Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  Dharmapocalypse  |  36

Bon. En tentant de ne pas (re)tomber dans les tacles faciles sur ces gens dénués de bon sens, je vais me contenter d’un VDM pour la propriétaire du chaton, VDM pour le chaton d’avoir une mongole comme humaine, et puisse la propriétaire écouter les conseils du vétérinaire pour la santé du chaton. (Putain de conne)

Par  Julyecrit  |  31

« L’enfer est pavée de bonnes intentions ». Le drame la dedans c’est que cette personne est surement persuadée de faire une chose bien et sans danger pour son chat. Il ne faut jamais oublié que chaque espece est différente, a un régime alimentaire et des besoins précis qui n’ont rien à voir avec les notres. Avoir un animal de compagnie c’est veiller à son bien etre meme si c’est contraire à notre mode de vie, si la personne n’est pas capable de comprendre ca, qu’il s’achete un ours en peluche et qu’il laisse les etre vivants tranquilles. Les associations animales ont encore enormement de travail helas.

COMMENTS
Par  Dharmapocalypse  |  36

Bon. En tentant de ne pas (re)tomber dans les tacles faciles sur ces gens dénués de bon sens, je vais me contenter d’un VDM pour la propriétaire du chaton, VDM pour le chaton d’avoir une mongole comme humaine, et puisse la propriétaire écouter les conseils du vétérinaire pour la santé du chaton. (Putain de conne)

Répondre
  ninon40280  |  1

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  Redy27  |  18

Qui sont ces gens dénués de bon sens ? Les personnes dénuées de bons sens elles-mêmes ou les personnes véganes ?

Répondre
  Hélène Selli  |  21

Quelle soit vegane ne fait pas d’elle quelqu’un de mongole... qu’elle rende son chat, carnivore et avec des besoins spécifiques à SA race (différente de la nôtre donc !), vegane parce qu’elle estime que tout ce qui l’entoure doit se plier à sa vision « si juste et si parfaite » de la vie c’est être incroyablement débile et mongole ✌️ soyons redondant et espérons que l’auteur de la VDM a réussi à raisonner cette débile

Par  Julyecrit  |  31

« L’enfer est pavée de bonnes intentions ». Le drame la dedans c’est que cette personne est surement persuadée de faire une chose bien et sans danger pour son chat. Il ne faut jamais oublié que chaque espece est différente, a un régime alimentaire et des besoins précis qui n’ont rien à voir avec les notres. Avoir un animal de compagnie c’est veiller à son bien etre meme si c’est contraire à notre mode de vie, si la personne n’est pas capable de comprendre ca, qu’il s’achete un ours en peluche et qu’il laisse les etre vivants tranquilles. Les associations animales ont encore enormement de travail helas.

Répondre
  isyldur  |  25

Oui mais attention, une peluche vegan! surtout pas de cuir, que du bon vieux plastique bien issu du petrole, décomposition de végétaux! Le cuir c'est mal, le plastique c'est fantastique!

Par  Solène Chapka  |  15

Cette personne n'est pas vegan. Si elle l'était, elle se préoccuperait du bien-être de son animal. En le malnourrissant, elle exerce une forme de maltraitance... Et dessert la cause vegan au passage. :/ Y'a des gens vraiment cons...

Répondre
  Gloomi  |  41

@Emelyne : faux, hormis quelques cas spéciaux les végétariens et les vegans ne font pas ça par soucis de santé mais pour défendre un idéal (par exemple ne pas devoir tuer d'animaux pour vivre).

Répondre
  melai11  |  3

Elle ne l'est pas car un vrai vegan est contre même l'idée de dominance de l'homme sur les animaux donc si elle a un chat elle n'est pas vegan elle suis juste une mode sans aucun discernement.

Répondre

Non, tant que tu ne le traites pas comme un vulgaire objet, que tu lui donnes tout l'amour et le bien-être dont il a besoin, que tu veilles à bien couvrir tous ses besoins vitaux, que tu respectes son équilibre alimentaire pour qu'il ne manque de rien, et que tu ne le forces pas à adopter un régime nuisible à sa santé. Dis-toi qu'un chat d'appartement qui reste enfermé h24 dans le foyer d'une famille aimante, c'est toujours mieux que s'il était à la rue, livré à lui-même ou lâché dans la nature.

