4

(PHOTO) : Pour contourner une interdiction de boire, ils décident de construire une île pour picoler en paix

Par VDM / jeudi 4 janvier 2018 05:00
Des fêtards, ingénieux, inspirés et excédés par l’interdiction de boire de l’alcool près du lac où ils se trouvaient, ont fait fi des recommandations en célébrant le Nouvel An en petit comité... sur une île de fortune. Dans le plus grand des calmes.

Ce dimanche 31 décembre était l’occasion rêvée pour se la coller avec ses potes ou sa famille. À l’autre bout du monde, en Nouvelle-Zélande, la tradition est la même : on boit, on rit et on oublie la vacuité de notre existence en attendant la nouvelle année.

Des baigneurs de la péninsule de Coromandel, l’une des plus grandes péninsules de la Nouvelle-Zélande, ont décidé, d’un commun accord, de contourner l’interdiction de boire de l’alcool dans les lieux publics pendant la période des fêtes, qui est passible, tout de même, de 160 € d’amende. Comment ? En construisant une « île » de quelques mètres carrés au beau milieu de la rivière Tairua.


Comment ces petits malins ont-ils procédé pour créer l'ensemble ? Rien de plus simple : dans les heures qui ont précédé la fameuse soirée alcoolisée, les amis ont érigé leur construction en profitant de la marée basse avant d’y placer des chaises, des tables et des glacières remplies de bières et d’autres trucs tout aussi alcoolisés.

Là où le concept est génial et relève presque du génie, c’est qu’en procédant ainsi, les fêtards se sont retrouvés en plein milieux des eaux internationales, une fois la marée remontée. En d'autres termes, si vous vous trouvez en plein milieu du lac en question, l’interdiction n’a plus aucune valeur. Parfait pour picoler tranquilou. Et, cerise sur le gâteau : l'île "Picolos" a a encore tenu le lendemain de la fiesta. C'est sûr, une belle année s'annonce.

Les autorités, impuissantes, ont pris l’histoire sur le ton de la dérision : « Cette façon de penser est créative. Si j’avais été mis au courant, je les aurais sûrement rejoints » a déclaré l’inspecteur John Kelly, chef de la police locale à la BBC.

Tout est bien qui finit bien !

Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  lennelei  |  8

"en plein milieux des eaux internationales" vous êtes sûrs ?

Normalement, c'est au delà de 200 milles des côtes, donc à moins que la rivière ne soit très très large :) je ne vois pas trop comment ça serait possible !

Par  Vavid  |  5

Il faut peut être vous relire... Un coup c'est un lac puis une rivière et on finit dans les eaux internationales.
Pour ce qui est de la réglementation elle s'appliquait certainement aussi sur leur île...
Ces personnes ont surtout eu de la chance de tomber sur des forces de l'ordre ayant le sens de l'humour.

Commentaires
Par  lennelei  |  8

"en plein milieux des eaux internationales" vous êtes sûrs ?

Normalement, c'est au delà de 200 milles des côtes, donc à moins que la rivière ne soit très très large :) je ne vois pas trop comment ça serait possible !

Répondre
  GalagoBE  |  2

Dans certains cas, par exemple si le lac ou la rivière est située à la frontière de deux pays, l'ensemble des eaux peuvent être considérées comme faisant partie de la communauté internationale. Après, je ne sais pas si c'était le cas ici

Par  Vavid  |  5

Il faut peut être vous relire... Un coup c'est un lac puis une rivière et on finit dans les eaux internationales.
Pour ce qui est de la réglementation elle s'appliquait certainement aussi sur leur île...
Ces personnes ont surtout eu de la chance de tomber sur des forces de l'ordre ayant le sens de l'humour.

Similaires
Chargement…