84
BLOG

VDM en vacances #1 : Le grand départ

Beaucoup de philosophes d'internet vous débiteront le vieux cliché fatiguant et fatigué que ce n'est pas la destination qui compte mais le voyage en lui-même. Et si la destination c'est le Manoir Playboy, hein ? Bon. Tout le monde a?...
Par Alan / vendredi 25 juillet 2014 15:11 /

Beaucoup de philosophes d'internet vous débiteront le vieux cliché fatiguant et fatigué que ce n'est pas la destination qui compte mais le voyage en lui-même. Et si la destination c'est le Manoir Playboy, hein ? Bon. Tout le monde a mal fait sa valise ? La belle-mère est dans sa caisse de transport ? La crème solaire est dans l'étui à lunettes et le billet de train a été imprimé après avoir dû remplacer la cartouche d'encre qui s'est périmée à la dernière seconde ? OK, c'est bon, on va pouvoir oublier les tracas du quotidien, et partir affronter les tracas des vacances.



(La tension monte en gare de Poitiers ce matin)

Chaque été, des millions de gens se ruent vers les portillons des aérogares, les péages d'autoroutes et les trains bondés qui puent les pieds de la SNCF pour fuir un peu du quotidien, à la recherche d'un peu de sable, de l'océan, d'une maison de campagne ou d'un saut à l'élastique au-dessus d'un pont dans le Cantal, en fonction du besoin de chacun. Sur VDM, nous sommes spectateurs de chaque étape de vos vacances car nous recevons vos histoires à chaque étape du déroulement de celles-ci, et cet été, plutôt que de faire un Best of Pire (oui, je sais, on nous le réclame, ça reviendra à la rentrée), je pensais plutôt faire un Best of Vacances, par étape. Pour commencer : le départ. 

Aujourd'hui, départ en vacances avec ma copine. Crème solaire : j'ai. Raquettes de tennis : j'ai. Maillot de bain : j'ai ! Billets d'avion : j'ai. Brosse à dents : j'ai. Shorts, tongs, T-shirts : j'ai ! Belle-mère... J'ai aussi. VDM


Ce n'est pas perdu pour tout le monde, non. Certains parviennent très bien à tout organiser de A à Z avec zéro défaut, sans prise de tête, tout est rangé dans des cases, les enfants sont sages, c'est propre et net et leurs vacances se passent merveilleusement bien avec une précision quasi-militaire. Ces gens-là s'appellent des psychopathes. Ou alors ils voyagent seuls. Pour les autres, c'est aussi reposant qu'un tour de manège à haute vitesse dans une fête foraine tenue par des alcooliques. Une fête foraine, quoi. On aimerait se faire croire que ça va être top génial, que ça va être trop reposant, qu'à la rentrée notre énergie sera décuplée, notre force de vie sera réanimée après tant de mois à être brimée par les aléas de la vie. Le problème étant que les vacances sont juste une façon de déplacer vos soucis du quotidien d'un point de vue géographique. Ce n'est pas parce que vous vous retrouvez à porter un bob sur une plage lointaine que vos pensées intérieures cachées ont changé. Vous entendez toujours cette voix qui vous pousse à vous enfoncer des noix de cajou dans le nez. Mais ça, ce sera pour un prochain article.

Aujourd'hui, départ en vacances avec mon copain, grand fan de ronds-points qui ne peut s'empêcher de les photographier quand il en croise un. On a pris les nationales. Encore 500 kilomètres. VDM


Il y a les transports en commun, trop communs, mais aussi ceux qui préfèrent se déplacer en voiture. "C'est pour économiser" qu'ils disent. OK, si on s'entasse à 8 dans une 205 GLD, j'imagine que ça doit coûter moins cher que de prendre le Concorde, qui n'existe même plus, mais... Une voiture en elle-même, ça coûte bonbon. L'essence, depuis que Charlemagne est au pouvoir (Comment ça c'est pas lui ? Je ne lis plus les journaux depuis la fin de Rick Hunter) est sacrément chère. Et puis il faut s'arrêter toutes les 5 kilomètres parce que le petit dernier veut faire pipi, ou maman veut acheter un Sudoku, ou papa veut une bière parce que ça l'aide à se concentrer au volant.

