40

Incivilités, insultes, gestes déplacés des clients... Un caissier raconte son calvaire quotidien, et ça fait froid dans le dos

Par VDM / mardi 27 février 2018 05:00
La vie d'un hôte et d'une hôtesse de caisse n'est pas un long fleuve tranquille. Insultes gratuites, incivilités et autres gestes déplacés viennent perturber leur quotidien. Un caissier, très indigné, a raconté sa VDM sur Twitter. Et ce n'est pas joli joli.

Robin, un étudiant à la Sorbonne âgé de 21 ans, travaille le week-end en tant que caissier dans un magasin Carrefour, situé en Seine-et-Marne, à Fontainebleau. Le jeune homme, lui-même régulièrement victime d'incivilités, est longtemps resté silencieux quant à son calvaire. Mais il y a une semaine, après une énième remarque, Robin a estimé que la coupe était pleine. Qu'il devait en parler. Rapidement.

Le jeune homme a donc tenu à s'exprimer publiquement, et c'est via Twitter que Robin a jugé bon de faire passer son message. Dans un long thread, retweeté près de 26 000 fois, Robin ne fait pas dans la langue de bois, et met en lumière l'envers du décor en évoquant toutes ces choses que nous, clients, ne perçevons pas. Bienvenue en enfer.


"Une vieille a décrété que les enfants n’étaient pas assez handicapés pour passer devant elle"


Robin tente d'énumérer chronologiquement toutes les choses frustrantes et vexantes qu'il a pu vivre pendant son expérience en tant que caissier. Et là, tenez-vous prêt, car ce que vous vous apprêtez à lire est surréaliste. Mr Oizo était dans le vrai depuis le début. On est des animaux.
 


Donc, les personnes qui souffrent d'un handicap "font semblant pour faire chier les autres" et du coup, pour passer devant. Vous l'avez lu ici. Ce monde est merveilleux, n'est-ce pas ?

Vous pensez avoir tout vu ? Non, ça continue : 

“Eh, tête de bite, pourquoi il y a du monde en caisse et pas de caissières ?"


Tout ceci s'est passé en une seule et même journée. Remarques homophobes, accusations gratuites, agressions, tout y est. À croire que la clientèle ne réalise pas qu'en face d'elle, se trouvent des êtres humains. Et que devant leurs problèmes, ils n'y sont la plupart du temps pour rien. Mais ce n'est pas fini. Passons à la suite.


“Alors, l’esclavage, ça ne te manque pas trop? En vrai, être ici et obéir aux blancs, c’est pareil”

“Travaille bien à l’école, sinon, tu vas finir comme le monsieur !”


On pensait en avoir terminé avant de trouver d'autres témoignages, rapportés par nos confrères de 20 Minutes, qui avaient alors lancé un appel sur leur page Facebook... et qui nous font réaliser que les récits de Robin sont loin d'être des cas isolés, finalement.

Pandatoine, un internaute, confie à son tour sa souffrance face aux propos blessants qu'il peut entendus à longueur de journée :

"S’il y a bien un métier difficile et dévalorisé c’est celui-ci. Combien de fois ai-je entendu la mère dire à son gosse “travaille bien à l’école sinon tu vas finir comme le monsieur”. Sauf que le monsieur a des oreilles et que ces propos sont blessants." 

Par ailleurs, Jean-Marc Robin, délégué syndical chez Carrefour Market, interrogé par le quotidien, confirme que ces situations sont fréquentes pour les caissiers. Selon ses propos, toujours rapportés par 20 Minutes, l'entreprise aurait déjà mis en place une formation aux professionnels pour gérer ces conflits et apprendre à ne pas répondre aux provocations et autres agressions. Un exercice qui selon nous, demande un effort phénoménal sur soi-même. En effet, comme réagir lorsque quelqu'un nous insulte gratuitement ? Comment garder son sang-froid quand on doit encaisser une remarque raciste, sexiste, homophobe ?

Aussi, la mise en place de panneaux, rappelant aux clients de rester courtois, n'a pas marché. Et dans les pires situations, la hierarchie ne prend pas non plus parti du salarié malheureux.

