11

Il est viré d’un avion pour avoir simplement dit « Inch'Allah » au téléphone : le respect est mort

Par VDM / lundi 9 octobre 2017 05:00
« Inch’Allah, je te rappelle dès que je suis arrivé ! » Pour cette simple phrase prononcée au téléphone avant le décollage, Khairuldeen Makhzoomi a été prié de quitter son avion sans ménagement avant de passer par un interrogatoire franchement humiliant. Bienvenue en 2017, année de la VDM (et de la discrimination aussi, du coup).

Il rentrait d'un dîner avec le secrétaire général de l'ONU


Comme un nombre incalculable de personnes, Khairuldeen ne connait malheureusement que très bien la discrimination raciale. L'année dernière, cet étudiant en sciences politiques, installé aux États-Unis depuis 2010, a vécu l’enfer absolu. Bref, la goutte qui déborde du vase.

L’histoire se passe en avril dernier. L’homme, un réfugié irakien de 26 ans, rentre d’un dîner organisé à Los Angeles avec Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies de l'époque. L'événement conviait de nombreux étudiants pour une séance de questions/réponses avec le secrétaire général de l'ONU.

Le lendemain du rendez-vous, Khairuldeen Makhzoomi doit rentrer chez lui, à Oakland. Après avoir embarqué dans son avion, l’homme, très fier d’avoir pu poser une question à Ban Ki-moon la veille, téléphone à son oncle de Baghdad pour lui raconter son expérience et le tenir au courant de son planning, le tout dans sa langue maternelle, l’arabe. Avant de raccrocher, Khairuldeen conclut la conversation en rétorquant : « Inch’Allah, je te rappelle dès que je suis arrivé ! » Bref, rien de plus ordinaire.

Une passagère le juge du regard, des officiers de police lui demandent de sortir de l'avion


Mais une autre passagère peu scrupuleuse (et complètement raciste sur les bords, nommons les choses telles qu’elles sont) juge Khairuldeen du regard. « Au départ, je pensais avoir parlé un peu trop fort » raconte le passager de l’avion de la compagnie Southwest Airlines à CNN. « Sauf qu'un type se dirige vers moi deux minutes plus tard, accompagné de plusieurs officiers de police. Je n’arrive toujours pas à croire qu’ils soient arrivés aussi vite » poursuit l’homme.


Et là, préparez-vous. Car s’ensuit un récit qui fait sérieusement froid dans le dos. « On m’a tiré de l’avion. L’homme qui m’a raccompagné à l’aéroport s’est montré agressif avec moi. Il a tenté de me dire quelques mots en arabe, mais je ne l’ai pas compris. Je lui ai demandé de me parler en anglais » poursuit Khairuldeen. Sans honte, l’homme en question lui demande pourquoi il a tenu une conversation en arabe dans l’avion, « compte tenu de l’état politique actuel », avant de poursuivre qu'il faut être « honnête sur ce qu'il a dit sur les martyrs ». Mais Khairuldeen rétorque qu’il n’a rien dit de tel, pendant que des chiens de la douane reniflent ses bagages. Devant les questions du FBI, Khairuldeen, effrayé, se sent vraiment humilié.

Humilié et insulté, il attend des excuses publiques de la compagnie


Face à ces accusations, Southwest Airlines, la compagnie, s’est brièvement exprimée dans un communiqué en affirmant enquêter sur l’incident en question, tout en précisant qu’elle ne tolérait pas la discrimination, mais sans donner davantage de précisions. « Pour respecter la vie privée des personnes impliquées, nous ne partagerons pas publiquement d'autres détails de l'événement. Nous préférons communiquer directement avec nos clients pour répondre aux préoccupations et aux commentaires concernant leur expérience de voyage ».

Khairuldeen, quant à lui, attend légitimement des excuses publiques de la part de la société pour cette effroyable VDM. « En tant que peuples irakiens, américains et iraniens, nous partageons une chose en commun, notre dignité. Si quelqu'un essaie de nous l’enlever, nous allons nous battre, non pas en agressant, mais par le biais de nos principes et de notre éducation. »

Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  le barbare  |  81

Ouf j'ai eu chaud. La dernière fois un passager de cette compagnie m'a demandé ce qu'il y avait dans mon sandwich. Je lui ai répondu pour rire :"Allah dinde".
Mais un trou d'air l'a distrait il n'a rien entendu.

Commentaires
Par  le barbare  |  81

Ouf j'ai eu chaud. La dernière fois un passager de cette compagnie m'a demandé ce qu'il y avait dans mon sandwich. Je lui ai répondu pour rire :"Allah dinde".
Mais un trou d'air l'a distrait il n'a rien entendu.

Par  Aesus  |  40

Moi, je me méfie. Mon fils est né un 11 septembre (authentique), et chaque fois que je lui souhaite un "joyeux anniversaire", je redoute toujours que des personnes complètement c..s l’interprète mal.

Similaires
Chargement…