18

Cette PDG a dû se teindre les cheveux en brun pour être « prise au sérieux » : courage, les filles...

Par VDM / mardi 19 septembre 2017 09:30
Votre collègue vous fait une blague sexiste, mais vous ne dites rien, c’était « pour rire ». La bienséance vous souffle dans l'oreillette que vous risquez de passer pour une rabat joie si vous manifestez ouvertement votre agacement pourtant légitime. Et non, vous n’êtes pas seule à vivre cette VDM quotidienne qui a assez duré.

Vous connaissez le sexisme ordinaire, cette attitude qui consiste à stéréotyper la représentation des femmes dans la société par des gestes, des comportements et des mots qui les rabaissent et les humilient ?

Eileen Carey, brillante PDG d’une société spécialisée dans la création de logiciels à la Silicon Valley, en a fait la triste expérience : la mort dans l'âme, elle a finalement craqué sous le poids des injonctions exprimées à l’attention… de ses cheveux. Oui, ses cheveux.

Il fut un temps où notre société imposait aux femmes de rester à la maison pour veiller à l’éducation des enfants et s’appliquer aux tâches ménagères. Quelques années plus tard, grâce au travail fantastique d’une poignée de brillantes féministes, nous pouvons, à l’instar des hommes, faire nos propres choix et mener notre vie comme bon nous semble.

Malheureusement, un petit bond dans le temps ne suffit pas à effacer des relents sexistes vieux de plusieurs milliers d’années. 

Lorsqu’une femme clame haut et fort son envie d’entreprendre, elle s’expose à un nauséabond combo habituel de critiques proférées à l’égard de son horloge biologique, de sa vie de famille, de ses responsabilités. Pendant des siècles, la valeur des femmes dépendait de leur apparence seule. Difficile, pour une société patriarcale largement dominée par les hommes, de se défaire de ces stéréotypes et d’accorder du crédit aux femmes, qu’importe leur choix.

Eileen Carey fait partie de ces femmes fortes et ambitieuses, qui n’ont rien à envier à qui que ce soit. Cette femme accomplie, dirigeante de la société Glassbreakers, spécialisée dans la création de logiciels à la Silicon Valley, a récemment livré un témoignage consternant à BBC news dans le cadre de la série 100 Women (« 100 femmes » en Anglais), une rubrique consacrée aux femmes et aux problèmes auxquels celles-ci doivent faire face dans le monde professionnel.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ses révélations nous ont un peu foutu les boules. La trentenaire, qui jusqu’alors arborait de longs cheveux blonds, a avoué que l’une de ses collaboratrices lui avait fortement conseillé de se teindre les cheveux en brun. La raison ? « On accorde plus de crédit aux femmes PDG qui ont les cheveux bruns » selon la fameuse collaboratrice. Tout. Va. Bien.


Et le plus triste, dans tout ça, c’est que ce récit ne nous étonne même pas. Il nous rappelle simplement à quel point les femmes sont pointées du doigt dans l’espace public pour de simples futilités. De « l’indécence » supposée d’une tenue portée par la présentatrice du JT au choix d’une robe choisie par une ancienne ministre qui lui vaut des « sifflements » par ses confrères à l'Assemblée Nationale, en passant par les « jupes trop courtes » portées par la Première Dame de France, les excuses ne manquent pas pour discréditer celles qui font le choix d’être elles-mêmes. Et donc, la blondeur semble également être une erreur.

Le témoignage, publié sur Huffington Post UK, a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. Et d’autres femmes ont également livré leurs impressions et leur expérience. Et c’est pas beau à entendre. Helen Wollaston, directrice générale de la société WISE, fait part de son mécontentement : « ll y a des femmes brillantes, des femmes aux cheveux châtains, bruns, blonds. Leur donner une meilleure représentation dans les médias, les entreprises, les écoles et les universités, aide à changer les perceptions, mais les vieux stéréotypes persistent ».

Selon la directrice, le problème réside dans la petite minorité des femmes présentes dans le secteur de l’informatique. Si elles avaient la possibilité de se distinguer davantage, elles seraient enfin jugées pour leurs compétences. Et ce serait génial, en fait.

La bataille n’est pas gagnée, mais on finira par y arriver.

Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  Ofo  |  27

Il est important de savoir que les femmes aussi, sont éduquées dans un monde sexiste. Il y a eu des femmes contre le droit de vote des femmes, contre le droit de travailler, contre le divorce... Les femmes entre elles sont en concurrence, se traitent de tous les noms, et s'incitent mutuellement à rester "à leur place' (facile à voir dès qu'une femme à une sexualité, c'est une pute, dès qu'elle est cheffe d'entreprise, elle 'sacrifie' sa famille)... Les postes à pouvoir et à influence sont accessibles aux hommes, et les postes en mi-temps, plutôt réservés aux femmes. C'est pas la fautes des hommes, ni celles des femmes, mais du système qu'il faut remettre en question.

Commentaires
Répondre
  Ofo  |  27

Assez simpliste comme réflexion, si tu te rendais compte que tu avais aucun pouvoir, aucun leadership sur tes employés alors que tu as un charisme normal, et qu'on te disait que le sexisme est tellement incrusté dans nos cerveaux que la couleur de tes cheveux joue un rôle et te fait passer pour la "cruche de service", peut être que tu tenterais (rien que pour voir si c'est vrai). La PDG n'a pas mis sa vie en danger, elle a changé son esthétique, comme certains mettent des costumes chers, rasent leur barbe ou évitent l'embonpoint ..

Répondre

Nul besoin d'être blond, de beau vêtement, de barbe ou de je ne sais quel artifice pour exercer une autorité. Quand on a le pouvoir, on l'utilise..je n'ai jamais eu besoin d'avoir l'air d'un mannequin pour gérer mon équipe. Et en plus de diriger, Il m'est arrivé de former en même temps...je serais toujours le boss, que je sois en short et en tongs ou dans mon costume sur mesure. si on est trop faible pour se faire respecter, c'est que l'on est pas fait pour commander...une coiffure et une paire de louboutin n'y changerons rien. Dans le monde du travail, Il n'y a que des agneaux et des loups.

Répondre
  MadameDodue  |  45

Le souci Scott c'est qu'il y a encore de gros blaireaux machos qui vont décréter que "c'est une gonzesse, j'y obéit pas à la pouffiasse, chuis un homme un vrai moi". Le genre que tu peux licencier, faut le mettre dehors de force et encore, il va trouver le moyen de dire que "la pouf c'est une faible, elle a dû demander à des mecs de me sortir". Après c'est sur que la couleur de cheveux va pas changer grand chose face à des cons pareils.

Répondre

@madame...y'a pourtant pas d'autres solutions. Faut pas se laisser faire, et prouver par A+B ce que l'on vaut..pas en faisant la belle ( comme certaines ), mais en étant efficace..y'a que des fous qui vous feraient des histoires pour votre couleur de cheveux, alors que vous êtes leur meilleur élément...mais attention,il y a un piège. Il faut se faire respecter tout en maintenant un bon degré de sympathie. On obtient bien plus de résultat avec le sourire et en étant aimé de son équipe que par la pression et la tyrannie..j'ai moi même beaucoup de difficultés à travailler pour des femmes,car j'ai de nombreuses expériences de patronnes étant irrationnelement autoritaires et désagréables..alors que les plus beaux moments de ma carrière était sous les ordres d'une femme, j'ai toujours eu le plus grand mal à retrouver ce genre de perle à nouveau...

Par  KingRCT3  |  30

"Difficile, pour une société patriarcale largement dominée par les hommes" Alors je veux bien que beaucoup de grands patrons, de politiques, "d'élites" soient encore des hommes, mais je suis désolé, la population est quasiment à 50/50, donc faut arrêter avec la société patriarcale machin... Une amie m'a même fait cette réflexion un jour, très judicieuse : Le domaine de la petite enfance et de l'éducation, lui, est encore très dominé par les femmes. Donc voilà, maintenant faut se poser des questions à savoir qui est le plus influant sur la société. Ce que je veux dire, c'est que le sexisme envers les femmes existe et c'est un vrai problème, comme en témoigne cet article (ou pas, enfin y'a de vrais cas quoi). Cependant, je trouve qu'on ferrait une réelle avancée si on admettait que le problème vient autant des hommes que des femmes.

Répondre
  euRi  |  32

Cecit dit, le sexisme existe aussi dans l'autre sens. Mon frère est diplômé en tant que "sage-femme". Mais n'a jamais trouvé un seul boulot dans ce milieu. Il a tenté de devenir Nounou. Idem. Il adore les gamins. S'en occupe très bien. Très patient. Je suis une femme qui ne supporte pas les gosses, et je suis extrêmement impatiente avec eux. Mais à choisir entre lui et moi qui ne suis aucunement qualifiée, je suis certaine qu'on m'embaucherait à sa place...