"Les caissiers ne se plaignent plus. Ils ont peur d’être sanctionnés"


Robert Bellamy, délégué syndical de la CGT au Carrefour d'Épinal, en Lorraine, raconte à sont tour à 20 Minutes un récit glaçant : 

« Il y a cinq ans, un salarié a reçu une claque. Le chef ne l’a pas défendu. Le client est roi, et c’est devenu tellement normal que les caissiers ne se plaignent plus. Ils ont peur d’être sanctionnés »

Et si avec le temps, l'excuse du "client roi" n'était finalement plus une justificration à toutes les dérives ? Et si, au lieu de nous énerver, nous tentions de nous mettre davantage à la place de celle ou de celui qui nous rend service ? Et si nous étions enfin respectueux envers notre prochain, pour changer ? La notion de respect est-elle de plus en plus floue en France ?

Pour Robin, en tout cas, le problème est typiquement Français. Cet ancien étudiant en Erasmus (programme d'échange d'étudiants et d'enseignants entre les universités et les grandes écoles européenes) précise en effet qu'il n'avait jamais vu de tels débordements à l'étranger en six mois de travail. De quoi nous faire réfléchir sur notre comportement, une fois de plus.

Chez nous, à la rédac, nous avons également reçu des VDM effarantes, ces dernières années. De quoi se taper la tête contre les murs ! Florilège

 

Et vous, qu'en pensez-vous ? Avez-vous été acteur ou spectateur d'une expérience traumatisante en grande surface ? Si oui, racontez-nous. Et avant tout, courage et force à vous. 

Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  mattaicho  |  28

Je compatis avec ce pauvre caissier... ya que sacrés cas

Pas en grande surface, mais j'ai déjà eu affaire plusieurs fois à des clients... pénibles...
Une fois, j'étais à la vente de sandwich dans le resto d'autoroute où je bosse. Un type me demande un jambon beurre sans beurre. Je lui explique que je ne peux pas, d'une part par ordre de mes supérieurs, et d'autre part, que les sandwichs en question étant fabriqués dans une autre pièce et étant seule en poste à ce moment là, impossible de quitter mon poste pour lui faire.
Il m'a incendiée, et m'a sorti "vous allez voir, si c'est votre directeur qui vous le demande, vous allez me le faire ce sandwich et que ça saute!" Bon, manifestement, il ne connait vraiment pas mon directeur, mais passons...
Je lui dis que, en effet, si un de mes supérieurs me le dit, je le ferai mais pas avant. Je lui indique aussi que, bien que le directeur soit absent, il y a la sous directrice et une manager à portée de voix et que je peux les appeler l'une ou l'autre. Une collègue -qui s'occupe de la station service- a volé à mon secours en faisant un appel micro pour que la manager vienne. Bizarrement, le type est parti en bougonnant mais n'a plus parlé de son jambon beurre.
Un autre m'a pris la tête car je ne pouvais pas lui vendre de l'alcool s'il ne prenait pas un repas.... Il a tellement exigé de la bière que j'ai fini par lui en vendre de la sans alcool (sans lui préciser). Son regard moqueur en partant m'a fait sourire... Non mon gars, tu n'as pas gagné et tu t'en rendras vite compte...

Il y a aussi les malpolis qui ne connaissent pas bonjour, s'il vous plait, merci ou au revoir, les dégueux qui laissent traîner leurs déchets (j'ai déjà eu, par une même cliente, le sachet du thé, le papier du muffin, la touillette et le sachet de sucre éventré bien éparpillés sur le bar, alors qu'il y avait à 10 cm un petit récipient prévu pour mettre tout ça), ceux qui te sifflent pour que tu ramasses leur plateau, etc

Comments
Répondre
  Poupoupipidou  |  41

Les gens sont cons, tout simplement...

Pendant mes jobs en caisse, j'ai eu des handicapés qui se gueulaient dessus pour savoir lequel avait le plus haut % de handicap, et donc prioritaire. L'écran plat "oublié" en bas du caddie, et qui finalement n'intéresse pas une fois qu'il a été vu. Le mec qui m'a renversé un pot de café en poudre pour me montrer que c'était bien du café (je devais attendre la sécu pour qu'elle vérifie quelque chose). Les "djeunz" qui te regardent comme de la sous-merde parce que tu es en caisse (sauf que toi, t'as un diplôme d'ingénieur), les gens qui essaient de t'embrouiller pour au final gruger des articles (je prends, ah non je ne prends plus, ah ça si finalement je prends, ça non, et puis ça en fait je prends, et ça je ne prends plus...).

