Brastis : Marseille et la Bretagne sont en guerre

A côté, Game of Thrones, c’est Joséphine Ange Gardien.

A Marseille, il y a des sujets avec lesquels on ne rigole pas. L’OM, évidemment, mais aussi le Pastis, boisson officielle et emblématique de la cité phocéenne. Sauf qu’en Bretagne, littéralement de l’autre côté du pays, on ne recule devant rien pour étendre l’influence culturelle de la région. La preuve, une entreprise a lancé le Brastis, un pastis breton. Evidemment, il n’en fallait pas plus pour déclencher sur les réseaux sociaux une guerre sans merci entre partisans et opposants à cette bizarrerie culturelle.

Mais le plus étonnant dans cette affaire, c’est que le Brastis se vend bien. En effet, la société qui le produit en aurait déjà écoulé 10.000 bouteilles de 70 cl à environ 30 euros pièce alors que le litre de Ricard ou de Pastis 51 avoisine les 20 euros. Un constat qui est loin d’apaiser la bataille que se livrent ces deux régions particulièrement fières de leur patrimoine. 

D’ailleurs, la contre-attaque pourrait ne pas tarder. Plusieurs internautes marseillais ont en effet menacé de lancer du chouchen ou du beurre salé marseillais. Bref, rien ne va plus dans la gastronomie française et d’inquiétantes rumeurs se propagent. Cassoulet guadeloupéen, sandwich jambon-huîtres et champagne de Bergerac, rien n’est désormais à exclure. Et c’est flippant.  

Par VDM / mardi 18 juin 2019 12:26 /
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Commentaires
Par  Raoul Bamboule  |  8

Le mec qui a écrit ça n'a pas beaucoup cherché.
Les pastis, c'est comme les colas, et des pastis dit "régionaux" il doit bien y en avoir 40 ou 50, et pas que bretons ou sudistes.
La différence généralement, un peu comme pour les colas, c'est que les fabricants essaient d'en faire des produits de qualité élaborés avec de vrais herbes aromatiques et pas des arômes de synthèse comme le font les industriels (concurrence oblige, ces mêmes industriels sortent actuellement des versions "herbes fraîches", ce qui veut bien qu'elles ne le sont pas dans les autres versions), d'où le prix et les ventes plutôt bonnes.
D'une manière générale, je suis d'accord : le pastis c'est dégueu, et les pires sont probablement les versions industrielles dites de Marseille, mais comment partir en vacances sans bob Ricard?

Par  Hélène Romero  |  32

Je trouve ça nul.
On leur contrefait pas leur galette, leur beurre salé ou leur Chouchen.
Qu’est ce qu’ils vont taper dans les spécialités régionales des autres? Ils font de la verveine du Vellay aussi ?