la plupart oublie comment ça se passe dans les abattoirs quand il s'agit de manger du poulet. Grosso modo ils sont suspendus par les pattes, l'étourdissage est foiré une fois sur deux, certains sont donc encore conscients quand ils sont ébouillantés puis plumés. Alors évidemment, c'est stupide de malmener des animaux pour dénoncer la maltraitance animale. Mais CERTAINS commentaires me font penser aux personnes qui accusent le miroir dans le rouge et le noir. Vous savez, ce miroir qui est tourné vers la route et qui est accusé de montrer la boue. Sauf que là le miroir vous montre les abattoirs, entre autres. Personnellement c'est le genre de truc qui a fait que je me suis beaucoup remise en question niveau mode de consommation (pas seulement niveau viande, ça marche aussi pour les articles fabriqués par des gosses entassés dans un entrepôt). Je n'essaie pas de me faire mousser (genre je suis tellement mieux que vous depuis ma prise de conscience), j'ai comme tout le monde mes moments d'égoïsme qui font passer mon plaisir avant le bien-être de ce qui est à l'origine de ce que je consomme. Simplement il faut arrêter d'accuser les miroirs, et assumer le fait que le problème c'est nous et pas quelqu'un d'autre.

Répondre
  Sterla  |  26

Ouais nan mais au bout d’un moment c’est pas parce que d’autres horreurs existent comme celles des abattoirs, que celle ci paraît moins grave ou qu’elle est plus excusable !

Répondre
  MadameDodue  |  63

A quel moment ai-je écrit que c'était moins grave ou excusable ? J'ai écrit à plusieurs reprises que je ne cautionne pas son "œuvre" et que je trouve que la méthode stupide. Ça semble assez évident que je ne trouve pas ça excusable ou moins grave. Le truc c'est que comme Scott disait plus haut, les gens aiment dire du mal des autres. J'ajouterais qu'ils aiment regarder vers le bas pour se sentir grands, ils aiment critiquer pour se sentir meilleurs. Je pense qu'on ferait mieux de regarder vers le haut et se dire qu'on a encore du chemin à parcourir. On ferait mieux de se remettre en question plus souvent, au lieu de chercher qui fait pire pour ne pas avoir à se justifier. Montrer du doigt cet "artiste" et lui jeter la pierre c'est une chose, mais le faire tout en mangeant son poulet avec des œillères, c'est de l'hypocrisie.