Répondre
  Nuitgrise  |  21

En fait ça dépend des vegans..
Pour certains c'est incompatibles, pour d'autres c'est toléré voir accepté. A condition toutefois de ne pas exploiter ton animal de quelle que façon que ce soit (genre les poules c'est moyen), qu'il ne provienne pas d'une industrie exploitant les animaux (pas d'une animalerie, d'un élevage, etc) et évidemment qu'il soit bien traité.
Pour certains "extrémistes", tu vas exploiter ton chat / chien pour de l'amour, des câlins, de l'affection, etc, ils refusent donc d'en avoir...

Répondre
  Gloomi  |  41

De mon point de vue de non-vegan ils ne devraient pas avoir d'animaux car ça ne me paraît pas compatible avec leur idéologie parce que même parfaitement traité un animal de compagnie est un "esclave" puisqu'il est possédé par son propriétaire.

Répondre
  MadameDodue  |  63

Le problème du BARF et des nourritures humides en général, c'est que les chats ont tendance à grignoter tout au long de la journée ; perso j'aime pas trop la pâtée qui traîne une journée ^^ je trouve ça beaucoup plus adapté pour un chien qui prend un repas par jour. Personnellement je leur donne une petite portion de nourriture humide (maison ou non) et je leur laisse des croquettes en libre-service dans une gamelle anti-glouton. Ça évite que le chat dodu ne s'empiffre pour combler l'ennui quand je travaille ^^

Répondre

C'est marrant ça, ta réponse au commentaire de Ryry a disparu, mais celle que tu a adressée par erreur à Regalek est toujours là. Tu ne te serais pas emmêlée les pinceaux au moment de supprimer la mauvaise réponse ?

Par  MadameDodue  |  63

Sans cautionner les agissements de la maîtresse du chat, il existe des croquettes vegan pour chien et chat, à base de protéines de soja entre autres. Elles sont préconisées dans le cadre d'allergies alimentaires, aussi curieux que cela puisse paraître, certains carnivores ne digèrent pas la viande, ou certaines viandes (j'ai d'ailleurs un chat allergique au bœuf, que je peux nourrir au poulet par contre).

Répondre
  Slyfried  |  63

Oui mais les allergies, ça, tu n'y peux rien.
Et si j'en crois certains sites (même un pro vegan des chats et chiens) les propriétaires de chats qui désirent les nourrir avec des croquettes végétales doivent réaliser des suivis réguliers du Ph de l’urine pendant la transition (et un peu après), mais également faire au moins deux check-up par an pour vérifier que tout va bien sinon ils devraient penser à une alimentation plus adaptée ou à choisir un autre animal de compagnie...

Répondre
  MadameDodue  |  63

C'est pour ça que je dis que je ne cautionne pas. C'est juste que la plupart des gens s'imaginent que nourrir un chien ou un chat (ou un fennec) de manière vegan, c'est le priver et l'affamer, ne rien lui donner ou uniquement des radis, ou que sais-je. En réalité, c'est beaucoup plus complexe.

Répondre
  MadameDodue  |  63

En fait Ryry apparemment on rencontre de plus en plus ce genre d'allergies à cause des élevages intensifs, comme beaucoup d'autres tares dues à la consanguinité. Après je ne dis pas, les cas sont très probablement très rares, et le marché de ce genre de croquettes se développe surtout en parallèle du marché vegan. Mon commentaire de départ était surtout dans le sens où on ne peut pas vraiment être manichéen (z'avez vu, je parle bien), certes ça ne me viendrais pas à l'esprit de donner ça a mes chats (je vous dis pas comment ils feraient la gueule en plus), mais en toute honnêteté, je suis presque sure que les croquettes premier prix seraient plus nocives: des céréales en grande majorité, des sous-produits animaux (pour simplifier pour ceux qui ne savent pas, ce sont les parties indigestes de l'animal comme la carcasse, les sabots, les becs, le contenu des intestins, oui oui de la merde au sens propre), beaucoup de graisses, et quelque chose comme 10% de viande. J'ai lu en diagonale ton commentaire plus haut Ryry (j'avoue, j'étais au travail), on est du même avis là dessus. Du coup je pense qu'avant de crier au monstre, il faudrait quand même relativiser pas mal de choses :)

Répondre
  MadameDodue  |  63

Entre nous, si on ne trouvait du sucre que dans les croquettes vegan, ce serait super 😀 après pour le reste je le redis, je ne cautionne pas du tout, pour moi comme pour tout le monde ici c'est une aberration de nourrir un carnivore sans aucun produit d'origine animale. Mais quand je lis certains commentaires, déjà il y a une grande méconnaissance du mode de vie vegan. Je pense qu'ils voient leur assiette, l'imaginent sans la viande, les produits laitiers et les œufs, ne voient donc plus qu'une feuille de salade décorative et pensent que le chat est nourri avec cette feuille. Sauf que ce n'est pas ça du tout. Et d'autre part, je suis persuadée qu'une bonne partie de ceux qui abordent le sujet de la santé donnent des saloperies de grande surface à leurs animaux. D'où le fait que même si je ne cautionne pas du tout ses agissements, je me vois mal lui jeter la pierre, ou alors pas seulement à elle :)

