44

Elle tourne un film porno et perd son boulot !

Par Anonyme / mercredi 17 janvier 2018 10:30
En février, une audience pas comme les autres se déroulera aux prud’hommes de la ville de Bourges. Pourquoi ? Oh, trois fois rien, juste une employée qui se fait virer pour la plus hilare des raisons : avoir tourné un film X. Attention, c’est chaud bouillant…

En 2015, Sabrina C. s’autorise un petit plaisir : tourner une vidéo pornographique. Le problème, c'est que Sabrina travaillait à l’époque pour une association berruyère de services aux personnes. Et lorsqu’on travaille quelque part, tourner une vidéo porno ne passe pas forcément bien.


En 2016, l’entreprise de Sabrina s’est bien évidemment rendu compte de la double activité « pas très catholique » de son employée et a décidé de la licencier. Selon le Berry Républicain, Sabrina regretterait profondément son geste : « C’était la première et la dernière fois. Cette expérience m’a coûté cher. » On imagine bien, oui, puisque son boulot a sauté ! (on parle du boulot hein, pas d’autre chose… bande de coquins !).

Sabrina, le symbole même de la générosité, a mis en ligne sa vidéo (croustillante) gratuite et consultée par plus de 3 millions d’internautes coquins (on parie que vous allez arrêter de lire cet article et foncer regarder la vidéo en question, bande de chauds lapins !). Et bien évidemment, ladite vidéo est arrivée jusqu’au bureau de son patron (on ne veut pas savoir comment ni pourquoi). Sabrina a donc perdu son job d’aide à domicile, qu’elle occupait en CDI ! Mamiiiiiiiie ? Regarde ce que Sabrina fait de son temps libre !

Voici un extrait de la lettre de licenciement écrite par le président d'"Aider la vie", entreprise pour laquelle travaillait Sabrina : « Vous avez porté atteinte à l’image de vos collègues, et à celle de l’association, tant pour ce qui concerne le service que la structure, dont l’image et la réputation se trouvent ainsi ternies (...). »

Sabrina a décidé, en guise de riposte, d’attaquer aux prud’hommes ce licenciement qu’elle juge abusif. « Je n’ai rien fait de mal. On m’a mis à la porte alors que ce film, j’y ai participé un dimanche, sur mon temps personnel. » Oh bah si c'est le jour du Seigneur, alors ça va... coquinette !


Verdict en février !

Et vous, qu'en pensez-vous ? 

Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  Elbarto  |  20

Je pense qu'elle a raison, et j'espère que les prud'hommes vont reconnaitre le caractère abusif de son licenciement. Parce que si ce n'est pas le cas, ça ouvrira des perspectives dangereuses, votre entreprise pourra décider de vous licencier dès lors qu'une de vos activités lui déplaira.

Dans la mesure où elle n'a pas fait cette vidéo pendant ses heures ou sur son lieu de travail, et que son entreprise n'est impliquée en aucune manière, je ne vois pas de quel droit elle peut décider que cela porte atteinte à son image, surtout qu'il ne s'agissait pas d'une activité illégale.

Par  ChatLuMots  |  5

A ce rythme là, bientôt se seront les Patrons de boites qui vont nous dicter nos loisirs....Je suis navré mais que l'on adhère ou pas à l'univers du porno, cette femme n'avait pas à être virée de son poste, vu qu'elle a fait "cela" en-dehors de ses heures de travail et de son "lieu" de travail' et sans que le nom de sa boite ne soi cité.

Cette femme est libre de faire ce qu'elle veut de son temps libre, que son ex patron le veuille ou pas, tant que cela ne nuit pas à l'image de son entreprise et de par ce fait, il n'avait aucun motif réel et sérieux pour la licencier.

J'espère que les Prud'hommes vont lui donner raison et que son ex patron soi dans l'obligation soit de la réintégrer, soit de la dédommager comme il se doit.

Commentaires
Par  Elbarto  |  20

Je pense qu'elle a raison, et j'espère que les prud'hommes vont reconnaitre le caractère abusif de son licenciement. Parce que si ce n'est pas le cas, ça ouvrira des perspectives dangereuses, votre entreprise pourra décider de vous licencier dès lors qu'une de vos activités lui déplaira.

