20
Par - / samedi 19 mai 2018 08:00 /
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Comments
Répondre
  Slyfried  |  33

Vous êtes pas cool à l'enterrer !
Gamin on fait tous des mignonnes absurdités !
J'ai toujours voulu parler avec les animaux. Vers 8 ans, j'ai noté de A à Z les bruits, les aboiements, la "gestuelle" de mon chien (oh ?). Et j'ai tenté en vain de communiquer avec lui en reproduisant les bruits ou les aboiements. J'ai même appris des gestes du langage des signes pour qu'il me comprenne mieux. Mais non 😕.
Et niveau débilité suprême, petit j'ai eu un caméléon (au doux prénom de Jarod). Et les premiers jours, pour lui montrer qu'il était en zone safe et qu'il serait mon super pote, j'ai mangé avec lui des grillons.

Répondre
  Slyfried  |  33

Lolozzzzzz, Je capte la notion de troll, j'aime ça, mais tu te trompes si tu veux m'amener sur la souffrance des vers de terre :

Il y a quelques années, le Parlement du Canada, a fait faire une étude sur : «Les invertébrés souffrent-ils ? »
Le système nerveux des invertébrés est effectivement beaucoup moins complexe (même s’ils sont en mesure de répondre aux stimuli) que celui des vertébrés, et la taille de leur cerveau est bien trop petit pour pouvoir transmettre des signaux associés à la douleur.

«La douleur est définie par l’Association internationale pour l’étude de la douleur (IASP) comme « une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à une lésion tissulaire existante ou potentielle ou décrite en termes d’une telle lésion »
Il est certes impossible de connaître avec certitude l’expérience subjective d’un animal, mais l’ensemble des données donne à penser que la plupart des invertébrés n’éprouvent pas de douleur.»

Je suis d'accord que tous les organismes vivants réagissent négativement, y compris les bactéries, qui tentent de fuir devant un stimulus négatif. Les bactéries sont incapables d’éprouver de la douleur (étant dépourvues d’un système nerveux), la présence d’un mécanisme de fuite face à un stimulus négatif n’est pas suffisante pour démontrer qu’une espèce est capable d’éprouver de la douleur.

«Pour affirmer qu’un vertébré (mammifère, oiseau ou reptile) éprouve de la douleur, les chercheurs se fondent sur les vocalisations et les réactions physiologiques comme la libération d’hormones de stress par l’animal mis en présence d’un stimulus négatif. Comme ces réponses sont semblables aux nôtres lorsque nous éprouvons de la douleur, les chercheurs prétendent par analogie que les animaux qui les manifestent éprouvent également de la douleur. Ce raisonnement n’est pas applicable aux invertébrés. Leur physiologie est trop différente de la nôtre car ils ont divergé des vertébrés il y a des centaines de millions d’années.»

Par  Wiske.  |  13

En fait, les vers de terre survivent réellement à être coupés en deux, et deviennent réellement deux organismes, grâce au fait que chaque segment de leur corps contient tous les organes essentiels à leur survie

Répondre
  lxtrem  |  11

C'est une légende, rien de vrai... La partie "avant" peut survivre si les principaux organes ne sont pas détruits, en revanche, la partie arrière est condamnée...

Similaires
Chargement…