Répondre
  MadameDodue  |  63

Dire que je les conseille c'est probablement me donner plus d'importance que je n'en ai, mais disons qu'entre ce que moi je recherche, et les goûts super différents des deux monstres, je me dis que mon avis et celui des poilus peut permettre à ceux qui ont un doute (et pas forcément l'envie de dépenser pour rien) de se faire une idée avant d'acheter. Mais j'ai vu ce week-end que Nestor bio se vendait en grande surface (dans le carrouf à côté de chez moi, en tout cas). Perso j'adore l'éthique de la marque, écolo, sans céréales et made in la France, par contre elles sont à quasi 20€ le sachet. Et pour ma part aucun de mes deux chats n'a vraiment aimé (ce qui m'arrange financièrement 😂) . Par contre tu peux demander un échantillon de croquettes sur leur site, pour te faire une idée ^^ Mais déjà, si elle reste bornée sur ses croquettes (et y a pas plus têtu qu'un chat) mais que toi tu connais les risques, tu pourras anticiper si jamais il y a un pépin. C'est souvent le problème aussi, quand on ne sais pas on s'en rend compte souvent trop tard. Sinon un truc que je conseille par contre, c'est le livre "un poison nommé croquettes" de Jeremy Anso. Le titre est beaucoup plus flippant que le contenu, en réalité il n'est pas si vindicatif.

Répondre

À vrai dire, nous donnons majoritairement de la nourriture humide à notre chat, les croquettes n'ont qu'une place de second plan. Mais oui, j'ai déjà entendu parler de ce livre, faudra que je pense à me le procurer.

Répondre
  dioptase  |  29

Pour être en train de faire passer mes chats au cru (raw feeding), si vous voulez essayer avec la votre, il est généralement recommandé par les sites spécialisés de commencer par du poulet. Par contre, essayez avec de toutes petites quantité. Les miens on aussi été élevé avec croquettes/patté standard (royal canin) et ils ont du mal à faire le passage à de la viande...

Par  chapelle16  |  66

Eh voilà, encore une attardée qui va faire passer les vegans pour des hippies dégénérés. Après il faut reconnaître que parmi les végans peu savent exactement de quoi il retourne et "pratiquent" correctement. La plupart se donnent un genre et ne se rendent pas compte de ce que ça implique vraiment. Pour en revenir à la *******asse de la vdm, j'ai peur pour son gosse quand elle en aura un, et je me dis que les services sociaux ne sont pas près de mettre la clef sous la porte.

Répondre
  dj_varizes  |  26

J'ai une végane extremist e dans la famille. Le site VDM n'a pas une capacité suffisante pour décrire les débilités et stupidités qu'elle nous fait subir depuis 3 ans, quand elle est s'est "découverte" vegane.
Entre se doucher 1 fois par semaine seulement, car c'est pas naturel, ne plus se laver les dents, car le dentifrice est chimique, et, avoir que un ensemble de vêtements pour la semaine (et je pense pareil pour les culottes, vu l'odeur qu'elle dégage), les lingettes en tissu pour se torcher le cul car ça se lave, donc réutilisable, elle nous en fait voir de toutes les couleurs.
Sobt chat, l'an passé, quand on a débarqué chez elle, nous a fixé du regard, a regardé sa gamelle, et a sauté par la fenêtre. Oui, c'était bel et bien un suicide, droit devant les enfants. Un chat en bonne santé ne saute pas du 9eme.
Sa réponse ? C'est un petit sachet de croquettes non vegane que sa mère a donné au chat qui l'aurait rendu parano a point de se suicider...

Répondre
  Epiline  |  22

dj_varizes, ce que tu décris n'est pas une vegane extrémiste, juste une personne qui n'y connait absolument rien en veganisme et pense que pour être vegan il suffit juste de stopper tout ce qui est chimique / nuisible / pas cruelty free/ avec POA, sans chercher à les remplacer. Alors que non, il existe des vêtements équitables vegans et compagnie, idem pour les dentifrices, les brosses a dents, les cotons démaquillants etc (la liste est plutôt longue).