Aujourd'hui, départ en vacances avec mes parents. Arrêtés sur une aire d'autoroute, je fonce aux toilettes. À mon retour, plus de voiture. Je me suis mise à pleurer comme une Madeleine. Le hic ? J'ai trente ans et mes parents m'attendaient à dix mètres de là. VDM


À partir d'un certain âge, on peut se permettre de ne plus partir avec ses parents, et tant mieux. Autant pour les enfants que pour les parents. Les enfants se cassent avec leurs amis fumer des pétards sous-dosés et vomir dans leurs sacs de couchage dès 21 h, et les parents partent avec leurs amis de fac en maisons de location fumer des pétard sur-dosés, pas du tout habitués au fait que l'herbe est beaucoup plus forte qu'en 1968, et ils s'endorment en écoutant des disques de Starmania ou de Pink Floyd. Et ainsi va la vie, la roue tourne. Mais le trajet pour y arriver est bien long, car pour qu'un adolescent arrive à convaincre ses parents de le laisser partir seul avec ses amis (surtout avec le petit roux bizarre, celui qui a une collection d'armes japonaises), c'est pas du gâteau. Il faut savoir faire preuve de maturité. Toi, jeune qui me lit : Déjà, apprends à faire cuire des pâtes, faire la vaisselle, conduire une moissonneuse-batteuse, recoudre une chaussette, faire du feu. Là peut-être qu'on te fera confiance, et peut-être même on te laissera devenir Amish.

Aujourd'hui, c'est le départ en vacances, toutes les valises sont bouclées. Nos chats, qui n'apprécient pas d'être laissés à la maison, ont trouvé la solution ultime : pisser dans les sacs pendant la nuit. VDM


Avant de partir, ne pas oublier de bien fermer sa maison et la faire protéger par des snipers, manière de bien donner libre cours à sa parano. Et de faire garder ses animaux, ou mieux, les emmener avec soi. Le chat adore la plage, et faire du surf. Le chien adore aboyer sur les vagues et pisser sur les gens qui bronzent. Ne les abandonnez pas, mais ça j'ai pas besoin de vous le dire. Les gens qui abandonnent leurs animaux ne sont pas du genre à venir sur VDM, ce sont des sous-merdes qui ne méritent que du mépris et des coups de mandale dans le carafon. Ça y est, j'suis énervé, je vais me calmer avec un jus d'orange.


(Concours de klaxon au péage de St Arnoult, hier)

Attention donc aux bousculades aussi, que ce soit dans les gares, les aérogares ou en voiture. Les gens sont pressés de partir, mais ne seront en mode "relax, cool, vacances yeah" que quand ils seront arrivés précisément à l'endroit indiqué sur la brochure comme lieu de vacances et de détente. Avant ça, c'est chacun pour soi. Ne vous étonnez pas de trouver quelqu'un assis à votre place côté hublot dans l'avion. Ne vous laissez surtout pas faire. Il y a une certaine catégorie de gens qui sont spécialisés dans ce genre de pratique, avec un petit : "Oh, mince, je me suis trompé... Ça ne vous dérange pas de prendre ma place plutôt que l'on dérange tout le monde... Oui, c'est celle-là, côté couloir." Dites non, fermement, en les regardant dans les yeux. C'est à cause de gens comme eux qu'il y a des guerres qui se déclenchent. C'est à cause de gens comme ça que la rougeole fait son grand retour. Bon, eux et les imbéciles qui refusent de vacciner leurs enfants car ils sont mieux calés en sciences que les scientifiques, mais ils y sont pour quelque chose j'en suis sûr. Alors ne lâchez pas le morceau, prenez la place que vous aviez réservée. Des gens sont morts au combat pour votre place côté hublot.

