31

Elle se prend en selfie avec les hommes qui la harcèlent dans la rue : bien fait !

Par VDM / jeudi 5 octobre 2017 10:30
Tel est pris qui croyait prendre. Une étudiante de 20 ans décide d’afficher les harceleurs qui l’arrêtent quotidiennement dans la rue pour leur donner une bonne leçon. Un exercice risqué qu’elle prend soin d'immortaliser sur son compte Instagram. Et franchement, ça fait du bien.

« Hey mad’moizelle, t’es trop charmante, viens là, j't'offre un Fanta » : cette entrée en matière ne marche dans aucun monde, et encore moins le nôtre. Pourtant, il semblerait que ceux qui l’utilisent pour interpeller toutes les femmes dans l’espace public soient suffisamment nombreux pour qu’on s’en plaigne.

Malgré nos multiples techniques de ninja et autres brillants subterfuges pour que nos déplacements se fassent de la façon la moins angoissante possible (et Dieu inventa le fameux casque audio) difficile de ne pas tomber sur le regard lubrique ces serial boulets qui occupent les rues et les stations de métro depuis la nuit des temps.

Et forcément, Noa Jansma, une étudiante à la Design Academy de Eindhoven, au Pays-Bas, n’échappe pas non plus à ces commentaires incessants dont on se passerait volontiers. Très énervée par la situation, la jeune femme s’est lancée dans un projet plutôt inattendu. Celui d’immortaliser ces moments et de les poster sur un compte Instagram dédié. Pas de chance, messieurs les harceleurs. Qui va rigoler, maintenant ?


Le compte en question s’appelle « Dearcatcallers » (« chers harceleurs», en Anglais) et le résultat est plutôt jouissif. Dans le premier post, Noa donne le ton : « Ce compte a pour but de sensibiliser sur l'objectivation des femmes au quotidien. Beaucoup de gens ignorent la fréquence et comment arrive le harcèlement de rue. Je vais montrer le visage de mes harceleurs pendant un mois. »

C’est donc sans tarder que la jeune femme prend son courage à deux mains. Désormais, lorsqu’un homme interpelle Noa dans l’espace publique, elle s’arrête pour prendre un selfie, le visage impassible. Une manière d’avoir le « pouvoir sur eux », comme la jeune femme le précise si bien au site Redpers.

Les selfies s’enchaînent, et le malaise est palpable. Les hommes, souriants, ne semblent pas identifier le problème. « Ils ne sont pas méfiants, ils trouvent ça normal » explique l’étudiante. À noter qu'au cours de l'expérience, un seul harceleur a demandé pourquoi la jeune femme le prenait en photo. Ça fait un poil flipper, quand même.

 

Et vous, que pensez-vous de cette initiative ?

Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Commentaires
Répondre

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  4k1r4  |  3

Donc en fait la moindre phrase que l'on peut prononcer à l'égard d'une femme que l'on trouve jolie ou charmante, si on as le malheur de vouloir lui dire, on passe de suite pour un harceleur ?

Répondre
  Soidan  |  7

Ça dépend de ce que tu dis et de ta façon de le dire. Entre "Bonjour mademoiselle, vous être charmante" dit poliment et "Hé mad'moiselle, z'êtes charmante" avec un accent de wesh, y a une différence sans compter si tu ajoutes divers bruits de bouche et sifflements.

Répondre
  Gros-John-John  |  22

Ne simplifie pas le problème, 4k1r4. Quand un inconnu complimente une femme dans la rue, d'une part c'est rarement subtil, d'autre part ce n'est pas innocent. Il espère quelque chose en retour, un numéro de téléphone ou ne serait-ce qu'un sourire, une réaction. Si elle ignore l'individu, elle sera considérée comme la méchante de l'histoire, celle qui a reçu mais n'a rien donné. Ce "compliment" n'est pas désintéressé, c'est une technique de persuasion, à l'image d'un vendeur qui te file un échantillon ou prétend te faire une fleur pour te faire culpabiliser et acheter son produit. Bref, toute la situation est malsaine. Un compliment de cette nature est inapproprié de la part d'un inconnu. Tu peux penser que c'est anodin mais la répétition de ces évènement a un impact certain sur la confiance des femmes qui les subissent, parce que des hommes se sentent le droit de valider ou non leur apparence, les poussant elles-mêmes à modifier leur rapport à leur propre corps. Bref, je ne suis pas une femme mais j'espère ne pas avoir raconté trop d'âneries.