La douche une fois par semaine c'est de l'extrême et jamais vu ce discours chez un vegan, prendre des douches d'une demi heure tous les jours c'est sûr que ce n'est pas le cas pour eux, mais a minima alterner douche et toilette au gant il me semble. Donc cette personne n'est pas une vegane z proprement parlé, encore moins extrémiste, c'est juste une idiote qui n'a jamais eu la lueur d'esprit de se renseigner un minimum avant de changer son mode de vie.


Quand a son chat, il y a des chats qui sautent par les fenêtres, ça arrive, et ça arrivera toujours, je ne pense pas qu'il y est forcément un lien de causalité entre l'alimentation et le "suicide". Je ne l'affirme pas, je ne le pense juste pas .

Répondre
  Redy27  |  18

"Après il faut reconnaître que parmi les végans peu savent exactement de quoi il retourne et "pratiquent" correctement."

Ah, la voilà ! La fameuse "statistique" sortie de nulle part. Sur quoi se base-t-elle ? Les paris sont ouverts.

Réponse A : La vision qu'elle a des végans à travers le prisme des médias et du grand public ? (El famoso reportagos)
Réponse B : El famoso connaissancos ?
Réponse C : Sur une vague intuition ? Mêlée à une extrapolation et à un manque d'information ?
Réponse D : Tout en même temps ?

Vous avez... une minute.

Répondre
  Epiline  |  22

Redy27 je ne pense pas que ce soit une statistique hasardeuse. Déjà ce n'est même pas une statistique, en fait, mais une constatation. Pour ce qui est de savoir d'où vient la dite constatation, tout simplement le veganisme est une chose plutôt flou, personne n'est entièrement végan, mais une personne le sera toujours plus qu'une autre qui l'est également. Donc oui, effectivement personne ne sait réelle en quoi consiste vraiment être vegan, sachant que nous vivons dans un monde où l'on ne peut être 100% vegan facilement, certains le sont sans doute, mais pour la grande majorité, ce n'est pas le cas. (Bon ça m'a pris un chouya plus qu'une minute, mea culpa).

Par  Phaniyeh  |  39

"Hérétique ! Au bûcher !"

Par  Sejta  |  21

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  chapelle16  |  66

Je suis d'accord avec ton raisonnement, mais hélas le monde n'est pas blanc ou noir. Entre les barreaux de la cage d'un refuge ou chez moi ya pas trop photo, je vais adopter une petite chatte qui a été maltraitée et abandonnée dans une poubelle avec ses soeurs, peut être qu'il aurait mieux valu qu'elle y meure je ne sais pas, mais quitte à avoir été sauvée, autant qu'elle soit dans la plus dorée des deux prisons.

Répondre
  Sejta  |  21

Mais le problème de base vient du comportement de l'Homme.
Elle n'a pas décidée d'elle-même de s'abandonner dans une poubelle ou de s'auto-maltraîter.
La dignité de l’animal est-elle vraiment respectée dans cette détention forcée de nos « amis » de compagnie ? Est-ce respecter un animal que de l'enfermer et de l'obliger à nous idolâtrer ? Nous sentons-nous supérieur ainsi ? «J'ai le pouvoir. C'est moi qui décide s'ils mangent, sortent, pissent, chient...»
Alors oui, tu vas lui donner tout l'amour possible et imaginable; c'est bien.
Mais qu'en est-il de sa véritable condition d'animal ?
Sinon, il existe des consoles de jeux qui nous proposent de posséder un animal virtuel...

Répondre
  ingenieurts  |  12

Merci de ne pas mettre tout le monde dans le même sac. J'ai – et j'ai toujours eu – des chiens et des chats. Ils disposent de 2 000 m² de terrain et donc jamais de laisse. Et ils vivent vieux et en bonne santé jusqu'à la fin (dernier décès : un chien à 17 ans – aucun de ses frères et sœurs adoptés ailleurs n’a dépassé 13 ans –, et parmi la population actuelle 2 chiens >15 ans et un chat >16 ans).
Leur régime : des croquettes (en variant types et marques), des boîtes de pâtée (idem) et pas mal de restes frais, souvent disponibles en simultané.

Répondre
  Whatsername  |  31

Je ne vois pas en quoi je maltraite mes animaux ... L’espérance de vie d'un chat errant : 7 ans le double voir plus pour un chat d'intérieur... Mais c'est vrai que d'être dehors c'est mieux, être exposé aux maladies tel que la leucose, le sida du chat, le coryza ... Et se reproduire à tout va, une chatte non stérilisée peut avoir jusqu'à 100 chatons dans sa vie... C'est vrai que être choyé, aimé, avoir toutes les attentions, être nourris ne pas avoir à se battre pour survivre, être soigné c'est tellement mal ...

