Par Anonyme - 29/11/2020 09:30

Il faut saisir les moyens de production

Aujourd'hui, les économies réalisées par mon entreprise grâce au chômage partiel des salariés sans affectation ont été affectées à un budget baptisé : "Indemnités de licenciement offertes par l'état et valables pour 50 salariés." VDM
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  Joliet Jake  |  51

Essaie de faire une copie ou une capture d'écran.

Parce que c'est parfaitement illégal d'appeler un budget de cette manière. Donc si tu te retrouves dans une charrette, ça te fera une bonne preuve...

Par  latourkipenche  |  31

Là ça vaut le coup de faire suivre la note au ministère des finances, "ils" verront que tous leurs cadeaux aux entreprises ne sont pas inutiles

J'ai bossé chez des mauvais, mais cet employeur mérite une médaille

COMMENTS
Par  Joliet Jake  |  51

Essaie de faire une copie ou une capture d'écran.

Parce que c'est parfaitement illégal d'appeler un budget de cette manière. Donc si tu te retrouves dans une charrette, ça te fera une bonne preuve...

Par  latourkipenche  |  31

Là ça vaut le coup de faire suivre la note au ministère des finances, "ils" verront que tous leurs cadeaux aux entreprises ne sont pas inutiles

J'ai bossé chez des mauvais, mais cet employeur mérite une médaille

Par  Llonewo  |  18

Il n'y a que 99.99% de chance que ce soit un fake.

A noter surtout que le chômage partiel ne fait pas gagner d'argent à l'entreprise... ça diminue juste les pertes.

Sauf si l'entreprise payait ses salariés à ne rien faire avant le covid.

Par  Djef Ray  |  24

@Llonewo : Sauf si les salariés de l'entreprise travaillent normalement, en télétravail, et que l'employeur les déclare en chômage partiel. C'est le cas de mon employeur ! Beaucoup d'activités profitent du fait que l'activité des salariés ne puisse pas être comptabilisée pour déclarer du chômage partiel abusif. Ainsi, une bonne part de la masse salariale est payée par le contribuable, mais le travail demandé, malgré une légère baisse du au confinement, reste le même