27

Elle fait un doigt d'honneur à Donald Trump : sa boîte la vire sur-le-champ

Par VDM / mardi 7 novembre 2017 05:00
Au rayon des injustices, Juli Briksman est plutôt bien lotie. Pour avoir fait un petit doigt d'honneur au cortège présidentiel à destination du président orange, alors qu'il était de retour d'une énième séance de golf, l'entreprise de Juli décide de se séparer de son employée. Et sans ménagement. VDM...

« You’re fired », disait-il à l'époque, fier de lui, depuis son fauteuil en cuir rouge, lorsqu’il dézinguait les candidats de son émission de télé-réalité The Apprentice. Et même après avoir accédé à la présidence des États-Unis, Donald Trump continue de virer du monde à tire-largot, même malgré lui.

Car c’est bel et bien à cause du 45e président des États-Unis que Juli Briksman, 50 ans, se retrouve aujourd’hui sans emploi.

La quinquagénaire est en effet à l’origine d’une histoire pour le moins insolite. Le 28 octobre dernier, la cycliste avait fait un joli doigt d’honneur au cortège de l’ancien homme d’affaires, qui revenait alors de sa traditionnelle séance de golf. Un moment franchement drôle qui a été immortalisé par une photo vivement partagée sur les réseaux sociaux les jours qui ont suivi.


Ravis et amusés, les internautes américains l’avaient même rebaptisée « She-ro » pour l’occasion, déclinaison entre le pronom personnel « she » (elle) et le nom « hero » (héroïne). Cette notoriété soudaine avait bien fait rire l’américaine. Mais c’était sans compter la réaction d’Akima LLC, la société dans laquelle travaille – ou plutôt travaillait Juli jusqu’à présent, qui a ri jaune face au buzz, qui avait pourtant attiré la sympathie de Juli.

En effet, selon les informations révélées par le Huffington Post US, le lundi qui a suivi l’incident, Juli, de retour au travail, s’est faite convoquer d’urgence par la direction de l’entreprise, qu’elle avait préalablement prévenue de la viralité du fameux cliché. Mais l’appui du bureau des ressources humaines n’a pas convaincu la direction, qui s’est décidée de se séparer de son employée pour « viol de la politique (de la société) sur les réseaux sociaux ».

Juli ne regrette pas son acte, bien au contraire


Juli Bricksman affirme que la direction l’accusait notamment de « diffuser des contenus ‘obscènes’ sur les réseaux sociaux », et qu’un tel comportement n’était pas à l’image des valeurs de l’entreprise. En effet, l’ex-employée avait postée la photo de son doigt d’honneur sur sa page Facebook par simple fierté. 

Bref, l’histoire va un peu loin, et Juli est encore très choquée par l’incident, qu’elle décrit comme profondément injuste. L’un de ses collègues, qui avait directement insulté une personne sur Facebook, n’avait reçu qu’un simple avertissement et l’ordre de supprimer la publication, quand Juli se fait remercier sans négociations. « Comment un doigt d’honneur peut-il être plus obscène que ça ? » 

Mais si vous pensez que Juli regrette son acte, vous avez tort. Plus heureuse que jamais, la quinquagénaire ne regrette pas son acte, et déclare être mécontente de la situation actuelle de son pays, en bonne démocrate. Le fait de pouvoir exprimer son avis aussi symboliquement lui donne un sentiment de fierté. Un avis partagé par des millions d’autres Américains.

Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  Scott_du_canada  |  27

La-bas tout prend des propositions grotesques. Les américains n’ont aucun sens de la mesure et réagissent comme si ils étaient dans un film.Tout est toujours hyper théâtral. Malheureusement, on devient comme eux. Lentement mais sûrement.

Commentaires
Par  Scott_du_canada  |  27

La-bas tout prend des propositions grotesques. Les américains n’ont aucun sens de la mesure et réagissent comme si ils étaient dans un film.Tout est toujours hyper théâtral. Malheureusement, on devient comme eux. Lentement mais sûrement.

Répondre
  Tbg22  |  11

Serait tu contre la démocratie ? Sait tu que tu peux aller en prison pour cela ? Je t'informe en connaissance de cause qu'en Amérique, le sentiment anti Trump est très minoritaire. Ce sont les médias Français qui mettent en valeurs ses bourde et les enlumines.

Répondre
  TataMama  |  10

euh non, le sentiment anti trump n'est pas très minoritaire,! tu t'informes dans la fachosphère ? Je suis abonnée à plein de twitter et facebook américains (donc sans filtrage par les média français et directement l'opinion des personnes) et bien ... il y a beaucoup d'anti trump.

Répondre
  Toreck  |  22

Il ne critique pas la démocratie... il critique juste Trump.... Je ne sais pas où te trouve tes sources sur l'adoration de Trump par les Américains, mais sans doute pas au bonne endroit .... Bien sur le Texan moyen fan de Rodéo, de gros 4x4, d'armes à feu, et légèrement raciste sur les bords, doit être ravis de son élection... Mais pour le reste du pays, c'est beaucoup moins sûr ... Rien que le résultat de l'élection le prouve, Trump à 46.1% des voies exprimés alors que Clinton en à 48.2%, Trump se fait élire alors, qu'il n'a même pas la majorité (grâce au système américains des grands élécteurs...) ... Je ne pense pas qu'il y à en France de gros sentiments anti-Trump, c'est simplement qu'il ne correspond pas à l'image que l'on se fait, d'un homme contrôlant la première puissance mondiale. Donc forcement, son franc-parler et tous ces gestes sont décortiqué avec attention et souvent critiqués par les médias... Sinon, pour la VDM, s'en est une belle ! Se faire virer de son boulot, à cause d'un geste que l'on fait le weekend en faisant tranquillement du vélo, ça fait mal !

Répondre
  Tbg22  |  11

Et le reste de l'entreprise l'aurait poussée à la démission car tu vivrai entre les mêmes personnes qui ont démocratiquement voté à l'élection de Trump. Finalement tu serais à la rue avec elle.

Par  LoloBored  |  2

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Par  lifetears  |  15

Sa boite travaille pour l'Etat, de plus cette personne a fait la mariole en s'en vantant sur FB et ensuite trouve ça injuste d'être virée le Trump bashing est à la mode et l'article est légèrement modifié

Par  Cranibalette  |  21

Quitte à me faire l'avocat du diable, cette personne a vu sa photo diffusée dans les médias. Je ne vois pas bien si son t-shirt est celui de son entreprise mais si c'est le cas le licenciement pour faute professionnelle sera justifié pour signaler le fait qu'elle ne représentait pas les valeurs de son entreprise... exactement au même titre que si elle avait été prise à faire un doigt d'honneur à un inconnu dans la rue. Après on peut avoir une simple sanction disciplinaire sans aller jusqu'au licenciement selon l'historique ou le contexte. Si elle n'était pas sur son temps de travail par contre sa boite n'a rien à dire (encore que même ça peut se discuter selon le contexte)

Répondre
  Kryogen  |  29

En tout cas, à 50ans, faire un fuck au cortège présidentiel (même pas sûr que le président ait vu ça d'ailleurs), et s'en vanter sur facebook n'est pas très intelligent... ça en revient au post de scott_du_canada plus haut.

Chargement…