Répondre
  Sejta  |  21

J'en suis parfaitement heureux ingenieurts.
2000m². C'est un territoire de chasse ! Que dis-je ? Un veritable domaine de luxe pour chiens et chats ! Comparé à des hectares, c'est incomparable !

Whatsername, vous pleurez sur les gazelles bouffées par des lionnes ? Sur les poissons morts de maladies ? Ou de la disparation de nombreuses espèces d'insectes ?

Vous pensez ce que vous voulez, je ne cherche pas à montrer que ma conception est la meilleure. C'est ce que je ressens, moi.

Répondre
  Sejta  |  21

Non.
Ce que je peux juste te dire c'est que je ne mange pas de viande issue de l'élevage industriel. Encore moins de poisson.
Je mange la viande que je chasse ou que je t'attrape (pour le poisson, par exemple). Ne pas me confondre avec Roger qui chasse par plaisir et pour pouvoir picoler. Qui va tuer plus qu'il en faut, juste pour assouvir un besoin malsain.
Je parle de la "vraie" chasse et sans arme à feu : à l'arc.
Vous allez me dire, que c'est mal. Que je tue !
Regardez vos assiettes. Regardez les provenances de vos aliments.
C'est bon ?
Nous ne sommes pas du même pays. Je possède des forêts abondantes (ce n'est pas pour me vanter) et je ne chasse que la quantité qu'il me faut. La nature se régule toute seule sans notre intervention.
Qu'il y ait des espèces plus fortes et d'autres plus faibles ? C'est ainsi.
Je ne pleure pas la mort d'un animal qui a vecu toute sa vie au "naturel", tué par un autre animal ou par moi. Mais j'ai mal pour tous les animaux dans les élevages, dans les refuges, enfermés dans une maison ou un appartement. Pour moi; et uniquement pour moi, ce n'est pas naturel.
Et je n'oblige personne à penser comme moi.

Répondre
  1known  |  29

La domestication animale n'est pas une pratique récente et les animaux domestiques auraient bien du mal à vivre sans l'Homme.
Ne pas maltraiter les animaux va de soi. Les qualifier de prisonniers et s'indigner de leurs conditions de vie (dois-je préciser que j'exclus les cas de maltraitance genre chien enchaîné dans un cagibi?), c'est, imho, aller trop loin.
Quitte à faire hurler, il y a bien plus de combat à mener pour garantir la dignité humaine (pensez quart-monde, esclavage et j'en passe) avant de faire des animaux nos égaux. Ce qu'ils ne devraient jamais être à mon avis.

Répondre

si vous ne concevez les animaux que enfermés et brimés bah c'est triste mais c'est juste de l'étroitesse d'esprit. si vous ne concevez la relation humain animal que dans la possession, c'est juste de la méconnaissance et la preuve d'une perception manichéenne des choses. les rapports de force sont obligatoires selon vous, c'est moche, c'est faux, ne faites pas d'enfants.

Répondre
  MadameDodue  |  63

Je suis complètement d'accord avec ton raisonnement Sejta. Mais pour ma part, j'étais bénévole dans un refuge. Je me suis retrouvée à prendre un chat en famille d'accueil pour pas mal de raisons, et comme personne n'en voulait parce que ce n'est pas un chaton mignon, j'ai fini par l'adopter. Bon le bon côté c'est que ces chats ne se sentent pas enfermés, ils ont malheureusement une peur bleue de l'extérieur (et de plein d'autres trucs). Le problème vient des irresponsables qui prennent des animaux pour les jeter ensuite. Quand l'animal nait domestiqué, il est incapable de survivre dehors, ou pas longtemps en tout cas. Il n'y a pas vraiment d'autre choix que de leur trouver un nouveau foyer, c'est ça ou les euthanasier.

Répondre

Je comprends ton point de vue Sejta, mais permets-moi de rebondir sur certains aspects que tu as évoqués :

Les animaux ne vivront pas du tout leur captivité de la même façon, selon qu'ils ont toujours vécu en extérieur et n'ont que peu de contact avec l'Homme, ou qu'ils ont été habitués à vivre en appartement depuis leur plus jeune âge sans jamais s'aventurer à l'extérieur.