En caisse, on voit les gens tels qu'ils sont, parce qu'ils se foutent de la personne qui est en caisse. On voit des gens très gentil (je pense à un monsieur qui tous les matins venait acheter sa carotte, son endive et son steack ^^), certains qui papotent gentiment en caisse, et puis d'autres qui n'ont pas peur/honte de se défouler (verbalement, parfois physiquement) sur la personne en caisse, car elle ne peut rien faire, répondre, donc c'est facile.
Il y a des employés en caisse qui aiment sincèrement ce travail, mais ils sont rares. Les clients, s'ils le savaient, seraient surpris de savoir le nombre de personnes avec un diplôme d'études supérieures qui se trouvent en caisse (les aléas de la vie).

Répondre
  Mamamia28  |  46

Il n’y a pas besoin d’avoir de diplôme pour être respecté et il n’y a pas de sot métier, mais je suis totalement d’accord avec tes propos. Mes parents m’ont toujours appris à respecter les commerçants ou les personnes aux caisses, le nombre de fois où je me suis fait reprendre gamine car je n’avais pas dit « bonjour Madame/Monsieur » ou pas assez fort. Le fait d’être fatigué / énervé / d’avoir eu une mauvaise journée / ses règles / malade ou je ne sais quoi ne justifie nullement d’être malpoli ou irrespectueux avec les autres, que ce soit les clients ou les vendeurs / personnes en caisse. Car ça arrive aussi parfois en temps que client poli de se faire envoyer balader par des vendeurs ou d’être totalement ignoré - ni bonjour ni au revoir ni même un regard.
Les propos rapportés par ce jeune homme sont scandaleux et j’ai honte d’être semblable génétiquement à ces gens-là...

Par  mattaicho  |  28

Je compatis avec ce pauvre caissier... ya que sacrés cas

Pas en grande surface, mais j'ai déjà eu affaire plusieurs fois à des clients... pénibles...
Une fois, j'étais à la vente de sandwich dans le resto d'autoroute où je bosse. Un type me demande un jambon beurre sans beurre. Je lui explique que je ne peux pas, d'une part par ordre de mes supérieurs, et d'autre part, que les sandwichs en question étant fabriqués dans une autre pièce et étant seule en poste à ce moment là, impossible de quitter mon poste pour lui faire.
Il m'a incendiée, et m'a sorti "vous allez voir, si c'est votre directeur qui vous le demande, vous allez me le faire ce sandwich et que ça saute!" Bon, manifestement, il ne connait vraiment pas mon directeur, mais passons...
Je lui dis que, en effet, si un de mes supérieurs me le dit, je le ferai mais pas avant. Je lui indique aussi que, bien que le directeur soit absent, il y a la sous directrice et une manager à portée de voix et que je peux les appeler l'une ou l'autre. Une collègue -qui s'occupe de la station service- a volé à mon secours en faisant un appel micro pour que la manager vienne. Bizarrement, le type est parti en bougonnant mais n'a plus parlé de son jambon beurre.
Un autre m'a pris la tête car je ne pouvais pas lui vendre de l'alcool s'il ne prenait pas un repas.... Il a tellement exigé de la bière que j'ai fini par lui en vendre de la sans alcool (sans lui préciser). Son regard moqueur en partant m'a fait sourire... Non mon gars, tu n'as pas gagné et tu t'en rendras vite compte...

Il y a aussi les malpolis qui ne connaissent pas bonjour, s'il vous plait, merci ou au revoir, les dégueux qui laissent traîner leurs déchets (j'ai déjà eu, par une même cliente, le sachet du thé, le papier du muffin, la touillette et le sachet de sucre éventré bien éparpillés sur le bar, alors qu'il y avait à 10 cm un petit récipient prévu pour mettre tout ça), ceux qui te sifflent pour que tu ramasses leur plateau, etc

Répondre
  Kaa04  |  42

T’oublies de préciser aussi ceux qui te laissent les chiottes dans un état déplorable. Parce que:
1- c’est des toilettes publiques donc c’était forcément déguelasse avant
2- je m’en fous c’est pas chez moi
3- y’a bien du personnel payé pour nettoyer non?


Je travaille pas en station, je suis routier et je vois la différence d’état entre les périodes de vacances et le reste du temps.