Répondre
  Ofo  |  27

Il est important de savoir que les femmes aussi, sont éduquées dans un monde sexiste. Il y a eu des femmes contre le droit de vote des femmes, contre le droit de travailler, contre le divorce... Les femmes entre elles sont en concurrence, se traitent de tous les noms, et s'incitent mutuellement à rester "à leur place' (facile à voir dès qu'une femme à une sexualité, c'est une pute, dès qu'elle est cheffe d'entreprise, elle 'sacrifie' sa famille)... Les postes à pouvoir et à influence sont accessibles aux hommes, et les postes en mi-temps, plutôt réservés aux femmes. C'est pas la fautes des hommes, ni celles des femmes, mais du système qu'il faut remettre en question.

Répondre
  aut..riste  |  32

« Les femmes sont entre-elles en concurrence ». Bah voilà. Et dans l'article, c'est UNE collaboratrice qui lui a fait la remarque. Le sexisme dans le monde de travail est médiatisé, beaucoup moins le fait que les filles se tirent dans les pattes. Les hommes ne sont pas responsables de tous les malheurs du monde.

Répondre
  Lamperay  |  24

Si les femmes sont majoritaires dans ces milieux là c'est justement parce que l'on a passé des siècles à les cantonner à des rôles domestique, s'occuper du foyer et des enfants... Qu'on aurait magiquement un truc appelé instinct maternel mais que les hommes par contre ils sont virils et ils ont autre chose à faire que de torcher les chiards. C'est justement PARCE QUE nous sommes dans une société patriarcales dominée par les hommes que la disposition est ainsi. Les injonctions à la virilité viennent du fait que sinon on risque d'être trop proche des femmes et que bah les femmes c'est nul, c'est faible selon cette même logique... Les préjugés envers les hommes découlent justement du sexisme et non l'inverse. C'est pourquoi l'on parle de Patriarcat. D'ailleurs le fait que bien que les femmes et les hommes soient numériquement les mêmes mais que les postes de pouvoir et de responsabilités sont majoritairement attribués aux hommes montre justement que nous sommes dans une société inégalitaire et patriarcale. (je rappelle qu'aujourd'hui en france 80% des personnes au SMIC sont des femmes et qu'elles sont majoritaire dans les emplois précaires). Les hommes qui subissent des préjugés le sont car ils s'éloignent de la norme qu'est le patriarcat justement et qu'un système se maintient et donc il y a une résistance au changement que le système fait sentir, de même pour les femmes qui mettent des batons dans les roues aux autres femmes, on parle alors de sexisme intériorisé, ce n'est pas parce que c'est une femme qui fait un commentaire sexiste à une autre femme que magiquement ce n'est plus sexiste. Tout le monde a à gagner du féminisme (dont la définition est l'égalité femme-homme *pr les rageux on met femme d'abord car c'est l'ordre alphabétique pas parce qu'on veux dominer le monde*) car justement le féminisme lutte contre les stéréotype de genre dont le fait que les hommes soient considéré comme incapable de s'occuper des enfants ou du ménage par exemple, qu'ils ne doivent pas montrer leur sentiments ou ce genre de choses...

Par  Aesus  |  40

La blondeur a comme avantage par rapport à la connerie qu'il suffit de se teindre les cheveux pour passer inaperçue. Alors qu'avec la connerie ... on aura beau faire tous les efforts du monde, elle finira toujours par se faire remarquer.

Par  LeChatSauvage  |  30

Je remarque tristement dans les commentaires que cet article était douloureusement vital... Un petit cours sur l'égalité réelle (j'insiste sur ce mot) et sur le féminisme, ne ferait aucun mal aux VDMiens apparemment. Sur ce, je retourne déprimer dans mon plaid.

Répondre
  Lamperay  |  24

En effet c'est affligeant mais c'est surtout de la méconnaissance du sujet. Dont une inversion des causes et effet qui est fascinante à voir, mais c'est pas irrémédiable, la majorité d'entre nous à commencé à voir les choses de cette manière car nous baignons dans un système patriarcale et qu'ils faut réussir à s'enlever les oeuillère ce qui est du boulot. On devrait enseigner les bases de la psychologie sociale à l'école dès le lycée... Ca ferait de mal à personne.

Par  menina394  |  20

C'est vrais que dans le domaine professionnel les hommes sont souvent très cons. Mais bon personnellement je me serai pas teint en brune à sa place. C'est s'abaisser et leur donner raison. Soyez fière d'être une femme, assumez le jusqu'aux bouts des cheveux.

Similaires
Chargement…