Moi par exemple, j'ai une chatte persane de 11 ans qui vit dans un appartement parisien depuis 2007, elle est très casanière et ne quitterait pour rien au monde son domicile (bon, faut dire aussi que l'environnement urbain ne permet pas de la sortir). Elle passe son temps à se lover sur le canapé, les lits, la table fraîche ou les radiateurs selon la saison, grimper sur les meubles pour prendre de la hauteur (avec une affection toute particulière pour le décodeur du salon qui produit de la chaleur), me coller aux basques à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit, réclamer sans cesse à manger et se faire dorloter quand elle est au repos ; elle s'est très bien intégrée dans son environnement et ne semble pas ressentir de frustration quant à son confinement, c'est même tout le contraire, elle n'aime pas se retrouver seule et déteste qu'on l'arrache à sa zone de confort.

D'ailleurs j'ai une petite anecdote à ce sujet : en 2011, on était dans un camping en Isère avec ma famille et notre chatte pour les vacances, et nous logions dans un studio au-dessus du restaurant où mon père travaillait ; l'accès se faisait par un balcon relié au rez-de-chaussée par un escalier. De temps à autre, notre chatte (Orphée, de son prénom) venait passer un peu de temps sur le balcon, mais elle n'osait pas aller plus loin. Un jour, alors que nous allions manger dehors, nous avons verrouillé le studio sans nous rendre compte qu'Orphée était restée à l'extérieur. Elle aurait pu s'enfuir, aller vers l'inconnu et reprendre sa liberté, mais non, elle a préféré attendre une bonne demi-heure sur le balcon que quelqu'un revienne lui ouvrir afin qu'elle puisse rentrer.

Il n'y a pas que du mal à avoir un animal chez soi, pour peu qu'il ait assez d'espace et d'attention pour s'épanouir. N'oublions pas que le foyer, loin de n'être qu'une simple prison pour chiens et chats, leur apporte la chaleur, le confort, les soins, le couvert et l'affection ; il les protège des intempéries, des maladies et de la plupart des parasites, et leur permet de s'alimenter sans effort. Aussi, il n'est pas rare de voir des chats errants s'inviter dans les maisons de campagne du jour au lendemain, et ne plus jamais vouloir en partir, justement parce qu'ils s'y plaisent. C'est contre-nature, certes, mais si l'animal peut en tirer quelque chose de positif, vivre heureux, plus longtemps et en meilleure santé, je ne vois pas où est le problème.

Et comme l'ont déjà souligné MadameDodue et Whatsername, la plupart des animaux domestiques ne pourraient pas survivre dehors. Moi, si je lâchais ma petite Orphée dans la nature, déjà, elle serait traumatisée et privée de ses repères, elle ne saurait pas se nourrir toute seule car c'est une piètre chasseuse ; étant sourde, elle serait très vulnérable aux prédateurs et autres dangers de l'extérieur. J'ai aussi lu beaucoup d'histoires de personnes qui laissaient leurs chats sortir à la campagne en pensant bien faire, avant de les retrouver morts sur la route, décapités sur un chemin de fer, empoisonnés par des voisins, ou mutilés avec une patte en moins.

En revanche, pour les chats harets des campagnes qui sont habitués à vivre exclusivement en extérieur ou n'ont pas été apprivoisés par des humains, je trouve en effet préférable de les laisser faire leur vie, plutôt que de les arracher à leur environnement naturel pour une adoption qui les rendrait très certainement malheureux. De même, je trouve cruel le fait d'enfermer un lapin, un oiseau en cage ou un poisson rouge dans un bocal de quelques centimètres carrés ; pour moi, ce n'est pas aimer les animaux que de leur infliger des conditions de vie aussi contraignantes.

(Désolé pour cet immense pavé)

Répondre
  maegovannen  |  16

Sejta, si je suis ton raisonnement avoir un animal de compagnie est inconcevable (même si l'animal en question est parfaitement heureux et qu'il vient de lui même demander une gratouille sur le ventre) car on ne possède pas un être vivant, c'est mal !! Par contre, ça ne te dérange pas de transpercer un être vivant avec tes flèches...