Répondre
  mattaicho  |  28

Je n'avais plus de place après mon gros pavé, mais oui, niveau toilettes, certains sont vraiment crades ou "rien à faire, je vais pas m'enquiquiner à mettre mon papier/tampon/autre à la poubelle, je suis pas chez moi".
J'ai jamais eu le cas, mais certains de mes collègues m'ont raconté lors de leur tour aux toilettes (on tourne, en général chacun a une ou plusieurs journées toilettes dans le mois) qu'ils avaient retrouvé de la m**** étalée sur les murs ou autres.
Par contre, j'ai déjà eu droit aux clientes qui me râlent dessus lorsque je veux nettoyer la cabine où elles comptaient aller, me claquent la porte au nez (et parfois sur la main), puis qui gueulent que la cabine n'était pas nickel... pourquoi vous pensiez que je voulais la nettoyer? D'autant que généralement, on est seul pour faire les toilettes femmes, hommes et les douches, donc on ne peut pas être derrière chaque client, surtout pendant les vacances...

Par  Minigisquette  |  15

Je suis conseillère clientèle et j’en entends des vertes et des pas mûrs, mais j’ai appris à relativiser après avoir été témoins de ce genre de comportement envers les hôtes et hôtesses de caisses. La pire la voici:
En attendant mon tour en caisse un monsieur après moi s’en prend à la caissière noire , une femme souriante et très rapide qui plus est. Il commence à l’engueuler en lui disant qu’il aurai dut passer avant moi, elle lui explique gentiment que j’avais attendu un quart d’heure car la file était pleine à mon arrivée et que lui était là depuis 2 minutes. Il se mets à l’insulter de « salope analphabète illettré volant de le travail des « français »
La caissière ne se laisse pas faire explique au monsieur qu’elle fait ce travail pour payer ses études de commerces et elle appel son responsable suite à cette agression et refuse de servir ce client ( qui de l’avis de tous les autre client était un vrai malotru)
Verdict : malgré les témoignages édifiants de tous le monde sur place le manager a sanctionné la caissière et présente ses excuses à l’autre abruti! Situation immonde accepter par la direction!
Maintenant quand un client me manque de respect et justifie son comportement par « le client est roi » je lui répond que le patron c’est dieu!

Répondre
  mattaicho  |  28

Bah oui, le client rapporte des sous et ça peut aller dans un autre magasin si on est pas assez gentils avec eux, alors que la caissière, ça se remplace... même plus le droit d'attendre un minimum de respect des gens, on dirait

Répondre
  Kaa04  |  42

Honnêtement je sais pas si ça m’aurait traversé l’esprit au moment opportun mais devant un cas comme ça j’aurais interpellé le manager en lui disant que je lui plantais mon chariot de courses là sur ses pieds d’enculé s’il ne s’excusait pas lui-même vis-à-vis de sa caissière.

Répondre
  Rick_Roll  |  29

Les magasins dans lesquels j'ai bosser, une agression qu'elle soit verbale ou physique, c'est interdiction définitive au client de remettre les pieds et dépôt de plainte.

Par  Solidusrex  |  38

Heureusement pour les caissiers (et autres, mais qui subissent la même chose) que les gens qui sont dépeints ici sont une minorité, et que la majorité des personnes sont encore respectueuses. En tout cas, j'espère.

Répondre
  mattaicho  |  28

Oui, à titre personnel, la plupart des clients que je sers sont tout à fait respectueux, ou pour certains dans les limites du raisonnable (les clients qui disent ni bonjour ni merci, c'est plus l'accumulation qui fait soupirer qu'autre chose), et je n'ai que quelques exemples de clients véritablement ignobles.
Mais malheureusement, c'est souvent ceux là qui nous marquent et pas les 90 et quelques pourcents de bien.

Par  Lady-S  |  17

J'ai travaillé deux mois en tant que job d'été dans un Lidl dans une région assez paysanne avec beaucoup de cas sociaux mais je dois dire que je n'ai jamais rien eu de tel. Le pire pour moi, ça a été mes collègues et la direction ...

Par  barth72  |  23

Dur boulot à partir du moment où on est dans le commerce
Une fois un client a commencé à vouloir s'en prendre à une caissière parce que ses bouteilles de rosé tombaient des que le tapis roulais
déjà le mec avait pas inventé l'eau chaude...
il a finit par péter un scandale disant qu'elle en faisait exprès, qu'il fallait pas secouer les bouteilles sinon il pourrait pas les faire vieillir en cave...
J'ai fini par lui dire que vu sa gueule d'alcoolique elles seraient finies avant d'être chez lui
la caissière ne savait plus où se mettre...
je lui ai dit qu'elle avait du courage de supporter des connards à longueur de journée que j'admire sa patience...
elle avait sûrement peur que le pochtron se plaigne à la direction...
j'ai passé les 5 dernières minutes à le clasher...

Similaires
Chargement…