Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  Capitaine AdBlock  |  65

Oui, souvent. Perso vu que je lance rarement les discussions, mon entourage ne s'attend pas à ce que j'intervienne (même si je suis à côté tout du long) ; et quand ils commencent à toucher à un sujet où je pourrais avoir quelque chose à dire de pertinent, j'ai toutes les peines du monde à en placer une ; et le temps de trouver une fenêtre de tir, ils sont déjà passés à autre chose.

Parfois ce n'est même pas de l'égoïsme, c'est juste qu'ils sont tellement absorbés par leur échange ou passionnés par le sujet qu'ils ne remarquent même pas ce que les autres essaient de leur dire ; ou alors ils ont peur d'oublier ce qui leur vient à l'esprit à un instant T et font tout pour exprimer leur pensée avant qu'elle ne se soit perdue dans le flot de la conversation. Résultat, on se coupe mutuellement et sans arrêt, on crée des malentendus ; ou bien l'un se tait en continu pendant que l'autre monopolise la discussion, etc.

Un jour on m'a rembarré parce que je restais planté là à ne rien faire (normal, j'attendais poliment qu'ils terminent leurs phrases pour leur parler de quelque chose) alors que je pourrais être en train de travailler à je ne sais plus quoi. T'as aussi les gens qui ne te laissent pas développer le fond de ta pensée mais qui te coupent pour la critiquer car ils pensent déjà savoir où tu veux en venir (et bien sûr, s'ils se trompent, ils ne te laissent pas les rectifier puisqu'ils croient connaître à l'avance ta réponse).

Ce qui n'arrange pas les choses, c'est que si tu as une pensée en arborescence (chaque sujet se subdivise en plusieurs ramifications qui à leur tour en donnent d'autres et ainsi de suite), il est difficile de tenir ton interlocuteur en haleine si tu souhaites bien l'exprimer, car il voudra fréquemment intervenir ou n'aura pas la patience de t'écouter jusqu'au bout. Ce qui donne des conversations frustrantes où l'on se contente de survoler les thèmes évoqués, et où l'on dévie rapidement du sujet initial sans être allé au cœur même dudit sujet tant il comporte de chemins à explorer.

Et si tu as comme moi le souci de t'approcher de l'exhaustivité en évoquant tous les aspects d'un sujet qui te viennent en tête pour ne pas livrer à ton interlocuteur une vision biaisée et incomplète de ta pensée, le seul moyen de l'exprimer sans être coupé reste la forme écrite, et c'est comme ça qu'on se retrouve à produire des parpaings de 10 mètres qui ennuient le lecteur, comme celui-ci (désolé ^^').

COMMENTS
Répondre

Oui, souvent. Perso vu que je lance rarement les discussions, mon entourage ne s'attend pas à ce que j'intervienne (même si je suis à côté tout du long) ; et quand ils commencent à toucher à un sujet où je pourrais avoir quelque chose à dire de pertinent, j'ai toutes les peines du monde à en placer une ; et le temps de trouver une fenêtre de tir, ils sont déjà passés à autre chose.

Parfois ce n'est même pas de l'égoïsme, c'est juste qu'ils sont tellement absorbés par leur échange ou passionnés par le sujet qu'ils ne remarquent même pas ce que les autres essaient de leur dire ; ou alors ils ont peur d'oublier ce qui leur vient à l'esprit à un instant T et font tout pour exprimer leur pensée avant qu'elle ne se soit perdue dans le flot de la conversation. Résultat, on se coupe mutuellement et sans arrêt, on crée des malentendus ; ou bien l'un se tait en continu pendant que l'autre monopolise la discussion, etc.

Un jour on m'a rembarré parce que je restais planté là à ne rien faire (normal, j'attendais poliment qu'ils terminent leurs phrases pour leur parler de quelque chose) alors que je pourrais être en train de travailler à je ne sais plus quoi. T'as aussi les gens qui ne te laissent pas développer le fond de ta pensée mais qui te coupent pour la critiquer car ils pensent déjà savoir où tu veux en venir (et bien sûr, s'ils se trompent, ils ne te laissent pas les rectifier puisqu'ils croient connaître à l'avance ta réponse).

Ce qui n'arrange pas les choses, c'est que si tu as une pensée en arborescence (chaque sujet se subdivise en plusieurs ramifications qui à leur tour en donnent d'autres et ainsi de suite), il est difficile de tenir ton interlocuteur en haleine si tu souhaites bien l'exprimer, car il voudra fréquemment intervenir ou n'aura pas la patience de t'écouter jusqu'au bout. Ce qui donne des conversations frustrantes où l'on se contente de survoler les thèmes évoqués, et où l'on dévie rapidement du sujet initial sans être allé au cœur même dudit sujet tant il comporte de chemins à explorer.

Et si tu as comme moi le souci de t'approcher de l'exhaustivité en évoquant tous les aspects d'un sujet qui te viennent en tête pour ne pas livrer à ton interlocuteur une vision biaisée et incomplète de ta pensée, le seul moyen de l'exprimer sans être coupé reste la forme écrite, et c'est comme ça qu'on se retrouve à produire des parpaings de 10 mètres qui ennuient le lecteur, comme celui-ci (désolé ^^').

Par  donnie1976  |  16

Bah c'est normal, la communication c'est bien que si c'est eux qui communiquent ! Si en plus il fallait commencer à écouter ce que les autres ont à dire, mais où va le monde ?! Nan sérieux, quand je tombe sur des gens comme ça je les laisse dans leur délire et je retourne vite fait à mes petites affaires.