Dans la mesure où elle n'a pas fait cette vidéo pendant ses heures ou sur son lieu de travail, et que son entreprise n'est impliquée en aucune manière, je ne vois pas de quel droit elle peut décider que cela porte atteinte à son image, surtout qu'il ne s'agissait pas d'une activité illégale.

Répondre
  AlcorBo  |  56

Oui elle va gagner il y a déjà de la jurisprudence abondante sur le sujet : un employeur n'a pas à se préoccuper de la "moralité" de ses salariés.
Par ailleurs je dis ça je dis rien mais si j'étais le président de cette association j'irais faire un tour dans l'historique du PC du directeur !!

Par  Eugen Lng  |  13

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  Elbarto  |  20

Bah désolé, mais une entreprise n'a pas à juger de la moralité de ses employés, c'est une dérive dangereuse. En plus, on ne parle pas de contribuer à l'industrie du porno, là, il s'agit à l'évidence d'un petit tournage amateur. Si c'est son trip d'avoir envie de faire ça, son entreprise n'a rien à dire. Sinon ça sera quoi la prochaine fois ? Un employé qui distribue des tracts pour la paroisse de sa ville, son patron anti-clérical décide que ça lui convient pas et le vire ?

Répondre
  Eugen Lng  |  13

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  Eugen Lng  |  13

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  ChatLuMots  |  5

Vous racontez n'importe quoi. Comment voulez-vous que les personnes dont elle a "la charge", puissent tomber en plein tournage de son film porno, puisque je présume qu'elle a dù le faire soit chez elle, soit au sein d'une chambre d'hôtel !!! Un peu de bon sens, merde ! Que vous soyez contre le porno est une chose, dénigrer en est une autre. Perso, le porno n'est absolument pas ma came, je préfère est de loin l'érotisme, mais je ne vais pas pour autant enfoncer cette femme du fait qu'elle a un loisir qui va à l'encontre de mes convictions. Tant que cela est fait entres adultes consentants, je n'ai absolument rien à y redire, que ça me plaise ou pas.

Répondre
  honeyaddict  |  30

En fait Eugen Lng, si je te comprends, à part ta vie professionnelle tu ne vis pas, tu ne fais rien, t'as peur que ton patron te mette à l'amende si tu bois 1 verre de trop ? Sérieusement atterri et revient dans le vrai monde et la vraie vie. On travaille pour vivre, on ne vit pas pour travailler. De toute façon, le licenciement sera jugé sans cause réelle et sérieuse, c'est sa vie privée, en aucun cas l'employeur ne peut s'en servir. Au pire, retourne dans ton monastère si vraiment les libertés te gênent.

Répondre

On comprend bien votre point de vue:

Une personne qui fait du porno a peu de respect pour elle même de base, ou possède de sevère lacune d'éducation, surtout si c'est une fille vu la place qu'elle ont la dedans.

Sauf que quel que soit ce que la personne a fait qui compte mais ce qu'en dit la loi, avec des personnes telles que vous on aura bientôt droit à des licenciements car la personne a posté une photo d'elle en train de boire un verre, de faire une prière, de danser, etc. En gros juste à faire quelque chose qui déplaît à votre patron (ou si ça se trouve à sa femme qui est tombée sur la vidéo pendant qu'il se faisait plaisir dessus et lui a intimé l'ordre de "virer cette pute" dans la seconde ^^)

Répondre
  Elbarto  |  20

Eugen lng, on a bien compris que tu désapprouvais, mais ce que tu penses de la moralité d'une personne ne te donne pas le droit de la virer pour ça, et j'ai envie de dire Heureusement !

Qu'elle ait ou non du respect pour elle même (et encore, il ne s'agit là que d'un jugement à l'emporte-pièce) et ce que tu peux en penser n'est pas une raison valable pour licencier quelqu'un en France.