Répondre
  lennelei  |  8

1) prends des poules, relâche les dans la nature : dans 24h elles sont mortes, bouffées par un renard ou tuées par un chien.
2) mon jardin n'a aucune clôture : si mes chats voulaient se barrer, ils pourraient le faire... s'ils ne le font pas, c'est qu'ils y trouvent un intérêt (je ne parle pas du chien qui lui, est habitué à sa "meute")
3) la seule raison pour laquelle j'ai une laisse, c'est qu'on m'interdit certains endroits si je ne la mets pas : je promène toujours mon chien sans laisse
4) dans la nature, un vieux cheval serait sans doute rapidement pris en chasse par des prédateurs ; domestiqué, il peut finir ses jours paisiblement dans un champs
etc.
Bref, faut arrêter de mettre tout le monde dans le même panier, il y a des problèmes, mais il y a aussi de bonnes façons de prendre soin d'animaux de compagnie.
Pour moi l'exemple le plus flagrant ce sont vraiment les poules : c'est un animal totalement incapable de survivre dans la nature, alors que si tu en as quelques unes chez toi, elles sont en sécurité, elles ont de la place, de quoi manger et boire et en échange, tu te contentes de prendre des oeufs (sans les tuer pour les manger). Je ne vois pas en quoi c'est mauvais pour qui que ce soit d'autant plus que c'est bon pour la planète : ça mange des déchets, ça évite d'aller chercher des oeufs produits par un élevage intensif, etc. ?

Répondre
  dioptase  |  29

Certains animaux aime vivre avec l'homme. En campagne, les chats on souvent le choix de partir faire leur vie dehors, pourtant la plupart rentre chez eux tous les soirs. Quand aux chiens j'avais vu un reportage sur une ville où il était normal de laisser les chiens (domestiqué ou non) circuler librement, sans humains pour les surveiller. Le soir venu, les chiens domestiqués, qui avaient passé la journées avec d'autre chiens non domestiqués revenaient chez eux. Peut être pas tous mais la grande majorité.
Il ne faut pas oublié non plus que la domestication de certains animaux s'est faite car les animaux en question on commencer à suivre l'être humain ou s'installer dans leur villages car ils en tiraient un bénéfice...
Tout n'est pas parfait, mais on peut voir si un animal est heureux en fonction de son comportement notamment et si l'animal est heureux de sa condition, n'est ce pas le plus important ?
Il y a des animaux plus heureux en appartement qu'en jardin et d'autre qui ne supporte pas d'être limité dans leur territoire.

Quand au fait de tuer pour ce nourrir, j'en suis incapable, mais sa me semble bien plus respectueux que l'abattoir, donc les gens qui critiquent le fait qu'il tue des animaux, pensez aux conditions de vie avant la mort de l'animal.

Répondre

Salut, le chat est domestiqué depuis des millénaires, même si un chat de gouttière peut survivre dans la rue comme son nom l’indique, son espérance de vie est extrêmement réduite, et la plupart des chats qui n’ont pas de propriétaire qui s’occupe d’eux avec attention souffrent de mal/sous nutrition, de maladie et meurent jeunes... bref le chat, comme un enfant n’est pas libre mais il vit mieux sous notre joug :)

Répondre
  Marion Payen  |  9

Pour moi on ne possède pas plus un animal de compagnie qu'on ne possède son frère, son enfant ou son colocataire... C'est très réducteur de croire que parce qu'on adopte un animal on le "possède". Pour moi mon chat est comme un colocataire (enfin je ne l'humanise pas mais vous voyez l'idée), il vit sa vie tranquille et ça lui convient comme ça. J'habite en pleine campagne avec plein de champs autour, mon chat peut sortir quand il le veut puisqu'il y a toujours une fenêtre ouverte et qu'on lui ouvre la porte quand il le demande, pourtant il reste la plupart du temps dans la maison et ne sort pas plus de 20 minutes. C'est son choix, il a toujours vécu comme ça depuis qu'il est né et ça semble lui convenir. Si tu considère qu'on ne peut pas savoir à leur place s'ils sont bien, alors tu ne peux pas non plus savoir s'ils ne sont pas bien. Il y a des animaux sauvages et des animaux domestiques, l'évolution l'a voulu ainsi et ce n'est pas moins naturel qu'un lapin qui gambade en liberté. D'ailleurs on retrouve "dans la nature" les même phénomènes avec les fourmis qui domestiquent des pucerons : elles les protègent des prédateurs et leur fournissent des feuilles en échange du miellat qu'ils produisent. C'est ça, à la base, ce qu'on appelle "domestication" : une échange qui profite à chacune des deux espèces. Alors oui aujourd'hui il y a des abus avec l'élevage intense etc mais concernant mon chat j'ai l'esprit tranquille :)

