15
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Commentaires
Par  melmanga  |  23

VDM validée.

Je déteste les enfants aussi. Je n'ose plus le dire en public, car j'en ai marre d'entendre que je ne suis pas normale, que j'ai du avoir une enfance horrible, que je devrais consulter.
Purée! Je suis encore propriétaire de mon utérus? et accessoirement de ma vie?
Je vous rassure: mon mari est parfaitement de mon avis.

Répondre
  Hokawly  |  18

 La même pour moi ! 
Le souci c'est que les gens ne comprennent pas: pour la plupart d'entre eux (qui consiste évidemment en une majorité de jeunes filles n'ayant jamais vécu l'expérience ou d'homme), c'est limite un devoir sacré.
Et c'est là qu'on voit qu'il y a un gros manque d'empathie et de compréhension dans notre société.

Répondre
  pasdechance73  |  40

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  DidiDada  |  14

Si une femme ne veut pas ou ne peut pas avoir d'enfant son utérus devient soudain un sujet de discussion pour le monde entier qui vient lui faire la moral, parce que c'est encore intégré en dur dans une grande partie de la société que l'utérus de la pondeuse est un bien public parce qu'elle n'est pas assez adulte pour faire ses choix toute seule.

Par  nathoo  |  14

C'est ma réponse aussi!! J'aime les enfants, mais quand il habitent chez les autres :D

La seule chose qu'il devrait changer d'après moi, c'est de dire qu'IL est stérile, pas remettre la faute sur toi ;)

Par  ShiKiPop  |  10

Attention ce que je vais dire est très con, mais c'est la réalité. Bon je schématise très grossièrement : Dans l'esprit des gens (hommes ET femmes) un homme stérile est un "mâle faible" dont on peut se moquer. À l'inverse, une femme stérile on aura + tendance à avoir de l'empathie car elle ne peut réaliser ce que le monde entier imagine être le but ultime de la femme : être enceinte. Bref, là où on aura de la pitié pour la femme stérile et, certes, un peu d'admiration pour l'homme qui reste ; à

Chargement…