Les trajets de vacances devraient eux aussi être dédiés au calme et à la paix intérieure. Exigez-la, mais propagez-la. Les vacances commencent au moment où vous sortez du travail, de votre lycée, collège, fac, et que c'est le dernier jour. Mettez une chemise hawaienne, des lunettes de soleil et souriez. Même s'il pleut et qu'il fait nuit. Certes, se dire que dans quelques jours on va affronter un train bondé, un péage d'autoroute ou un avion qui pue le pet, c'est peu affriolant. Mais au bout du voyage il y aura... Il y aura quoi ? On ne peut jamais vraiment savoir. Le souci avec le départ c'est que l'on espère toujours qu'à l'arrivée l'herbe y sera plus verte (calme-toi maman, range ton vinyle de Pink Floyd), mais au final, on emmène toujours du bagage où que l'on aille. Et rien n'est vraiment différent que le quotidien, c'est juste de la géographie. C'est pour ça que quand je pars en vacances, je prends toujours énormément d'héroïne avec moi.

Aujourd'hui, départ en vacances en famille, chat compris. Malheureusement, tous les bagages n'arrivent pas à tenir dans la petite Clio. Qu'à cela ne tienne, mon père décide "d'optimiser l'espace". Comprendre : "Magalie reste à la maison, et on garde le chat". VDM


La prochaine fois, on verra pourquoi c'est peut-être pas une si bonne idée de partir, et que les vacances sont peut-être mieux passées cloîtré chez soi avec plein de canettes de soupe et des piles pour la télécommande de la télévision. Et pour ceux qui comme moi ne peuvent pas partir, retenez-vous de vous comporter comme je le fais avec mes amis qui postent leurs pieds sur Facebook :


(Vous faites chier avec vos moches-pieds au bord de l'eau)

Bonne route route à tous !
 

Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Commentaires
Par  figarone  |  20

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  FireDreamZ  |  26

Bon, ça n'a rien à voir avec ce commentaire, je vous l'accorde. Mais pour que ce soit visible par le staff de VDM je l'écrit ici : C'est bien "Et puis il faut s'arrêter touT" et non "toutes les 5 kilomètres" si je ne dis pas de bêtises. Voilà tout !

Répondre
  catou64  |  23

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  TennisBoy  |  15

Beaucoup de filles prennent leur "belles" jambes en photo pour montrer leur bronzage mais surtout avoir des likes des dalleux sur les réseaux sociaux. Paraît que maintenant pour se rassurer il faut des likes.

Répondre
  Zohnya  |  39

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  leezard  |  39

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  nizz  |  24

Je pense que c'est pour dire : "Regardez cette belle plage ! Et pour prouver que ce n'est pas une photo prise sur google image, j'y insère subtilement mes pieds moches et plein de sable ! Trop Swaggy Swaagg"

Répondre
  toxiic84  |  35

Pour répondre à ton commentaire, le mot swag vient d'autre part :) La toute première apparition du mot anglais swagger est datée du XVIeme siècle dans Le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare. Quand a ta traduction, ça ne serait qu'une pure invention, voir une légende. Regarde sur le net tu trouveras tout cela. Voilà :)

Répondre
  i_love_latin  |  25

Fatiguant. C'est le participe présent du verbe "fatiguer". Radical du verbe : fatigu (j'enlève la terminaison de l'infinitif pour obtenir le radical). Terminaison du participe présent : -ant ; je l'ajoute au radical du verbe : fatiguant. Comme naviguant. Et tous les verbes dont le radical se termine par -gu.

Répondre
  kaanzy  |  22

Non, c'est bien fatigant car ici c'est un adjectif verbal et non le participe présent du verbe. En gros quand tu peux remplacer par un autre adjectif (par exemple "pénible") ça s'écrit sans "u". Si tu ne peux pas tu gardes le "u". Dans la phrase "...vous débiteront le vieux cliché fatiguant et fatigué" tu peux remplacer, donc c'est bien fatigant sans "u".