Répondre
  MadameDodue  |  45

4k1r4, je disais justement que le "hey mademoiselle etc" cité dans l'article, ça passe encore dans la mesure où c'est poli. Perso je réponds merci et je continue mon chemin. Mais en général c'est plutôt "hey tu suces ?" "je peux t'enlever tes tatouages avec la langue ?" "ça te dirais un plan cul ?" Comme si quelqu'un avait déjà répondu oui à ça... :D

L'initiative est intéressante, les femmes devraient en prendre pour exemple, cette voie à beaucoup plus de chance pour que les choses s'améliore, car elle montre l'envers du décor mais il manque la phrase dite par le harceleur en titre de chaque photo.

Répondre
  M00nlight  |  2

C'est quand on le plus jeune qu'on se fait harceler. Personnellement je ne me suis jamais autant faite harcelée qu'entre 14 ans et 23 ans et pas par des garçons de mon age en plus! Après ca s'est calmé heureusement.

Par  wangIwang  |  44

En france, le droit a l'image interdit la pulication sur internet sans le consentement de la personne, donc non, trouvés autre chose pour sensibiliser sur cette cause, le juge n'est pas loins.

Répondre
  Tardian  |  71

Qu'il y vienne, le mec. Ce serait peut être l'occasion d'amener sur le tapis médiatico-politique les différentes législations qui, au mieux, minimisent la portée de cet acte (le harcèlement de rue). Et s'il y a procès, je suis certain que la fille accusée n'aurait aucun mal à collecter de quoi se payer un bon avocat, le genre qui pourrait bien proposer au juge un procès contre le demandeur, pour "trouble à l'ordre public", ou autre. Sans compter que le plus gros problème d'une loi anti-harcèlement de rue (puisque c'était dans les propositions récentes de loi) est la difficulté à apporter la preuve de culpabilité. Là, le mec qui porte ça au tribunal sous prétexte de son droit à l'image, devrait dire un truc du genre « Bah j'étais en train de demander gentiment à la demoiselle si elle ne voulait pas me sucer la bite, et là, elle me prend en photo pour publier sur internet sans mon consentement, c'est un scandale Monsieur le Juge, je réclame des dommages et intérêts ! » - bonjour la crédibilité.

Répondre
  PTI_ZOZIO  |  6

Normal que tu trouve cela exagéré. Tu peux difficilement te rendre compte si tu ne l'as pas vécu. Mais sortir dans la rue avec la boule au ventre et les yeux rivés sur les pavés en te demandant "Qu'est-ce qu'on va encore me faire comme réflexion aujourd'hui, qu'est-ce que je vais bien pouvoir répondre, jusqu'où sont-ils capables d'aller... ?", je peux t'assurer que ce n'est pas une vie.

Répondre
  Mnémo 2-5  |  1

T'es pas au courant que 100% des femmes (en France, mais dans le reste du monde aussi, selon toute vraisemblance) ont déjà été victimes de harcèlement de rue? L'endroit où elle vit ou le fait de sortir seule n'ont rien à voir. Et d'abord tu te rends compte de ce que tu dis? "Elle sort souvent seule"! Encore heureux qu'elle sort seule, on n'est pas dans un de ces pays où les femmes sont des incapables mineures toute leur vie et où elles doivent obligatoirement sortir avec un homme pour préserver "leur honneur". Elle est en Hollande cette fille, c'est quand même un pays libre où les femmes sont libres!! T'as plus qu'à ajouter "elle a qu'à pas mettre de mini jupes, elle se fera pas harceler" et t'auras la palme! (de la connerie, hein!) Non, réfléchis bien, le harcèlement c'est un vrai problème, et les femmes doivent être libres d'aller et venir à leur guise dans les rues sans entendre des "vous êtes charmante" suivis de "salope!"...

Par  Tagueulelaferme  |  20

Oui ben c'est cool qu'elle le fasse, mais nous on peut pas le faire ici en France, on se prend direct les droits d'image dans la tronche! J'aimerais pouvoir faire qqchose d'efficace contre ces gens, qui vont même jusqu'à harceler des mineures pour leur demander leur numéro...

Répondre
  catala  |  26

Le droit à l'image concerne les lieux privés, et non publics. Elle a le droit de le faire, sinon comment ferait la presse pour pouvoir publier des images prises dans la rue ?

Similaires
Chargement…