7

Il débourse 8 600 euros pour boire un verre de whisky datant d'il y a 140 ans... qui n'en était pas

Par Alan / jeudi 9 novembre 2017 10:30
Toujours se méfier des bouteilles de collection ! On ne sait jamais ce qu'il peut y avoir dedans... et parfois, il vaut mieux éviter de les ouvrir pour s'éviter une belle VDM.

Quand l'appel du luxe se fait entendre, faut pas forcément l'écouter !

Zhang Wei, un écrivain chinois très populaire en son pays, avait emmené sa grand-mère en vacances à St. Moritz, en Suisse. C'était forcément très luxueux quand ils se sont pointés au bar de l'hôtel Waldhaus am See, connu pour sa collection de whiskies très rares.

Malgré 2500 bouteilles derrière le bar, une a tout de suite attiré leur attention...

Une bouteille de Macallan de 1878. Selon le Washington Post, c'est plus qu'une bouteille de whisky, c'est un morceau d'Histoire. La distillerie a ouvert en 1824, et c'est l'une des marques les plus connues au monde.

Zhang Wei savait que ça lui reviendrait cher, mais étant multimillionaire grâce à ses romans sur les arts martiaux, il s'est senti une affinité avec la bouteille. Elle était née il y à 139 ans, comme son arrière-arrière-grand mère.

Le même âge que la grand mère de sa grand mère

Perso, il ne me faut pas autant d'excuses pour ouvrir une bouteille d'alcool, qu'on soit un lundi à 17h ou pas. Mais les astres étaient alignés dans la tête Zhang, alors il l'a commandée. Seul petit hic, le manager de l'hôtel Sandro Bernasconi craignait que le bouchon ne se désintègre si on essayait de l'ôter du goulot dans lequel il séjournait depuis bien avant l'invention du skateboard. M. Zhang a insisté et, confronté à la logique qu'il faudrait attendre encore 20 ans environ pour tomber sur un tel client, M. Bernasconi l'a aidé à l'ouvrir.


Alors, c'était comment ce verre à 10 000 dollars ?

Oui, car un seul verre lui a coûté la bagatelle de 8 616 euros, plus ou moins quelques centimes. Et… c'était décevant. Plus tard, M. Zhang a décrit le whisky sur Weibo (le réseau social chinois) comme ayant "un bon goût" mais insistant sur le fait que ce n'était "pas juste le goût, mais aussi l'histoire."

Malheureusement, c'était du bidon... provenant d'un bidon

Les lecteurs du blog de Zhang ont examiné les photos qu'il avait postées, et ont commencé à remarquer des détails divergeants entre l'étiquette de la bouteille et le bouchon. Quelque chose ne collait pas.

Une fois l'hôtel contacté, M. Bernasconi a embauché les services de Rare Whisky 101, un évaluateur de whisky réputé. Un test a été réalisé : le whisky contenu dans la bouteille certainement de l'époque 1970-1972, un siècle après ce M. Zhang pensait.

Une analyse au carbone 14 du bouchon et de l'étiquette a situé ces deux à la même époque. Pour récapituler, la bouteille que M. Bernasconi pensait valoir 350 000$ (environ 302 000 euros) s'est avérée valoir… que dalle.

Une fin honorable

Le patron de l'hôtel s'est empressé de se rendre en Chine pour rembourser Zhang, qui l'a remercié pour son honnêteté et a confirmé que son expérience en Suisse avait été agréable.

Méfiez-vous des whiskies qui se prétendent être des objets de collection, et méfiez-vous des gens qui sirotent de l'alcool à 45% en parlant de "tourbe" : ils sont aussi peu fiables que le type qui fait la queue au Franprix à 9h du mat avec juste une canette de bière à la main.

Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  herpes  |  21

Mouais, un whisky de 1970-1972, ça ne vaut peut-être pas $350,000, mais ça ne vaut pas non plus forcément que dalle pour autant...

Commentaires
Par  herpes  |  21

Mouais, un whisky de 1970-1972, ça ne vaut peut-être pas $350,000, mais ça ne vaut pas non plus forcément que dalle pour autant...

Similaires
Chargement…