Répondre
  Nuitgrise  |  21

Je vais aussi ajouter mon anecdote à ce sujet.
Un chien avait grandi dans la rue et était dans un état désastreux. Mes parents n'avaient jamais rien fait pour attirer sa sympathie et dès que le chien s'approchait du jardin, ils le chassaient en hurlant "Taïaut", sauf que le chien revenait à chaque fois.
Un jour, il était dans un tel état que mes parents étaient certains qu'il allait mourir dans la nuit. Ma mère, infirmière, a décidé que s'il se laissait soigner et qu'il survivait, ils le garderaient. Le chien s'est laissé faire. Ma mère lui a enlevé des centaines de "vers macaque", des chiques, tiques et autres parasites en tous genres et a soigné ses plaies. Comme le lendemain il était toujours vivant, mes parents l'ont emmené chez le véto, l'ont vermifugé, soigné et vacciné.
Après ça, le chien a décidé de rester. Le jardin n'était pas grillagé, mais il préférait rester à la maison. Mes parents l'ont donc adopté, nourri, soigné, logé et chérit. Le chien le leur a bien rendu en affection et en gardant la maison. Il les a beaucoup aimé, puis moi aussi quand je suis née quelques années plus tard. Il ne répondait qu'au nom de Taïaut, d'ailleurs, c'est ironique.
Puis il est mort de vieillesse à un âge indéterminé mais avancé, entouré de ceux qui l'aimaient et qu'il aimait (malheureusement j'étais trop jeune et ne me souviens donc pas de lui).
Je pourrais raconter plusieurs autres histoires très similaires avec un paresseux, un singe, un ara, un tatou, une poule et un chat qu'on a recueillit dans des situations du même acabit et qui ne se sont jamais vraiment éloignés de la maison.
Tous mes animaux ont toujours été libres d'aller où ils voulaient. Ils vivaient leurs vies et nous la nôtre, tout ce qu'on leur demandait était de ne pas mordre la main qui les nourrissait / soignait. Pourtant la plupart du temps ils restaient de leur plein gré et nous aimaient.
Enfin, mes animaux font partie de la famille, je ne les possède pas, je les aime.

Répondre
  kwalish  |  61

Sejta: je voulais juste réagir sur un point:
"Je parle de la "vraie" chasse et sans arme à feu : à l'arc."
"Qu'il y ait des espèces plus fortes et d'autres plus faibles ? C'est ainsi."

Alors on va pas pas partir sur ce qu'est un bon ou mauvais chasseur, d'autres gens moins connus l'ont fait mieux que moi ;) Je comprend très bien je pense l'idée/la philosophie que tu expliques d'ailleurs pour chasser à l'arc donc je ne m'étends pas et j'ajoute que c'est une activité/un hobby plutôt cool je trouve. Je me pose simplement une ou deux questions, sur la limite philosophique/logique:

Il existe des animaux plus forts/plus faibles, c'est la loi de la jungle: ok. Nous somme plus forts que tous les animaux pourquoi? Parce-que nous utilisons notre cerveau (=> des outils sophistiqués). Alors pourquoi chasser à l'arc? (je pousse la logique hein?) pourquoi pas avec la meilleure arme possible comme c'est ce qui nous définit (tu pourrais même créer/fabriquer ton propre fusil pour rester dans la trip)? Et dans l'autre sens, pour se mettre au niveau des animaux, pourquoi pas au couteau, à la sagaie comme nos ancêtres ou à mains nues? (J'imagine très bien que ta réponse sera quelque-chose du genre: l'arc est un bon compromis, mais j’attends de voir :))

Ce qui m’amène au 2eme point: tu chasses ce dont tu as besoin, très bien. Imagine maintenant que tu chasses pour des gens qui ne peuvent pas chasser (enfants, vieillards, gens blessés par ex), on mets ça a l’échelle d'un village ... la meilleure solution c'est de commencer l’élevage (si on veut manger de la viande bien sûr)! C'est que la suite logique non? pour ne pas se fatiguer à courir dans la foret et avoir de la bouffe à disposition.

Edit (j'avais oublié ce point): Les conditions d’abatages, dont tu parles aussi, sont un des arguments qui te poussent à chasser, très bien je n'ai rien à y redire. Mais du coup je me demande: quelle est la meilleure manière de tuer un animal pour toi? Ensuite, après notre cerveau, notre 2eme atout en temps qu'animal c'est notre grande endurance (=> suivre un animal blessé pendant des km), alors quid de la souffrance d'avoir une flèche plantée dans le c** pendant des heures? (j'imagine qu'il est rare de tuer un animal avec une seule flèche et sur le coup?).
(**=OU bien sûr)

Dans tous les cas, nous sommes devenus tellement des super-prédateurs que du coup nous avons envahit la planète, et du coup nous avons une responsabilité envers le reste de la nature si nous voulons la préserver. Et si même nous ne voyons pas cette responsabilité, on peut se rendre compte tout de même qu'il en va de notre survie de préserver notre monde ...