Répondre
  Eugen Lng  |  13

Je n'ai a aucun moment dit que le licenciement était justifité voyons, j'ai simplement émis l'hypothèse qu'il faudrait aussi se mettre à la place du patron au lieu de l'incendier violemment car il est contre notre décadence/progressisme sociétal

Répondre
  Haythan  |  12

J'voulais ajouter à toute cette suite: on n'est pas notre entreprise. On travaille à la rigueur pour elle, mais ce que l'on fait de notre temps libre ne peut en aucun cas et n'a aucune raison d'impacter sur la sacrosainte "image d'entreprise", et donc n'a strictement aucune raison valable de conduire à un licenciement, quand bien même par exemple il s'agit d'un scatophile qui s'adonne à sa passion en privé, ou bien d'une personne tournant un film porno. C'est pas dans le cadre de l'entreprise? Non? Alors ça n'a rien à y faire.

Répondre
  Guaruda  |  11

Ouah ton argument de "et beaucoup de personnes pensent comme moi" tu pense sincèrement qu'il a une quelconque valeur? Genre parce que beaucoup de monde ont pensé que la Terre était plate, c'était donc vrai?
Et sinon admettons que plutôt que faire une vidéo porno elle soit inscrite sur un site libertin ou qu'elle fréquente des clubs libertins, là aussi c'est une raison de la licencier? Tu répondrais surement oui, mais tu te tromperais pour le coup (et beaucoup de personne pense comme moi, ahahah). Comme dit moult fois dans plein d'autre commentaire, tant que aucune référence n'est faite dans la vidéo, le licenciement est abusif, après si le tournage c'est fait sur le lieu de travail ou qu'une référence y est faite ça change tout pour le coup, mais c'est pas le cas. (cherche un peu quelques articles en parlent, libre à toi de chercher la vidéo aussi)

Répondre
  MrDusse  |  16

Et si un employé pratique "un peu trop" d'activités à risques pendant son temps libre (comme le motocyclisme, le ski, le vol à voile ou autres), on va aussi le virer juste car il risque de se blesser et donc d'être indisponible ??

Par  Petitsuisse00  |  17

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Par  Amy-Stitch  |  23

Non mais c'est quoi ces jugements là? Vous ne faites pas l'amour vous? Tant qu'elle n'est pas forcée à tourner un porno y'a pas de soucis, ça ne fait pas d'elle une salope plus que vous quand vous vous faites troncher dans le cadre privé.
Et son employeur n'a rien à dire, tant c'est pas tourné sur le lieu de travail, ou en habits de travail. J'espère qu'in lui donnera raison a cette femme!

Répondre
  Eugen Lng  |  13

Oui on fait l'amour, avec une personne qu'on aime dans le cadre privé sans s'exposer.

Tu compares l'incomparable. Faire l'amour avec quelqu'un et se faire jouir dessus devant une caméra par un mec a qui t'as parlé 2 fois c'est pas la même chose. Le porno n'as rien à voir avec la realité.

Répondre
  Vardens  |  13

Une personne qui se filme en train de se faire troncher et publie ça gratuitement pour que tout le monde la voit, elle et son cul, c'est pas une salope ? Ah, faudra que je révise mes bases.

Par  ChatLuMots  |  5

A ce rythme là, bientôt se seront les Patrons de boites qui vont nous dicter nos loisirs....Je suis navré mais que l'on adhère ou pas à l'univers du porno, cette femme n'avait pas à être virée de son poste, vu qu'elle a fait "cela" en-dehors de ses heures de travail et de son "lieu" de travail' et sans que le nom de sa boite ne soi cité.

Cette femme est libre de faire ce qu'elle veut de son temps libre, que son ex patron le veuille ou pas, tant que cela ne nuit pas à l'image de son entreprise et de par ce fait, il n'avait aucun motif réel et sérieux pour la licencier.

J'espère que les Prud'hommes vont lui donner raison et que son ex patron soi dans l'obligation soit de la réintégrer, soit de la dédommager comme il se doit.

Par  Lola Reve  |  8

Si c'était un mec qui aurait fait ça l'employeur l'aurai gardé puisque c'est un mec mais la c'est une femme donc la femme doit rester dans rythme quotidien maison boulot dodo et moi je dis non la femme a le droit de s'exprimer ailleurs que son cocon.

Similaires
Chargement…