Répondre
  Mafiosa  |  31

Je suis sadique. C'est un bon sable blanc tout doux et chaud, avec un soleil où tu en sens les rayons bien chauds, cette eau de mer tempérée qui te donne l'impression d'être dans un bain, et ce magnifique ciel bleu qui joint l'océan pour n'en faire qu'un... Évidemment que je parle pas de la France, ce serait moins poétique !

Répondre
  scarydead  |  37

Oui le bon sable fin qui réchauffe les pieds avec une mer bien rafraîchissante ou l'on est libre de nager comme ont veut d'observer la végétation ou les poissons, se laisser bercer par le bruit de la mer et des mouettes sur une serviette avec un bon soleil, passer des heures a rien faire dans se préoccuper des choses.#25 tu ma devancé !

Répondre
  ThatFAKE  |  26

Alors je dirai l'inverse, un bon sable chaud qui t'oblige à marcher comme un crabe, puis tu marches sur un caillou et là, tu fais le flamant rose. (Quelle belle comparaison! ^^) Après, il faut trouver une bonne place, sauf que Nathan, le petit de 5 ans veut une place proche de l'eau, comme ça s'il y a une grosse vague, on se prend tout, il y a aussi ta copine qui veut une place proche du terrain de volley où des mecs bien plus musclés que toi jouent. (Ah les femmes, Ah les gosses!) Une fois installés, le vent qui n'est apparemment pas d'accord, fait voler ta serviette chez la mamie d'à côté. Et je ne parle pas de l'eau! Tu vas mettre un pied dedans et te dire que finalement, tu es bien sur la serviette, mais Nathan (Toujours lui!) veut nager et donc ta copine te dit d'aller avec lui, bah c'est logique, un garçon, c'est plus sportif! Voilà, sinon moi je pars à la mer pendant deux semaines, j'espère que ça ne sera pas pareil! :x

Répondre
  maxwarg67  |  11

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  eugenienrf  |  7

plage française ou pas tout est question de stratégie pour poser sa serviette : assez loin de la marrée qui monte et qui va finir par nous mouiller les pieds, assez loin (très très loin) de ces petits enfants crado qui courent en vous balançant du sable dans les yeux et qui vous éclaboussent parce qu'ils sont tous mouillés (n'est ce pas Nathan :)) et en même temps être sur le chemin du brave type qui crie "beignet! boissons fraiches!" parce que kit à avoir un petit bourlet sur la plage autant l'entretenir!

Répondre
  onezwip  |  24

65# En ce qui est de la strategie pour avoir de la place pour poser sa serviette c'est pas compliqué: il faut prendre une bonne paire de chaussures de marches et s'éloigner de 20 kilometres du parking le plus proche ! Sinon, moi j'habite en Bretagne et entre le mois d'Octobre et le mois de mai on a beaucoup de place pour nos serviettes sur nos plages ;)

Par  palemil  |  15

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  iZiiColl  |  2

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  Alan  |  40

"Vous écrivez beaucoup trop de mots!" Je crois que le #11 est le commentaire le plus déprimant que j'ai lu de ma vie.

Par  Dustin64600  |  27

Le problème quand on habite déjà au bord de la plage...c'est qu'on a beau poster nos pieds sur Facebook, tout le monde s'en fout ! Et aussi que les pauvres touristes sont haïs par toute la région...et pourtant sans eux...pas de vacances pour nous non plus ! (Bon ça c'était HS...)

Répondre
  clé0  |  37

Le second problème que vous avez, c'est que pour partir en vacances, vous devez partir vachement plus loin ! Ou avoir de supers bons plans inédits ^^ tandis que nous habitants des terres loin de la mer, la destination est toute trouvée (faut juste choisir la plage) :-D

Similaires
Chargement…